Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Guest notaireespagnol

hsitoire érotique spécial gros seins(revue et corrigée)

Recommended Posts

Guest notaireespagnol

salut, désolé, j'avais publié ça avec des erreurs malencontreuses et des confusions, voici la version sans souci, désolé pour ceux qu'ils l'ont déjà lu, c'est un work in progress...

je cherche une fin lol

L’été s’annonçait particulièrement agréable pour Maxime, il allait profiter de la maison de campagne de ses parents dans le sud de la France. C’était une vaste villa cachée en Provence, loin du monde et de ses agitations. Maxime vivait avec ses parents et sa petite amie Sarah. Il venait de fêter ses 19 ans, il y a quelques jours dans la même villa avec toute sa famille, et il lui restait encore un bon mois de vacances avant de reprendre les cours. Sa vie se passait tranquillement dans une certaine oisiveté. Il venait de rencontrer sa petite amie, et ils n’avaient pas encore consommé leur union. Elle désirait selon elle, attendre le moment opportun. Le temps s’étirait doucement, seulement interrompu par quelques visites amicales ou familiales. Maxime et sa petite amie ne recevaient aucune visite comme s’ils avaient coupé les ponts pendant les grandes vacances. Les vacances se passaient comme hors du temps et en vase clos. Maxime, finalement appréciait autant qu’il détestait la situation qu’il avait choisie. Il s’ennuyait un peu mais il ne voulait pas sortir de cet ennui, il y trouvait un certain plaisir. Mais c’était sans compter la présence de la mère de sa petite amie, Ludivine accompagné de son nouveau mari qui allait sans conteste donner une nouvelle tournure à ces vacances.

Parfois, cette ambiance lui pesait. Sa chambre qu’il partageait avec Sarah était à côté de celle de ses beaux-parents, elle était grande et bien aérée, et meublée de façon parcimonieuse. Un lit, une table, une armoire, et un ordinateur, il n’avait peu de livres, et pas d’autres loisirs. Les soirées étaient généralement longues après les repas, la télévision n’offrait que peu de distractions. Il restait souvent dans sa chambre, la porte grande ouverte et surfait sur internet. Sarah venait souvent le voir, et lui disait de trouver mieux à faire et souvent il lui disait : «Et quoi donc ? » et puis « Bon, si tu veux, on discute. » Sarah s’asseyait sur le coin de lit, et prenait des revues qui traînaient par terre. Sarah était une magnifique jeune fille, aux cheveux blonds foncés, grande, gracile, aux formes voluptueuses et à la taille fine. Elle pratiquait beaucoup de sports et n’avait aucune imperfection. Ce soir, elle portait un jean taille basse avec une belle ceinture blanche qui lui ceignait la taille et un petit top moulant qui lui dégageait le bas du ventre. Elle a fait tourner la tête de plus d’un jeune homme l’année passée au grand désespoir de Maxime.

Maxime trouvait Sarah particulièrement attirante et à son goût. Aussi, à sa vue en bikini, il tournait presque la tête, gêné de la regarder aussi directement. Son bikini ne cachait presque rien de son anatomie sublime autour de la piscine familiale, et pour lui cela devenait un enfer. Ses nuits solitaires étaient remplies de rêves peu avouables mais qui le comblait de plaisir. Combien de fois a-t-il rêvé de la voir décrocher le haut de son maillot devant ses yeux ébahis et bien plus encore. A chaque fois, qu’elle venait dans sa chambre, il espérait qu’elle lui fasse un strip-tease privé qui lui pourrait lui permettre d’y voir clair. Cette situation lui pesait quelque peu ne sachant pas si quand ils allaient passer à l’acte. La seule chose qu’il savait était que ce désir était plus grand chaque jour. Et rien qu’a sa vue, il chancelait. Sarah commençait la conversation : «Tu crois que mes parents vont encore s’amuser tous les deux, ce soir ?

- Tu les entends toi ?

- Souvent….

- Pas moi.

- C’est bizarre, t’es plus à côté que moi.

- Je dors.

- Tu me fais rire, tu sais tout sur tout ce qu’ils font. Il faut bien qu’elle s’amuse, et puis son mec est sportif, il faut rentabiliser.

- J’aime pas quand tu parles comme ça d’elle.

- Avec le mal qu’elle a eu pour en retrouver un ! cinq ans de solitude, cinq opérations de chirurgie esthétique, cinq ans de salle de gym.

- Pour retrouver le même, qui était parti voir ailleurs ! ça valait la peine. Je ne la reconnais plus, tu as l’air plus vieille qu’elle.

- Au moins, ça marche entre eux

- Ca s’entend. Une vraie actrice porno !

- Tu crois pas si bien dire ! Devine ce que j’ai trouvé au salon ?

- Comment ?

- Une vidéo très explicite.

- Tu l’as regardé ?

- Bien sûr, si je sais que c’est ça !

- Tu es devenue folle.

- Jamais, je regarderais ça ! tu rêves.

- Me dis pas que t’as jamais eu envie de voir ses nouveaux seins en vrai.

- Sarah…

- Je connais bien les mecs. »

Elle laisse la vidéo sur la table de nuit et se lève. Elle lui dit : « a tout à l’heure devant le magnétoscope. » L’esprit de Maxime était un peu perdu. Il trouvait Ludivine très désirable depuis ses opérations de chirurgie esthétique. Là encore, l’épreuve de la piscine était très difficile. Sa silhouette le faisait rêver aussi. Elle ne paraissait pas son âge, avec son visage très frais, un ventre sans imperfection et musclé et une poitrine très voluptueuse, dont les mamelons dépassait de son dos. Comme pour Sarah, on voyait presque tout de sa sublime anatomie lors de ces séances de baignade. Et en temps ordinaire, elle mettait des petits tee-shirts très moulant et très sexy. Mais, il n’était pas prêt pour voir ses exploits en vidéo et celle ce restera sur le bord de la table de nuit.

Comme à son accoutumé, il fut réveillé par la lumière du jour. Il dormait au dessus de son lit et il n’a pas entendu ses beaux-parents cette nuit. Il ouvrait ensuite les volets qui donnent sur la piscine. Ludivine se baignait déjà et faisait de grandes longueurs. Elle ne l’avait pas encore vu, lorsqu’elle sortait de l’eau. Il vit encore son corps parfait sous un jour nouveau. Elle portait un bikini blanc qui cachait peu une poitrine qu’il n’imaginait pas aussi plantureuse. Elle s’essuyât doucement avec une grande serviette. Il referma doucement les volets pour ne pas se faire remarquer et garda Ludivine en vue, ne pensant plus qu’à la beauté blonde qu’il désirait. Après s’être essuyé, elle retira le haut de son bikini lorsqu’elle était de dos. Il vit la courbure parfaite de ses seinsau même moment il eut une érection. Gêné, il cacha cette protubérance. Le moment qu’il espérait arriva, elle se retourna et se dévoila. Il ne pouvait pas imaginer plus belle poitrine, sans défaut, au galbe parfait et surtout très volumineuse mais s’accordant idéalement au reste de son corps. Son érection était intense, et il ne résista pas à baisser son slip pour s’adonner à un plaisir solitaire. Alors qu’il commençait son mouvement, le téléphone sonna dans la maison. Ludivine prit sa serviette pour cacher sa nudité et accouru dans la maison pour répondre au téléphone.

Maxime avait oublié que Ludivine devait passer devant sa chambre pour rejoindre la pièce où se trouvait le téléphone. La maison était encore endormie à cette heure, elle ne savait pas qu’il était réveillé. La porte de Maxime était grande ouverte, il eut à peine le temps de remonter ses dessous avant qu’elle ne revienne. Ludivine passa rapidement devant sa chambre sans le voir. Il ferma sa porte tout de suite après son passage, encore tout étourdi. Il décida de se rhabiller très vite, et d’ouvrir la porte au moment du retour de Ludivine pour la surprendre dans le plus simple appareil. Quelques minutes plus tard, il reconnut sa démarche déhanchée. Il ouvrit la porte, et tomba face à elle. Elle tenait plus la serviette qui lui cachait les seins, il vit enfin l’objet de son désir. A peine eût-il le temps de les apercevoir, qu’elle recouvrit à toute vitesse. Elle lui dit : « Déjà debout ?

-Oui, je sais c’est un peu tôt, mais je n’avais plus sommeil. » Après ces banalités qui cachaient beaucoup d’embarras, elle repartit vers la piscine. Il la regarda partir, son dos nue, et ses hanches esquissant un mouvement délicat et sensuel.

Il rentra dans sa chambre, et son regard tombât sur la fameuse vidéo Son désir le poussait à la regarder mais l’horaire ne s’y prêtait pas. Il n’était que huit heures et demi, il était déjà habillé et il n’avait rien de défini à faire. Il revint à la fenêtre, mais sa mère n’y était plus. Il se demandait où elle avait bien pu passer. Son désir pour elle était immense, il imaginait les scénarios les plus érotiques qui soient, et la vue de son corps dénudé l’emportait dans des rêveries intenses. Dans son tourment, il descendît au salon prendre le combiné télévision- magnétoscope, bien décidé à regarder la vidéo. Ses mains tremblaient lorsqu’il prît la cassette. Il se déshabilla comme pour bien mieux profiter du spectacle. Son slip lui semblait déjà trop petit lorsque la vidéo commençait. Elle avait été tournée dans la chambre d’à côté. Ludivine portait un sublime bikini rouge, un collier tombait dans son décolleté. Elle était face à la caméra, son nouveau mari fit un gros plan sur les énormes seins légèrement bronzés de Ludivine qu’elle saisit ensuite entre ses deux mains .Elle commençait à les remuer doucement et à les resserrer l’un contre l’autre. Elle détacha ensuite le haut, et le fit glisser dans ses mains. Son bras gauche cachait ses seins désormais nus. Elle empoigna de ses deux mains sa poitrine sans dévoiler pour autant ses tétons. Maxime, quant à lui, s’adonnait à un plaisir solitaire, son slip blanc baissé. Le plaisir était intense bien qu’il sentait venir bien prématurément l’éjaculation.

Il entendit les pas de Ludivine dans le couloir. Il se précipita sur le téléviseur pour arrêter la vidéo. Ludivine ouvrit la porte sans frapper. Il eut à peine le temps de cacher son sexe avec ses deux mains. Mais il était trop tard. Sans qu’elle pût dire un mot, elle vit Maxime presque nu, les mains cachant son sexe. Dans un instant qui semblait durer une éternité, il vit son sperme débordé de ses mains et tomber par grosse goutte sur le sol. Pour autant, l’excitation de Maxime était à son comble, car la vue de son corps sculptural était presque irréelle. Sans rien dire, et dévoilant toute son intimité, Ludivine lui donna la serviette qui la cachait pour qu’il s’essuyât. Et lui dit ensuite : « Vas-y, prends –là nettoie moi tout ça. » avec un grand sourire. Maxime montra aussi par là toute son intimité, son sexe était encore en érection et humide, ses mains trempées. Ludivine regarda le spectacle. Elle lui dit : « Encore, un de ses films cochons…T’en fait pas, à ton age c’est normal. Tu mettras la serviette au sale. » Elle sortit de la chambre, laissant encore Maxime sous le choc. Il se demandait si elle avait compris qu’il regardait ou non leur cassette et qu’elle l’avait laissé faire. Après avoir s’être essuyé et nettoyer le sol, il avait envie de regarder la suite de la vidéo.

Sarah passait dans le couloir, la porte de Maxime était grande ouverte. Il avait encore la serviette à la main, et il était presque nu. Sarah, elle aussi en tenue de nuit, en petit short avec un haut en dentelle, lui dit : «On s’est fait surprendre paraît-il.

-Les informations circulent vite à ce que je vois.

- Ludivine a dit avec le sourire : « Maxime prend les choses bien en main. Je sais pas quel film c’était, mais ça devait être pas mal. Il en a mis partout. » Mais moi je suis sur que c’était leur cassette.

- Oui, c’était la leur…Et elle qui arrive presque nue pour me surprendre…Je n’ai vu que le début.

-Tu t’embêtes pas à ce que je vois…T’as l’air de bien aimé ma mère.

-C’est bon…je sais même pas comment ça se termine.

-La prochaine fois pense à prendre des kleenex ! Hum…t’aurais envie qu’elle te fasse quoi ? Dis-le moi allez !

-Ca me gêne un peu, tu sais.

-Je suis sûr que le film va te conforter dans tes idées. On se le regarde ce soir ?

-Pourquoi pas maintenant ?

-Attends, je vais chercher une autre serviette. » Elle rit.

Il ferma les volets. Sarah revint effectivement avec une serviette. Ils s’allongèrent tous les deux sur le lit, et il appuya sur « play ». Elle lui demanda de remettre la bande au début. En même temps il regardait Sarah très dénudée. Elle lui dit : « Je sais très bien que t’a jamais fait l’amour…T’as les fantasmes qui vont avec. Moi, c’est pareil, il serait tant de passer aux choses sérieuses tu trouves pas ? » Maxime était gêné, mais le bas de son ventre disait le contraire. « Pas maintenant, il faut faire ça bien tu vois, il faut que ça soit top. » Sarah était un peu du même avis. Mais, ce soir ils savaient tous les deux qu’ils allaient franchir le pas. Pendant ce temps là, dans la vidéo, Ludivine s’exécutait à des exercices très érotiques avec son ami, que Maxime n’aurait pas refusé d’accomplir lui aussi. Comme pouvait-il demander à Ludivine d’exhausser ses désirs sans qu’il y ait de problèmes. Peut être fallait-il reproduire la scène de tout à l’heure et la laisser voir qu’il regardait leur vidéo. Il pense que c’était la meilleure solution.

Le soir était enfin là. Ils étaient allés faire des emplettes pour agrémenter la soirée. Elle s’était achetée un ensemble avec un soutien-gorge pigeonnant avec des frou-frou sur la poitrine ainsi que des escarpins assorties. Pour lui, un slip en cuir noir très sexy selon le goût de Sarah et ils avaient pensé à acheter des préservatifs pour parer à tout accident. Ludivine fût surpris à leur retour, de leur air complice. Vers 21h, habituellement devant le téléviseur, le jeune couple était absent. Sarah était en tenue dans la chambre de Maxime, elle était absolument sublime et correspondait exactement à ses désirs. Les frou- frou mettaient en valeur sa poitrine très généreuse, son ventre plat et légèrement musclé étaient très sexy. Ils allaient regarder la vidéo, ensemble et Maxime, au comble de son excitation pourra profiter des charmes de Sarah qui ne sont pas aussi plantureux.

La vidéo tant désirée reprenait là où elle s’était arrêtée le matin. La vue de l’anatomie de Luduvine eut un effet fut immédiat sur Maxime. Elle retira enfin les mains de sa poitrine et dévoila ses seins. La caméra prît un plan plus large, elle avait un ventre un peu rebondi et musclé, des jambes longues et fines. Le beau-père passa de l’autre côté de la caméra, il portait un slip blanc que Ludivine s’empressa de retirer dévoilant par là son sexe déjà en. Sarah ne fut pas déçue par sa physionomie .Ludivine prit à pleine main le sexe de son mari, pour le sucer un peu avant de le mettre entre ses énormes seins. Elle les saisit entre ses mains, et commença son mouvement. Maxime était en extase devant ce spectacle. Elle léchait délicatement son gland quand il venait près de sa bouche. Sarah voyait le sexe de Maxime commencer à dépasser de son slip de cuir. Elle arrêta la cassette, et ils se levèrent tous les deux. Elle s’agenouilla, et commença à lécher son sexe à travers son slip avant d’atteindre son gland qui dépassait. Sa langue eut le temps de goûter au liquide transparent qui commençait à en sortir. Elle recula un instant pour défaire son soutien-gorge qui était agrafé dans son dos. Au même instant, comme si les choses ne faisaient que de se répéter, Ludivine entra dans la chambre pour annoncer que le film était commencé. Sarah retint son soutien-gorge détaché devant ses seins, et Maxime prit rapidement une serviette pour cacher son érection.

Sarah et Maxime, littéralement coupés dans leur élan se regardèrent longtemps en silence. Ils ne trouvèrent pas d’explication à son attitude. Elle était restée derrière la porte, et s’était mise au niveau du trou de la serrure. En effet, les deux amants ne comptaient pas en rester là. Pour reprendre leurs ébats, Sarah ayant remis son soutien-gorge, et rebrancha le magnétoscope. Ludivine reconnut immédiatement la vidéo de ses amours. Elle vit Maxime debout, son sexe en érection et moulé dans ses sous-vêtements. Maxime recula et laissa la place à Sarah devant le téléviseur. Elle esquissa une danse, ondula ses bras, et commença à caresser son ventre et ses seins, remontant ensuite lentement vers la fermeture de son soutien-gorge. Elle le dégrafa d’un seul coup et Maxime ne put s’empêcher de prononcer un « Oh oui ! » de plaisir. Il voyait enfin la sublime poitrine de Sarah qui avait peu à envier à sa mère. Mais, dans la vidéo après une pénétration intense, le nouveau mari était à deux doigts d’éjaculer. Il se retira, le sexe humide, pour le remettre entre ses seins. Maxime n’en pouvant plus, baissa son slip et commença à se masturber sans que sa sœur ne le touche. Ludivine comprit à ce moment là qu’elle était l’objet de tous les désirs de Maxime. Dans le film, elle tenait ses seins plantureux entre ses mains, son mari juste au-dessus se masturbait une dernière fois avant de lui donner un magnifique collier de perle. Maxime éjacula presque en même temps. Sarah, se précipita, juste en dessous de lui, la bouche grande ouverte. Sa semence gicla sur ses seins et un peu dans sa bouche sans qu’il quittât des yeux la même scène en vidéo. La poitrine de Ludivine était recouverte d’un beau liquide brillant. Sarah vint lécher ce qui restait sur son gland après qu’il ait éjaculé. Le premier mot de Maxime fut « waou »

Ludivine, derrière la porte, prit conscience de tout le désir que lui portait Maxime. Alors que Sarah se relevait, elle prit de quoi s’essuyer les seins et embrassa profondément Maxime sur sa bouche. Ses opérations de chirurgie esthétique, ses tenues très dénudées et sexy, Ludivine comprit que Maxime et Sarah voulait recommencer, et faire véritablement l’amour. Ensuite, Maxime livra à Sarah tous ces fantasmes qu’il voulait réaliser avec Ludivine. Elle ne fut pas sans trouble à l’écoute des rêves de Maxime, elle y voyait l’écho de ce qu’elle voulait réaliser aussi profondément en matière d’amour physique. Elle redescendit au salon pour retrouver son mari. Il lui demanda ce qu’elle avait fait tout ce temps. Elle répondit vaguement qu’elle était un peu dérangée et qu’elle était restée longtemps aux toilettes.

Maxime, quant à lui se demandait s’il pouvait bien affronter le regard Ludivine. Son regard envers elle, avait complètement changé, c’était un regard d’amoureux et de désir des plus torrides. Désormais, il n’ y avait plus de secret entre Ludivine, Maxime et Sarah. Seul le beau-père ignorait ce qui se tramait dans sa maison. Ludivine ne savait pas encore si cela était un problème ou un avantage. Maxime allait peut être redevenir raisonnable et que tout allait rentrer dans l’ordre. Mais Ludivine n’y croyait pas, et pensait que Maxime allait réaliser ses fantasmes d’une manière ou d’une autre. L’été ne faisait que commencer. Ludivine se coucha avec le désir de voir ce que demain allait lui offrir.

Ludivine passa voir au matin si sa fille était dans sa chambre mais elle n’ y était pas. Elle avait passé la nuit avec Maxime. Elle avait presque envie d’ouvrir la porte de Maxime pour les découvrir sur le fait. Devant la porte, la main sur la poignée, elle hésita. Elle décida plutôt de lui écrire une lettre qu’elle lui glissera dans sa chambre. Elle fit cette lettre : «

Bonjour Maxime,

Hier, je vous aie vu toi et Sarah en train de regarder la vidéo que nous avons faite. Il n’ y a donc plus rien à cacher de ce qui se passe entre vous et ce que tu ressens pour moi. J’ai aussi entendu la conversation que tu as eue avec Sarah après vos ébats, et je sais que tu éprouves beaucoup de désirs pour moi. Comprends bien que c’est une situation difficile. Il y a mon mari et Sarah, il faut penser à trouver une solution, et remettre de l’ordre dans ton esprit. »

Maxime trouva la lettre à son réveil. Il la lut avec Sarah. Ils se regardèrent, stupéfait par ce qui venait d’arriver. Maxime dit « Elle sait tout.

-On a rien entendu, j’ ai pas compris…

-Qu’est-ce qu’il faut que je fasse ?

-Lui répondre. Lui expliquer. »

Maxime prit un papier et a rédigé ceci :

« Bonjour,

Je pense que il faut mettre les choses au clair. Sarah a pris la vidéo la première, elle l’ a regardé une première fois seule, puis la première fois que tu m’ as surpris en train dans ma chambre, je regardais aussi la vidéo. Le soir même nous avons décidé de faire l’amour ensemble. J’éprouve aussi beaucoup de désir pour Sarah et je la trouve sublime. Quant à toi, je pense que tu sais à peu près tout. J’éprouve ce genre de choses depuis tes fameuses opérations. Tu ressembles plus à une héroïne de bande- dessinée qu’à une belle-mère, ton corps ne peut que produire cet effet là. Je suis prêt à prendre rendez-vous avec toi quand tu veux. Je pense qu’on ne le regrettera pas. »

Sarah s’était habillé avec un simple jean, une très jolie ceinture blanche et un tee-shirt bleu très court qui laissait à nue ses hanches et le bas de son ventre et mettait en valeur sa poitrine. Maxime l’embrassa sur la bouche et caressa son ventre et un peu ses seins. Il se mit à genoux et lécha son ventre et son nombril. Il souleva un peu son tee-shirt. A peine, s’était-elle habillée qu’il retira son tee-shirt pour mieux lécher son ventre. Il retira la ceinture de Sarah, et fit tomber son pantalon. Il dit : «Je te trouvais beaucoup trop habillée. J’aimerai que tu passes la journée avec juste un bikini et un paréo tu vois. Un bikini de petite taille, » Sarah s’exécuta avec le sourire et mit son bikini le plus sexy. Maxime, lui était encore torse nu, et en slip, lorsque Sarah revint habillé comme il le désirait, il était allongé sur le lit. Un bout de papier passa sous la porte. C’était Ludivine.

« Cher Maxime, je te propose qu’on se voit ce soir. Mon mari part voir des amis. J’espère que ta petite amie comprendra ou que tu réussisses à la faire partir de la maison quelques temps. Je te ferais un strip- tease dans ma chambre, mais il n’ y aura rien d’autre. Tu pourras te masturber devant moi si tu le désires mais rien de plus. A ce soir, 21 h. bise. »

Maxime n’en revenait pas. Sarah lut la lettre avec un grand sourire. Ils descendirent enfin à la cuisine tel quel, sans se déranger de la convenance. La mère de Sarah était aussi dans une tenue très légère à peu près identique à celle de sa fille. Maxime en la voyant, se disait qu’il aurait donner cher pour voir tomber ce petit morceau de tissu devant lui. Ludivine cuisinait, elle se retourna, les seins au niveau du visage de son fils. Elle le regarda de haut en bas, son corps légèrement musclé, des pectoraux un peu saillant, des abdominaux bien faits et des jambes de jeunes hommes, un peu féminines. Elle fut surprise de le voir en si légère tenue. « Alors, comment allez-vous ? J’espère que vous nous avez pas entendu, hier soir. » Maxime, un peu perturbé, ne savait pas quoi répondre. «Non.

- Tant mieux, on a fait l’amour divinement hier soir. On a essayé de nouveaux trucs…hummm. Et vous, ça s’est bien passé ?

- Je croyais que cela devait rester secret.

- Pardon.

- Il n’ y a plus de secret, Maxime.

- Enfin oui, je ne sais.

-Il y a d’autres vidéos tu sais, et beaucoup plus intéressantes. »

Le sourire radieux de Ludivine mettait dans le trouble Maxime, il ne savait plus ce qu’elle pensait exactement. Il ne comprenait plus son attitude et s’il fallait prendre au sérieux ses lettres ou ses dires. Ils prirent leur petit-déjeuner sans que la conversation revienne sur le sujet. Alors que le repas se terminait, Ludivine demanda à Maxime de rester. « Tu es prêt pour ce soir ?

-Oui, si tu l’es.

-Je t’ai vu en pleine action, tu es vraiment sexy .J’ai eu beaucoup de plaisir à te voir. Tu as de beaux atouts. J’ai une petite panoplie pour toi, que j’avais acheté pour mon mari. C’est des fausses ailes d’ange blanche très jolies avec le boxer blanc qui va avec, tu verras c’est génial.

-C’est cool.

-On se fera une petite vidéo. Moi j’aurai un ensemble un peu comme Sarah avec des frou-frou blanc sur la poitrine, et un boa blanc.

-Je croyais que c’était juste un strip-tease.

-Il faut croire que j’ai changé d’avis. J’ai cru comprendre que tu adorais les branlettes espagnoles et autre cravate de notaire.

- bien sûr…

-On fera ça si tu veux, ça pourra être sympa. Je me suis acheté des étoiles brillantes pour mettre sur mes tétons. Et puis, tu vois quand mon mari était sur le point d’éjaculer, je les retirait, c’était vraiment excitant. J’ai un peu peur pour la pénétration, j’ai peur qu’on fasse une erreur, à moins que t’es envie de mettre un préservatif.

- Comme tu veux. Et papa ?

-Ne t’en fais pas. Et depuis quand il est interdit de se faire plaisir ? On ne va pas faire un enfant. » Maxime était aux anges, il ne pouvait rêver mieux, tout allait se passer selon ses désirs.

Maxime remonta dans sa chambre. Il ouvrit les volets. Et dans la piscine, flottait le corps de son beau-père. Maxime resta un long moment coi, ne sachant que faire. Qu’allait-il se passer ? Ses soupçons se portèrent immédiatement sur Ludivine. Sarah venait de passer dans le couloir. Il l’interpella : « Viens voir, vite ! » Il vit immédiatement le corps de son beau- père dans la piscine. Ils savaient tous les deux que Ludivine avait certainement commis ce meurtre. Ils n’étaient pas sortis de la chambre. Sarah pris son téléphone portable et appela immédiatement la police.

A l’arrivée de la police, toute la famille s’était habillée. Personne n’avait rien vu et entendu. Ludivine était choquée mais lucide, et elle n’ avait rien à dire à la police. Les policiers étaient dubitatifs et l’enquête ne faisait que commencer. Une autopsie allait être pratiquée. Les interrogatoires durèrent presque la journée, et la police n’évacua la maison que tard dans la journée. Ludivine était officiellement soupçonné du meurtre de son mari, mais l’autopsie allait révéler si cela était soit un accident ou un meurtre. En tout cas, il lui était interdit jusqu’à nouvel ordre de quitter le territoire.

L’ambiance, ce soir-là n’était pas à la fête. La nuit d’amour de Maxime avec Ludivine n’allait pas se réaliser. Il fallait un certain temps de deuil. Maxime amorça la conversation. Ils étaient tous les trois dans le salon, Ludivine semblait abattue mais pas comme si elle venait de perdre son mari. « Quand aura-t-on les résultats de l’autopsie ?

-Dans deux jours. Il sera enterré après, je pense. » Maxime allait revoir toute sa famille et cette perspective ne l’enchantait pas. Il avait l’impression que le petit paradis qui venait de se créer autour de lui allait se briser, et d’autres personnes que lui allait profiter de la vue de Sarah et Ludivine Pour l’instant, Ludivine n’avait appelé personne, tout le monde l’ignorait.

Le lendemain matin, un officier de police tapa à la porte. Le beau- père de Sarah était mort de mort naturelle. D’ après les conclusions du légiste, il avait fait un malaise dans l’eau, et inconscient, il s’est noyé. Les conclusions de la police, arrivées plus tôt que prévu n’avaient pas levé le soupçon que Maxime portait sur Ludivine. L’enterrement allait avoir lieu dans deux jours. Pourquoi son beau-père est-il mort à ce moment précis où quelque part, il le désirait. Il allait enfin avoir sa mère pour lui tout seul, sans se soucier de quoique ce soit. Les jours qui le séparaient de ce moment allaient être longs.

Etrangement les jours de deuil, ne parurent pas tristes pour Maxime. Au fond, maintenant peu lui importait que Ludivine ait tué son mari ou non, elle lui avait rendu un service. Alors qu’il était dans le cortège funèbre, il ne pensait qu’aux voluptés que pouvaient lui offrir Ludivine. Il ne se souciait pas de l’avenir, ni de son bonheur. Son jeune esprit ne voyait que sa satisfaction immédiate. Ludivine avait 39 ans, elle pouvait refaire sa vie pour de vrai. Maxime, lui ne voyait pas son bonheur ailleurs. Il ne souciait pas des autres filles mises à part sa sœur. Mais, il ne désavouerait pas une certaine attirance pour les beaux garçons.

Il piaffait d’impatience et de désir. L’été était loin d’être terminé. Un matin, il ouvrit comme à son habitude, la fenêtre de sa chambre. Ludivine, était au bord de la piscine. Elle était assise, les bras en arrière. Elle était seins nus, et ne portait qu’une petite culotte blanche. Dans le lit de Maxime, se trouvait Pierre, son seul ami et amant de quelques soirs. Il était nu. Maxime ne portait qu’un boxer blanc. Ils avaient fait l’amour la nuit dernière. Pierre avait bien accepté de faire une fellation à Maxime. De son côté, Maxime fit de même à Pierre vêtu du fameux costume d’ange qu’avait acheté sa mère. La jouissance avait été parfaite, sachant exactement comment se faire plaisir l’un à l’autre. Maxime était radieux ce matin, après tant de voluptés. Les deux garçons descendirent à la piscine en petite tenue. Ludivine ne bougea pas d’un cil .Maxime eut une érection qu’il ne put dissimuler devant sa poitrine voluptueuse légèrement bronzée. Il rêvait d’y voir couler sa délicieuse semence après une cravate de notaire des plus sensuelles. La veille au soir, il ne songeait qu’à ça quand son ami alors que son ami lui administrait une fellation des plus virils .Il s’ en approcha doucement, et s’assit comme elle, ses jambes entre les siennes. Elle réagit enfin, et le regarda dans les yeux. Il empoigna généreusement ses seins entre ses mains, et porta à sa bouche un de ses tétons, et lécha enfin tout le sein, qui brillait de sa salive.

L’ami de Maxime était médusé de ce spectacle si excitant .Ludivine prenait beaucoup de plaisir à ces caresses. Maxime malaxait sa poitrine tout en suçant ses tétons, il descendait jusqu’ à son ventre finement musclé, et léchait son nombril. Maxime retira son boxer blanc, il était en érection, son gland était légèrement décalotté et humide. Il empoigna lui-même son sexe et se masturba légèrement. Ludivine l’embrassa à pleine bouche, en lui caressant le visage. Elle descendit sa main gauche jusqu’à son sexe pour lui donner quelques mouvements. Pierre toussa pour signaler sa présence, la mère de Maxime écarta sa main déjà un peu humide de son plaisir. Elle le regarda et lui dit « Tu veux venir ? » Maxime n’avait pas l’air d’accord avec cette idée. Mais Pierre était déjà en tenue d’Adam, et très en forme. Maxime se leva immédiatement, vexé d’une telle initiative venant de Ludivine. Il reprit son boxer, pour cacher son sexe. Mais les quelques mouvements que lui avait administré Ludivine, l’ avait mis au bord de l’éjaculation. Ludivine dit « Ne sois pas timide. » Son grand sourire émoustilla encore plus Maxime. Pierre regardait aussi son ami, avec plein d’envie. Ne sachant que faire, Maxime rentra dans la maison sans avoir consommé son rapport.

Une fois dans sa chambre, il s’imaginait déjà Pierre en train de faire l’amour avec sa mère. Mais il entra dans la chambre trouvant Maxime au bord des larmes. La fenêtre était ouverte, et Ludivine vit les deux jeunes hommes se parler. Pierre, pour réconforter Maxime commença à l’embrasser et à lui caresser les pectoraux. Il se mit à genoux et baissa le slip de Maxime. Sous ses yeux étonnés, Ludivine allait voir Maxime faire l’amour avec un homme. Après lui avoir lécher les pectoraux et le ventre, il commença une fellation très sensuelle. Les jambes de Maxime étaient légèrement écartées, le sexe dressé, et il caressait la chevelure de son ami. Maxime prenait un plaisir intense, Pierre savait faire jouir son ami comme il le désirait .Maxime leva les bras en l’air, et saisit un boa blanc qu’il mit autour de son cou. Comme sentant venir l’éjaculation, Maxime tira le rideau. Pour faire durer le plaisir, ils allèrent sur le lit, et Maxime enfila le costume d’ange, et son boxer blanc, il donna son boa à son ami. Les jambes écartées, il s’assit sur le lit, les mains en arrière, et le boxer baissé pour que son ami puisse finir son œuvre. Il leva les jambes, écarta ses doigts de pied pendant que son ami, léchait intensément son gland décalotté et humide. Une goutte de liquide transparent perlait sur son gland qu’il s’empressa d’avaler .Les abdominaux de Maxime se contractaient, un peu de sueur sur ses pectoraux. La bouche de Pierre descendait jusqu’ à la base du sexe de Maxime, et quand il s’en éloignait un filet de bave et de liquide se formait entre sa bouche et son sexe. Maxime avait la bouche grande ouverte, et il prévint Pierre que l’éjaculation était imminente. Il se leva, prit son sexe, et se masturba une dernière fois au dessus de la bouche et de sa poitrine. Il éjacula sur Pierre et mouilla son boa, et de grosses gouttes tombèrent dans sa bouche. Maxime était au paradis, il aimait de plus en plus les rapports avec les garçons. Pierre vint lécher son sexe, puis l’embrasser sur la bouche, la langue encore humide de sperme. Mais il pensait encore à Ludivine, il avait imaginé que la bouche de son ami était celle de sa mère. Il voyait le sexe gonflé de Pierre, en pensant lui aussi qu’il pouvait lui faire plaisir.

Ludivine était restée en bas, à la piscine et savait ce qui se tramait entre les deux jeunes hommes. Elle remis le haut de son maillot de bain et monta à la chambre de Maxime. Elle se baissa, pour observer leur scène d’amour par le trou de la serrure. Maxime avait mis de la chantilly sur les tétons de Pierre et sur l’extrémité de son sexe qu’il commençait à lécher. Le sexe de Pierre était dressé devant les yeux de son ami, le gland bien décalotté et humide. Maxime commença à lui administrer une fellation très sensuelle. Aussi, comme ils avaient fait précédemment, ils décidèrent de prolonger le plaisir. Mais ils entendirent la mère de Maxime derrière la porte. Ils se stoppèrent dans leur élan. Pierre, un peu essoufflé, les mains sur les hanches et le sexe en érection regarda son ami d’un air malicieux. Maxime alla chercher dans le tiroir de sa commode, son slip en cuir noir, et une ceinture à clous brillants et un magnifique boa noir. La mère de Maxime compris qu’il se passait quelque chose et partit du couloir. Pierre se changea, et mit la tenue que lui avait donné Maxime. Son anatomie était parfaitement moulée dans les dessous de Maxime. La ceinture mettait très bien valeur ses abdominaux et son ventre très sexy.

Maxime et Pierre allaient finir leurs ébats dans le jardin devant les yeux ébahis de Ludivine et Sarah qui étaient revenues au bord de la piscine. Ludivine vit Pierre traverser l’allée qui se trouvait entre la maison et la piscine. Elle remarqua tout de suite, le sexe en érection de Pierre parfaitement moulée dans son slip en cuir noir. Pierre baissa son slip, son sexe brillant de liquide transparent. Il enroula le boa autour de son cou. Maxime se mit à genoux et tendit la langue sous le sexe de Pierre. Sarah allongée à côté de sa mère prit sa caméra numérique pour filmer la scène. Elle portait un très beau bikini. Elle s’approcha de son frère tout en filmant. Maxime prit le sexe de Pierre entre ses mains et commença à lécher le gland humide de son ami, enfin il mit dans sa bouche. Ses lèvres dégoulinaient, et Pierre ne cachait pas son plaisir. Sarah défit lentement le haut de son bikini. Pierre la regarda d’un œil envieux. Elle passa ensuite sa main dans sa culotte. Pierre sous les mouvements de Maxime sentait l’éjaculation arriver. Il laissa tomber son boa, retira sa ceinture. Sarah voyait les abdos de Pierre se contracter, elle zooma sur son sexe, Maxime s’écarta, prit son sexe avec sa main gauche, se masturba un peu avant d’éjaculer sur son ami. Sarah prit en gros plan le sperme en train de couler. Maxime vint lécher son sexe. Sarah dit : « Bien les gars, génial » et poussa un grand cri de satisfaction. Pierre, un peu essoufflé, les mains sur les hanches, le sexe pendant, regardait Sarah avec envie. Elle lança une serviette à son frère pour qu’il puisse essuyer les œuvres de son ami. Sarah dit à Pierre :

« Alors comment ça s’est passé avec Ludivine tout à l’heure ?

-Presque rien en fait, juste quelques caresses, elle avait peur de vexer Maxime tu sais. »

Maxime monta dans la maison prendre une douche.

Dans la soirée, Sarah vint chercher Maxime dans sa chambre. Sarah, pour combler ses désirs, lui une très grande surprise. Elle a fait une réaliser une poupée moulée en latex imitant parfaitement la peau humaine. Cette poupée est sa copie conforme, les mensurations étant reproduites, tout était à l’identique. La poupée siégeait sur le lit de Sarah. Maxime fut stupéfait. La poupée était en bikini. Il eut presque immédiatement une érection devant la poupée. Un petit flacon de lubrifiant était posé sur la table de nuit. Il monta sur le lit en se déshabillant. Il fut ainsi rapidement en boxer. Sarah admirait l’anatomie de Maxime, ses jambes fines et musclées, son torse bien formés et ses abdominaux bien dessinés. Elle voyait son sexe en érection sous son boxer. Il baissa son boxer, et découvrit son sexe. Sa sœur fît un grand sourire ébahi. Il prit du lubrifiant s’en mit dans la main, empoigna son sexe le recouvrit du liquide avec un ou deux mouvement en regardant sa sœur. Son sexe était bien décalotté. Il retira le soutien-gorge de la poupée et sa culotte. Il saisit la poitrine plus vraie que nature, généreuse, opulente, ferme. Il la lécha abondamment, mordilla les tétons. Puis il lécha le ventre et le nombril. Il coucha un peu mieux la poupée, avant de la pénétrer. Il ressenti un sensation de succion comme si son sexe était aspiré par sa vulve artificielle. Son sexe était serré juste ce qu’il fallait. Il poussa un grand « Oui » de plaisir. Il commença à donner des mouvements, tout en malaxant avec ardeur la poitrine généreuse de la poupée. Le plaisir était intense, la jouissance encore plus forte qu’avec une vraie femme. Tout son corps était tendu, ses muscles raidis. Sarah ne put s’empêcher d’immortaliser la scène avec une caméra numérique. Sentant l’éjaculation venir, il se retira pour se finir au dessus des énormes seins de la poupée. Maxime, les dents serrées, se donna quelque mouvement avant d’éjaculer. La tête en arrière, il arrosa ses seins plus vrais que nature. Sarah exprima sa joie à la vue d’une si belle scène. Il arrêta enfin de se masturber, les bras et le sexe balants. Il s’allongea à côté d’elle en sueur admirant la poitrine dégoulinante de sperme de la poupée.

Maxime après cet effort très sensuel ne put s’empêcher de décrocher son plus beau sourire.

Sa mère lui avait réservé une surprise encore plus excitante.

Dans la villa allait se tourner en partie un film porno quasiment professionnel dont Ludivine serait l’héroïne principale. L’équipe de tournage assez réduite était arrivée pendant que Maxime était à l’œuvre avec la poupée. Quatre acteurs étaient venus en renfort. La première scène du film était un gang bang en public. On avait amené une grande cage de verre cylindrique autour de laquelle allaient être placés les acteurs. Le tournage commençait le lendemain.

Ludivine était prête pour le tournage, toute l’équipe aussi. Elle était en peignoir blanc et s’apprêtait à rentrer dans la cage de verre. On avait fait venir presque cent figurants pour faire le public. Ludivine allait entrer dans la cage de verre faire un strip-tease et quatre personnes du public auront le plaisir de monter en haut de la cage de verre s’adonné à un plaisir solitaire. Le film raconte les fêtes et les orgies d’une star du porno très riche, la première scène n’est pas la première scène du film mais une des fêtes de la star. La nuit était tombée, un DJ mixait, pas de spotlights, et tous les figurants dont beaucoup de jolies filles se trémoussaient comme pour une vraie fête. Maxime s’était mêlé au public. Le réalisateur prononça « action » Ludivine arriva sur scène en peignoir, elle commença à danser, à sortir ses jambes bronzées du peignoir, avant de défaire lentement la ceinture de celui-ci. Le public était très enthousiaste. Elle le retira d’un trait et se dévoila, les mains en l’air. Elle portait un simple bikini blanc qui laissait voir toute son anatomie. Le public siffla sa joie. C’était l’heure du « happy hand » un animateur invita toute la gente masculine à se déshabiller, et à ne garder que leurs caleçons. Tout le monde s’exécuta en jetant ses affaires en l’air. Le sexe de Maxime était clairement en érection et barrait son boxer blanc de bas en haut. Des charmantes hôtesses passaient dans le public pour distribuer des mouchoirs en papier. Celle qui donna le mouchoir à Maxime était en bikini blanc comme Ludivine, son énorme poitrine siliconée était recouverte d’un beau collier. Son sourire à la vue du boxer de Maxime était sans équivoque.

L’animateur siffla un coup, on sélectionna 4 hommes dans le public pour monter sur scène. Ludivine rentra dans la cage de verre. Les quatre acteurs montèrent à son sommet. Un deuxième coup de sifflet, et au même instant, tout le monde fut appelé à baisser son boxer. Maxime était un gêné de la situation. Les hôtesses dégrafèrent leur soutien-gorge et les jetèrent en l’air. Ludivine commença à danser dans la cage de verre, les quatre hommes baissèrent leur boxer, ils étaient en érection, et se masturbèrent au-dessus de la belle Ludivine. Elle retira enfin son soutien-gorge, et dévoilât son énorme poitrine, des étoiles argentées cachaient ses tétons, les mains en l’air, un grand sourire aux lèvres. Maxime ne résista pas, il sortit son sexe du boxer, il le décalotta et prît les choses en main. Une ravissante hôtesse dans la même tenue que Ludivine admirait le sexe de Maxime en plein mouvement, lui rêvait que l’une de ses poitrines malaxe son sexe intensément. Il n’espérait qu’une chose, qu’une ravissante hôtesse viennent finir ce qu’il avait commencé. Alors qu’il admire ses courbes, l’hôtesse se caresse les seins à pleine main, les secoue juste devant lui, avec un grand sourire. Au-dessus de la cage, de verre, les quatre hommes sont presque au bout de leur peine, sentant venir l’éjaculation Ludivine retira enfin ses étoiles de ses tétons et se dévoila, les flashs crépitèrent et les applaudissements dans le public, un premier éjacula juste au-dessus de Ludivine, une giclée arriva sur ses seins nus, et coula doucement sur son mamelon, les deux autres suivirent de près, et ce fut une vraie douche de sperme.

Maxime lui aussi était au bord de l’éjaculation, mais les spectateurs n’eurent pas le plaisir d’éjaculer sur les poitrines des hôtesses, elles retirèrent leurs étoiles simplement devant l’éjaculation des participants. Alors que Ludivine était maculée de sperme, Maxime sentait venir son tour, il serra les dents, regardant les énormes seins de la charmante hôtesse. Il y eût des centaines de flashs pour prendre Ludivine en photo, la poitrine dégoulinante de sperme. Maxime éjacula avec un grand plaisir, et l’hôtesse lui donna un kleenex. Maxime était au paradis.

Ludivine sortit de sa cage de verre, ruisselante de sperme, le sourire aux lèvres. Elle rentra dans sa loge prendre une douche et préparer la scène suivante.

Ludivine était presque nue, avec une petite culotte dorée, elle était recouverte de petites étoiles dorées sur le corps et sur les tétons. Elle était allongée sur un grand lit, appuyée sur ses coudes. Son corps était un peu huilé. Elle était sublime. Toute l’équipe du tournage était en admiration. Le héros masculin du film était prêt aussi pour cette scène des plus torrides du film. Il n’était vêtu que d’un simple boxer. Son entrée fît sensation sur la gente féminine présente sur le plateau tant sa plastique était irréprochable. Ludivine se leva pour le rejoindre.

La camera faisait un gros plan sur sa poitrine brillante d’étoiles. Le jeune eût pour premier geste de saisir sa plantureuse poitrine des deux mains et de la malaxer. Elle pencha la tête en arrière de plaisir. Avant qu’elle aussi, se saisisse des pectoraux du jeune homme et de baisser son boxer et de découvrir son sexe en érection. Le spectacle était splendide. Le sexe du jeune homme, dressé droit devant Ludivine, son corps musclé à la perfection. Elle lécha ses pectoraux, puis son nombril avant de titiller son gland avec sa langue.

Maxime, lui, était dans une petite salle à côté, où était retransmise la scène pour quelques invités. Pendant ce temps-là Ludivine, se mit à genoux face au jeune homme, empoigna son sexe avant de passer sa langue sur son gland. Parmi les invités, Maxime ne pût se retenir d’avoir une érection. Une jeune femme, elle aussi très bien pourvue assistait à la scène. Pendant la scène de la fellation, Maxime, s’écarta un peu, sortit de la pièce, presque essoufflé par l’excitation. Le jeune femme, était dans un bikini noir avec des brillants autour de la poitrine, très siliconée…des lunettes de soleil très sexy sur le visage. Le sexe de Maxime était bien moulé dans son boxer. La jeune femme baissa ses lunettes de soleil pour bien voir l’anatomie de Maxime. Un regard de celle-ci suffit à Maxime pour comprendre ses intentions. Il écarta légèrement les jambes avant de baisser son boxer, et de dévoiler son sexe en érection.

Sarah n’était qu’à quelques mètres, et observait la scène. Maxime, dans son excitation avait à peine vu la jeune femme. Pour attirer son attention, elle retira le haut de son bikini d’un seul coup avec un large sourire. Il vit soudain le sublime corps de la jeune femme, ses seins très généreux, le galbe de son ventre, la courbe de ses hanches. Elle s’offrait les deux bras en l’air à Maxime. La jeune femme savait qu’il voulait reproduire ce qu’il avait vu dans le film. Il ne tarda pas à se saisir de ses seins, à deux mains avant de les malaxer goulument. Dans le film, la fellation se faisait plus intense, Ludivine plaça ensuite le sexe de l’acteur entre ses seins. Maxime, quant à lui allait recevoir sa première vraie branlette espagnole. Il écarta légèrement les jambes avant qu’elle ne se baisse, pour le sucer doucement, repassant sa langue sur le bout de son gland humide. Son énorme poitrine remuait sous le coup de ses mouvements avant qu’elle ne mette son sexe entre ses mamelons. Elle prit ses seins entre ses deux mains, serrant son sexe fortement, ses tétons pointant. Elle commença son mouvement tout en léchant son gland quand il lui parvenait jusqu’à sa bouche. Maxime ne voyait même plus le film en train de se tourner. D’ailleurs, il venait d’avoir une interruption sur le plateau pour un problème d’éclairage. Le jeune acteur fut stoppé dans sa jouissance, gardant ses forces pour la suite, Ludivine se leva un peu essoufflée, la poitrine brillante. Maxime lui, n’avait pas entendu l’interruption. Son sexe était confortablement logé entre ses seins, il voyait avec un grand sourire sentir venir son éjaculation. Sarah arriva derrière son dos, lui mit ses mains sur ses deux yeux, la jeune femme en pleine action se retira. Ludivine d’un air gourmand se présenta devant lui, et retira son peignoir d’un coup en le faisant tomber au sol. Maxime ignorait ce qui se passait. Sarah retira ses mains, Ludivine se présenta tout d’abord de dos à Maxime, ses énormes seins dépassant de son dos. Il n’en cru pas ses yeux alors qu’il était encore en érection. Sarah s’écarta légèrement, elle prit une camera numérique pour immortaliser la scène. Elle se retourna, les mains en l’air, des étoiles recouvrant les tétons de son impressionnante poitrine.

Maxime lui-même était au bord de l’éjaculation après les œuvres de la plantureuse jeune femme, la vision de Ludivine presque nue était pour lui extatique. Sarah, elle aussi n’hésita pas à retirer le haut de son maillot pour se dévoiler entièrement. Comme par réflexe, Maxime se saisit de son sexe auquel il donna quelques mouvements. Ludivine s’approcha doucement de Maxime, son corps musclé luisait, ses seins pointaient fièrement en avant. Il admirait le galbe parfait de ses seins. Elle le saisit par le bout du sexe pour l’emmener dans une salle à l’écart. Le réalisateur du film vit la scène avec intérêt et prit une caméra numérique pour filmer la scène. L’assistance restait étonnée de la scène, le couple était comme dans une bulle, étranger à ce qui passait autour d’eux. Personne ne les suivit dans la salle. Ludivine ouvra la porte d’une main, le sexe de Maxime dans l’autre, le réalisateur s’immisça derrière eux sans qu’ils s’en aperçoivent, Ludivine referma la porte. Enfin, ils se retrouvaient seuls. Dans la salle, se trouvait une grande planche légèrement inclinée que Ludivine avait fait installée pour réaliser quelque uns de ses fantasmes. Elle s’allongea, et Maxime comprit qu’il devait lui lier les pieds et les mains. Elle retira sa petite culotte. Elle se retrouvait offerte les membres un peu écartés, les bras bien en l’air. Jamais la poitrine de Ludivine ne lui avait parue aussi plantureuse, elle se soulevait avec sa respiration, ses tétons étaient très durs. Il la saisit, dans le moment, certainement le plus sensuel de sa vie.

Il prit enfin un préservatif dans un tiroir juste à côté, son sexe était déjà bien humide, il l’enfila. Il pénétra Ludivine, les deux mains sur sa poitrine, elle pencha légèrement sa tête en arrière, les mouvements de Maxime n’étaient pas trop brusques car il sentait son éjaculation venir rapidement. En quelques allers/retours, Ludivine était au bord de l’orgasme, elle lui fit un grand sourire pour montrer sa satisfaction Il accéléra le mouvement, sentant venir sa jouissance. Il malaxa et suça sa poitrine, ses tétons durcis par l’excitation. La pénétration fut brève mais intense. Il se retira en enleva rapidement le préservatif. Il se mit légèrement sur la pointe de pieds, empoignant son sexe humide afin d’éjaculer le plus possible sur sa poitrine. La vision de Ludivine, complètement nue, ses magnifiques seins entièrement offerts à sa jouissance le mettait au bord de l’évanouissement. Enfin partit son éjaculation, se masturbant fort pour qu’un jet atteignît ses seins, sa poitrine brillante fût enfin recouverte d’une petite giclée de sperme sur le bord de ses mamelons. Une autre vint jusqu’à l’un de ses tétons, puis une autre vers son nombril. Maxime, une fois son éjaculation terminée ne put s’empêcher d’embrasser à pleine bouche Ludivine, avant de ressaisir ses seins entre ses mains et de lécher son sperme langoureusement. Il finit par la détacher, une fois libre, elle caressa Maxime, lécha son torse, et secoua une dernière fois son sexe encore humide.

Le cameraman impressionné par la scène ne put se retenir de s’adonner à un plaisir solitaire bien mérité que le couple regardait avec malice. L’excitation de Maxime ne retombait pas devant Ludivine, il n’en finissait pas de détailler du bout de doigts son anatomie, caressant son ventre, remontant sur ses seins, tandis que Ludivine semblait aussi en admiration devant les moindres muscles de Maxime. Le cameraman lâcha un instant sa camera, sentant venir sa jouissance.

Ils profitèrent de cet instant pour monter à l’étage et se préparer à d’autres scénarii encore plus excitant. Après une douche rafraîchissante, Ludivine réapparut. Maxime, lui était allongé sur le lit, nu, dans un état proche de l’extase. Elle arriva, presque nue, devant lui les jambes légèrement écartée. Il tenait enfin sa branlette espagnole. Le sourire de Ludivine laissait présager le plus sensuel des plaisirs.

Mais c’était sans compter le cameraman et toute l’assistance qui s’impatientait et espérait voir le tournage reprendre.

Les choses étaient bien avancées entre eux. Il était assis sur le bord du lit, tandis que Ludivine s’affairait sur le sexe en érection de Maxime. Elle était agenouillée, ses énormes seins entre ses mains, le masturbant lentement. Elle portait une culotte couleur argent de la même couleur que ses cache-tétons en forme de cœur. Son fantasme se réalisait enfin. La poitrine de Ludivine luisait. Avant, une longue séance de caresse et de léchage mutuelle avait porté Maxime aux nues. La belle tendait la langue vers le gland de Maxime pour recueillir le liquide transparent qui perlait déjà. Il était à la fois impatient de connaître enfin l’extase et voulait à tout prix faire durer le plaisir. Il avait l’impression que le creux de sa poitrine était fait pour lui, pour son sexe, qu’il n’y avait pas d’autres endroits pour connaître la vraie jouissance. Elle arrêta de le masturber un instant, comme sentant précisément ses désirs. En léchant une dernière fois son gland humide, elle se releva, tenant encore ses seins plantureux entre ses mains. Lui aussi se leva, son sexe dans sa main droite, se donnant quelques mouvements.

Complètement absorbés par leurs ébats, ils n’avaient pas vu le réalisateur filmer la scène, la porte était ouverte, et quelques personnes de l’équipe admirait le couple.

Les choses avançaient entre Ludivine et Maxime. La branlette espagnole plantureuse arrivait à son paroxysme. Ludivine tenait en bouche son sexe, après une légère fellation, elle s’en éloigna laissant un filet de bave et de liquide séminal s’étirer doucement puis goutter depuis sa bouche grande ouverte. Maxime reprit son sexe en main, légèrement décalotté et rouge à son extrémité. Elle retira enfin ses cache-tétons de ses deux mains, dévoilant enfin sa poitrine entièrement. Elle tenait ses seins siliconés entre ses mains, tout en tendant sa langue en direction de son sexe. Il entendit un flash crépiter alors qu’il était à deux doigts d’éjaculer. Dans l’ouverture de la porte, ils virent alors le réalisateur et deux photographes. Maxime arrêta un instant de se masturber alors que Ludivine, la poitrine se soulevant d’excitation tourna la tête et vit l’équipe prête à immortaliser le moment. Maxime cacha son gland avec les deux mains comme pour retarder son éjaculation. Comme si son plaisir n’était pas assez intense, il sentit deux mains dans son dos, puis des caresses sur son ventre, puis sur ses pectoraux. Il sentit une poitrine ferme et très généreuse se serrer contre lui. C’était Sarah. Elle portait un bikini noir très moulant. Elle ne tarda pas à retirer le haut, et appuyer sa poitrine sur son dos, et à l’embrasser. Ludivine, elle, la poitrine toujours soutenue entre ses mains, se pencha un peu en arrière, laissant admirer son ventre finement musclé. Maxime reprit son travail manuel, les veines de son sexe gonflées, ses abdominaux contractés annonçait enfin sa jouissance. Alors que Sarah la caressait par derrière. Maxime éjacula enfin dans un cri de jouissance. La langue tendue, Ludivine reçut quelques gouttes de spermes dans la bouche puis sur ses seins, un mince filet arriva sur ses mamelons puis quelques gouttes par terre, elle s’approcha pour lécher son sexe humide et faire une petite fellation jusqu’à ce que son sexe ne tienne plus. Elle se releva enfin, ses énormes seins couverts de son plaisir. Maxime ne résista pas et reprit ses seins dans ses mains.

Plusieurs mois plus tard.

L’été s’est terminé. Le film porno a fait le tour du Net et a remporté un grand succès aussi en DVD. Ludivine est devenue une star dans le milieu, elle a crée son propre site Internet. Elle a aussi fait la couverture d’un magazine. On la voit debout, coupée à la hauteur des hanches, cachant sa poitrine d’une main et se versant un liquide blanc sur les seins de l’autre, le tout avec un sourire enjôleur. De la même façon, la page d’accueil de son site Internet la montre, dans une des tenues favorites de Maxime, avec sa culotte et ses caches-tétons assortis argentés, cette fois-ci en entier, les jambes un peu écartée. Son anatomie entièrement dévoilée. Elle a fait beaucoup de musculation et de séances de bronzage, ses abdominaux sont plus dessinés, ses jambes aussi, ses épaules plus carrées mais sa poitrine est toujours aussi imposante. C’est un vrai fantasme ambulant.

Maxime, lui aussi, s’était mis à la musculation, après des semaines entières passées en salle de sport, avec quelques produits adéquats. Le corps de Maxime était un vrai corps d’Apollon aux pectoraux bien gonflés, aux abdominaux parfaits, aux biceps parfaitement travaillés. Il participait aux séances photos de Ludivine. Il venait donner une touche masculine aux clichés. Ludivine était en plein photo shoot. Maxime regardait la scène dans une pièce à côté. Elle était pratiquement nue. Le photographe la prenait légèrement de profil, en tenant ses seins entre ses mains, la tête penchée en arrière, la bouche grande ouverte. S’arrêtant de prendre les photos, Ludivine put se relâcher, dévoilant sa poitrine. Elle fit quelques pas, ce qui fit balloter ses seins. L’accessoiriste eut la lourde tâche de mettre quelques colliers dorés autour de son cou pour la scène suivante. C’était autour de Maxime de rentrer en scène. Il s’était masturbé durant tout le photo shoot pour arriver au bord de l’éjaculation pour la photo. Son corps était entièrement huilé pour faire ressortir ses muscles, il rajouta un peu d’huile sur son sexe dressé. Il retira son boxer. Son entrée complètement nu dans le studio fit sensation. Son sexe dressé et décalotté devant Ludivine était magnifique. Il sentait que la jouissance était presque là, et qu’il fallait qu’un ou deux mouvement pour partir. Ludivine, devait sur la première photo, lui lécher le sexe de la base au gland. Sa langue sur son sexe le mit au bord de l’extase, quand une première goutte de liquide transparent sortit de son sexe. Elle prit son sexe entre ses seins au milieu de ses colliers, elle le serra fort sans lui donner de mouvements, léchant son gland. La tension de Maxime monta d’un cran quand elle prit son sexe dans sa main, elle l’enfourna dans sa gorge jusqu’à la base. Juste après la photo, elle s’éloigna, laissant un long filet de salive et de liquide s’étirer de son gland à sa bouche. Ludivine se redressa pour une petite pause. Le regard de Maxime se fixa sans tarder sur ses énormes seins bronzés et couverts de colliers. Il mourrait d’envie de prendre ses seins dans ses mains, de les lécher. Mais ce devait être l’inverse. Ludivine se baissa légèrement pour lui lécher les abdos, puis les pectoraux. Alors que le flash crépitait, elle vint dans son dos, prendre ses pectoraux à deux mains, son énorme poitrine appuyée contre lui. Maxime était toujours au sommet de son érection, le gland, brillant et décalotté.

L’accessoiriste vint enfin retirer les colliers à Ludivine pour procéder à la photo suivante. Sur le cliché suivant, on devait voir Ludivine se saisir de sa poitrine, la bouche grande ouverte regarder Maxime qui devait se trouver à un mètre d’elle, le sexe fièrement dressé. Puis il devait le prendre dans sa main. Enfin, le moment dont il rêvait arriva. Il put prendre ses seins entre ses mains. Le photographe prit des photos en rafale de ce pelotage extatique de Maxime, tour à tour mettant sa tête entre ses seins, léchant ses mamelons, ses tétons, caressant son ventre. Ludivine ne cachait pas son plaisir, levant les bras, ouvrant la bouche de plaisir. Sentir la masse voluptueuse de ses seins entre ses mains mit Maxime au bord de la jouissance.

Enfin la scène finale. Ludivine devait mimer une branlette espagnole. Elle se mit à genoux. Le sexe de Maxime devait se lover entre ses sublimes seins musclés. Son gland perlait déjà d’une éjaculation imminente, elle tendit la langue pour le lécher. Le photographe demanda à Maxime de frotter son gland contre ses tétons. Arriva enfin le moment où il devait éjaculer sur sa poitrine. Tout le plateau était en admiration devant Maxime, les jambes un peu écartée, il devait être en érection depuis une demi-heure, son corps musclé luisait. Ludivine s’était levée un instant, Maxime se donna quelques mouvements devant elle, elle se mit à genoux juste en dessous de lui, saisit ses seins voluptueux à pleines mains, et tendit la langue la bouche grande ouverte. Il sentit comme un frisson parcourir tout son corps, dans un léger gémissement, il éjacula sans vraiment le réaliser. Le photographe s’était rapproché alors qu’une première giclée de sperme sortait de son sexe et tombait à la fois sur le bout de sa langue et sur ses seins. Maxime se masturbait frénétiquement, de grosses gouttes de sperme tombaient par terre et aussi sur les seins de Ludivine. Maxime arrêta son mouvement, un léger filet de sperme pendait au bout de son sexe, Ludivine s’en approcha et prit la pose juste en dessous, prête à le recevoir dans sa bouche. Le torse de Maxime se soulevait comme essoufflé de sa jouissance, le sexe encore en érection. Alors que des gouttes de sa semence filait sur ses seins, Ludivine s’approcha, et lui fit une fellation, léchant son sexe encore humide. Le spectacle était sublime. Le photographe avait ce qu’il voulait mais Ludivine continua pour le plaisir. Elle arrêta enfin, retira le sexe de sa bouche, Maxime était encore en érection. L’équipe du photo shoot avec le maquilleur, l’éclairagiste, l’accessoiriste applaudirent. Ludivine assise sur les genoux, s’appuya en arrière sur ses bras, les seins couverts de sperme , avec un sourire radieux aux lèvres.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca fait plusieurs fois que tu repostes cette histoire, ça serait pas plus pratique de rajouter les morceaux à la suite d'un de tes anciens posts?

Là, c'est un pavé indigeste, et je trouve qu'il faut vraiment en vouloir pour arriver à la fin.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest notaireespagnol

désolé d'avoir fait un nouveau topic, c'est pas seulement une suite mais des corrections et personne ne t'oblige à tout lire d'un coup

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

désolé d'avoir fait un nouveau topic, c'est pas seulement une suite mais des corrections et personne ne t'oblige à tout lire d'un coup

Je te remercie, je suis pas encore complètement idiote, j'avais bien compris ce que tu avais mis au début de ton texte.

Simplement, ce n'est pas la première fois que tu le postes, ou repostes, c'est selon. Pas besoin de passer ton temps à corriger les erreurs, rajouter les suites suffirait.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest notaireespagnol

de rien, mais je préférais corriger de trop grosses incohérences

si vous avez envie de donner votre avis

faites comme si je n'avais pas posté ça avant

la suite est en cours et je compte un jour en faire qq chose de cette nouvelle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.