Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Guest beanto2

le fantasme du club

Recommended Posts

Guest beanto2

Je ne sais pas comment, mais Arnold et moi, nous avons réussi à attirer nos femmes dans un club échangiste de la région. Pour l’occasion nous leurs avons demandé de jouer franchement le jeu pour profiter un maximum de cette nouvelle expérience. L’après midi, nous les avions laissé toutes les deux pour se préparer entre filles. 18h30 : Nous les retrouvons chez moi et nous découvrons leurs tenues. Ma femme, Cory a choisi une robe bleue très courte à fines bretelles. Coraline, à l’inverse, une longue robe noire fendue très haut sur les hanches. Les compliments fusent, et déjà les mains tentes de se faufiler, mais il est temps de partir car nous avons un peu de route.

Connaissant le chemin, je me dévoue pour conduire. En plaisantant je me déclare chauffeur pour la soirée et j’ouvre la porte arrière en les invitant à monter tout les trois. L’idée a été plus que bien accueillit car tous me prennent au mot et ils s’engouffrent à l’intérieur. Je referme la porte avec un petit sentiment de m’être fait avoir et monte à mon tour. Je regarde dans le rétroviseur et je constate le sourire de mon ami. Les premiers kilomètres passent en bavardant du déroulement possible de la soirée. Et bien sur Arnold n’hésite pas à détailler les scènes pour chauffer un peu l’ambiance en joignant naturellement les gestes à la parole. Je comprends que ses mains glissent sur les cuisses des deux jeunes femmes. La route défile et les silences à l’arrière sont de plus en plus fréquents et quand Cory ou Coraline doivent prendre la parole, leurs voix semblent tremblantes et légèrement saccadées. Arnauld a glissé ses doigts dans chacun des sexes à sa disposition et j’entends le clapotis des chairs gorgés de plaisir, signe que ce traitement ravie nos compagnes. Elles se sont lovées dans les sièges et offrent leurs intimités. Encore quelques kilomètres et des gémissements se font entendre. Je fais descendre le rétroviseur pour tenter de me rincer l’œil. Après quelques réglages, je vois le sexe bandé d’Arnold enserré par deux mains féminines. A l’unisson, elles caressent le membre tendu. Je présume évidement qu’Arnauld est aux anges et je le comprends. J’entends le clic d’une ceinture de sécurité qui se défait et la seconde suivante la chevelure blonde de sa compagne déferle sur le sexe masculin. Tout en restant concentré sur la route je regarde Coraline déguster le sexe gonflé. J’entends un second clic, et Coraline se redresse pour laisser la place à ma femme qui à son tour embouche le membre. Pendant un bon moment elles se l’échangent et jouent avec. De temps en temps leurs lèvres se rencontrent pour des baisers langoureux. Le spectacle est plus qu’agréable à regarder mais nous sommes bientôt arrivés et je casse la magie de l’instant par un « on y est… », ce à quoi répond Arnold « oui heureusement oui !!!! » Les deux femmes se redresse en riant. Le temps pour mes voyageurs de se rajuster et nous entrons sur le parking du club…

Les portes s’ouvrent devant nous, un petit corridor, et nous poussons deux grosses portes pour enfin entrer dans la salle principale. Nous avançons en tenant nos compagnes respectives par la main. Leurs tenues s’accordent parfaitement avec l’assemblé. Au premier abord, rien ne diffère d’un club traditionnel si ce n’est quelques femmes déjà fort déshabillées sur la piste de danse qui s’exhibe et offre une danse lascive aux spectateurs présents. Il y a du monde mais sans plus, on n’est loin de boite de nuit que nous connaissons, l’ambiance y est plus « adulte ». La piste est entourée d’alcôve, avec tables et banquettes moelleuses. Nous nous installons dans l’une d’elle et aussitôt une serveuse s’approche et nous propose le champagne. Les verres ne tardent pas à arriver, suivi de la bouteille dans un seau à glace. Nous discutons de cette soirée en additionnant les verres. Mes mains parcourent les cuisses de ma femme et je m’aventure de plus en plus haut. Arnold fait de même et le fait que la robe longue de Coraline soit remontée presque jusqu’au nombril ne semble étonner personne. Soudain, ma femme se lève et entraîne notre amie pour allez danser. Nous les regardons s’éloigner en direction de la piste de danse. Dés leurs arrivée, les regards se tourne vers elles. Certaines personnes, hommes ou femmes, leurs adressent des bonsoirs accueillant. D’autres mots sont échangés mais incompréhensibles vu le bruit et la distance. La piste est remplie et tous les danseurs sont collés les uns aux autres. Cory et Coraline dansent ensemble, elles se frôlent et se caressent, parfois elles s’échangent un baiser, sachant très bien que nous ne perdons pas une miette du spectacle. Les pans des robes virevoltent découvrant leur peau que nous savons douce. Des jeux de mains se précisent. Un homme se colle au dos de ma femme tandis qu’une des danseuse fait de même à Coraline, formant ainsi un quatuor aligné sur la piste. Les quatre paires de mains explorent les corps à leurs dispositions. L’homme glisse ses mains dans l’entrejambe de ma femme alors que les seins de Coraline sont pelotés par la jeune femme. Tous les quatre entrent dans une danse érotique et sensuelle ou les mouvements de reins se synchronisent. La musique change de rythme et le petit groupe sépare doucement. Encore quelques mot échangés et Coraline est gratifiée d’un baiser de sa camarade de danse. Cory a droit a un baise main en bonne et due forme de la part de son cavalier. Elles nous retrouvent avec un large sourire qui en dit long. A peine arrivée elles se jettent sur leurs coupes de champagne comme pour étancher une soif énorme. Bien sur nous ne manquons pas Arnold et moi de faire des commentaires sur cette petite escapade et comme pour vérifier, nous dirigeons nos mains vers leurs entrejambes ou nous constatons l’émoi de nos dames. En effet, ma femme dégouline littéralement et Arnold confirme le même état de sa compagne. Nous décidons de nous déplacer vers l’arrière salle du club afin de découvrir les espaces réservés. Avant même d’y arriver, nous découvrons la dernière alcôve qui est occupé non pas par une table mais par un lit ou un couple fait l’amour, observé par une assemblé surtout composé d’homme. Bien que très intéressé par le spectacle, nous poursuivons pour enfin entrer dans l’antre de la luxure. La lumière est plus tamisée. A peine entrés, nous pouvons entendre des gémissements féminins qui arrivent de plusieurs endroits différents. Nous continuons notre découverte des lieux. Des petites tables sont disposées ça et là. A certaines, des couples discutent gentiment, a une autre une femme y est allongée et elle se fait caresser par une un couple et un second homme. Tout le monde peut à son gré la regarder prendre du plaisir. A la table a coté un homme d’un certain age est gratifié d’une fellation par une blonde à genoux devant lui. Des hommes et des femmes plus ou moins dévêtus déambulent au milieu de toutes ces tables. Plus loin de grands sofas sont occupé par une multitude de gens se laissant aller en une excitante orgie. Au centre, une femme est l’objet de toutes les attentions. Nous nous installons dans une banquette libre face au spectacle, les filles entre Arnold et moi. Cette femme est au prise de tout un groupe que ne semble vouloir qu’un seule chose : la satisfaire. Des hommes et de femmes se relaient pour la caresser et la prendre. Elle lance des gémissements étouffés, tantôt par un sexe, tantôt par un baiser… Nos femmes regardent avec intérêt ce show en live. Elles se sont vautrées contre nous et nos mains commencent à partir en exploration sur leurs corps, découvrant leur peau à la vue de tous. Je glisse doucement ma main dans le string déjà trempé de ma femme et je plaque celle-ci sur sa vulve gorgée. Coraline pose sa jambe sur la cuisse de ma femme et offre à Arnold un accès total à son sexe qu’il s’empresse de pénétrer de ses doigts. Nos compagnes regardent en silence la performance de la jeune femme devant nous tout en se laissant faire. Le tableau sur le lit est de plus en plus intense. La jeune femme dont la légère robe rouge ne fait plus qu’une ceinture autour de sa taille offre maintenant ses fesses a un homme allongé sous elle. Elle s’empale en criant sur son sexe qui la fouille profondément. Une femme s’allonge devant elle et commence à la dévorer en glissant un doigt dans sa fente. Deux autres amants se tiennent debout de chaque cotés d’elle et présentent leurs sexes a ces lèvres. De sa langue, elle lape les deux glands à sa porté pour ensuite les emboucher. D’autre protagonistes couvrent son corps de caresses. Ses seins sont palpés, pressés et étirés dans tout les sens pour son plus grand plaisir. Cory commence à gémir doucement sous mes caresses. Elle ouvre ces cuisses en grand, se souciant peu du regard de plus en plus insistant des personnes qui passent à proximité de notre groupe. Un homme vient de s’asseoir sur un pouf carré juste à coté de nos amis. Il observe Coraline qui depuis quelques minutes ne parvient plus a se concentrer sur ce qui se passe devant nous et savoure les yeux clos, le traitement que son homme lui fait subir. Cet homme s’avance à poser une main sur son mollet. Sans aucune réaction de la jeune femme, il s’enhardit et ose monter lentement plus haut sa main. Arnold, ne voulant stopper cette ascension lui laisse le chemin libre et en profite pour remonter encore d’avantage la robe et par la même occasion dégager un sein de sa femme, qu’il s’empresse d’empoigner. Le visiteur arrive au sexe ouvert et glisse sans autre formalité ses doigts entre les lèvres humides. Il entame un rapide va et vient qui déclanche aussitôt de forts gémissements. Nous quittons, ma femme et moi le spectacle pour regarder Coraline dans son plaisir. Ma femme lui attrape sa main qui se crispe soudain signe qu’une vague de plaisir la submerge. Elle se cambre, tétanisée par l’orgasme qui la surprend. Son caresseur nous quitte sans un mot, elle ne l’aura même pas vu. Nos amis s’embrasse à pleine bouche comme pour célébrer ce qui vient de se passer. Nous sortons de notre petit rêve, par les cris de la jeune femme en robe rouge. Celle qui l’a dévoré a été remplace par un grand blond qui maintenant la pilonne sauvagement. Les deux sexes la possèdent simultanément. On peut voir les chairs tendues, luisantes de son jus. Une scène que nous n’avons jamais vu en réel et qui nous subjugue. Nos femmes ne perdent pas une miette de l’acte. Elle hurle son bonheur et s’écroule sur celui qui lui remplissait les fesses. Nous restons un instant sans bouger. Le groupe se démantèle et la jeune femme se lève en remettant plus ou moins sa robe, aidé pas celui que je pense être son mari. Ils disparaissent ensemble dans le club. Nous décidons de parcourir un peu plus l’allée pour nous trouver un coin plus tranquille si cela est possible. Nous arrivons dans une salle plus grande. Il y a de grands matelas partout au sol séparés les uns des autre par des tentures quasi transparentes qui descendent du plafond. L’un d’eux semble libre. Nous traversons la pièce en regardant les personnes présente qui elles ne prêtent aucune attention a nous, si ce n’est un simple regarde vite détourné. On s’installe et aussitôt nos femmes se jettent sur nous sans aucune gêne. En quelques instant nous sommes tout les quatre presque nus et Arnold et moi avons le droit a une caresse buccal dans les règles de l’art. Nous sommes l’un en face de l’autre et la position nous renvoie la vision de la croupe de nos partenaires respectives. Bien sur nos mains ne peuvent rester inactive et Arnold s’empresse de poser la sienne sur les courbes de ma femme et j’en fais de même sur Coraline. Je glisse mes doigts en elle et bien sur elle est abondamment mouillée comme ma Cory doit l’être aussi à cet instant. Soudain mon aimée se redresse et me tourne le dos, elle m’enjambe et glisse sa main entre ses cuisses pour guider mon sexe en elle. Doucement, je la pénètre profondément. Elle fait face à nos amis et elle remplace ma main sur la croupe offerte devant elle. Tout en s’activant sur mon sexe, je la vois enfoncer ses doigts dans la fente trempé. Coraline ondule du bassin pour accentuer la caresse. Ma femme se penche pour déposer ses lèvres sur les fesses chaudes. Elle glisse sa langue dans le sillon. Elle trouve le point sensible et le titille doucement. Toutes les deux gémissent fort et bien sur notre quatuor force les regards de ceux qui passent à cote de notre couche. A son tour Coraline change de position. Comme sa comparse elle fait volte face et tourne le dos de son homme. Elle pousse ma femme qui se retrouve allongée sur moi et, à quatre pattes elle se jette sur le clitoris gonflé qu’elle aspire. Dans cette position Arnold, son sang ne fait qu’un tour, il l’attrape par les hanches et la pénètre d’un coup. Nous mettons tout en œuvre pour trouver une cadence commune dans cette position. Les gémissements deviennent plus profond et se transforment bientôt en râles de plaisir. Des « oui » se font entendre tantôt par l’une tantôt par l’autre. Au fur et a mesure, sous les coups de boutoir de son homme, Coraline se retrouve contrainte a quitter le sexe dégoulinant de ma femme. Elle se retrouve alors face à face avec elle. Leurs seins se touchent et se frôlent au rythme des va et vients. Les deux amies s’embrassent à pleines bouches malgré leurs souffles courts. Leur plaisir est à son comble et leurs corps transpirent de désir. Depuis un certain temps un homme tourne autour de nous. Je reconnais l’inconnu qui a caressé Coraline. Je vois Arnold lui faire un signe de la tête et il finit par soulever le rideau et il vient s’asseoir prés de nous. Nous femmes, tout occupées au plaisir de se faire prendre et à se caresser mutuellement, font à peine attention au nouveau venu. Après quelques minutes de voyeurisme passif, et sans aucune autre formalité, l’invité se hâte à déboutonner son pantalon et en sort un sexe bandé de belle taille et n’attend pas un moment de plus pour se branler devant nous. Il ne bouge pas et reste là à quelques centimètres, à contempler la danse sexuelle que nous lui offrons. Les râles sont de plus en plus forts et les soupirs profonds. Les filles seraient-elles encore plus excitées par la présence de cet intrus qui les épie ? Un spasme surprend ma femme lorsque je m’amuse à changer mon rythme et que mon sexe plonge encore plus loin en elle. Elle se colle à son amante en la serrant dans ses bras pesant de tout leur poids sur moi. Pas encore un orgasme mais encore un nouveau niveau dans le plaisir et l’excitation qui maintenant la faisait crier de « oui, oui » à chaque mouvements. Coraline, dans un état proche de l’orgasme aussi, lance soudain sa main en direction de l’inconnu et à tâtons elle cherche le sexe bandé qu’elle trouve rapidement. Sa main le remplace et elle se met à le branler en cadence. N’y croyant pas, il se rapproche alors pour faciliter le mouvement et sûrement pour profiter au mieux de cette caresse inespérée. Il se retrouve à genoux à nos cotés. Le sexe turgescent est très prés du visage de Coraline et à chaque va-et-vient celui-ci se rapproche encore un peu, pour au bout d’un instant effleurer les lèvres fines. Arnold redouble alors de vigueur en voyant le vice de sa femme. Elle comprend ce regain de vitalité comme une acceptation et elle englouti alors le gland violacé et le pousse loin au fond de sa gorge. Elle le ressort aussitôt et imprime un va-et-vient endiablé. Comme pour lui en faire profiter elle le lâche un instant plus tard et embrasse goulûment ma femme. L’inconnu se sentant délaissé se rapproche et tente de glisser son membre entre les deux femmes qui lui accorde la faveur. Le sexe glisse entre les deux bouches et passe entre les lèvres de l’une ou de l’autre de temps en temps. Arnold et moi n’en pouvons plus, malgré les regards que nous nous lançons pour jauger de notre état d’excitation, nous arrivons bientôt au point de non retour. Nous nous déchaînons et nous pilonnons nos vicieuses qui sont obligées d’abandonner leur caresse buccale et de rejeter plus ou moins le voyeur. Mais elles ne le lâchent pas pour autant et dans une contorsion de leurs bras respectifs, elles parviennent à le tenir et la branler ensemble. Elles sont prêtent à exploser et elles vibrent de partout. Elles crient leur plaisir et ce tableau amène notre intrus a jouir, en geignant, dans les mains de nos femmes. Le sperme chaud coule entre leurs doigts et cette sensation déclanche simultanément une boule de plaisir au plus profond de leurs ventres. L’orgasme arrive, elles gémissent ensemble et leurs corps se jettent sur nos sexes. Elles jouissent ensemble et hurlent leurs bonheurs. Mon ami et moi ne pouvons nous retenir plus longtemps et quasiment en même temps nous explosons en déversant notre sperme au fond de leurs intimités. Les filles s’écroulent l’une contre l’autre avant de rouler sur le coté en se libérant de nous. Elles ne s’occupent pas du tout des quelques personnes qui n’ont rien perdu de la scène comme nous tout à l’heure avions regardé cette femme en robe rouge. Notre invité est vite reparti. Nous « réveillons » nos épouses et nous les aidons à se vêtir. Nous repassons par des douches afin d’effacer les traces de notre invité et se rafraîchir un peu. Un dernier verre au bar et nous quittons l’établissement. Nous reprenons la route mais nous laissons les places arrières à nos femmes adorées qui s’endorment au bout de quelques kilomètres dans les bras l’une de l’autre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Beau récit, très excitant.

Juste un petit truc, ce serait encore plus agréable à lire si tu pouvais l'aérer un peu (j'ai un peu les yeux qui piquent en plus de me sentir à l'étroit).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

superbe texteeee j'ai adoré le lire mais ui aére un peu la prochaine fois, sa pique les yeux ce grand pavet j'ai failli lacher avant mais comme c t bon a lire j'ai quand même tout lu :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest beanto2

merci a vous

ok pour le prochain texte j'aérerai tout ça... :clap:

est-ce que les clubs vous font fantasmer???

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas vraiment en fait.

Ça ne fait absolument pas parti des mes fantasmes.

Mais ce genre de texte fait toujours son p'tit effet :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

texte tres bien et tres excitant.pour ma part je suis de nature libertin donc j'ai connu des clubs echangistes mais il y a bien longtemps que j'y suis pas retourner.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.