Aller au contenu

Messages recommandés

J' avais vu ma voisine de palier Bettina la première fois l' été dernier.

Ce jour là je finissais mon emménagement et transportais les derniers cartons à l' entrée de l' immeuble.Une femme quadragénaire venait de rentrer et ouvrait sa boîte aux lettres. Vêtue d' un chemisier à fleurs, ses pieds bien entretenus chaussés dans des sandales plates,elle avait le teint bronzé par le soleil d' août.

Elle me demandait si j' étais le nouveau locataire. J' avais déjà collé mon étiquette sur ma boîte et avec un nom à coucher dehors pour les français, ma présence ne passait pas inaperçu.

..

Les mois passaient ,je désirais aller plus loin que les échanges de salutations mais cette femme n' incitait pas à la conversation. Sa crinière bouclée et son visage sévère me faisaient penser à Glenn Close dans " liaison fatale ". Heureusement quand elle parlait, sa voix posée adoucissait ses traits.

Malgré les réserves notre relation progressait .

Un jour où je lui avais rendu service elle m' invitait à prendre un panaché chez elle. Son appartement avait une odeur de bois de pin, les rideaux arabisants de la lucarne filtraient la lumière du jour .Des livres et des journaux encombraient une table basse entourée de sièges en velours. Je regardais les statuettes africaines sur les étagères .

" Ce sont des souvenirs de vacances " expliqua Bettina. " je préfère dépenser mes économies en voyages plutôt que d' acheter une voiture". En effet, son véhicule était déjà ancien.

Elle avait visité récemment la Thailande , me demandait mon pays d' origine et déclarait ne pas y être allé.

" La prochaine fois " . Sa voix était légère et suave.

J' avais essayé de l' inviter à dîner et après un deuxième essai infructueux je laissais tomber. Elle provoquait en moi de la sympathie teintée de désir charnel. Une fois quand elle sortait de l' immeuble, je m' étais retourné et mon regard s' était arrêté sur ses fesses rondes tremblant sous le pantalon noir.

Nous vivions notre quotidien derrière les murs de nos appartements respectifs, séparés par un couloir de quatre mètres

On ne se croisait pas beaucoup ces derniers mois, elle me lançait un bonjour et me regardait à peine.

.

En rentrant chez moi un soir je voyais de gros cartons et un chariot à bagages devant sa porte. Elle allait déménager , j' éprouvais une vague déception étais je en train d' avoir le béguin ?

Je pris une douche pour me débarrasser de la crasse du travail puis allumai la télé. J' avais un peu le cafard.

.

Depuis , chaque soir en rentrant du travail, je jetais machinalement un coup d' oeil sur sa boîte aux lettres pour voir si le nom avait été enlevé.

.

.

La sonnerie grésilla et j' ouvris la porte.

Bettina apparut sur le seuil : " bonjour, je ne vous dérange pas ? "

Je m' écartai : " non, non "

Elle portait un jean et un pull blanc sous un blouson d' alpiniste. Décontractée et sereine.

" Je viens vous dire au revoir "

Mince .

..

Je n' avais pas encore fait mes courses et nous nous contentions de croquer des chips devant une boisson pétillante.

Documentaliste en free lance , elle venait de finir son contrat et s' apprêtait à retourner dans les Alpes maritimes. Je regardais les bulles monter dans mon verre, essayant de trouver une invitation, une occasion de nous revoir avant son départ.

.

Nous nous séparions sur le seuil de ma porte.

" Je vous fais la bise " annonça-t-elle , sa joue effleura la mienne. Puis un baiser furtif atterrit sur ma bouche.

Oh .

.

Je restais sans voix. Une lueur mutine passa dans les yeux de Bettina : " je reste encore un peu ? "

..

..

Ma voisine dégrafa son soutien-gorge et le posa sur le dossier de la chaise. Je regardais son string glisser avant de me dévêtir à mon tour. Elle me tournait le dos, l' extrémité de sa chatte pointait sous ses fesses comme une châtaigne.

Son corps sec se terminait par des jambes courtes mais fuselées et légèrement musclées. Elle s' approcha de moi jusqu' à ce que ses mamelons un peu rêches touchaient mon corps et , avec un large sourire, me poussa à la renverse.

Nous restions allongés à nous caresser mutuellement nos toisons intimes, je laissais longtemps mes doigts errer dans les poils frisés de son pubis . Bettina posait les mains sur mes épaules en me regardant dans les yeux et nos bouches se rejoignèrent. Je léchai quelques grains de sel restés sur la commissure de ses lèvres, elle se dégagea de mon étreinte pour me branler de façon délicate en prenant ma verge avec seulement trois doigts.

..

Ligoté dans la gaine en latex, mon pénis était sur le point de déverser son trop plein.

Elle écarta des deux mains les lèvres de sa chatte.

Je la pénétrai , je ramonais les profondeurs de son vagin et nous gémissions l' un après l' autre.

Elle s' affalait maintenant sur mon corps, ses cuisses serraient les miennes et ses seins m' écrasaient moelleusement comme des coussins.

Quand ses muscles vaginaux palpitèrent autour de ma queue , leur effet fut ravageur. J' entrai en transe et ma semence gicla violemment comme un projectile.

Ma voisine me demandait si son comportement m' avait abasourdi .

Oui , beaucoup.

Elle continua: " vous vivez seul. Javais remarqué votre façon de me regarder alors je me disais que... "

Je déplorais qu' on ne se connaissait pas mieux auparavant.

Son sourire était mi figue mi raisin : " mieux vaut tard que jamais "

A sa question sur la dernière fois où j' avais fait l' amour je répondis évasivement : " depuis très longtemps "

Elle frottait paresseusement son pied sur ma jambe, un geste si langoureux et lascif que je sentais quelque chose ramper à l' intérieur de mon sexe, comme si une nouvelle éjaculation allait pointer.

Quittant le lit, elle récupéra sa lingerie et cala ses seins dans leur coque de dentelle , j' entendais l' élastique du string claquer sur ses hanches.

.

Elle avait regagné son appartement. Aucune promesse de sa part mais son regard était perplexe et son sourire aimable, elle m' avait tendu un papier où étaient griffonnés une adresse mail et un numéro de portable.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Anonymous

tres belle histoire bien detaillee!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Anonymous

Merci de cette histoire...mmmmmmmmm tres agréable

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dric, tes textes me plaisent toujours autant, tes ellipses qui en disant plus long qu'elles n'en cachent sont un vrai ravissement pour moi.

Merci^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.