Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

linventif

Le peintre debordé par son modèle

Recommended Posts

Bonjour, une idée pour un prochain après midi ...

ATTACHANTE MARIE, MON MODÈLE

Nous nous sommes retrouvés pour une nouvelle séance de pause dans cet après midi où les premiers frimas de l’hiver commençaient à nous suggérer du blottir plutôt qu’une séance de travail comme à l’habitude, …

Après un café bien chaud et le temps de quelque bavardage propice à restaurer notre connivence, Marie me signifie qu’elle est prête à commencer la séance de pause et me suggère même de baisser un peu le chauffage. Il est vrai que pour favoriser entre nous l’émergence d’une ambiance de complicité, j’avais pris l’habitude de faire une petite flambée dans la cheminée.

Il faut dire que les recherches actuelles travaillent l’étirement du corps, une recherche de positions limite du corps en extension. Pour se faire, j’avais proposé à Marie de construire cette séance sur l’attachement, comme pour faire signe tout à la fois à notre tendresse mais aussi au désir secret d’être un objet offert au désir de l’autre. Nous n’en avons pas vraiment parlé, son rapide acquiescement me surprit, mais je gardai mes sensations pour moi-même.

Franchement amicaux, ces préliminaires où, petit à petit et avec de multiples précautions, j’enlaçais son corps pour l’amener à une position inspiratrice, furent ponctués de nombreux rires, parfois effleurant aussi le malaise. Heureusement, notre connivence était portée par ce projet sur la souffrance et le martyr des corps dont l’échéance était proche.

Tout le travail de recherche d’imprégnation, travail à l’encre de chine sur papier de forte épaisseur, était maintenant bien en place pour devenir productif.

J’avais bien remarqué une sorte d’excitation, de frémissement de la peau au moment où je lui liais les poignets, surtout quand à la recherche d’une position plus évocatrice je lui poussai lentement les jambes pour laisser ressortir les courbes de sa croupe. Les cuisses bien écartées, sans perspective de pouvoir modifier sa position, je vis ses épaules se tendre légèrement en arrière et sa cambrure s’accentuer. Je retins en moi quelques impressions fort troublantes et mal venues dans la séance de travail.

Ayant disposé tout le papier nécessaire pour répondre à la rapidité de mon travail et à l’économie de ce corps dont la position allait vite devenir trop fatigante, je commençai à peindre une première encre profitant des dessins offerts en ombre chinoise sur le sol. Le pinceau travaillait très vite, avec une sorte de fébrilité au diapason de la chaleur qui montait dans mon ventre.

Marie me demanda de faire une pause et laissa plonger ses épaules au contact de la table dans un lent mouvement de vrille. Je lui demandai de refaire ce mouvement, mais toute spontanéité évacuée par ma demande, cela ne donna rien. En revanche, le dessin maintenant projeté dans l’angle du mur me fit comprendre qu’il fallait peut-être se mettre à l’écoute de cette position si graphique dans laquelle elle était maintenant. Je décidai donc de modifier la position des halogènes afin d’obtenir un modelé du corps plus accentué.

Cette position à genoux, torse baissé, avec ce léger écrasement des seins me produisait beaucoup d’effet, me suggérait de laisser là le programme, et de se livrer à un pur moment de délice. Bien sûr je retins ces émotions car je pensais que ma partenaire n’était certainement pas dans ces mêmes dispositions, surtout vu la position et toutes ces entraves au moindre mouvement.

Il fallait que je puisse capter ces rondeurs jaillissantes accentuées par la cambrure du corps, comme une invitation à un mouvement d’élévation, il fallait aussi que ce triangle dessiné par l’entre cuisse ancre le dessin du corps dans son aspect charnel. Je déplaçai donc le troisième projecteur pour trouver le dessin que je cherchais. Dans mon déplacement, le faisceau de lumière s’approchait petit à petit de son sexe, sa fente apparut ainsi toute enrobée de son duvet et j’avais bien du mal à me concentrer sur le jeu de la lumière. De manière inattendue, je remarquai une brillance, un éclat, dans cette forêt de poils.

Je ne pus retenir ma surprise et m’approchai pour comprendre que je n’étais vraiment pas le seul à partager tout l’érotisme de la situation. Trois gouttes de sa source intime restaient accrochées à sa toison. Elles brillaient comme de petits diamants entre sa fente.

Très bêtement et avec une voix vibrante plus qu’à l’habitude, je lui demandai :

« Ça t’excite, on dirait? », ce à quoi elle me répondit :

« Ne me laisse pas comme ça ! ».

Bien sûr, j’aurai pu prendre cela comme une demande de la détacher pour changer cette position extrême, mais je n’en fis rien.

Lentement je commençai plutôt à suivre la ligne de son intimité avec ma main, la récolte de sa rosée me fit l’effet le plus profond et mon ventre et mon cœur se mirent à vibrer. Lentement je l’ai pénétrée de ma main experte et délicate. Ses gémissements m’encourageaient à la sonder plus profond et son plaisir ne cessait de grandir et d’habiter toute la pièce heureusement assez bien isolée de tout voisinage.

Je ne te lasserai pas avec davantage de détails sur cette séance de pause tout à fait singulière, sache simplement que je me rappelle toujours avec une grande émotion cette image de nos deux corps qui se dessinaient à l’ombre des projecteurs, soudés et alertes comme en une osmose ultime. J’en souris encore en me revoyant sur cette table sur laquelle j’étais finalement monté à ta demande pour te combler de ma fougue en m’enfouissant dans ta croupe impatiente.

:oops::P

Bises à toutes et tous

Léon

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:oops::P:P

Bravo, j'adooooOOOOoooore ton texte :P

Vraiment excellent!!

Au plaisr de te lire à nouveau :P

merci,

pour sourire, il parait que l'étymologie de pinceau est la même que penis, mmm, que de douceurs en perspectives !

:P

Léon

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

hummm ça donne envie de voir les toiles ! :oops:

bravo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

hummm ça donne envie de voir les toiles ! :oops:

bravo

Ben si tu veux bien être mon modèle, on les fait ! :P

c'est simple hein !

merci du compliment

et tendre bisou

Léon

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.