Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

iZno

Sonia, Lucie et moi

Recommended Posts

Voici une histoire qui m'a tenue excité presque tout le temps où je l'ai écrite.

J'espère qu'elle vous plaira

Sonia et Lucie sont les meilleures amies au monde.

Sonia vient de rompre avec son homme.

Lucie est follement amoureuse d'une petite frappe qui rêve de devenir le futur Al Caponne local.

Sonia s'ennuie. Elle veut un mec pour faire lui faire oublier son ex. Elle veut quelque chose de purement physique, un gars qui la fait grimper aux rideaux toute la nuit.

Elle fait le tour de ses connaissances et fini par arrêter son choix sur moi.

Nous avons déjà couché ensemble, et elle en garde un agréable souvenir.

Nous passons une sorte de contrat: du sexe, uniquement du sexe, pas de sentiments, que du sexe, mais du bon, du grandiose.

Nous avons des rapports torrides, des jeux sexuels variés... Nous n'avons aucun tabou.

Sonia est comblée. Elle raconte ses ébats à Lucie qui, en retour, lui confie que son Al Caponne tient plus de Lucky Luke que de Casanova. Qu'avec lui, les préliminaires se résument à un doigt furtif vérifiant le taux d'humidité. Que leurs rapports sont généralement pliés en moins de 5 minutes, déshabillage compris.

Lucie rêve d'une nuit d'amour, d'une nuit de plaisir.

Sonia à bien essayé de la conseiller, l'aidant à acheter de la lingerie sexy, lui donnant quelques conseils pour chauffer à blanc son Apollon.

Tous cela fonctionna en partie. Lucie fut très excitée, sentie le désir monter en elle. Malheureusement pour M. Luke l'excitation transforma les quelques minutes habituelles avant de rouler lamentablement sur le côté vers un sommeil faussement mérité, en une poignée de secondes.

Lucie fut extrêmement déçue. Tant de désir gâché. Alors qu'elle savourait du bout de ses doigts le plaisir qu'il n'avait su lui donner, Lucie décida de prendre un amant. Même si elle aime son Al de tout son cœur, elle veut par dessus tout, sa nuit d'amour, torrides, animale.

Elle allait demander à Sonia de lui trouver celui qui l'emmènerait au septième ciel.

Sonia est certainement la plus belle femme que je connaisse. Grande, brune, de grands yeux noir, des jambes interminables, des seins magnifique, toujours habillée très classe et une lingerie toujours affriolante, tout du moins, quand d elle en porte..

Sonia a un appétit sexuel insatiable.

Nous nous voyons le vendredi soir. Nous passons la nuit au lit.

L'autre soir, Sonia, qui jouait avec ses ongles sur mon torse alors que nous venions de faire l'amour, me dit: "Tu sais ce qui me plairait?"

Je fis non de la tête.

"Un gode, un gros avec des picots, que je m'enfournerai pendant que tu t'occupes de mon petit trou. Ça ce serait bien"

J'ai ris.

"C'est tout toi ça! Classe jusqu'au bout." et nous avons éclaté de rire.

"Et des menottes en léopard aussi"...

Le vendredi qui suivi, j'avais fais quelques achats.. Il était la, sur le lit, gros, avec des picots et un nœud rose autour pour seul emballage. Les menottes en léopard étaient posés à coté.

J'attendais Sonia avec impatience.

Elle arriva vers 20H.

"Surprise! J'ai amené les pizzas. Je te présente Lucie".

Effectivement, quelle surprise. Je ne m'attendais pas a ce qu'elle vienne avec une copine.

Elle me glissa a l'oreille: "Ne t'inquiètes pas, tu ne vas pas le regretter"

Après le repas, je dis discrètement à Sonia qu'il y avait un petit cadeaux pour elle dans la chambre. Elle y couru presque.

"Eh super!"

Déjà elle revenait dans le séjour, une menottes sur son poignet droit et ce gros engin dans la gauche.

"Il faut que je l'essaie"

Et voilà Sonia qui relève sa mini jupe, dévoilant un mini string transparent. Le bouton sur ON.

Bzzzzzzzzzz.

Sonia passe son nouveau jouet sur le fin tissus et avec un sourire enjoué me déclara: "Si ce n'était pas purement physique entre nous, je pourrai tomber amoureuse".

Oui, si seulement...

Cette démonstration avait déclenché rougissement des joues de Lucie.

Sonia, qui était aller s'asseoir sur le canapé, nous invita à la rejoindre. Me voici donc, assis, avec deux magnifiques femmes, Sonia, à ma droite, qui peine à contenir son impatience, et Lucie, à ma gauche, qui hésite entre le malaise et l'excitation.

Sonia ne peut plus attendre. Elle fait sauter un à un les boutons de ma chemise, m'embrasse à pleine bouche. Très vite, mon désir et visible. Sonia me gratifie d'une caresse appuyée.

"J'aime quand je te mets dans cette état. Regarde Lucie comme il est excité"

Elle a les yeux fixés sur mon entre jambes.

"C'est bien plus gros que Al!"

"Vas-y, touches, dit Sonia, il ne dira rien"

Lucie n'osait pas. Je restai muet. Sonia attrapa sa main, et la força à la poser sur moi.

La main de Lucie était hésitante, mal assurée. Sonia la guida. De haut en bas. Je ne pu retenir un petit gémissement.

Fière d'elle, Sonia continua à me déshabiller. La boucle de ma ceinture, les boutons de mon pantalon. Bien vite, je me retrouve en caleçon, mon désir bien plus visible.

Lucie pose timidement sa main, osant à peine effleuré mon sexe gonflé. Sonia prend les choses en main, sur d'elle. Nouveau râle de plaisir de ma part. Mon caleçon rejoint le tas de mes autres vêtements dans un coin de la pièce.

Lucie est intriguée, pose ses doigts, les referment autour de moi, et commence une timide masturbation. Sonia la guide, la conseille.

En élève attentive, Lucie respecte les consignes de son amie.

Ses mouvements sont plus assurés. Sonia l'accompagne, impose la cadence.

"Suces le!" L'ordre de Sonia claque dans le calme du salon. Il n'est pas négociable.

"Suces le". Le ton est moins sec.

Lucie n'ose pas. Sonia se lance, montre l'exemple.

Ses lèvres sont douce, sa langue chaude.

"A ton tour".

Lucie ose enfin. C'est bon. Elle est douée. Elle accompagne le mouvement de sa bouche de la main, lèche de haut en bas.

Je savoure chaque aller et venue de sa langue. Sa bouche est plus rapide. Sa tête oscille de plus en plus vite.

Je crie "Arrêtes, Arrêtes", je ne veux pas jouir maintenant.

Lucie arrêtes de suite, surprise, mais Sonia ne l'entend pas comme ça. Elle me saisie et agite sa main de haut en bas.

Je la regarde. Sa main de libre à pousser son string sur le coté et ses doigts s'agitent frénétiquement.

La vue de Sonia se masturbant me fait exploser.

Les spasmes expulsent le sperme qui macule les doigts de Sonia.

Lucie est comme effrayer, déçue. Cette libération est pour elle synonyme de ronflements imminents.

Sonia lui glisse à l'oreille: "Ne t'inquiètes pas, il tient la distance lui".

Elle se lève, invite Lucie à la suivre.

"Tu nous rejoins dans la chambre"

Sonia ôte son string et me l'offre.

"Fais vite"

Il est trempé de son désir.

Je fais rapidement un peu de ménage.

Quand j'arrive dans la chambre, les deux demoiselles m'attendent lascivement.

Sonia est déjà nue, tandis que Lucie à conservé ses sous vêtements.

Quel contraste. Sonia est bronzée, sa peau est dorée 365 jours par an, pas une trace de maillot de bain.

Lucie à la peau très blanche, constellé de tâches de rousseurs.

Elles sont tout simplement magnifique.

"A ton tour de t'occuper de nous"

Je m'approche de Sonia, elle me dit: "Occupes toi de Lucie".

Je me tourne vers Lucie. Elle rougit une fois de plus.

Je passe ma main dans ses cheveux, approche ma bouche de la sienne.

Elle n'est pas très à l'aise. Je l'embrasse tendrement. Elle se détend un peu.

Mes mains courent sur son corps. Elle frémit.

Un baiser dans le cou qui dérive vers son oreille. Sa peau est parcourue d'un frisson.

Je dégrafe son soutiens gorge. Elle se laisse faire.

Ses seins sont doux. Je les caresses, les embrasses.

Je descend, m'attarde sur son nombril, continue à descendre.

Sa culotte est humide.

J'y passe la langue, nouveau frisson.

J'embrasse ses cuisses. J'ôte sa culotte. Ma langue passe sur sa jolie fente.

"Qu'est ce que tu fais?"

Je regarde Lucie l'air interrogatif.

"On ne m'a jamais fait ça, comme ça..."

Sonia est horrifiée: "Al ne t'as jamais fait un cuni?"

Lucie baisse les yeux et lâche un faible: "Non..."

"Tu es comme vierge! Tu as de la chance, il fait ça comme un dieu!"

Je suis flatté du compliment.

J'écarte doucement les jambes de Lucie.

Sa fleur rose pale s'offre à ma bouche impatiente.

Doucement, ma langue glisse sur son intimité, part à la recherche de son bouton sensible.

Le gout de son désir m'envahis.

Ma bouche se fait plus pressante.

Ma langue entre en elle, remonte s'attarde sur celui qui déclenche son plaisir.

Petite succion accompagné de la langue, qui lentement, en fait le tour, de haut en bas, décrivant des cercles.

Je me délecte d'elle, de son désir qui s'étale sur mon menton.

Elle découvre un nouveau plaisir.

Le creux de ses reins se décolle des draps, ses mains se plaques sur mes cheveux.

J'ai envie de la rendre folle.

Un doigts glisse en elle, déclenche un faible gémissement, retenue, presque inaudible.

Ma langue continue son mouvement, ma bouche est toujours plaquée aux pétales ouverts de sa douce fleur.

D'un deuxième doigt, paume de la main vers le ciel, je masse son intérieure de plus en plus mouillé.

Son bassin entre en mouvement, rythme saccadé, presque incontrôlé.

Le plaisir l'envahie.

Une main écarte mon épaule.

Sonia me pousse. Elle veut gouté Lucie à son tour.

Je lui cède ma place, à contre coeur.

Sonia enfouie sa tête.

Nouveaux cris de Lucie. Elle ne peut plus les retenir.

Tous ses muscles se tendent. Elle semble voler au dessus du lit.

Un "ouiiiii" interminable ne laisse aucun doute sur l'orgasme qui prend procession de son corps.

Le visage de Sonia réapparait, luisant des traces que Lucie lui à abondamment offerte.

Elle remonte.

Ses mains glissent sur le corps de son amante, sachant exactement où s'attarder.

Lucie se cambre, savoure chaque caresse.

Sonia est sur le point de l'embrasser quand Lucie tourne la tête.

Elle dépose un baiser sur sa joue, glissant ses doigts dans la chevelure de Lucie.

"Je ne veux que ton bonheur"

Lucie hésite, doute, réfléchie de longue seconde.

Sonia attend, imperturbable. Lorsque Lucie tourne enfin la tête, ses yeux croise le regard de Sonia.

Personne ne peut résister à ce regard.

Lucie s'abandonne, ferme les yeux, entrouvre les lèvres que Sonia ne tarde pas à embrasser.

Leurs baisers sont fougueux, leurs corps se mélanges.

Je quitte la chambre, les laissant seules.

Les murs ont laissés filtrer l'intensité de leurs ébats jusque très tard.

Lucie à eu sa nuit d'amour, folle, intense, merveilleuse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

absolument magnifique!!!!!merci :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ouah, ça m'a excité tout ça! bon je crois que je vais vous laisser et aller me faire du bien...... :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

super beau comme toujours! :x

Ta vision est toujours pleine de douceur, de respect. C'est éminemment sensuel! :x

:x

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Klenack

très belle histoire très excitante

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.