Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Obsidienne

Métro et parking souterrain.

Recommended Posts

Métro et parking souterrain.

Ma journée est presque terminée, ouf j'en ai plein le dos...envie d'un bon bain chaud pour me détendre et pourquoi pas me câliner un peu.

C'est jusqu'à présent la méthode la plus agréable que j'ai trouvé pour oublier les tracas quotidiens... clients désobligeant, petit chef ...vrai tyran, etc...

Et ce métro qui n'en finis pas d'arriver, encore 8 stations...

On commence à ressembler singulièrement à des sardines en conserve ici, quelqu'un me bouscule, je me retiens à la barre pour ne pas tomber.

Quel malotrus !!! me dis-je et mon énervement gravis un échelon de plus.

_ Excusez moi mademoiselle, murmure un voix grave à mon oreille.

Quelle voix, je me retourne lentement pour voir qui m'adressé ces quelques mots.

Ma colère retombe, bientôt remplacé par une bien plus douce "tension", je lui souris et dit :

_Ce n'ai rien, nous sommes si serrés ici.

Il me sourit à son tour.

Je me tourne à nouveau, je ne peux décemment pas resté là à le "mater"...mais je sens que mon bain va véritablement être brûlant quand j'arriverais.

Cette pensée m'amuse, un sourire erre sur mes lèvres. je tourne la tête pour le regarder depuis la vitre...nos regards se croisent...j'en frissonne tant le sien est de braise.

Mais on arrive à une station, Non ! faites que ce ne soit pas la sienne !!!

Ouf !!!

Par contre le flot des voyageurs nous rapproches encore davantage, je sens son souffle sur ma nuque et ne peux retenir un nouveau frisson.

Cet homme aux yeux sombre me fait un tel effet !

Cette promiscuité qui fait que deux inconnu se frôlent m'excite sauvagement.

Encore une autre station, quelques personnes descendent beaucoup montent.

A présent son corps est collé au mien... et j'adore ça.

Je ne peux m'empêchée de bouger légèrement pour mieux sentir contre moi la force qui se dégage de lui.

Ma main( celle qui ne tient pas la barre ) commence un lent va-et- vient sur ma cuisse, dans la vitre son regard ne lâche pas le mien...l'incendie fait rage.

Il se colle plus encore et au travers de son pantalon de lin je sens son sexe en érection, J'ondule discrètement de la croupe et me frotte à ce pilier de chair, à cette verge si tentante.

Sa main( celle qui ne tient pas la barre ) se pose sur la mienne et durant une seconde ...ou une éternité la serre.

Je ferme les yeux, laisse reposer ma tête sur son torse, hume avec délice son parfum, mélange discret de patchouli et encens, un léger soupir s'échappe de ma bouche entrouverte.

Du bout de ma langue j’humidifie mes lèvres et les mordillent sans me rendre réellement compte de la sensualité de ce geste inconscient.

Sa main quitte la mienne et remonte lentement sur ma cuisse… arrive à l’orée de ma jupette…caresse la peau juste en dessous…et redescend.

Encore et encore il recommence, mais alors que je pensais qu’il allait descendre une nouvelle fois le voilà qu’il pousse un peu plus loin son exploration…je soupire un peu plus fort et appuie plus fortement mes fesses contre son arbre vibrant.

Nos regard ne se quitte plus.

Sa main arrive à la limite de mes bas, va-t-elle redescendre ?

Non.

Tant mieux !

Autour de nous personne ne semble s’apercevoir de notre petit manège, tous n’ont qu’une idée en tête sortir au plus vite de ce wagon surchauffé et surpeuplé.

Ils sont comme des insectes pris au piège, ça fourmille de tout les côté…mais je m’en fiche…

Car ses doigts longs et agile sont arrivés à destination…

Ils errent doucement sur mon petit minou…écarte la fine barrière de soie et de dentelle de mon string…

Faisant comme si de ne rien n’était, je bouge légèrement, écartant un peu mes jambes pour laisser place à ce visiteur si curieux.

Il laisse glisser ses doigts sur mon bouton de rose, éprouvant au passage son point de tension…

Un soupir plus fort m’échappe.

Une vieille dame se tourne vers moi, prête a me demander si tout va bien sûrement, lorsque son regard croise le mien.

Elle comprend, baisse les yeux ,puis de la bouche fait un magnifique oh de surprise et finalement se retourne choquée en marmonnant des mots que je ne comprend pas.

Au moins elle aura de quoi ravir les pies de son quartier pour les jours à venir…

Mon bel inconnu n’a pas cesser de faire glisser ses doigts de mes douces et moites pétales à mon bouton de rose durant tout cet intermède…

Je mord ma bouche et ma tête roule sur son épaule.

Je voudrais qu’il me prenne… maintenant.

Il se penche et murmure à mon oreille :

_Je descend à la prochaine station.

Déjà ses doigt se retirent, et me laisse seule…ils les portent à sa bouche et les lèchent avec gourmandise.

Un frémissement violent me saisi à cette vue.

Il m’adresse un dernier sourire, me lance un baiser du bout de ses doits tout empreint de mon odeur et descend.

C’est un bel homme, plutôt grand et mince, avec sur les tempes et le front des reflets de lune.

Dommage !

Il était si agile et cette verge si dure contre mes reins, hummm, j’en aurais bien fait mon quatre heure.

Tant pis !

Mais déjà ma station arrive, je descend à mon tour.

Je sens mon nectar mouiller mon string, il me tarde à présent d’être dans mon bain, ou au moins dans ma voiture …

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:wink: Très beau fantasme, dans un endroit public, au beau millieu d'une foule d'inconnus, trop serré pour que quiconque s'en aperçoive :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sphinx

Trop beau ce fantasme obsidienne et très bien écrit :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

merci :wink:

...vous voulez la suite ?...

dans le parking...

Donnes-la nous sinon... :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:wink: :wink::lal:

ok d'accord, voilà pour tout ceux qui apprécie mes textes...et mes fantasmes :wink:

Je ne suis plus qu’à deux rue du parking souterrain ou je me suis garée ce matin.

C’est en effet plus simple que d’essayer de se rendre au bureau directement en voiture…trop d’embouteillage, trop de stress… pas bon dès le matin.

J’ai donc opté pour cette solution et vu l’aventure qui viens de m’arriver je ne le regrette absolument pas.

Toute perdue dans mes pensées, je n’ai pas entendu que quelqu’un rapproché de moi jusqu’à ce que je sente deux bras viril m’emprisonner et que j’entende à mon oreille ces mots :

_Ne bouge plus.

L’espace d’un instant mon cœur s’affole ,mais déjà mes sens ont reconnu’’ l’inconnu’’…

Cette voix grave, presque rauque, son parfum…

Comment m’a-t-il retrouvée ?…je m’en fiche… car à nouveau je suis follement excitée…

Que va-t-il me faire ?

Je ne tarde pas à avoir la réponse.

Il me couche contre le capot d’une voiture, relève ma jupette, mettant à nue mes rondeurs ivoirines.

Je sens ses mains sur mes hanches, sur mes flancs, il les remontent doucement vers mes seins, les libèrent de leur prison de soie, et ce faisant appuie sur mes fesse sa belle verge si tendue.

Je roule des hanches contre lui, il émet un gémissements rauque…j’adore ça … je continue plus fort.

Il gémis de plus belle, moi aussi car ses doigts agiles ont retrouvé le chemin de mon jardin enchanté et l’assaille de petits coups vif.

De son autre main il empaume mes seins, joue avec mes mamelons, dont les pointes caramels s’érigent avec passion.

Il les pince, les fais rouler entre ses doigts les malmène avant de leur prodiguer milles douceurs.

ce traitement me rends complètement ivre, folle de désirs.

_Viens ! Prends moi !

il ne se fait pas prier, et bientôt sur ma fente toute humide je sens son gland s’appuyer, il entre sans le moindre soucis, et commence un lent va-et-vient.

C’est tellement doux …

je voudrais qu’il aille plus vite, mais il maintient mes hanches et me force à suivre ce rythme langoureux.

Lentement, presque imperceptiblement il entre en moi chaque fois plus profondément, je n’en reviens pas qu’une telle délicatesse puisse dégager tant de force.

Bientôt je me met à trembler de tous mes membres tant ce qu’il m’ inflige est fabuleusement bon.

je sens venir l’orgasme du plus profond de moi même, telle une lame de fond il me ravage et me laisse pantelante sur le capot de cette Mazda noire.

Il me murmure à l’oreille des mots que mon cerveau n’est plus à même de comprendre tout en continuant en moi ses allées et venus, le plaisir pointe à nouveau le bout de son nez.

A peine ai-je fini de jouir que déjà je sens à nouveau moi cette force dévastatrice et merveilleuse.

Il accélère ses mouvements et à présent nos deux corps dansent au rythme des vibrations du monde.

Danse éternelle

Plus vite, plus fort.

Je m'envole.

Lui aussi.

Il déverse en moi sa semence dans un dernier râle de bonheur et se retire.

je me redresse.

Comme le monde me semble étrange, si pleins de couleurs, de bruits, de joies.

L’on se rhabillent, échangent un dernier regard un ultime baiser et chacun de nous repart d’où il venu….

Fin.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ton fantasme est magnifiquement écrit, riche en évocations sensuelles, en détails qui le rendent vivant et augmentent l'impact érotique.

En résumé : j'aime beaucoup ! :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Superbe :D

Décidément, Obsidienne, tu sais réveiller le loup qui sommeille en moi ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.