Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Toca

Une partie de poker

Recommended Posts

Voilà 4 ans que nous sommes ensemble A et moi.

Divorcé tous les 2, et une belle histoire d’amour que nous vivons depuis que nous vivons ensemble.

A est une jolie petite brune, juste un peu coquine et notre entente sexuelle est parfaite.

Néanmoins, l’un comme l’autre avons envie de pimenter un peu notre vie sexuelle ; j’ai toujours fantasmé sur l’idée de faire l’amour avec un autre couple. A, elle est plutôt tentée par une expérience avec une femme.

Mais ce ne sont que des fantasmes que nous avons du mal à imaginer mettre en pratique.

G est un collègue de bureau que je ne connais pas plus que ça, mais lors d’un déplacement professionnel commun, nous avons eu l’occasion de parler un peu de nos vies et il m’a avoué partager les mêmes fantasmes que moi.

De retour de notre déplacement, je l’ai accompagné chez lui et il m’a présenté son épouse S.

Une jolie femme, de taille moyenne avec un air coquin et très chaleureuse.

Sa tenue un peu sexy ne m’a pas laissé indifférent ; un chemisier blanc largement ouvert sur une poitrine de taille moyenne mais bien formée, une jupe courte, fendue sur le côté qui laissait apercevoir le haut de ses Dim up au gré de ses mouvements.

Nous avons pris un rafraichissement et avons discuté un peu histoire de faire connaissance.

En les quittant, je leur ai proposé que nous fixions une date afin de passer une soirée ensemble.

J’ai parlé de cette rencontre avec A et elle fut enchantée à l’idée de rencontrer ce couple et de passer une soirée ensemble.

Quelques jours plus tard, j’ai appelé G pour lui proposer de venir passer la soirée à la maison le samedi suivant.

C’est alors qu’il me proposa de faire une soirée Poker.

N’étant pas joueur, A non plus je lui dis que ce serait avec plaisir, mais que nous sommes tout à fait débutant. Il me dit que ce serait l’occasion d’apprendre.

Le samedi après midi, après avoir préparé la maison pour recevoir nos hôtes, je suggérai à A de mettre son petit chemisier mauve transparent qui laisse voir de façon très nette son soutient gorge une jupe courte et des Dim up de façon à être aussi sexy que l’était S lorsque j’ai fait sa connaissance.

Depuis ce jour d’ailleurs, A n’arrêtait pas de me poser des questions sur S puisque je la lui avait décrite comme quelqu’un de très attirant.

Nous avions même fantasmé un peu en faisant l’amour et l’avions jointe en virtuel à nos ébats.

A mis donc ce chemisier, une jupe noire, courte des collants et ses bottes cuissardes ; je me suis demandé en la voyant ainsi si je n’allais pas lui faire l’amour sur le champ. Je fis bien quelques allusions, mais elle me repoussa gentiment en rigolant et en me disant qu’il faudrait bien que j’attende la fin de la soirée.

19 h 30, la sonnette retentie ; je suis tout excité et A aussi ; on a le cœur qui bat sans vraiment savoir pourquoi.

G et S arrivent avec à la main, un énorme bouquet et 2 bouteilles de Champagne.

G est très élégant comme à son habitude bien qu’en tenue décontractée et S elle est superbe.

Elle a un pull a col roulé sans manche très moulant qui laisse voir sans équivoque qu’elle ne porte pas de soutient gorge, une jupe assez longue fendue très haut et des bottes.

Nous faisons les présentations et passons au salon, prêt de la cheminée pour discuter un peu et prendre l’apéritif.

Je surveille A du coin de l’œil et je vois bien qu’elle n’est pas indifférente au charme de S.

G quand à lui semble aussi attiré par A que moi par S.

Le sujet de conversation glisse doucement vers nos vies respectives et une complicité non feinte s’établie entre les 2 femmes.

S accompagne A dans tous ses déplacements à la cuisine et nous les entendons rigoler.

Elles finissent par parler entre elles de sujets féminins auxquels G et moi ne prêtons pas trop attention mais qui doivent être de plus en plus intimes car elles parlent de plus en plus bas et rient de plus en plus.

Après le repas, nous sommes tous les 4 un peu gai et G commence à nous expliquer les règles du Poker.

Nous ne jouerons pas d’argent, mais des jetons pour commencer.

A qui n’est vraiment pas une adepte des jeux de carte perd assez rapidement son capital et en rigolant, G lui dit :

« quand on est ruiné, pour continuer à jouer, il faut miser avec ses bijoux et ses vêtements »

A qui est plutôt assez pudique en général lui répond :

« alors d’accord, mais tout le monde joue avec ses bijoux et ses vêtements »

Aussitôt dit aussitôt fait. Les jetons sont rangés et nous reprenons notre partie à zéro.

« Tout le monde enlève ses chaussures car elles ne comptent pas dit G »

S perd dès le début et commence à enlever le collier qu’elle a autour du coup, puis je perds à mon tour ; en guise de bijoux, je n’ai que ma montre.

G lui ne perd pas ! Par contre A perds trois parties de suite et se retrouve à ne plus avoir de bijoux à enlever. Je suis curieux et impatient de savoir si elle va oser aller plus loin.

Je perds de nouveau et je propose de retirer une chaussette ; les femmes me disent que ce n’est pas du jeu, que les chaussettes ne comptent pas et que c’est ma chemise que je dois enlever.

Je me fais un peu tirer l’oreille, mais l’alcool et l’excitation du moment aidant, je retire ma chemise.

Il ne va pas falloir que je perde trop vite car il ne me reste que mon pantalon et mon caleçon avant d’âtre nu comme un vers.

G n’a toujours pas perdu et c’est S qui perd coup sur coup. Elle va devoir enlever un vêtement. Secrètement, j’espère qu’elle va enlever son pull …

G, A et moi insistons d’ailleurs sur l’air des lampions ; « Le pull, le pull, le pull ».

Contre toute attente, c’est sa robe qu’elle dégrafe pour laisser apparaitre de belles jambes gainées de noir et un string des plus sexy.

G perd enfin, mais il lui reste tant d’effets à retirer qu’il n’est pas inquiet.

A par contre, qui n’entend finalement pas grand-chose à ce jeu perd de nouveau et comme S enlève sa jupe laissant voir elle aussi un string excitant et des bas qui la rendent très désirable.

Je perds à mon tour et me retrouve en moins de temps qu’ il ne faut pour le dire sans pantalon, aidé pour le retirer par les 2 femmes qui décidément sont déjà très complices.

Nous faisons une pose et alors que nous sommes seuls A et moi quelques instant, elle me dit :

« j’ai très envie de faire l’amour avec S ; est-ce que tu veux bien »

Oufff, je ne m’attendais pas à cela ! En fait, je ne sais pas ; passer du fantasme à la réalité n’est pas forcément évident.

« mais est-ce qu’elle voudra ? »

« Je ne sais pas, on verra »

Moi par contre, je veux bien qu’elles fassent l’amour ensemble, mais je n’ai pas envie d’être en reste, et puis, G sera –t’il d’accord.

Je livre mes pensées à A qui me réponds :

« si les choses doivent se faire on verra bien »

« Alors d’accord, mais on fini tous les 4 dans le même lit »

« d’accord » me répond A avec un air coquin qui en dit long sur son envie de faire l’amour »

Nous nous remettons autour de la table et reprenons notre jeu.

L’atmosphère a changée ; nous sommes plus tendues. Il s’est passé quelque chose pendant cette interruption.

G et S ont probablement abordé le même sujet que nous.

De plus, les filles et moi n’avons plus grand-chose à retirer avant d’être nu.

G perd sa partie d’entrée et retire sa chemise, puis S perd la sienne et là….

Plus personne ne dit rien, nous sommes presque gênés ; alors S dans un grand éclat de rire se lève, retire son pull et le lance à la façon des streaptiseuse après l’avoir fait tournoyer au dessus de sa tête.

Sa poitrine est vraiment superbe.

La tension est grande car le prochain qui perd risque de dévoiler toute son intimité, mais, comme pour faire durer le suspens, à moins qu’il ne l’ai fait exprès, c’est G qui perd et qui comme moi se retrouve en caleçon.

A perd sa partie et malgré notre insistance à tous 3 refuse d’enlever soin string et enlève donc son chemisier.

Son soutien gorge est légèrement transparent et on devine ses tétons à travers la dentelle.

S lui en fait d’ailleurs le compliment ce qui a pour effet de faire rire A .

Qui va perdre la prochaine partie ? les paris vont bon train et on sent que l’atmosphère est encore plus tendue que tout à l’heure, plus tendue mais aussi pus érotique.

Les allusions coquines pleuvent et les regards ne se cachent plus pour regarder les attributs de chacun.

On distribue les cartes et chacun se demande qui va perdre.

C’est G qui perd et qui demande que les femmes l’aident pour retirer son caleçon.

A ma grande surprise, A se lève sans hésiter pour aider S à retirer le caleçon de son mari.

Ces 2 coquines mettent au jour un sexe de très belle taille déjà gonflé par le désir.

En baissant son caleçon, S passe une main sur le sexe de son mari et lui fait une bise juste dessus.

Cette fois c’est sûr, la soirée a dérapée.

S dit à A :

« Si ton mari est d’accord et que tu veux caresser le joujou de G, ne te gène pas »

J’en ai le souffle coupé. Les filles sont donc bien plus « sexe » que nous.

G lui rigole et se laisse faire.

Que va faire A.

Elle me jette un coup d’œil. Je lui fait signe que je suis d’accord.

Mais à ma grande surprise, elle répond à l’attention de S:

« Non, je préfère embrasser tes seins ! »

C’est S qui pour le coup a le souffle coupé.

G rigole et A attend de voir la réaction qu’elle a provoquée.

S lui répond après plusieurs secondes d’hésitation et après avoir consulté son mari du coin de l’œil :

« et pourquoi pas ; il faut tout essayer »

A s’approche de S, pose sa main sur un sein et pose délicatement un baiser sur ses lèvres.

S ne bouge pas, ne lui rend pas son baiser ; alors A l’embrasse dans le cou puis descend jusqu’à son sein, y dépose plein de petits bisous et finit par embrasser de plus en plus goulument le téton tout dur de S tandis que sa main droite lui caresse le dos et que l’autre lui caresse l’autre sein.

G et moi sommes pétrifiés ; le sexe de G a doublé de volume. Je ne peux pas m’empêcher de penser que c’est un sacré engin .

S se laisse faire, mais elle a glissé une main dans les cheveux de A et l’autre dans son dos.

« dites les filles, on la fini cette partie »

A arrête là ses baisés et prends la main de S

« oui mais vite fait répond A en rigolant »

Je ne l’ai jamais vu aussi entreprenante, je suis dans un état d’excitation extrême. J’ai envie de liquider cette partie et de nous retrouver tous les 4 dans la chambre.

L’envie de jouer n’est plus là et à peine les cartes sont elles distribuées que A annonce que par solidarité avec S elle enlève son soutien gorge.

Je rétorque aussitôt que par solidarité avec G, je retire mon caleçon.

Il ne reste que les strings aux filles et leur bas qu’elles ont gardés.

« Et si on allait dans notre chambre »

Sans rien dire, nos invités nous suivent à l’étage ; enfin nous suivent, nous suivons les filles qui se sont prises par la main, ce qui nous permet à G et à moi de regarder leurs fesses dans l’escalier.

Il n’y a pourtant pas besoin de ça pour nous exciter !!!

Arrivés dans notre chambre, A retire le couvre lit et prend aussitôt S par la taille et l’entraîne sur le lit en l’embrassant à pleine bouche.

J’allume juste une lampe de chevet et de voir ces 2 corps de femmes juste avec leur string et leur collant me met ainsi que G dans un état incroyable.

S semble prendre gout à cette première expérience saphique ; elle roule sur A qui en profite pour lui glisser la main dans le string pour le lui retirer ce qui me permet d’apercevoir un entrejambe luisant et juste un peu poilu

La main de A se glisse entre les fesse de S et je vois ses doigts écarter doucement son sexe, un doigt entrer délicatement dans le sexe de S puis ressortir trempé et remonter en s’attardant un peu sur son petit œillet.

G me dit « elles vont nous faire craquer ces coquines , et si A lui caresse l’anus elle ne va pas tarder à hurler »

Ha bon, elle aime la sodo ?

Non, elle n’a jamais voulu que je la prenne par là, mais elle adore que je la caresse et que je rentre juste un doigt ou un tout petit sexe toy ; c’est à cause de la taille de mon sexe me dit G, elle a peur d’avoir mal »

Pendant ce temps, A est repassée sur S et c’est cette fois S qui caresse le sexe de A. Elle aussi aime les caresses sur l’anus, mais elle n’ a jamais voulu non plus que je la prenne par son petit trou.

A frotte son clito sur la jambe relevée de S tout en l’embrassant et en lui caressant les seins et les cheveux.

Aux petits cris qu’elle pousse, je pense qu’elle se prépare à prendre son pied, S lui met carrément 2 doigts dans l’anus et dit :

« tu ne veux pas te faire prendre pendant que tu es sur moi ? »

A répond oui dans un souffle, mais qui va la prendre ? j’ai très envie de le faire et en même temps j’ai envie de la voir prise par le sexe énorme de G.

On se regarde, je lui dit :

« vas-y »

Il ne se fait pas prier, il s’allonge sur le dos de ma femme. S a rabaissé sa jambe et G embrasse le dos puis les fesses puis l’anus et le sexe trempé de ma femme.

Il remonte et lui dit à l’oreille quelque chose que je n’entend pas.

Par contre, j’entends la réponse de A dans un souffle.

Oui si tu veux.

Je me doute de ce qu’il lui a demandé

Et je ne me suis pas trompé ; ce qu’elle m’a toujours refusé, elle l’accorde à G.

Elle l’aide même ; une main de A et une de S guide le sexe de G vers les petit trou de ma chérie

Elle qui m’a toujours dit qu’elle n’amait pas ça, elle va être servi avec ce gros engin.

G entre doucement du moins je l’imagine à ses mouvements et à ceux de A puis il se retire, caresse avec l’aide de sa femme l’anus de A, y entre 2 doigts, puis 3. Elle gémit mais son corps ondule comme s’il attendait avec impatience d’être enfin prise.

G Se remet en position et cette fois à son attitude, je vois bien qu’il ne va pas s’arrêter en chemin.

S prend le sexe de son mari à pleine main et le guide .

Il pousse d’un coup ce qui provoque une grimace et un cri chez A, mais G ne s’arrête pas. S caresse ses 2 amants. G continue de s’enfoncer dans le corps de ma femme, qui maintenant remonte les reins pour mieux recevoir ce sexe qu’elle ne connait pas .

G commence ses ondulations aidé en cela par les mouvement de reins de A.

Il écarte les jambes ce qui me permet de voir ce sexe dans le corps de ma femme aller et venir et écartant de façon incroyable son petit trou.

Le genou de S n’est pas en reste et frotte le petit bouton de A.

Je suis fasciné par ce spectacle, en même temps je voudrais participer, mais je ne sais pas quoi faire.

Je me caresse en les regardant.

S me vois et me souris : « je t’offre le mien après » me dit elle ce qui a pour effet de faire encore monter ma tension.

Au souffle court qui sort de la bouche de A, je sens qu’elle ne va pas tarder à jouir.

Elle sert des poings sur le drap et embrasse S goulument.

G aussi ne va plus tenir très longtemps, ses mouvements sont de plus en plus désordonnés.

Tout d’un coup, il se retire a moitié, s’arrête quelques secondes alors que le corps de A ondule de plus en plus fort et s’enfonce d’un coup sec en poussant un râle.

A se met elle aussi à crier comme jamais je ne l’ai entendu crier.

S l’embrasse, la cajole, la caresse, caresse son mari qui n’en fini plus de jouir.

A aussi joui toujours dans des mouvements désordonnés et en embrassant S.

Puis l’orage se calme, les corps s’arrêtent de bouger, G qui n’est pas dans une position très confortable se retire du corps de ma femme qui reste allongée sur S . Elles s’embrassent se caressent, S lui caresse l’anus, le sexe de petits mouvements doux. Elles se susurrent des mots à l’oreille, puis A glisse sur le côté découvrant à mon regard le corps de S et me dit :

Vient mon amour, on va s’occuper de toi toutes les 2 maintenant

Je ne me fais pas prier, mais je ne me sens pas libre de faire ce que je veux à S avec ma femme à mes côtés.

Elle doit le sentir et me dit :

« va y mon chérie, fais lui l’amour »

Je commence à embrasser S à lui caresser les seins, elle me rend mes baisers, sa main prend mon sexe et le caresse. Pourvu que je tienne le coup, je suis tellement excité.

Je sens aussi les mains de A sur mon corps, sa bouche qui m’embrasse partout.

Je descends en embrassant le corps de S avec l’envie de lu lécher le sexe, mais la place est déjà prise, A s’occupe déjà de S. Elle m’invite à la rejoindre, nos langues se mélangent tout en jouant avec le sexe de S, A lui glisse les doigts partout y compris dans son petit trou, ce qui fait gémir S. c’est divin.

Alors A s’arrête et me dis :

« G a pu profiter de mon petit trou, alors S t’offre le sien »

Je n’en crois pas mes yeux ni mes oreilles ; A fait se retourner S à plat ventre, elle lui écarte les cuisses, lui caresse son petit trou, ses lèvres, son bouton, elle lui met un doigt puis 2 , la lèche encore. Pendant ce temps, S me caresse toujours. A prend un oreiller et le glisse sous le ventre de S. J’ai cette croupe offerte devant les yeux et c’est ma femme qui m’invite à la prendre

J’embrasse ce petit œillet avec délectation ce qui fait beaucoup gémir S. Je ne sais pas ce que fait G pendant ce temps, mais je ne m’en préoccupe vraiment pas.

Puis elle me dit : « prend moi fort »

Je me mets sur elle, je sens la main de A se glisser entre nous, prendre mon sexe et le guider pour entrer dans ce petit trou.

La sensation est divine, c’es t serré, j’ai du mal à entrer, S semble avoir mal, je me retire entre 3 doigts délicatement dans l’anus de S ce qui la fait gémir encore plus fort, je mouille bien le conduit et reprends ma position encore guidé par ma femme.

J’entre en elle doucement et d’un coup, c’est elle qui s’empale sur moi en criant.

La main de A est passée sous le corps de S et je sens qu’elle lui caresse le clitoris.

Mes allées et venus sont de plus en plus rapides et faciles . S crie toujours mais elle semble prendre du plaisir.

Je sens une main sur mes fesses qui m’invite à continuer. Ce n’est pas une main de A ; en tournant la tête, je la vois sur le dos, jambes relevées et écartées en train de se caresser vigoureusement.

Je vois aussi que G a retrouvé toute sa vigueur et qu’il s’approche de ma femme.

Il la prend d’un coup, elle l’enserre de ses jambes, il la pilonne, elle crie comme jamais

Je sens que je ne vais plus tenir très longtemps.

S retient son souffle, elle se contracte, et se met à hurler de plaisir en même temps que moi.

G est sur le point de jouir aussi et A qui a glissée une main entre eux pour se caresser le clitoris part dan un second orgasme .

Nous nous sommes allongé tous les quatre, dans les bras les uns des autres en nous caressant et en nous embrassant. Puis on est parti tous ensemble d’un immense éclat de rire.

On a recommencé à faire l’amour, mais chacun avec son partenaire attitré, avec beaucoup de tendresse, les filles se sont encore fait des gentillesses, elles ont goutées chacune à l’autre et c’est au moment où le jour commençait à se lever que nous nous sommes endormi.

Nous avons pris possession de la baignoire tous les 4 après notre réveil vers midi et c’est dans de grands éclats de rires que nous avons lavé chacun le dos de l’autre…. Et le reste.

On a passé le reste de la journée en couple sans que personne n’ose proposer de recommencer bien que chacun en avait probablement envie.

Il n’y aura pas de poker mais S a promis de faire essayer ses sexe toys à A.

Nous en avons évidemment reparlé avec A et elle m’a avouée avoir adoré tout ce qu’elle a vécu bien qu’elle ait préféré avoir le sexe de G dans le siens plutôt que dans son petit trou ; elle a eu un peu mal le lendemain, mais sur le coup, elle a adorée.

Ce qu’elle veut essayer la prochaine fois, c’est que nous la prenions tous les 2 ensemble.

La semaine prochaine, nous allons chez eux…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

j'adore!!! :content: quelle complicitée

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très beau texte bien écrit très sensuel et érotique

Bravo

Vivement le récit de votre prochaine rencontre

:content::roll::roll: :-D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je crois que je vais me mettre au poker............

Je dois dire que pour le 1er message que je lis, il fait chaud tous d'un coup

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très beau, très excitant, et très bien raconté.

(A part les A, S, G ... j'aurais préféré des prénoms d'emprunt, mais c'est pas grave ... ;o) )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Humm :console: très beau récit, qu’elle tendresse, et de romantisme, c’es si beau de faire cela en couple et très excitent, vivement la suite avec autant de détail, un bonheur. :bisou:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vraiment très stimulant comme expérience!

Très bien raconté et avec tous les bons et excitant détails!

J'ai hate de jouer au poker avec mes voisins... j'espere que ma copine voudra :lal:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La semaine a été longue. Notre rendez vous chez Georges et Sandrine est pour ce soir.

Ils nous attendent dans le chalet qu’ont les parents de Sandrine dans le Jura.

Annie et moi avons posé notre vendredi après midi de façon à arriver en fin de journée, d’autant que la neige est annoncée sur le Jura.

Depuis cette soirée Poker, notre vie a un peu changée.

En fait quand Georges et Annie sont partis, nous nous sommes retrouvés tous les 2 tout bête sans savoir si tout ceci était réel, si on n’avait pas fait une bêtise, si notre entente n’allait pas s’en trouvé perturbée, mais en même temps c’était tellement, fort, tellement excitant.

On a donc passé le reste de la journée sans trop savoir comment se comporter l’un envers l’autre.

Puis le quotidien a repris le dessus. Je suis parti en déplacement 3 jours et durant cette absence, je me suis demandé ce que pouvait bien faire Annie, si elle n’aurait pas envie d’aller voir Georges et Annie… bref, je me suis fait mon film. Lors d’un de mes appels à Annie, le soir depuis ma chambre d’hôtel, je lui fis part de mes questions à ce sujet, questions d’autant plus idiotes qu’en fait je me faisais mon petit fantasme personnel et espérant presque qu’elle aille les rejoindre et qu’elle me raconte ensuite….Ha la psychologie du couple…..

Lors de notre conversation donc, je n’osais pas aborder le sujet quand tout d’un coup, après un silence comme il en arrive parfois, Annie me dit :

« Tu sais, hier soir, je me suis mise à fantasmer toute seule dans le lit ; j’imaginais que tu n’étais pas en déplacement mais que tu étais allé rejoindre Georges et Sandrine et que vous faisiez des trucs sans moi…… »

Sur le coup, j’étais pour lui dire que moi aussi je pensais à des choses du même genre mais, après un moment d’hésitation, je lui dis :

« et ça t’a excitée ? ………………..tu t’es caressée ? »

J’eu pour réponse un tout petit oui, timide suivi d’un long silence gêné.

«tu me racontes ???? »

« je n’ose pas ! »

« Mais si mon amour, raconte moi »

Long silence…

« Tu sais, moi aussi j’imaginais que tu étais partie les rejoindre…. »

« Ha oui ???? »

Elle se mit à rire, moi aussi, puis elle essaya de dévier la conversation.

Mais j’avais trop envie de l’entendre me raconter son fantasme, comment elle s’était caressée, j’avais envie d’elle….

« Raconte moi ma Chérie, j’ai envie de toi…. »

He bien, en sortant du bureau, je croisais Sandrine, on se trouvait toute gênée toutes les 2, Sandrine me proposait de venir diner avec elle car Georges est en déplacement……………..et voilà ! »

« Et voilà quoi ? »

« Mais tu m’embêtes avec tes question, c’est personnel, voilà »

Manifestement je n’en saurais pas plus ; je n’avais plus qu’à imaginer.

Je la connais, quand elle se braque elle est pire qu’une mule.

On en est donc resté là et j’ai trouvé la soirée bien longue tout seule dans ma chambre avec l’idée que le fantasme de ma femme pourrait bien se réaliser, mêlant en moi un sentiment d’excitation et de jalousie, jalousie de ne pas pourvoir participer, d’être absent d’un moment de vie si intime de ma femme, bref un peu la tête à l’envers.

En rentrant le lendemain, on s’est vite réconcilié.

En fait, on était aussi gêné l’un que l’autre de notre discussion de la veille et nous n’en avons pas reparlé, mais en faisant l’amour, on s’est bien rendu compte mutuellement que nous étions chacun plus excité qu’à l’accoutumée.

Ce n’est qu’après, qu’Annie me dit :

« Ha au fait, j’au eu Sandrine au téléphone hier soir….. »

« Ha ? et alors »

Mon cœur s’était mis à battre plus fort. Qu’allait-elle m’annoncer ?

Avait-elle fait quelque chose en mon absence ?

He bien nous sommes invité à passer le WE dans 15 jours au chalet des Parents de Sandrine dans le Jura…. »

Houch ! donc ils ont osé nous recontacter. Depuis ce fameux samedi soir, nous n’avions plus de nouvelles et quelque part nous étions gênés et n’osions pas en donner tout en ayant envie qu’ils nous contactent …

Annie avait posé sa tête sur mon torse et sa main courait de plus en plus bas sur mon torse jusqu’à effleurer mon sexe.

La situation plus la nouvelle qu’Annie venait de m’annoncer me redonna de la vigueur.

Annie approcha sa tête de mon oreille et me dit en chuchotant :

« l’autre soir, après qu’on ait raccroché, je me suis sentie bête de ne pas avoir voulu te dire mon fantasme, et puis après le coup de fil de Sandrine, j’ étais très excitée, alors je me suis couchée avec ma petit nuisette mauve transparente très courte, tu sais ( ho oui je sais !), j’ai passé ma main sur mes seins comme tu me le fais, j’ai glissée mon autre main entre mes cuisses, je me suis caressée en pensant que c’était Sandrine qui me faisait tout ça, on s’embrassait, je lui passait les doigts dans son petit minou, puis elle venait me lécher, elle mettais des jouets dans mon sexe…. »

On a refait l’amour, fort, rapidement, intensément ; elle qui est toujours très longue à venir a joui très vite, tant et si bien que c’est moi qui étais en retard.

Décidément, Sandrine d’habitude timide, réservée, pas prude mais pas très loquace quant à son intimité, m’étonnes ; cette expérience est en train de la changer ; je ne voudrais pas que ça la change trop non plus …

On a pris la route vers 14 h et le GPS nous annonce une arrivée vers 19 h.

La nuit est tombée, il ne neige pas mais le paysage est tout illuminé par le manteau blanc qui est tombé ces derniers jours.

La route serpente et monte, de plus en plus étroite et nous emmène de plus en plus loin du monde « civilisé ».

Il règne une atmosphère étrange dans la voiture, on ne parle plus depuis un petit moment, Annie a mis sa tête sur mon épaule et sa main sur mon cœur ; c’est très tendre et je pense à cette chanson d’Yves Duteil… «Virages »

On est en plein dans la chanson….

C’est très romantique et très bon…

« Je crois qu’on arrive ma Chérie »

« C’est superbe ; j’éspère qu’on va passer un bon WE »

Georges a dû nous entendre arriver, il est sur le pas de la porte.

« Salut vous deux ; vous avez fait bonne route ? Entrez, il fait meilleur devant le feu »

Le chalet est génial, tout en bois, la cheminée est immense et un feu magnifique chauffe l’ambiance…

Sandrine apparait, sublime, dans un legging noir, une jupe très courte, un pull moulant avec un très grand col roulé.

On se fait la bise, échangeons des banalités, les femmes toujours aussi complices échangent sur leurs tenus respectives.

Georges nous propose de nous mener à notre chambre afin d’y déposer nos affaires avant de nous faire faire le tour du propriétaire et ensuite de boire un apéro bien mérité devant la cheminée.

La chambre est sympa, typique des chalets Suisse tout autant que le reste de la maison, qui, bien que rustique et simple dégage une atmosphère chaleureuse.

On s’installe rapidement.

« C’est drôlement sympa ce chalet…..je suis toute émue, toute blizzard, en fait je ne me sens pas très à l’aise me glisse Annie en me faisant un bisou très tendre »

Moi non plus, je ne suis pas très à l’aise… L’inconnu… que va-t-il se passer, comment…..

« Allez, tu viens ? on descend »

« Attends ! encore un bisou ; je t’aime tu sais » me susurre Annie

Nos amis nous attendent dans le canapé, George nous propose l’apéritif pendant que Sandrine va à la cuisine chercher des amuses gueules qui cuisent dans le four.

« Ca sent bon dis donc » dis-je à Sandrine.

Manifestement, si George à l’air détendu, Sandrine en revanche semble nous fuir.

Quand elle revient avec le plat, George la prend par la taille et l’invite à s’assoir sur ses genoux. L’atmosphère se détend peu à peu. L’apéritif, la chaleur du feu..mais les conversations restent banales et on dirait que les uns comme les autres évitons d’aborder le sujet de cette fameuse partie de poker.

George est même en train de nous parler de son planning du lendemain, avec la balade au col de …je ne sais plus quoi.

On se regarde du coin de l’œil avec Annie ; on n’est pas venu pour une partie de « baise » mais on s’attendait à plus d’érotisme et finalement à poursuivre l’aventure commencée il y a 3 semaines.

Ce n’est en tous cas, pas l’impression que donnent nos amis.

« On passe à table ? » nous demande Sandrine

A table la conversation n’est guère plus érotique quoique fort sympathique.

L’ambiance est juste étrange, comme gênée, comme guindée.

Je profite de l’absence momentanée des 2 femmes pour demander à George si tout va bien.

Il me regarde un sourire en coin et me dit :

« Tu sais, en fait Sandrine et moi sommes mort de trouille .

On a eu du mal à se remettre de l’expérience de la dernière fois ; ça a un peu chamboulé notre vie »

A ce moment, Sandrine arrive et demande à son mari ce qu’il était en train de dire .

« Je disais à Vincent que notre expérience nous avait un peu perturbé et que nous avions hésité à donner une suite »

« C’est vrai, on a beaucoup aimé tout ce qui s’est passé, mais on a peut-être trop gambergé par rapport à cela, ce qui fait qu’on s’est posé plein de questions sur notre couple… » dit Sandrine.

Ouachhh ; on est tombé en pleine scène de ménage !!!

Le WE risque de ne pas être tout à fait celui qu’on espérait !

« Mais on vous rassure tout de suite, on a fait le point, on est en phase, et au contraire, ça nous a fait beaucoup de bien (rires)….de parler( re rires) »

Ca y est, l’ambiance commence à se détendre.

Annie arrive sur ces entrefaites et se joint à la conversation en demandant : « de quoi parliez-vous ? »

Gros éclat de rire de nous trois, et la pauvre Annie qui nous regarde sans comprendre.

C’est Sandrine qui lui résume en quelques mots ;

« C’est à cause de moi ? » dit Annie inquiète à Sandrine.

Oh non, pas du tout, au contraire……j’ai très envie de recommencer lui répondit Sandrine dans un souffle et avec beaucoup de gêne.

L’ambiance à complètement changé, on est comme libéré de cette angoisse.

Sandrine se lève, va vers Annie, et lui dépose un tout petit bisou sur la bouche en riant.

« Tu vois que je ne t’en veux pas »

George qui manifestement commence à avoir des idées nous demande si on veut aller nous coucher ou si on reste devant le feu.

Annie : « tu veux refaire un poker ? »

Rires

George, gêné :

« Mais non ! je disais ça sans aucune arrière pensée ; je vous demandais si vous étiez fatigués et si vous vouliez aller dans votre chambre ! »

Rires de nouveau !

« Sincèrement, je reprendrais bien un petit verre devant le feu » dis-je en m’allongeant à même le tapis devant la cheminée.

« Bonne idée » dit Sandrine qui aussitôt vint s’allonger à mes côtés bientôt suivie par Annie.

George en train de remplir les verres nous demande en riant de lui garder une petite place.

Nous sommes donc à demi allongé devant le feu, les deux filles côtes à côte au milieu.

« Alors comme ça, tu as aimé que je te fasse l’amour ? » demande Annie à brule pourpoint à Sandrine.

« En fait j’ai adoré tout ce qu’on a vécu, j’ai juste eu du mal à revenir sur terre et à faire la part des choses, après »

Tout en parlant, Sandrine a rapproché sa main de celle d’Annie.

George et moi nous sommes rapprochés de nos femmes respectives.

Les filles se regardent dans les yeux, leurs mains se serrent, elles se rapprochent l’une de l’autre, s’embrassent, s’enlacent, s’allongent ; leurs jambes s’entremêlent…

Et nous, George et moi, on est comme deux ronds de flancs à les regarder.

Sandrine a pris les choses en main, si je puis dire, elle est allongée à demi sur Annie et sa main a glissée sous son chandail.

Annie elle, a commencée à glisser une main sous le pull de Sandrine, lui caresse le dos et la glisse doucement dans son legging.

Je vois cette main se déplacer sur les fesses de Sandrine, sous le tissu, c’est très excitant !

....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est toujours autant sympa !!!

je languis de lire la suite :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

Oui :wink:

On attend la suite... :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Magnifique récit ... et comme tout le monde, il me tarde de lire la suite

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.