Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

triosolo

Ma première fois

Recommended Posts

Nouveau sur le forum, j'ai envie de vous raconter mes expériences marquantes. Cela fait un peu plus de 4 ans que j'ai commencé ma vie sexuelle, et bientôt 4 ans que je suis avec ma copine. Au cours de ma vie sexuelle, j'ai fait l'amour 10 fois avec 4 femmes, qui furent des moments inoubliables, et des dizaines de fois avec ma copine, dont je ne me souviens pas tellement c'est fade. Pourquoi je reste avec elle depuis 4 ans ? Pour un tas de raisons qui n'ont rien à voir avec ce récit.

Revenons cinq ans et demi en arrière. J'ai à ce moment presque 24 ans. J'ai toujours été timide, je n'ai jamais réussi à aborder une femme, fille, quelque soit leur âge. Cela fait quelques mois que j'ai rencontré une femme sur l'ancienne version du chat caramail, elle a 49 ans, et nous parlons photo. Je suis photographe amateur. Pas de portraits, encore moins de nus, mais de beaucoup de sujets. Bien entendu, nous parlons de beaucoup de choses, dont la photo, et le sujet dévie sur les photos de charme. Elle me dit alors qu'un de ses amis a tenté l'expérience avec elle, lui a remis quelques photos mais sur papier, et qu'elle n'a pas de scanner pour me les montrer. Nous avons quitté le chat depuis longtemps pour utiliser le mail. Nous parlons de bien d'autres choses, et venons à évoquer notre vie sexuelle. Je lui parle de l'absence de la mienne, elle m'explique le désintérêt de son mari depuis des années, et sa récente période, qui a duré 2 ans, durant laquelle elle a choisi de profiter de la vie et a rencontré une dizaine d'hommes différents, en multipliant les rencontres faites sur internet. Elle m'explique que, lassée de tomber sur des fous furieux cherchant le sexe à tout prix, elle a décidé d'arrêter les rencontres réelles.

Pourtant mon cas semble l'interpeler. Nos discussions étaient intelligentes, et bien au delà du sexe, nous avions envie de nous rencontrer. Nous nous étions déjà vus autour d'un verre tout au début, mais sans suite. Cette fois, nous nous donnons rendez vous dans un appartement transformé en bureaux, appartenant à la société de mon frère. J'en ai les clés, seul un collaborateur commercial l'utilise certains jours. Je prends donc possession des lieux vers 19h, elle me rejoint quelques minutes plus tard. L'appartement était un 2/3 pièces. Une grande pièce dont une partie était "détachée" par deux petites parois laissant une grande ouverture, servait de salle de réunion avec un bureau placé dans la seconde partie de la pièce. A l'arrière, près de la salle de bains et des toilettes, une chambre contenait du mobilier ancien : un bureau en bois couvert d'une plaque de verre, une bibliothèque, un canapé et deux fauteuils. Inutilisée, cette pièce servait plutôt à héberger du mobilier ancien qu'on ne savait pas où stocker. Toutefois, elle était propre et prête à accueillir quiconque en avait besoin.

A son arrivée, je l'invite à s'installer à une table, pour débuter le programme de notre rendez vous : discuter et regarder des photos, de moi, d'elle, et qu'elle me montre les tentatives de photos de charme pour lesquelles elle fut le modèle. Elle n'était ni plantureuse ni particulièrement "belle", mais avait un charme fou et nous pouvions discuter de tout sans tabous. Avant notre rendez vous, elle avait évoqué la possibilité qu'elle accepte d'être ma première maitresse, mais ce n'était pas au programme ce soir.

J'étais assis à sa gauche, et nous regardions les photos, parlions, une bonne heure. Enfin, après quelques hésitations, elle me montre ces fameuses photos qu'elle ne pouvait m'envoyer électroniquement. La discussions n'en fut que plus orientée sur des sujets en rapport avec nos charmes et les plaisirs charnels ... Pour mieux m'approcher et observer ses photos, j'avais totalement innocement passé mon bras sur le dossier de sa chaise. Libre de ses mouvements, elle posa sa main sur ma jambe lors d'un éclat de rire commun. Mon coeur dépassant désormais les 200 pulsations par minute, j'en profitais pour poser ma main restée libre sur la sienne, en la regardant droit dans les yeux. Elle s'approcha alors de moi, en fermant les yeux, et je compris instantanément que cette femme m'offrait ses lèvres, en étant conscients tous deux que nous n'allions pas nous arrêter là.

Nous partagions alors un baiser à la fois fougueux et langoureux, long et passionné, et elle approchait son buste du mien. J'avais posé ma main gauche sur sa hanche, et la serrais contre moi de mon bras droit qui avait quitté le dossier de sa chaise. Ma main glissa sous son chemisier et son pull, et mon coeur semblait vouloir faire exploser mon torse lorsqu'elle entra en contact avec sa peau. A mon grand étonnement, elle ne me repoussa pas, elle se laissait faire. Pas de doutes, une femme était consentente pour s'offrir à moi. Après avoir caressé sa peau timidement quelques instants, j'entrepris de lui retirer pull et chemisier. Elle m'aida pour y parvenir, et déboutonna ma chemise pendant que j'avais commencé à embrasser le creux de son cou, en descendant subreptissement vers sa poitrine, encore cachée par un soutien gorge blanc plutôt banal. Elle avait de petits seins très souples, et je ne demandais qu'à les toucher. Pendant qu'elle finissait d'ôter ma chemise, je dégraffais son soutien gorge et lui enleva. J'étais maintenant libre d'embrasser ses seins, de lécher et mordiller ses tétons durcis pendant qu'elle s'accrochait à moi et se serrait contre moi. Je remonais alors pour l'embrasser et serrer son torse nu contre le mien, et elle me demanda à cet instant "tu n'as pas un endroit plus confortable et sombre ?"

J'emmenais alors ma compagne de l'instant en marchant derrière elle, sa main gauche dans la mienne, et ma main droite posée sur la peau dénudée de sa hanche, juste au dessus de sa jupe. Je la guidais dans le couloir menant à la chambre, où l'éclairage de la grande pièce permettait d'avoir une lueur semblable à un clair de lune, afin de nous voir distinctement dans une relative pénombre. Je l'assois à côté de moi sur le canapé, nous ôtons nos chaussures et je l'entraine à nous allonger sur ce canapé. Nous avons encore passé un bon quart d'heure à nous embrasser, et nous caresser, avant d'entamer la suite du déshabillage. Je lui enlevais donc sa jupe, elle défaisait ma ceinture et le bouton de mon pantalon pour l'enlever. Seuls sa culotte et mon slip masquaient encore notre intimité. Pour ma part, ce serait la première fois que je dévoilerais cet endroit à une femme. Allait-elle la toucher ? Je l'espérais, j'avais envie de découvrir tant de sensations dont celle de sentir une main féminine posée sur mon sexe. Très vite alors, nous nous sommes retirés mutuellement ce seul morceau de tissus qui nous restait pour nous retrouver enfin totalement nus.

Nous nous sommes alors longuement enlacés, je déposais de nombreaux baisers sur sa peau, je m'occupais langoureusement de ses seins, de son ventre, puis de son sexe, où mes baisers se transformèrent en longs coups de langues. L'anatomie féminine ne m'était pas inconnue, Internet et l'industrie pornographique nous abreuve de suffisemment d'images pour nous éviter à nous, puceaux, d'ouvrir des yeux écarquillés à la première vue de la vulve féminine. Heureusement, Internet nous permet également de nous documenter pour ne pas appliquer les mauvaises leçons tirées des films pour adultes. Je m'appliquais donc à lécher son sexe avec attention, en étant installé à quatre pattes entre ses cuisses écartées, caressant ses jambes de mes deux mains, les glissant délicatement le long de ses cuisses jusqu'à son sexe avant d'y introduire un ou deux doigts. Elle était trempée d'excitation, et je découvrais avec bonheur ce goût tant convoité. Elle bougeait, tremblait, vibrait et haletait sous mes coups de langue, et l'action de mes doigts sur son bouton, jusqu'au moment où elle laissa échaper un cri long et appuyé tout en se cambrant et en contractant tous ses muscles. Ses mains se crispèrent simultanément en s'enfonçant dans les coussins du canapé. Encore un peu surpris, j'arrêtais doucement mon action pour venir m'allonger sur elle, en l'embrassant goulument et en mêlant ma langue à la sienne.

J'étais allongé sur une femme nue, les cuisses écartées, les jambes repliées sur moi, ses bras m'entouraient et elle me soupirait à l'oreille "attends, je vais m'occuper de toi ...". Elle me plaça alors sur le dos, et alla s'occuper de mon sexe. Elle me caressait le haut des cuisses, la bourse, le sexe, le prenait en bouche, et s'appliquait à m'exciter ... J'avais une envie d'elle incroyable, une envie de la pénétrer pour connaitre ce bonheur de sentir mon sexe à l'intérieur du sien, le sentir glisser, la voir réagir. Avant, assis, lorsque je la déshabillais, je sentais mon sexe dur comme du béton dans mon pantalon. Mais désormais, j'étais tellement stressé par l'instant et par ce premier contact avec le corps féminin, que je n'arrivais plus à avoir d'érection. Je me sentais penaud et m'en voulais, mais je n'arriverais plus, de toute la soirée, à avoir une érection. Notre rapport a tout de même duré encore une heure, où nous nous caressions, où je repris le temps de m'occuper de son corps et de son sexe. Je l'ai placée debout devant le bureau, je l'ai penchée en avant pour coucher son torse sur la vitre froide, tout en glissant mes doigts dans son sexe, en les faisant bouger, comme j'avais fait auparavent, et je l'entendais à nouveau haleter, gémir. Elle se recula alors, se tenait maintenant au milieu de la pièce, toujours inclinée en avant, haletant sous mes caresses, jusqu'à laisser couler une abondante quantité de liquide, avant de défaillir alors que ses jambes ont abandonné toute résistance. Je la retenais, en la tenant dans mes bras, et l'ai portée pour la coucher à nouveau dans le canapé. Nous sommes restés couchés l'un contre l'autre un bon moment, pour profiter d'une demi heure de tendresse intense, de baisers, avant de se rhabiller et de se séparer.

Non, décidément, ma "première fois", ce ne sera pas pour ce soir. Je repris la route pour rentrer chez moi, en profitant tout le long de son odeur encore imprégnée dans les poils de ma barbe.

Et cette première fois, quand arrivera-t-elle ? Voulez vous le savoir ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et cette première fois, quand arrivera-t-elle ? Voulez vous le savoir ?

Non.... :wink:

Hi hi hi :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

étant donné qu'on était censé lire ta première, je pense qu'il faut que tu nous racontes pour qu'on ait toute l'histoire au grand complet non :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour vos réponses et merci de m'avoir lu ! Voilà donc cette suite ...

La suite ? Ce fut bien morne dans ma vie. Toujours aussi timide, j'avais (et ai toujours) autant de mal à aborder une femme. Les chat sur internet m'apparaissent tous comme un repère de jeunes mâles venant demander "qui baise ?" sans jamais avoir aucune réponse. Et au milieu de tout ça, que pouvais-je bien dire pour aborder une femme en me faisant remarquer au milieu des dizaines et dizaines de messages privés envoyés par ces jeunes en rute ?

Un an s'écoulait depuis ma première expérience sexuelle avec cette femme. Nous avions vécu cette expérience en novembre, et avons poursuivi nos discussions virtuelles quelques semaines avant de s'éloigner. Un an plus tard, nous nous retrouvions sur internet, à nous raconter ce qui s'était passé dans notre vie entre temps. Je n'avais toujours pas rencontré de femme, et elle était restée "sage" entre temps. Plus aucune relation sexuelle parce qu'elle ne voulait plus faire de rencontres, et que son mari l'avait délaissée depuis plus d'une décénie déjà.

Les mois de décembre et janvier passèrent, et dans nos discussions, j'arrivais à la convaincre de passer une soirée avec moi. Nous devions aller dîner ensemble un samedi soir, puis rejoindre une chambre d'hotel où nous ne ferions pas forcément l'amour, mais nous serions au chaud pour parler, et flirter un peu. Elle avait besoin d'affection, de tendresse, et j'en avais énormément à offrir.

J'avais donc commencé par prendre possession de la chambre dans un hotel à borne automatique, afin d'y monter le chauffage en prévision de notre passage plus tard dans la nuit, avant de la rejoindre en centre ville. Elle m'attendait moins d'une minute sur le troitoir lorsque je me suis garé près d'elle, et qu'elle est venue me rejoindre dans la voiture. Elle m'a demandé si ça va, et je lui ai répondu que ça irait vraiment mieux après un long baiser avec elle. Sans se faire prier elle se pencha vers moi et nous nous sommes embrassés presque amoureusement tant nous avions besoin d'affection. Je lui demandais alors où elle voulait aller, elle me répondit "j'ai pas envie d'aller au resto tout de suite, si tu as déjà la chambre on pourrait s'y réfugier un peu pour parler ?"

Nous avons alors roulé jusqu'à l'hotel, et sommes entrés dans cette chambre où j'avais fermé les rideaux, et où la température nous invitait à enlever nos manteaux pour être à l'aise. Nous nous sommes alors assis au bord du lit, côte à côté, pour parler. Nous avons échangé quelques mots, en nous embrassant, elle penchée dans mes bras, devant moi, le dos contre mon torse. Je passais mes bras autour d'elle et elle s'abandonnait contre moi comme soulagée. Je passais ma main sur son ventre, au dessus des habits. Doucement, sans me faire repousser, je remontais vers ses seins que je pris dans mes mains, toujours au dessus de son pull, pour les pétrir. Sa respiration se faisait plus profonde. Je lui ai demandé si ça lui plaisait, elle me répondit "oui, j'avais oublié à quel point c'était agréable, ça fait du bien de sentir tes mains, ça me fait de l'effet ..." J'en ai alors profité pour continuer mes caresses mais cette fois sous son pull, sous son soutien gorge, en sentant sa peau sous mes doigts.

Elle appréciait, et cette fois très vite nous nous sommes retrouvés nus sur ce lit. Je pris mon temps à m'appliquer à caresser son corps, à embrasser et lécher son sexe, puis je suis remonté vers sa bouche pour l'embrasser, en étant couché sur elle. Cette fois mon sexe était bien dur, posé sur sa fine toison. A ce moment, elle me soupira à l'oreille "vas-y, fais moi l'amour, j'en ai envie". Mes hanches prirent alors la position pour présenter mon sexe tendu à l'entrée du sien, mouillé par son excitation. Délicatement et lentement, je le fis rentrer. D'abord le gland, puis tout jusqu'au bout. Elle soupira tout le long de cette action. Ca y est, pour la première fois, je fais l'amour à une femme. Pour la première fois, je sens mon sexe enveloppé d'une chair douce, humide et chaude, je me sens bien, à l'aise, pas serré, et je commence mes mouvements de va et viens tant observés à la télé, que cette fois je pouvais asséner à une partenaire qui s'offrait à moi. Pour la première fois j'entendais ce claquement de la peau de mon bassin contre le sien, je voyais ses seins bouger au rythme de mes coups de boutoir, ses yeux fermés et sa bouche entrouverte laissant échaper des râles de plaisir. Assez vite, ses râles se transformèrent en paroles, un seul mot, qu'elle répêtait au rythme de mes pénétrations : "jouis, jouis, jouis, jouis". Elle m'autorisait donc à jouir en elle, à me répendre au sein de son ventre, ce qui avait le don de m'exciter encore plus ! Cette première fois ne fut pas un modèle de longévité, et très vite je me sentais atteindre le point de non retour, celui où la sève monte, et je jouis en elle, je sentais mon sperme sortir et se répendre dans sa grotte autour de mon sexe, et j'étais bien, en elle, contre elle, dans ses bras, à l'entendre soupirer en sentant ma semance gicler contre les parois de son sexe brûlant.

Je me retirais alors, elle referma ses jambes, et je m'allongeais à côté d'elle, elle se blotti dans mes bras et je la couvre de baisers. J'étais à la fois soulagé d'y être parvenu cette fois, et heureux d'être devenu un homme, d'avoir connu ce bonheur sexuel. Nous étions arrivés vers 20h dans la chambre, et en sommes repartis vers 3h du matin. Nous ne sommes pas allés manger, nous avons profité l'un de l'autre. Tantôt enlacés, tantôt l'un contre l'autre, je la couvrais de baisers et elle en profitait bien. Nous avons fait l'amour 5 fois. Elle me fit découvrir deux autres positions cette nuit là. Notre second rapport fut initié lorsqu'elle était allongée sur moi, présentant alternativement ses joues et sa bouche à mes lèvres, pour que je les embrasse. C'était excitant pour moi, et mon sexe se durcit à nouveau. Elle le senti, et en profita pour bouger son bassin sans quitter mes lèvres, afin de le présenter à mon sexe durci, et s'assit dessus. Elle ondula alors longuement sur mon pieu, assise sur moi, soupirant, sous mes caresses appliquées à son ventre, à ses cuisses, à ses seins, à son visage, jusqu'à ce que je jouisse à nouveau en elle.

Chaque rapport était espacé de plus d'une heure de repos et de tendresse. Après avoir repris des forces j'avais encore envie d'elle. Je reprenais donc mes caresses et me plaçais à nouveau en missionnaire au dessus d'elle. Après seulement quelques va et viens, elle me repoussa pour se retourner et se placer à quatre pattes devant moi. Je ne mis pas longtemps avant de retrouver l'entrée de son sexe bien ouvert et d'y faire à nouveau glisser le mien, encore trempé des quelques mouvements précédents. Je la saisis alors par les hanches afin de la pénétrer du plus fort que je pouvais. Elle laissait à chaque fois échaper des cris, tantôt aigûs tantôt graves, jusqu'à laisser écrouler sa tête et son torse sur l'oreiller pendant que je glissais en elle. Cette vision me rendit si heureux que je jouissais presque aussitôt en elle. Rendus ainsi immobiles, elle allongea ses jambes pour se coucher sur le ventre. A ce moment, je me suis appliqué à rester en elle, et je suis resté couché sur elle, ses fesses contre mes aines, mon sexe toujours partiellement dans le sien, entourant son corps de mes bras et déposant délicatement des baisers sur son dos. Elle en souriait, et ça me rendait heureux.

Deux rapports plus simples ont suivi, avant d'aller prendre une douche et de se rhabiller. Nous avons quitté cette chambre à 3h du matin, je l'ai raccompagnée chez elle, nous nous sommes séparés après un long et intense baiser. Cette nuit fut inoubliable pour moi, j'en ai encore tous les détails dans mon esprit pour vous les raconter. J'ai revu cette femme deux fois depuis, nous avons fait l'amour à chaque fois. Je vous le raconterai peut être plus tard !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

étant donné qu'on était censé lire ta première, je pense qu'il faut que tu nous racontes pour qu'on ait toute l'histoire au grand complet non :wink:

ca m aurait etonne de ta part :wink:

trio bravo pour une premiere chapeau

qu elle douceur et humilite

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sphinx

C'est excellent triosolo !

Quel courage de raconter cette première expérience qui fait de nous des hommes.

Et ta première fois mérite des applaudissements. Mais il faut le souligner, tu l'as vécu avec une femme qui a de l'expérience et non pas avec des jeunettes :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour vos commentaires ... Sphinx en effet c'était une femme "d'expérience" ... Je pense que ça m'a aidé à réussir cette "première fois", car elle a su me guider. Une novice n'aurait pas su me mettre en confiance et j'aurais pri le moindre raté pour moi ...

De plus, j'étais vraiment attiré par cette femme, et le suis d'ailleurs toujours quand l'occasion m'est donnée de la revoir ... je lui serai éternellement reconaissant d'avoir accepté ma tendresse, de s'être offerte à moi, en m'ayant offert une aventure très douce, délicate et sensuelle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

j'aimerai bien qu'il se passe la meme chose pour moi vu que je suis puceau :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sphinx

Merci pour vos commentaires ... Sphinx en effet c'était une femme "d'expérience" ... Je pense que ça m'a aidé à réussir cette "première fois", car elle a su me guider. Une novice n'aurait pas su me mettre en confiance et j'aurais pri le moindre raté pour moi ...

De plus, j'étais vraiment attiré par cette femme, et le suis d'ailleurs toujours quand l'occasion m'est donnée de la revoir ... je lui serai éternellement reconaissant d'avoir accepté ma tendresse, de s'être offerte à moi, en m'ayant offert une aventure très douce, délicate et sensuelle.

Je le sais puisque j'ai vécu la même chose ! :wink:

Vive les femmes d'expériences et je le souhaite à tous les mecs sensibles et qui n'ont pas la bite à la place du cerveau ! Nous sommes ainsi les fournisseurs du plaisir à nos chères et tendres ! :wink::D:wink::D:lal: :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me demandais après tant de temps si quelqu'un avait envie de savoir ce qui s'est passé lors de notre rencontre suivante, qui eut lieu une bonne année plus tard ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me demandais après tant de temps si quelqu'un avait envie de savoir ce qui s'est passé lors de notre rencontre suivante, qui eut lieu une bonne année plus tard ?

oui sa serait sympa de savoir :oops:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je viens de lire tes recits et bien sur qu'on veut la suite :oops:

En tout cas bonne expérience bien racontée

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest tiny

très beau texte!

et oui bien sur on veut la suite ! ;) :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.