Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

echizen

Comment dire 2

Recommended Posts

Je t'ai vue, hier soir, seule au parc, assise sur un banc, dans le froid. J'ai hésité à aller te voir. Ma timidité faillit m'en empêcher, mais je la surmontais, tu avais l'air tellement malheureuse. Je m'assis à côté de toi. Tu me regardas, puis détourna la tête. Je te fixais, tu le sentais. Tu me regardas à nouveau, je te regardai dans les yeux. Puis, je ne sais comment c'est venu, mais j'ai dit:

"Vous êtes belle.

_ Merci, répondit-elle en souriant tristement, mais lui, ne le pensait sûrement, sinon je ne serai pas là.

_Il devait sûrement être très bête

_Oh ça oui.

_Vous vous appelez comment?

_Rose, et vous?

_David

_Vous avez sûrment quelqu'un qui vous aime et sur qui vous pouvez compter, vous avez de la chance, ne la perdez pas.

_En fait non, je suis célibataire

_Oh, désolé

_Il n'y a pas de quoi, c'est moi qui ai rompu."

Un long silence s'ensuivit.

"Vous faites quelque chose ce soir?"

_Non.

_Je vous propose d'aller au cinéma, ce n'est pas grand chose, mais au moins les salles sont chauffées.

Elle accepta...

La suite pour plus tard

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest decibel

:twisted: C'est un bon début :twisted: ... allez zou, à ton clavier :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Elle accepta. Elle commença à trembler en chemin, je lui passais donc ma veste autour des épaules. Elle se rapprocha de moi. Je la sentais, elle ne paraissait pas si froide. Soudain elle me demanda de la prendre dans mes bras parce qu'elle avai tellement froid. J'acceptais, bien sûr. Je la pris dans mes bras. Elle se frota alors contre moi sensuellement, à ma grande surprise.

Je ne savais que faire, lorsqu'elle me chuchota, ne l'entendant pas je me rapprochais d'elle. Elle prit alors mes lèvres, ma langue, ma bouche entière. Agréablement surpris, je lui rendis son baiser. Elle commença alors à descendre ses mains sur mon entre-jambe. Une bosse se formait. J'étais gêné, elle ne cachait pas qu'elle me touchait les couilles. Je nous séparais et l'emmenais à part:

"Vous allez bien?

_Bien mieux maintenanr.

_Est ce que vous faites ça par dépit de vous être fait jeté?

_Vous n'avez toujours pas compris? Il n'y a jamais eu d'ex, je vous ai eu, vous étiez ma proie. Et je t'ai pris au piège. Tu ne seras pas déçu. Tu préfères aller chez toi ou chez moi?

Je m'entendis répondre "Chez toi". Elle me prit la main et me guida. Je reconnaissais le chemin. Elle habitait dans le même immeuble que moi. Soudain je la reconnus, c'était la voisine du second étage. Celle qui était toujours habillée de façon sexy. J'avais souvent fantaslmé sur elle. Si j'avais su que l'attirance était réciproque, il y a longtemps que je l'aurais invitée à sortir. En passant nous vîmes la concierge. Elle nous regarda d'un mauvais oeil. Dommage, car elle était belle cette femme. Une belle portugaise dans la quarantaine (je sais, c'est un rare spécimen, lol). Mais bon, j'étais avec une belle fille de mon âge, et j'allais sûrement toucher à des plaisirs ennivrants, donc, sans regret.

Dans l'ascenseur, elle ouvit ma braguette et commença une branlette, qu'elle continua dans le couloir de l'immeuble menant à son appartement. Elle ouvrit la porte, me tira à l'intérieur, la ferma, et me dit:

"J'espère que tu comptais pas passer une nuit tranquille"

...

Le reste si l'histoire est appréciée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest decibel

la suite !!! la suite !!!! la suite !!!! :twisted:

:twisted: Je plussoie :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je n'ai pas beaucoep de temps là, donc ça risque d'être court.

"J'espère que tu ne comptais pas passer une nuit tranquille."

Elle enlève son haut mais garde son soutien-gorge. Elle libère ses cheveux. Ses cheveux chatains tombent délicatement contre son dos. Je me lève, la prends dans mes bras et l'embrasse, je lui caresse les cheveux, ils sont tellement doux, puis je descends sur ses fesses. Elle me repousse, enlève son jean:

"Continuons où nous en étions, tu me caressais les fesse je crois"

Elle me provoque. Je la repousse à mon tour pour enlever mes vêtements, et je reste en caleçon. Là, reprends, et elle sent bien ma bite contre son ventre. Je lui dégraffe son soutien-gorge en dentelle rouge. Il tombe entre elle et moi, à nos pieds. Je sens ses seins contre mon torse, elle les frotte. Elle descend son string, lui aussi en dentelle rouge, puis mon caleçon (qui lui n'est pas en dentelle rouge, je tiens à le préciser pour éviter les malentendus). Nous sommes nus, l'un contre l'autre. Elle me prend la bite d'une main, va et vient, c'est bon. Elle se baisse, tout en restant collée à moi. Je sens ses seins descendre le long de mon torse, sur ma bite, et me jambes. Elle est à genoux, me regarde malicieusement et me prend en bouche...

La suite, pour plus tard, mais répondez s'il vous plaît, dites-moi si vous appréciez.

Bisous les filles

Bisous des filles pour les garçons

:twisted:

:twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest decibel

:) :) Bien sûr que j'apprécie :):) ... arrête de te faire prier pour la suite !!! :P

:)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Elle est à genoux, me regarde malicieusement et me prend en bouche. Je lui prends la tête et la guide. Que c'est bon! Elle accélère puis décellère, pour voir l'effet que cela me fait. Je ferme les yeux et me mords les lèvres pour ne pas jouir, je veux que cela dure. Elle voit l'état dans lequel je suis et me dit, d'une voix douce et sensuelle:

"Ne te retiens surtout pas".

Je me laisse alors aller, et jouis. Elle avale tout, relèche ma bite pour les gouttes, et se lève. Je lui prends la bouche, et de mes mains, lui titille les seins et la chatte. Puis ma main descend de ses seins sur ses fesses.

Je la prends alors par les hanches, la soulève, et l'assied sur le canapé. Je lui écarte les jambes, me met à genoux devant le canapé, et passe un doigt sur l'extérieur de ses lèvres, fait le tour, rentre, ressort, fait le tour dans l'autre sens, rentre et ressort, puis rentre soudainement. Ma langue commence. Elle me guide de la voix:

"Là, oui là... encore... plus à gauche... hum, c'est parfait"

Je continue encore un peu, et son jus se répand. Je me lève, elle reste assise, me regarde d'un air coquin. Je regarde autour de moi, canapé, cuisine, table, chambre, salle de bain. Je choisis le "classique". Je la prends dans mes bras et l'amène dans la chambre, la dépose délicatement sur le lit. Elle me dit:

"Viens!"

Je saute sur le lit. Je me colle à elle, et la pénètre. Mes va-et-vient accélèrent. Elle gémit, elle crie même. Je continue, elle m'aide. Nous sommes à l'extase. Nous jouissons en même temps.

Je m'arrête, m'allonge à côté d'elle, elle se rapproche encore plus, met ses seins sur mon torse. Je passe mon bras derrière ses épaules. J'entends un:

"C'est tout?"

Incroyable, elle en voulait plus. Elle sort de la chambre en me regardant, ferme la porte. Je me lève, ouvre la porte et la cherche. Elle est assise sur la table, jambes croisées, position extrémement sexy. Mon érection reprend. Elle selève, regarde mon pénis et dit:

"Je vais l'aider."

Elle me reprend en bouche, juste de quoi renforcer mon érection, mais aussi au point où il faut que j'en ai plus. C'est sûr, cette fille sait faire le boulot.

Elle me montre son cul du doigt. Je veux. Elle se cramponne à la table, et s'attend à une pénétration immédiate. Je veux lui faire comprendre ce qu'elle m'a fait ressentir, et commence par un anulingus, pour faciliter la pénétration, mais aussi pour la faire enrager. Au momen où elle s'apprête à me dire d'arrêter, je stoppe et la pénètre sans crier garde. Elle crie. Puis je ressors, j'entre lentement, puis je ressors. Alors, je commence mes rapides va-et vient. Elle se cramponne, gémit, crie, je ne m'arrête pas. Elle hurle de douleur et de plaisir. Je continue jusqu'à éjaculation, que je fais bien sûr dans son cul. Je ressors après avoir attendu un peu. Elle se retourne et me regarde. Un regard de braise.

"On a bien droit à une petite pause maintenant, non?"

J'acquiesais. Nous retournâmes dans le lit nous allonger côte à côte. Je m'endormis.

Je fus réveillé par des léchouilles sur mon appareil génital. Elle me faisait une pipe pour me réveiller. Je regarde l'heure, la "pause", a dure une heure. Elle voit que je suis réveillé et me dit:

"On recommence?"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

waouhhh super en voilà une qui sait ca que "dieser" son homme signifie!!!!!!!!!!!!! :wink:

j'aime bien la façon dont les choses sont narrées.

bravo :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.