Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

AsMoth

Ma première plage nudiste

Recommended Posts

Je vais vous raconter la première fois où je suis allé sur une plage nudiste.

C’était donc l’été, il faisait chaud. J’avais trouvé une petite plage nudiste non loin de mon studio de location. Je n’avais jamais testé cette exéprience, et le simple fait de savoir que d’ici quelques dizaines de minutes je me retrouverai nu au milieu d’hommes et surtout de femmes provoquait chez moi un certain trouble. Arrivant enfin à l’entrée de la plage, je dus me déshabiller. Je ne vous cache pas que la première sensation est un certain mal aise. Une fois nu, je pris donc mes affaires. Je croisai les premières personnes… des couples, des hommes et des femmes de tous âges. Je marchais sur la plage à la recherche d’une femme plutôt bien foutue histoire de me rincer l’œil. Mon cœur battait déjà très fort. Je vis passer deux femmes nues, au pubis joliment épilé. Je me retournai discrètement… la vue de leur nudité totale, en ce lieu quasi magique, me troubla et m’excita. Je sentis ma queue commencer à gonfler. Tanguant entre mes cuisses, elle se mit à se tendre de plus en plus…. J’avais l’air fin à marcher la queue à moitié dure dressée devant moi. mais je me disais qu’en ce lieu, ça ne posait aucun problème.

Ma vue se focalisa soudain à quelques dizaines de mètres de là où j’aperçus deux femmes, une rousse et une blonde, assises sur la plage côte à côte… deux pour le prix d’une je me dis ! J’avais trouvé mon bonheur. je dus marcher un peu vite, sûrement de peur que quelqu’un ne vienne s’installer à ma place, car je m’empressai pour poser ma serviette à côté d’elles. La blonde me vit arriver. Elle portait le bas de maillot de bain. Marchant à vive allure, ma queue se mit à claquer contre mes cuisses, ce qui eut pour effet de la raidir considérablement. En clair, lorsque j’arrivai sur site, la blonde ne manqua pas de voir mon état d’excitation derrière ses lunettes de soleil parfaitement noires et teintées, affichant un certain sourire amusé. Sa copine, la rousse, était quant à elle assise sur sa serviette, les cuisses serrées. Elle regardait la mer. Arrivant en face, mes yeux se rivèrent immédiatement sur sa chatte dont les lèvres nues, lisses et charnues apparaissaient entre ses cuisses. La blonde dut apercevoir mon regard se posant sur le fruit de sa copine.

Je posai enfin ma serviette, presque maladroitement tant le fait d’être ici avec ces deux beautés assises à côté de moi me rendait nerveux et excité. Je posai donc ma serviette, et à genoux dessus, j’avais ma belle queue en érection qui se tenait dressée devant moi. la blonde dit un truc à la rousse qui se mit à me regarder les yeux froncés par le soleil mais avec elle aussi un sourire amusé. La blonde, à genoux aussi, avait allumé une cigarette, et avait retiré entre temps le bas de son maillot. Tout comme moi, elle offrait son sexe à la vue de tous : une minette parfaitement lisse et sans poils ; entre les grandes lèvres sortaient de petites lèvres brunâtres. La minette était petite ; on aurait dit celle d’une ado. Ça promettait des instants très chauds pour ma part ! Combien de temps allais-je tenir ?!

La blonde se retourna soudain vers la mer, me présentant son joli petit cul. Elle se mit accroupie, cuisses un peu écartées. Je voyais sa joli chatte aux petites lèvres sortantes entre les petites pommes qu’étaient ses fesses. La rousse quant à elle tenait de profil, peut-être plus pudique ? je ne voyais que ses jolis seins : la peau blanche de ses seins pointus contrastant avec le rose de ses tétons qui dardaient comme des pics. Ma vue se repositionna sur les fesses et la minette de la blonde, au corps fluet. Je croyais rêver… comment était-il seulement possible que des femmes aussi bien faites – des déesses ! – puissent se présenter totalement nues, sans pudeur à mes yeux les dévorant de leur beautés intimes ?! Assis sur ma serviette, fixant le joli petit cul et la chatte de la blonde, je ne pus me retenir ; il n’y avait pas grand monde autour, pas de mioches, alors, faisant glisser ma main droite sur ma cuisse, je me saisis de ma queue et commençai à me caresser. Je sentis à quel point mon gland était gonflé d’excitation. Une épaisse goutte de mouille vint l’humidifier délicieusement. En quelques vas et viens de ma main sur mon chibre, je donnai à celui-ci ses dimensions maximales. J’imaginais ma grosse queue entre les fesses de la blonde, dont la différence de taille aurait été presque choquante. Elle avait un si petit cul ! Je l’imaginais, ainsi accroupie comme elle l’était, s’épaler lentement sur mon pilonne d’amour. Elle sentirait ma grosse queue ouvrir sa chatte chauffée par le soleil, et soudain ma queue glisser lentement, merveilleusement en elle, à l’en remplir. J’avais déconnecté, pris dans ce fantasme très sensuel et chaud. Je crois que la rousse remarqua ce que j’étais en train de faire, l’air de rien ; mes ses yeux clignèrent un instant en ma direction. Elle aussi m’excitait : avec sa peau blanche et lisse, et son air de sainte nitouche !

Nous étions au bord de l’eau, je décidai de me lever, arborant fièrement ma belle queue gonflée et dressée d’excitation et alla me refroidir les pieds dans l’eau, histoire de faire durer le plaisir. Lorsque je revins, je pris ma serviette et la recula un peu pour me mettre mieux dans l’axe.

Les filles s’étaient allongés perpendiculairement à moi : la bonde devant, allongée sur le dos, et la rousse derrière, allongée sur le ventre. La blonde se mit à mettre de l’huile de bronzage sur le dos et les fesses de son amie. Décidemment, elles étaient très intimes ces deux là ! à peine assis, je me remis à bander. a quelques mètres de moi, la jolie blonde me présentait sa minette : ses belles lèvres lisses, visiblement serrées à leur naissance, et ensuite desquelles sortaient les petites lèvres. Je m’imaginais lui caresser sa jolie chatte si innocente, si parfaite, la lui lécher également. Quel délice cela devait-il être ! Bref, j’avais le sexe qui bandait fort. Je me mis un instant en arrière, cuisses un peu écartées, en vue de leur rendre la pareille. Je bandais si fort que ma queue tanguait au rythme des coups de sang lancé par mon cœur battant à se rompre. La blonde parlait à mi-voix à la rousse, plus discrète, plus gênée me semblait-il… peut être était-ce à elle aussi sa première fois. la blonde était quant à elle très à l’aise. Soudain, j’entendis la blonde demander à son acolyte : « alors, il bande ? ». feignant de rien, elle laissait le soin à la rouquine de répondre… elle qui avait ma queue en plein dans son champ de vision : « hum ! » répondit-elle, visiblement gênée, mais regardant avec insistance par-dessus ses lunettes de soleil pour ne râter aucun détail. Elles se dirent alors d’autres trucs que je n’entendis pas mais qui les firent pouffer de rire.

Soudain, la blonde se releva. La rousse s’allongea face à la mer, de trois quart arrière par rapport à moi… la blande quant à elle… s’assit à côté de son amie, forcément… mais s’assit dos à la mer… les cuisses amplement écartées ; donc face à moi. « Attends ! je vais te mettre de la crème ! » dit-elle à la rousse avant qu’elles se mettent à glousser toutes les deux. La rousse avait les seins qui pointaient et qui pointèrent plus encore lorsque les mains de la blonde vinrent appliquer la crème solaire dessus. Moi, je devins fou en voyant la petite chatte de la blonde ainsi offerte. La rousse n’osait rien montrer ; la blonde écartait les cuisses devant moi sans gêne aucune ; ce petit jeu les amusait terriblement. Moi, je devenais fou. Scrutant les alentours, je me permis enfin de saisir de nouveau ma belle queue à pleine main, pas discrètement cette fois-ci, mais de façon bien affichée à ces deux zozottes qui visiblement n’attendaient que ça ! La rousse, qui scrutait du coin de l’œil, dit alors à la blonde : « purée il se branle ! ». Je caressais en effet mon sexe d’une main, doucement… ma main saisissant la base mon sexe épais, laissant l’autre motiié à la vue de ces deux coquines. Je sentais la peau de mon sexe glisser contre mon gland, c’était un vrai délice de pouvoir se masturber ainsi en plein air, complètement nu, offert à ces deux inconnues. La rousse continua : « ça t’excites ?! » demanda-t-elle à la blonde, qui du coup lui fit « scchuuut ! » avant qu’elles se mettent toutes deux à rire. La blonde, se mordant les lèvres, tourna alors la tête vers moi et regarda ma queue de longues secondes durant. La rousse fit de même ensuite. Le sexe de la blonde semblait gonfler et se dilater au fil des minutes. Sa minette qui me paraissait serrée semblait maintenant s’ouvrir. Dommage que la rouquine n’en faisait pas autant, car les pointes de ses seins en disaient long elles aussi !

Les choses s’intensifièrent plus encore lorsque la blonde eut la bonne idée de sortir deux bananes. Elles s’assirent toutes les deux sur la serviette pour manger celle que l’autre se tendait ! La rousse se tint en tailleur ; la blonde quant à elle, fidèle à elle-même, resta les cuisses amplement ouvertes. Cherchant dans son sac les fruits aux formes on ne peut plus phalliques, je vis très bien la main droite de la blonde plonger entre ses cuisses pour se caresser la minette. Elle me faisait face, me présentait sa jolie chatte sans gêne aucune, tandis qu’elle s’amusait à manger leur banane en tentant de simuler une fellation. De ce jeu, je m’en moquais. Par contre, la minette de la blonde avait encore gonflé : les petites lèvres avaient doublé de volume et luisaient maintenant de mouille au soleil. Je bandais comme un âne, surtout lorsque je vis finalement comment la rousse mangeait sa banane : langue dehors, elle accueillait le fruit que sa copine lui tendait et faisait glisser dans sa bouche. Elles se débrouillaient bien celles-là ! « Tiens ! tu voulais une queue ! » s’exclama la rousse à la blonde, histoire de la faire rire de plus belle. Les petites lèvres brunâtres de sa jolie chatte avaient viré au rose pâle. Je les imaginais si douces, si tendres… je rêvais de la dévorer, d’y plonger mes lèvres et ma langue. Je lui dévorer la minette, avant d’y enfourner mon sexe dur et épais. En tout cas, ce spectacle bouleversant, transcendant, déroutant, me faisait approcher de l’explosion finale.

Sentant peut être mon moment arriver, les filles s’allongèrent toutes deux sur le ventre : la rousse en ma direction, la blonde, vers la mer… me présentant ainsi sa chatte bien humide et gonflée d’excitation ainsi que son joli cul. Cela confirma ce que je pensais : la blonde aimait s’exhiber ; la rousse aimer regarder. Sacré tandem ! Le fait que la blonde m’offre toute son intimité me rendait fou. Sa petite minette n’était plus si petite que ça. Ses petites fesses étaient musclées ; j’imaginais ma queue prise en étau entre elles. La blonde, la tête à moitié tournée en ma direction, mangeait doucement sa banane. La rousse quant à elle, qui ne montrait rien d’autre ses ses seins aux tétons pointus, se mit à la lécher toute langue dehors derrière ses lunettes noires. Elle faisait tournoyer sa langue autour du fruit défendu, presque de façon vulgaire. J’imaginais aisément qu’il s’agissait de ma queue. Ces visions me durcirent et me gonflèrent le sexe à presque en exploser. La bonde serra les cuisses un instant avant de les rouvrir. Je vis sa minette luire de mouille. Peut être avait-elle vraiment envie d’une bonne queue… la rousse quant à elle n’attendait plus qu’une seule chose : que j’explose. Que cette main serrant mon sexe dur fasse jaillir mon sperme. C’est ce qui arriva. Sentant des spasmes envahir mes parties intimes, j’explosai enfin. Plusieurs longs jets de sperme jaillir devant moi, vers elles. La rousse dit discrètement à la blonde : « ça y est, il jouit » ; la blonde tourna la tête un instant plus encore pour regarder, avant de feindre regarder plus au loin. Une fois l’éjaculation terminée, face à tant d’émotion, je m’allongeai, éreinté. Je m’endormis sur la place, calme, serein, laissant le soleil caresser mon corps si maltraité par ces visions de rêve : l’intimité de femmes mises à nue.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest David rugit

très bonne histoire...

délicieux d'imaginer ces deux cochonnes les yeux sur toi...

Dommage qu'elles n'y aient posé que les yeux..

David

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

LOL :clap::D:D

oh, ce n'étaient pas vraiment des "cochonnes", justes des filles ayant envie de s'amuser un peu !

mais je t'avoue qu'être sur une page nudiste, c'est un peu être dans un monde "à part"... c'est un première étape vers le retour au naturel ... je me demandais au début si j'avais le droit de bander... mais rapidement, les premières fois tout du moins, tu te rends compte que tu ne peux pas y échapper... surtout à la vue d'aussi belles plantes, qui, le plus naturellement du monde, arborent leur sexe et leur intimité sans pudeur aucune ! quel pied !

... en route vers le paradis !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

Très belle narration, mais peu réaliste:les naturistes ne font pas bon ménage avec les exhib/voyeurs.D'autre part, un vrai naturiste ne rentre pas en érection souvent car il est habitué à la nudité( je sais de quoi je parle car j'en suisun cequi ne m'empêche pas de rechercher autre chose ailleurs). Les plages qui ont reçu des autorisation pour la pratique du naturisme essaient de se protéger de ces comportements normaux certes, mais sexuels afin que cette autorisation ne leur soit pas enlevée.Ceci dit vous étiez peut-être simplement

dans un lieu libertin et non pas sur une plage naturiste et dans ce cas c'est très bien d'avoir écrit ce texte où ne manque aucun détail.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest decibel

Très belle narration, mais peu réaliste:les naturistes ne font pas bon ménage avec les exhib/voyeurs.D'autre part, un vrai naturiste ne rentre pas en érection souvent car il est habitué à la nudité( je sais de quoi je parle car j'en suisun cequi ne m'empêche pas de rechercher autre chose ailleurs). Les plages qui ont reçu des autorisation pour la pratique du naturisme essaient de se protéger de ces comportements normaux certes, mais sexuels afin que cette autorisation ne leur soit pas enlevée.Ceci dit vous étiez peut-être simplement

dans un lieu libertin et non pas sur une plage naturiste et dans ce cas c'est très bien d'avoir écrit ce texte où ne manque aucun détail.

Merci pour ces précisions :lal:

Sinon, en effet :wink: ta nouvelle narration de masturbation/exhib'/voyeurisme est plutôt sympa, Asmoth :D:D :roll:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et bien tu as eu plus de chances que moi, sur la plage naturiste où je suis allée quelques jours, il n'y avait que des petits vieux où tout pendait lamentablement, et quelques jeunettes aux formes incomplètes... à croire que tous les 20-50 ans avaient déserté le coin :lal:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Roooh c'est tellement dommage qu'il ne se passe rien de plus :wink: Mais très excitant tout de même!! ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

moi je vais a la plage de nudiste avec mon ex tante et c'est elle qui me fait bandé alor difficil d'y échappé

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

jamais étais sur plage naturiste, mais si une âme charitable souhaite me faire découvrir les plaisirs de ces endroits :aime2: sa doit vraiment être fun de ce balader nue sur la plage :aime2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

superbe histoire dommage qu'il ne ce soit pas passé quelque chose avec les filles

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.