Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Tchoupinett

Une collègue, deux étudiants et moi

Recommended Posts

Bonsoir à tous,

Ayant lu avec intérêt pas mal de bonnes histoires coquines sur ce forum, j'ai envie de franchir le pas et de raconter moi-aussi une expérience un peu hors du commun.

D’abord, j’explique un peu ma situation : au moment de l’histoire, j’avais 37 ans et étais divorcée depuis quelques mois après 14 ans de mariage.

Depuis l’âge de 30 ans, j’ai commencé à éprouver l’envie de vivre une expérience sexuelle avec un garçon plus jeune (genre 20-24 ans) mais mariée et fidèle, il était hors de question que je tente l’expérience, et même une fois divorcée, je ne voyais pas comment me lancer et avais depuis longtemps rangé cela dans la catégorie des fantasmes que je n’assouvirais jamais.

Puis, un jour où nous étions dans nos petites confessions intimes, j’en ai parlé au boulot avec une collègue, une jolie petite femme de 37 ans comme moi, d’origine thaïlandaise et célibataire endurcie. Elle m’a avoué que ça la branchait aussi et m’a proposé de participer à un bal de fin d’année d’étudiants qui se tenait dans une ville universitaire tout près d’où j’habite, de draguer un peu et de voir ce que ça donnait. J’ai accepté.

Le jour de la soirée est arrivé, nous y sommes donc parties ensemble. Elle avait revêtu pour l’occasion une robe noire jusqu’à mi-cuisse avec un décolleté qui mettait très en valeur sa poitrine. Pas du tout le genre de vêtement qu’on porte à ce genre de soirée, comme nous nous en sommes rendu compte plus tard, mais au moins n’est-elle pas passée inaperçue. Moi, j’avais opté pour une tenue sage : un jeans et une simple chemise. C’était une très grosse soirée organisée dans tout un quartier de la ville, avec plusieurs locaux de cercles étudiants ou autres qui servaient de la bière et où on pouvait danser. Nous sommes entrées dans le moins bondé, avons bu un (tout petit) peu et avons pas mal dansé. Quelques jeunes hommes nous ont abordées (surtout ma collègue en fait) mais rien d’intéressant.

La soirée avançait, je commençais à m’ennuyer et à avoir envie de partir. Ma collègue, elle, s’amusait bien et voulait rester. Je suis sortie prendre l’air en espérant qu’elle allait me rejoindre à l’extérieur et que je pourrais la convaincre de rentrer. Je l’ai attendue dix bonnes minutes, et quand je me suis décidée à aller la chercher, elle venait à ma rencontre pour m’annoncer qu’elle avait rencontré deux jeunes hommes qui avaient l’air très bien. Je suis allée les voir à mon tour. L’un avait 23 ans, terminait ses études de droit, tout maigre et de ma taille. Mignon mais pas canon. Il avait de magnifiques yeux bleus. Je l’appellerai Quentin. L’autre avait 21 ans, étudiant en kiné, cheveux châtain, beau gosse mais beaucoup plus petit que moi (Je fais 1m79 et suis assez solidement bâtie) et d’un style assez fashion victim qui ne m’a pas plus plu que ça, mais très mignon. Je l’appellerai Thomas. Nous avons un peu parlé, appris qu’ils partageaient un kot duplex à l’arrière de la ville. Ils nous ont un peu draguées, et ma collègue leur a rapidement dit cash que nous étions deux célibataires à la recherche d’un plan d’un soir. J’avoue que sur le coup, j’étais un peu gênée. Ils ont d’abord cru qu’elle disait ça pour les charrier, mais une fois sortis du local où on dansait, elle les a embrassés à pleine bouche l’un après l’autre puis les a chacun pris par un bras et leur a demandé de nous emmener chez eux. Ils sont partis limite sans faire attention à moi, j’avais presque l’impression de m’imposer en me portant à leur hauteur. Quentin m’a tendu un bras que j’ai agrippé et nous sommes partis ensemble vers leur duplex.

(la suite dans un prochain post pour ne pas faire trop long)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir Tchoupinett,

Très belle introduction!!! J'ai la langue pendue et baveuse..... La suite STP!!!!

Surtout, moi, j'aime bien les femmes de la quarantaine qui aiment les jeunes!!!

Impatient de lire la suite!!! :welcome::P :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nous avons marché pendant une bonne dizaine de minutes bras dessus-dessous avant d’atteindre leur duplex, situé au 4e et dernier étage d’un immeuble estudiantin. Il y avait une pièce assez spacieuse en bas qui faisait salle de séjour et cuisine, avec une baie vitrée sur tout un mur qui donnait accès à une terrasse et une autre pièce ouverte en haut, juste protégée par une rambarde, où étaient leurs lits. Cet espace jouxtait une minuscule salle de bains aux murs de blocs, et complètement isolée à la vue.

Ma collègue (je l’appellerai Sukanya parce que je me rends compte que j’en ai assez de dire « ma collègue ») a très vite fait monter la température en embrassant Thomas qui ne s’est pas gêné pour commencer à lui caresser le corps par-dessus sa robe. Quentin et moi, beaucoup plus timides, nous regardions gênés sans rien oser entreprendre. Thomas a alors proposé d’emmener Sukanya à l’étage. Quentin et moi resterions en bas. Sukanya a alors plaisanté sur le fait qu’il n’y avait pas de lit en bas, mais les deux jeunes hommes ont ouvert le canapé, qui faisait clic-clac. Ensuite, Sukanya et son fashion victim sont montés à l’étage, et nous n’avons pas tardé à les entendre glousser.

Quentin s’est alors avancé face à moi, nous nous sommes observés, gênés et ne sachant pas très bien quoi faire. Il a posé une main sur mes côtes et m’a fixée intensément. Je lui ai murmuré de ne pas m’embrasser sur la bouche. Cela peut vous paraître curieux, surtout au lu de ce qui va suivre, mais je considère le baiser comme un immense acte d’amour et je ne voulais pas le pratiquer avec lui, surtout que depuis plus de quinze ans, le seul homme que j’avais embrassé était mon ex-mari. Il m’a alors enlacée délicatement et m’a caressé le dos en m’embrassant la joue, le lobe de l’oreille et dans le cou. Il est ensuite passé dans mon dos, s’est mis tout contre moi et m’a caressé longuement le ventre en continuant à m’embrasser dans le cou. Je commençais à sentir le stress me quitter doucement et un brin de désir monter en moi. J’ai basculé ma tête sur son épaule et fermé les yeux. J’étais d’une part rassurée qu’il ait pris les choses en main, et d’autre part un peu frustrée de n’avoir pas moi, la femme de 37 ans, su prendre l’initiative comme j’avais toujours imaginé le faire dans mes fantasmes.

Quoi qu’il en soit, après de longues caresses, il a déboutonné ma chemise lentement, bouton par bouton, sans cesser ses caresses et ses petits baisers. Il l’a ensuite faite glisser de mes épaules et l’a posée sur un meuble, puis est revenu face à moi, m’a à nouveau enlacée délicatement et m’a finalement ôté mon soutien-gorge. Il s’est ensuite mis torse nu et est venu se coller à moi, j’ai senti mes tétons durcir au contact de sa poitrine sur la mienne et ai senti l’excitation monter doucement en moi.

Il m’a entraînée vers le lit où nous nous sommes allongés. Il s’est mis à m’embrasser de façon très sensuelle près des commissures des lèvres et sur le menton, faisant attention à ne pas poser ses lèvres sur les miennes, même si je sentais qu’il en avait envie. Ce faisant, ses mains exploraient mon corps, s’attardaient sur mes seins et moi, je commençais seulement à trouver l’audace de commencer à vraiment le caresser. Au bout d’un moment, il s’est redressé et s’est approché de mon jeans qu’il m’a enlevé doucement. Il n’a pas attendu pour faire glisser ma petite culotte et me mettre nue. Il s’est lui aussi déshabillé puis s’est recouché nu près de moi.

Il m’a à nouveau câlinée longuement et tendrement, m’enlaçant de façon très intime et passionnée. Enfin, il est descendu vers mon vagin. Il m’a écarté doucement les cuisses, a passé ses doigts sur mon clitoris puis s’est mis à le lécher doucement. C’est à ce moment là seulement que j’ai compris que nous allions faire l’amour. Avant, je pensais qu’allait venir le moment où je l’arrêterais. Je me suis abandonnée, je me sentais bien, je me sentais excitée. Il m’a léché le vagin lentement puis de plus en plus rapidement, je me sentais frissonner sous ses coups de langue. Tout en faisant cela, il s’est équipé d’un préservatif. Soudain, il a arrêté son cunnilingus, s’est redressé et l’instant d’après, j’ai senti son sexe s’enfoncer en moi Il m’a prise lentement dans cette position, fixant intensément mes seins qui ondulaient lentement sous ses petits coups de reins, alors que moi-même, je le regardais. Il semblait tellement fasciné par ma poitrine que je n’ai pu m’empêcher de lui murmurer « Et j’ai eu deux enfants »

Il s’est arrêté net, son sexe toujours dans le mien. « Tu n’es pas mariée ? » m’a-t-il demandé. « Non, divorcée » Il a tout de suite paru rassuré, s’est allongé sur moi, nous nous sommes enlacés et il a recommencé son va-et-vient en moi tout en commençant à me caresser, une main traînait sur mon omoplate pendant que l’autre explorait mon corps, surtout mes seins et l’une de mes fesses. Du haut du duplex, nous entendions le lit grincer et les gémissements de Sukanya qui était en train de faire l’amour avec Thomas. Je me suis soudain sentie obligée de gémir à mon tour, par peur que Quentin pense que je ne prenais pas de plaisir à notre rapport. J’en prenais, mais j’ai toujours fait l’amour assez silencieusement.

Je me suis vite sentie ridicule et surtout, je ne voulais pas que les deux amants de l’étage entendent, j’ai alors commencé à l’embrasser dans le cou, sur les épaules et sur les joues. Il m’a embrassée passionnément lui aussi, ce qui a donné une dimension beaucoup plus romantique à l’amour que nous nous faisions. Mes mains se sont mises à explorer son corps. Soudain, alors que nous nous regardions dans les yeux, j’ai vu ses lèvres plonger vers les miennes pour finalement s’écraser juste en dessous de ma bouche. « Désolé, pas de baisers j’ai failli oublier » m’a-t-il murmuré à l’oreille. « Pas grave » lui ai-je soufflé. Il me pénétrait de plus en plus rapidement, je sentais peu à peu le plaisir m’envahir. J’ai écarté plus fort les cuisses, ai noué mes pieds autour de son bassin, ai laissé ma tête s’affaler sur le canapé-lit et ai fermé les yeux. Ma bouche ouverte laissait maintenant échapper des gémissements de plaisir, des vrais. Je suis restée ainsi abandonnée à lui un bon moment, j’ai soudain senti la jouissance toute proche… mais hélas, je n’allais jamais jouir.

J’ai soudain ouvert les yeux, et là, d’un coup d’un seul, tout mon désir, tout mon plaisir, toute mon excitation sont retombés. Par-dessus la rambarde de l’étage, Sukanya et Thomas nous observaient. Je me suis soudain sentie très mal à l’aise, pour tout dire, ridicule. J’étais en train d’avoir une relation sexuelle avec un inconnu sous les yeux d’une collègue et d’un autre inconnu. Je commençais à trouver ce rapport merveilleux, j’ai soudain eu envie que tout s’arrête. Heureusement, quelques secondes plus tard, Quentin a joui. J’ai tenu à le garder sur moi, comme un rempart contre les deux autres qui nous observaient. Pendant qu’ils descendaient l’escalier, elle toujours nue, lui ayant passé un boxer, je me suis ruée sur mes vêtements et me suis rhabillée rapidement. Quentin, pour jouer le jeu des deux autres, n’a remis que son caleçon. Nous avons échangé des banalités sur nos rapports, j’étais toujours horriblement gênée, puis Thomas nous a proposé de ne pas reprendre la route et de rester la nuit avec eux Quentin a abondé dans son sens et Sukanya avait envie de rester aussi. Moi, toujours honteuse, j’aurais préféré rentrer mais j’ai accepté. Tout à mon énervement d’avoir été ainsi découverte et interrompue en pleine action, je n’ai pas réalisé, c’était pourtant énorme, que ce petit coquin de Thomas espérait une deuxième manche.

(La suite dans un autre post)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça devient chaud! :welcome:

...leur duplex, situé au 4e et dernier étage d’un immeuble estudiantin...

En plus, on voit que le C.R.O.U.S. a fait des progrès. Bonne nouvelle! :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très belle écriture

Une suite sera bien sûr la bienvenue

:welcome::P :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nous nous sommes attablés et avons joué pendant près de deux heures à un jeu de société dont j’ai oublié le nom. Sukanya, entièrement nue et provocante, ne cessait de se lever et de tourner autour de la petite table dès que l’occasion s’en présentait, s’asseyait sur les genoux de l’un, de l’autre, les embrassait. Thomas ne se gênait d’ailleurs pas pour la peloter dès qu’il le pouvait. Moi, habillée et sérieuse, j’essayais d’oublier ma frustration.

Enfin, lorsque le jeu s’est terminé, Thomas nous a proposé une nouvelle séance torride, cette fois avec l’autre partenaire. Sukanya a tout de suite accepté, Quentin, chauffé par cette petite asiatique très mignonne, a acquiescé lui aussi. Moi, je n’en avais plus envie, j’ai donc refusé. Thomas a été déçu, tenté de me convaincre, mais rien n’y a fait, je ne voulais pas faire l’amour avec lui.

Sukanya, que je connaissais depuis quelques années et que je savais libertine, a alors fait quelque chose dont je ne l’aurais pourtant pas crue capable : elle leur a proposé de l’accompagner tous les deux à l’étage. Je suis restée seule en bas et lorsque Sukanya a commencé à gémir, j’ai mis la radio. Le lit étant loin de la rambarde, je ne pouvais les voir et de toute manière, ce qu’ils faisaient ne m’intéressait pas. J’étais assez choquée, je l’avoue, en les imaginant la prendre à tour de rôle. Peut-être faisait-elle une fellation à l’un pendant que l’autre la pénétrait ? Peu m’importait, je préférais ne pas savoir. J’étais attablée et essayais de me concentrer sur la musique qui s’échappait des haut-parleurs.

Au bout d’un moment, Sukanya s’est mise à pousser des gémissements plus forts. Je me suis levée et suis sortie sur la terrasse pour fumer une cigarette et surtout ne plus l’entendre. Je regardais les toits de la ville tout en fumant, puis je me suis retournée. A travers les grands rideaux très mal fermés, je les ai vus. De là où j’étais, je distinguais à peine Thomas, allongé sur le dos sur le lit. Suraya était assise sur lui, appuyée sur ses coudes, et j’ai deviné sans vraiment le voir qu’il la sodomisait tout en malaxant sa poitrine. Quentin, lui, à moitié hors du lit, était penché sur elle. Il lui pénétrait le vagin à grands coups de reins tout en l’embrassant à pleine bouche. J’étais en train d’assister à une double pénétration ! Je n’en revenais pas. J’étais immobile, comme hypnotisée par ce spectacle qui s’offrait à moi et que je me plaisais à trouver vulgaire. Puis, l’espace d’une seconde, je me suis imaginée à sa place. Je m’imaginais possédée par ces deux jeunes hommes et m’interrogeais sur ce qu’elle devait ressentir en cet instant. Je me suis maudite de ma faiblesse lorsque j’ai senti le bout de mes seins durcir dans mon soutien-gorge et un petit frisson passer le long de mon entrejambe. Je ne voulais pas connaître cela, j’en étais convaincue. Cela n’a pas duré longtemps. Je pense que Thomas a joui car leurs ébats se sont soudain arrêtés, ils se sont levés et Thomas a disparu dans la salle de bains.

Sukanya s’est alors recouchée, Quentin s’est allongé sur elle et a recommencé à la pénétrer. J’ai continué à les observer de l’extérieur, dans l’obscurité, incapable de détourner le regard. Inexplicablement, j’ai ressenti quelque chose poindre en moi, un sentiment comme un curieux mélange de frustration et de jalousie, je ne sais pas mieux le décrire. Il lui faisait l’amour plus… bestialement qu’à moi. Cela me paraissait moins tendre, plus physique. Ils ont ainsi fait l’amour une ou deux minutes, ensuite ils se sont arrêtés, lui vautré sur elle. J’ai cru qu’il avait joui. Il s’est redressé sur ses coudes, ils ont échangé quelques paroles, se sont embrassés puis il s’est relevé, toujours en érection. Sukanya s’est retournée, se couchant maintenant sur le ventre et lui présentant ses fesses. Il s’est penché sur elle, je l’ai vu lui écarter les fesses et y plonger son sexe. Je ne pouvais vraiment en être sûre d’où j’étais, mais je me doutais bien qu’il la sodomisait à son tour. Il l’a à nouveau possédée dans cette position, lui donnant de puissants coups de reins, puis il s’est cabré comme s’il avait été foudroyé par un éclair. J’ai compris que cette fois, il avait joui. Il s’est couché sur elle et lui a fait de petites caresses. Je suis rentrée à ce moment là.

Je suis retournée m’attabler et ai attendu qu’elle descende. Mais elle n’est pas descendue. D’après ce que j’ai entendu, ils se sont couchés tous les trois sur le lit. Ils ont parlé à voix basse un bon moment puis je n’ai plus rien entendu. Sukanya s’était endormie et eux aussi probablement. J’ai attendu un bon moment, puis lorsque j’ai été sûre qu’elle ne descendrait pas, j’ai éteint les lampes, ôté mon jeans et ma chemise qui sentaient l’après-soirée et je me suis couchée dans le clic-clac pour faire un petit somme. J’étais un peu frustrée d’être encore là, et aussi d’être seule et ignorée par les trois là haut. Le sommeil est venu assez rapidement, il était déjà près de 5h du matin. Je m’étais à peine endormie lorsque j’ai été réveillée par quelqu’un qui se blottissait près de moi, comme s’il avait deviné que je me sentais seule. C’était Quentin. Sans un mot, il m’a passé un bras autour de la taille, posé sa main chaude sur mon ventre. Je savais qu’il aimait ma poitrine. J’ai dégrafé mon soutien-gorge et l’ai fait glisser au sol. Il n’a pas pu l’ignorer car j’ai bien fait bouger le lit, mais il ne l’a pas caressée. Il s’est endormi avec la main sur mon ventre.

Au matin, nous nous sommes levées, habillées et nous sommes parties, tout simplement. Sukanya a dit au revoir aux garçons en les embrassant. Moi, j’ai fait la bise à Thomas. Lorsque j’ai voulu la faire à Quentin, il m’a enlacée et m’a serrée fort dans ses bras. Je l’ai enlacé aussi. « Tu es extraordinaire » m’a-t-il murmuré à l’oreille avant de poser sa bouche tout près de la commissure de mes lèvres et d’y déposer un très, très long baiser. J’ai compris qu’il espérait que je tourne un peu la tête et l’embrasse sur les lèvres, mais je ne l’ai pas fait. Nous sommes ensuite parties.

Chemin faisant, nous avons parlé avec Sukanya de notre expérience. Elle m’a dit avoir pris un plaisir immense pendant la double-pénétration et m’a encouragé à essayer, mais je lui ai répondu que ça ne m’intéressait pas. J’étais à la fois satisfaite et déçue. Avec le recul, je sais maintenant que j’étais satisfaite d’avoir réalisé un fantasme, mais déçue de ne pas l’avoir réalisé du tout comme je le souhaitais. Je suis rentrée chez moi certaine de ne plus jamais revoir ces deux jeunes hommes. Le hasard de la vie allait en décider autrement.

(Je posterai notre deuxième rencontre dans un autre topic, si ça vous intéresse… Je ne voudrais pas vous ennuyer)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Toujours aussi superbe

A quand la suite.... :welcome:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

Très belle histoire j'ai hâte de lire la suite :welcome:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'aime beaucoup la façon dont tu racontes cette expérience. Et ca met le branle bas de combat dans le pantalon de surcroît !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

[align=center]J'ai hâte de lire la site moi aussi.

Tu écris vraiment très bien ! :welcome: [/align]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

Superbe et très bien écris, tu sais nous faire languir :welcome:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

J'aime beaucoup cette façon que tu as d'écrire et de nous conter cette expérience.

Néanmoins on perçoit bien ta déception/frustration, et c'est dommage. C'est là tout le drame de réaliser un fantasme aussi "prenant" :welcome:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest UnderTheButtock

Chaaaauuuuuuuuuuuuuuuuud

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour vos commentaires, ça me fait très plaisir.

Comme c'était la toute première fois que je raconte une expérience, ça m'encourage à vous raconter la suite de cette rencontre.

Je la poste dès que j'ai un peu de temps.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.