Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

iZno

A 3 (1ere partie)

Recommended Posts

Encore un bon plan de Sonia, un truc à trois. Je crois qu'elle seule puisse organiser ce genre de soirée en moins de 10 minutes.

Elle a eu une soudaine envie, m'a appelé, m'a demandé si elle pouvait passer avec un ami, tout du moins si elle arrive enfin à joindre Fred.

"-Tu vas avoir du mal à venir avec lui"

"-ah bon, et pourquoi?"

Je sentais l'agacement dans sa voix.

"-Ben, il est déjà ici, au garage. On vient de finir la courroie de distribution de sa volvo."

Pas de réponse. Grand vide au bout du fil.

"-Ne bougez pas, j'arrive. J'ai envie de vous deux ce soir."

Pas le temps de répondre, elle avait déjà raccroché.

Je crie dans le garage:

"-Fred, on devrait aller prendre un douche, Sonia arrive bientôt!"

"-Elle vient avec une copine?"

"-Elle ne me l'a pas dit..."

J'habite dans un ancien garage. Les bureaux me font office d'appartement. Il n'y a pas de salle de bains, juste une grande salle de douche qui servait aux mécanos quand le garage était encore en activités.

Les douches, 2 en tout, sont communes, seul un muret d'environ 1m20 les séparent. Fred m'a devancé. Il est déjà sous l'eau en train de se laver les cheveux. Le shampoing coule sur son dos, ruisselle, suit les méandres de ses muscles, se diluant doucement le long de sa colonne avant de disparaître sur ses fesses.

Je n'arrive pas à détourner mon regard, il le faut pourtant. Il est comme un frère. Nous nous connaissons depuis plus de 10 ans maintenant.

Penser à autre chose.

Ne plus m'imaginer passant mes mains sur son dos musclé, ne pas chercher à savoir quelle serait la sensation de sa peau sous mes mains.

Ne pas me demander si ses fesses sont aussi fermes qu'elles en ont l'air.

M'interdire de le laver en rêve, juste avec mes mains et le gel douche.

La mousse qui glisse entre mes doigts, mes doigts qui courent sur son corps, chaque partie de son corps, pétrie, malaxé. Me coller à lui, partager sa mousse. lui relever les bras, juste pour admirer son dos, parfait, merveilleux.

L'enlacer, nettoyer son torse en aveugle, remonter jusque son cou puis redescendre, m'attarder sur ses abdos, tablette de chocolat qui me fait tant rêver, continuer à l'explorer, toujours plus bas. Passer ma main sur sa cuisse, frôler son sexe sciemment, et l'attraper. Faire naître le désir en lui.

L'embrasser, d'abord les épaules, puis le cou, l'oreille, le visage. Attendre qu'il tourne la tête pour goûter ses lèvres.

Le faire pivoter, l'embrasser à pleine bouche.

Admirer le spectacle de l'eau chaude qui coule sur lui. Être aveuglé par le reflet des milliers de perles brûlantes qui parcourent sa peau.

M'agenouiller. Le prendre dans ma bouche. Quelques lents mouvements de haut en bas. Appliquer ma langue sur la partie la plus sensible, lui transmettre la chaleur qui brûle en moi, aspirer, l'immobiliser fermement de la main, bien dégager ce petit bout, le lécher, le sucer. Synchroniser ma main et ma bouche. Accélérer le rythme, le lécher encore, en entier. souder ma bouche à lui, toujours plus vite, augmentant la sucions, lui faire comprendre que je veux goûter à son plaisir.

Continuer sans répits. sentir son corps se raidir, savourer les premières goutte qui perlent, annonçant l'explosion imminente.

Ne pas le lâcher, continuer.

Attendre l'apothéose.

Encore, encore, encore...

Ouuiiiiii

Le laisser s'abandonner.

Passer mes mains sur ses fesses, ses hanches, ses cuisses, son ventre, le bas de son dos.

Le garder en bouche sans bouger jusqu'au dernier spasme.

Le lâcher à contre coeur, dernier coup de langue, dernier baiser.

Me redresser. Voir dans ses yeux le bonheur qu'il savoure.

Me blottir dans ses bras et profiter à mon tour de la douche.

Non, il ne faut surtout pas que je pense à ça.

"-Bon tu la prends ta douche!"

Fred me tire de mes rêveries.

"-oh la, je ne sais pas à quoi tu penses, mais tu m'a l'air bien énervé"

"-heu..., ben..., heu.... A Sonia... Je me demande bien ce qu'elle va encore nous inventer ce soir"

Vite une douche. Froide. Glacée...

A suivre...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On va dire que c'est l'hopital qui se fout de la charité, mais je vais militer pour l'interdiction de poster par petits bouts :shock:

C'est... hot hot hot Izno, je demande la suite!!! :P:D :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On va dire que c'est l'hopital qui se fout de la charité, mais je vais militer pour l'interdiction de poster par petits bouts :D

MDR!!!! :P:D

L'hôpital qui se fout de la charité hein? :shock:

:D

iZno, ça t'arrive d'écrire des trucs pas bien? :D :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

MDR!!!! :P:shock:

L'hôpital qui se fout de la charité hein? :D

:D

Oui oui, je l'avoue :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

iZno, ça t'arrive d'écrire des trucs pas bien? :D:shock:

Ben quoi?

C'est juste l'histoire de 2 potes, dont un à une imagination galopante, qui ont passés la journée à faire de la mécanique et qui prennent une douche car une amie va bientôt venir les voir.

Résumé comme ça, c'est mieux?

La suite, ils prennent l'apéro, commandent des pizzas et finissent la soirée fatigué d'avoir trop chahuté.

Les détails plus tard...

Merci naughty_girl, j'ai bien compris le compliment :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

vite vite vite vite vite la suuuuuuuuuuuuuuuuuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitttttttttttttttttttttttteeeeeeeeee

dépenche toi stp

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Me depecher?

j'peux pas.

je tape au stylet sur mon PDA.

c'est bien moins rapide qu'un clavier :shock:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

Par petit bout c'est toujours mieux que rien du tout ! :shock:

De plus il me semble que nos belles préfèrent prendre le temps plutôt que tout d'un coup !! :D

Prends tout ton temps iZno et merci beaucoup :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Petit bonheur tout simple. Une douche, froide pour effacer ces pensés troublante, chaude pour faire disparaître les tensions de la journée.

Juste le temps de me sécher et de sauter dans un jeans propre, que la sonnette retenti.

Quelle horreur cette sonnerie. Elle est si puissante que tout le quartier sait quand je reçois une visite.

La voix de Sonia, impatiente, raisonne dans le garage.

"-Il n'y a personne ici?"

Je passe la tête par une perte fenêtre.

"-Que puis-je pour vous Madame?"

Elle se fige, les jambes légèrement écartées, les poings sur les hanches, son pied tapote le sol.

"-Tu pourrais m'accueillir dignement déjà, et c'est Mademoiselle".

Je me précipite vers elle, m'agenouille a ses pieds.

"-Je me prosterne devant toi, Oh douce déesse des plaisirs charnel. Accordes moi l'honneur d'assouvir tes désirs les plus profond".

"-Voilà qui est mieux. Tu pourrais peut-être commencer par m'embrasser".

"-Que tes désirs soient exhaussés".

Je me relève, passe mes bras autours d'elle, et dans un mouvement digne d'un film des années 50, la fait basculer et l'embrasse avec passion. Sa bouche s'entrouvre, sa langue cherche la mienne, elles se rencontrent, se frôlent, tournent lentement. Nos bouches se séparent, je prend sa lèvre inférieure entre mes dents, mes lèvres se ferment dessus, la suce, la relâche pour mieux la ressaisir. Sa tête bascule, ses doigts se plantent dans mes cheveux, me plaquent contre elle. La fougue chasse la passion. Nous nous mordons, suçons, embrassons sans retenue, presque violemment, nous laissons échapper des petits ah, des oh, témoins du plaisir échangé.

Ce baiser prend fin. Je la redresse. Plante mon regard dans le tiens.

"-Whaou... C'est quand tu veux que tu me redis bonjour comme ça".

Je me contente de lui faire mon plus beau sourire. Elle n'y résiste pas, passe la main dans mon dos, m'attire à elle et m'embrasse bruyamment.

"huuumm, smack"

Puis son rire éclate, franc, clair, communicatif. Sa main se faufile dans mon jeans, passe sur ma fesse, s'y attarde.

"-Dis donc mon cochon, tu n'aurais pas oublié de mettre un caleçon?"

"-Non madame".

Sa main se referme, serre de plus en plus fort. Ses ongles pénètrent ma chair. Nous nous jaugeons du regard. Qui va lâcher en premier? Elle sert si fort que sa main se met à trembler.

Je cède.

"-Non, mademoiselle".

Sa main se desserre. Les caresses reprennent.

"-De toute façon, tu ne l'aurais pas garder longtemps".

Sa main passant devant, réduisant à néant les bienfaits de la douche froide. Un à un, les boutons de mon pantalon sautèrent, puis il glissa le long de mes jambes. Sonia était flattée par la force de mon excitation. Si elle savait qu'elle n'en est quasiment pas responsable...

Sa main m'effleure, descend vers mes bourses, les caresses, les malaxes. Remonte le long de mon sexe tendu de désir, commence à masturber lentement, portant ses doigts à sa bouche pour y apporter de la salive.

Que c'est bon.

Du bruit dans l'escalier, Fred redescend de la terrasse qui se trouve sur le toit.

Il nous voit. En même temps, il ne peut nous rater. Je suis nu au milieu du garage, le pantalon sur les chevilles et Sonia, en guise de bienvenue, exécute une petite branlette innocente en tout amitié...

Je préviens Sonia que Fred vient de nous rejoindre.

De sa main de libre, elle lui lance un coucou.

"-On fini un truc, on te rejoint après."

"-O.K..., ne vous gênez pas pour moi, je vous attendrez".

Sonia prodigue toujours ses aller retour comme ci de rien n'était. Quant à Fred, il s'installe sur le petit palier, accouder sur la rambarde, profitant du spectacle.

Tient, il a fait une descente dans mes affaires. Il porte mon short écru et ma chemise hawaïenne bleue. Une bosse se forme dans son short.

Sonia continue.

Il commence à se caresser au travers du tissus.

Elle accélère.

Il glisse sa main dans son short et commence à se masturber à son tour.

S'en est trop. Ma tète est sur le point d'exploser.

Sonia s'agenouille.

Fred baisse son short.

C'est intenable. Pendant que Sonia s'active avec sa bouche, je n'ai d'yeux que pour lui, son sexe à la main en train de se donner du plaisir.

Je n'en peut plus.

"-Sonia, attention..."

Elle a juste le temps de se retirer que le sperme jaillit en longs jets.

Fred joui presque en même temps dans un râle presque inaudible.

Moins d'une demie heure après l'arrivée de Sonia, le sol est déjà maculé de sperme...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le sol est maculé de sperme, et???

Allez iZno, te fais pas prier :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci.

Il faut que je m'y colle...

J'ai un peu la flemme d'ecrire en ce moment :content:

Mais promis, je vous livrerai la suite un jour.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.