Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Abraxas

Un stage spécial

Recommended Posts

Je vais vous raconter une histoire ancienne, dans ces temps là on n’avait jamais entendu parler du sida et on ne pensait pas à se protéger.

J’étais l’ami de Léandro et de sa compagne Isa, lui, c’était un drôle de gars, il était notre prof de yoga mais je crois aussi qu’il trafiquait avec le sexe mais je n’aurais su dire quoi… Non, non il ne se faisait pas payer, il était un peu allumé et il organisait des soirées spéciales, des sortes de stages bizarres. C’était lui le maître de cérémonie, il donnait des directives et il fallait l’écouter. Pour moi c’était aussi le prix à payer pour participer à ses réunions secrètes.

J’ai en tête une soirée, ou plutôt trois soirées qui formaient un stage. Le jour nous pratiquions du yoga et surtout je crois bien des exercices pour dénouer les soit disant blocages éventuels d’énergie. Pour participer, il fallait juste venir avec une amie et assister aux journées de yoga.

Voici le récit de la première soirée :

Léandro avait loué un gîte en pleine campagne. Il y avait en tous seize personnes, huit femmes et huit hommes, ce que Léandro appelait l’ascèse à seize. Chaque homme devait prendre un foulard dans une corbeille indienne, cette corbeille au départ contenait huit foulards, chacun de ses foulards appartenait à une femme du groupe. Auparavant nous avions fait de longs exercices respiratoires et comment dire : nous étions assez zen.

J’avais tiré le foulard de la très belle femme de Vince et curieusement le hasard avait voulu que Vince tombe sur Lilith mon amie. A chacune de ses soirées, nous tirions au sort un foulard différent. Nous formions huit couples disposés en cercle. Sous les étoiles, nous étions assis sur des tapis qui d’ordinaire nous servaient pour nos exercices yogiques en salle.

Nath, la femme de Vince était devant moi toute gênée malgré sa grande maîtrise du souffle :aime: Les mots d’ordre de cette soirée étaient : pas d’orgasmes, pas de nudité, seules les caresses et les baisers étaient permis. Nous étions tous vêtus de vêtements qui nous servaient à pratiquer le yoga, c’est à dire des shorts légers et doux, t-shirts, débardeurs. Nous devions apprendre à maitriser notre énergie sexuelle, Léandro comptait beaucoup sur la dépossession passagère et sur la promiscuité.

L’exercice au préalable consistait à prendre conscience du corps de sa partenaire avec des caresses globales sans baisers. Au départ, elles ne devaient pas être trop appuyées ni trop sensuelles. Mes mains se promenaient sur tout le beau corps de Nath. Elles erraient sur ses pieds, ses mollets, sous ses genoux, le long de ses flancs jusqu’à ses épaules, puis redescendaient le long de ses bras et remontaient vers son cou sa tête et cela plusieurs fois, Nath faisait de même de son côté, je sentais ses petites mains douces et agiles qui glissaient dans mon dos et qui revenaient sur mon tshirt. C’était doux et électrique à la fois, j’avais envie de m’éterniser sur les seins de Nath mais je n’en avais pas encore le droit.

Léandro croyait qu’ainsi on pouvait se charger d’une sorte de magnétisme sexuel.

Le signal du bol tibétain de Léandro, nous apprit que nous avions franchi le stade préliminaire.

Heureusement que Nath était assez déshabillée, elle portait un « marcel » qui laissait deviner l’opulence de sa belle poitrine, je plongeais mon regard dans ses grands yeux verts légèrement apeurés et je me mis à l’embrasser d’abord gentiment puis de manière plus avide. Sa belle lèvre supérieure délicatement chantournée était entre les miennes, j’avais faim d’elle et je lui faisais comprendre par de légères succions et des mouvements langoureux. J’avais dans la tête la vision de ses seins que j’avais à peine effleurés et que j’aurais voulu gober et ses longues cuisses pleines et douces qui cachaient le petit promontoire moussu que j’aurais voulu découvrir avec ma langue. Je caressais sa nuque et je m’aperçus que mes caresses entre son cou et ses épaules la faisaient beaucoup réagir. Ma bouche avait suivi les chemins secrets de ses frissons et je m’appliquais à déposer de nombreux baisers, connaissant alors son point faible je me mis à la mordiller légèrement.

Elle se collait contre moi comme une liane, elle pressait ses seins contre ma poitrine, ses jambes m’agrippaient, et d’un lent mouvement nous nous bercions mutuellement, à chacun de mes baisers dans son cou, je l’entendais gémir, elle se hissait, se frottait, j’avais presque l’impression que de la sorte elle voulait faire sortir ses seins par le haut.

Ses mains qui étaient d’abord situées autour de mon cou et de mon torse étaient descendues sur ma taille et semblaient vouloir s’approcher de la zone de mon pubis sans vouloir toutefois l’atteindre.

Pendant plus de deux heures, nous étions réduits à des caresses de collégiens sans avoir le droit de quitter nos vêtements. A la fin, juste avant le signal de la fin de soirée, elle avait glissé sa main sur mon short empoignant la hampe de mon sexe. Elle se cambrait sur moi, la tête en arrière, la mienne plongeait dans l’échancrure de son décolleté et je lapais toute la chair électrisée du haut de ses seins, mes mains pressaient ses fesses, j’étais comme fou.

Et nous n’étions pas les seuls ! Les couples s’agitaient impudiquement malgré les habits. Tout autour de nous il n’y avait que grognements et gémissements.

Cette nuit, nous avons regagnés nos chambres avec l’interdiction de s’assouvir ! Les hommes étaient séparés de leurs compagnes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sphinx

C'est trop bon abraxas !

C'est ce que je recherche en fait. Et quand je pense que c'est le nirvana sexuel :aime:

J'en redemande abraxas :aime:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Meph

Je l'aime bien ce Léandro :aime:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci à vous :wink: , Obsdienne, Aldo19, Meph et Sphinx pour l'intérêt que vous portez à cette histoire.

Mais je ne vais pas pouvoir écrire une suite tout de suite...

a cause de mon travail que je vais reprendre..

Et j'ai encore quelques suites sur les planches...

C'est vrai que Léandro est bizarre et même si j'ai un peu profité de ses élèves féminins, indirectement j'ai appris quelques petits trucs...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nous avions fait toute la journée des exercices yogiques de respirations (pranayama)

Léandro nous disait : qui contrôle le souffle contrôle la pensée et contrôle la jouissance..

Ce qui se résumait en gros par la phrase : Yoga et Bhoga : ascèse et jouissance…

Le soir venu, nous nous sommes réunis dehors et avons répété le même rituel, chaque garçon tirait au sort sa partenaire de la soirée en choisissant un foulard.

J’étais tombé sur la femme de Léandro. Ouille ! Elle me faisait un peu peur, elle était plus âgée que moi. C’était une femme mure d’une très grande beauté et d’un très fort charisme.

Cette fois ci, nous devions être nus, la fin du rituel devait se terminer par une dévotion au phallus (Linga puja). Il nous était encore interdit de jouir et nous ne devions pas toucher aux sexes des femmes. Eh oui ça faisait partie des contradictions de Léandro, les traitements n’étaient pas égaux ce soir. Nous étions seize participants nus assis en tailleur et nous formions un grand cercle magique, une roue de huit centres sexuels.

Le rituel commençait par une grande série d’hyper ventilations (celles qui ont été adoptées par les plongeurs en apnée). Elles étaient suivies par des formules magiques.

Nous étions saouls d’air, pendant l’apnée, nous sentions des picotements, des tourbillons d’énergie dans la poitrine, notre sang était saturé d’oxygène.

Nous nous mirent à nous caresser dans ce curieux état. Toujours de façon globale, nous devions parcourir entièrement le corps de notre partenaire et ne pas nous arrêter sur les zones érogènes. Cela ressemblait presque à un sorte de massage sensuel. C’était bon et doux, je sentais que je continuais à me décontracter insensiblement. Aucune parcelle de la peau ne devait être oubliée. Nous devions nous abandonner dans une sorte de méditation à deux.

J’étais troublé par la beauté d’Isa, elle était grande et plantureuse, je me forçais à ne pas revenir sur les chemins sensuels que j’empruntais. Mes doigts parcouraient ses flancs, le galbe de ses hanches, la cambrure de ses reins, ses jambes… Ses mains couraient sur ma peau, redessinaient la forme de mes épaules, mes abdominaux qui se rétractait nerveusement, effleuraient ma poitrine, mon ventre, mon pubis et s’éloignaient de la zone où je les attendais. Trop tard mon sexe était déjà en érection.

Suite au signal du bol tibétain, nous nous mîmes à nous embrasser doucement du bouts des lèvres, avec des petits baisers sur la bouche qui devenaient de plus en plus appuyés. Quelle douceur dans ses baisers ! Nos caresses étaient comme des sortes de chatouilles sensuelles et cela nous magnétisait. Notre sang bouillonnait. Je caressais le haut de sa poitrine, elle respirait profondément, chacune de ses respirations faisaient gonfler ses seins vers moi, je ne m’attardais pas très longtemps sur eux et pourtant j’aurais bien aimé car sa peau était très douce ! Je m’éloignais et je revenais éprouvant au passage la tension des pointes de couleur caramel de ses seins majestueux. J’avais remarqué aussi que ses hanches étaient sensibles, mes doigts lui arrachaient des frissons, elle en avait la chair de poule.

La puja avait commencé lentement, ses mains étaient descendues sur ma verge et s’en était emparée aussi doucement que l’on tient un oiseau.

Isa était accroupie comme pour une prière muette et sa croupe ondulait au rythme de ses caresses. Je ne sais pas si elle s’apercevait du paysage exquis et mouvant qu’elle m’offrait.

Une de ses mains empaumait mes testicules et de l’autre Isa avait fait un anneau.

Elle soutenait mes bourses, Elle effleurait ma verge de ses lèvres humides, puis elle glissait sa langue sur la peau douce du gland, de bas en haut tout doucement.

Elle le taquinait de sa langue, le prenait entre ses lèvres. Elle me tétait, me gobait goulument, l’anneau de ses doigts en même temps ne cessait de monter et de redescendre. Je sentais que ma jouissance était parvenue à un point de non retour. Il ne s’agissait plus de jouissance diffuse, mais d’un grondement sourd qui s’élevait dans mon corps comme de la lave en fusion et qui ne demandait qu’à jaillir à la surface.

A ce moment là, je pense qu’elle sentit sourdre les larmes des prémices, elle tira mes bourses en arrière arrêtant au bon moment le processus inéluctable de l’orgasme naissant. Elle avait tout arrêté me laissant souffrant de mon désir impérieux, c’était très difficile, elle me dit calme toi, respire lentement, fait circuler ton souffle dans la cheminée de ta colonne vertébrale comme nous l’a apprit Léandro. Enivre de toi de plaisir, mais ne jouis pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non !!!!! encoreeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee

je veux la suite!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

en plus là , maintenant, je suis toute excitée et mes mains n'arrète pas de vouloir faire plein de douces bétises :aime2:

d'ailleurs regarde mes doigts sont tout humide :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Meph

Et la troisième soirée?? :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah les soirées tantriques... :D

Décidemment, j'adore ta façon d'écrire. Vivement la 3ème soirée !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

moi aussi, je suis en attente de lire la suite ... :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

mon cher Abraxas, je te rends la pareille en te félicitant sur la qualité de ton récit... :clap:

style agréable et doux.longues descriptions... i'm lovin' it!

mais honnetement, je n'ai lu que la partie1. il est tard, je n'en peux plus. je m'y attèle demain,promis!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

j'ai lu la seconde partie, et c'est...de plus en plus intéressant! :clap:

Ce stage me plaît beaucoup :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci à vous :

Meph, Obsidienne, Didam4, Gout du jour, Piewy, Zazounette77 et Kalinka

Pour vos compliments et vos encouragements à poursuivre...

Là, je viens de passer un WE avec mon amie et c'était très très ... bien, mais c'est une autre histoire.

Je suis crevé, je sais pas pourquoi :clap: :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci à jhlibredu53, domi3950 rt Kalinka pour leurs encouragements à continuer..

Voici un petit bout de la troisième soirée :wink: je continuerai un autre jour...

Encore le même rituel, nous étions convoqués pour la dernière soirée, toutes ces tensions accumulées ces jours ci m’avaient laissé un peu frustré, j’avais mal dormi, j’avais fait des rêves érotiques bizarres, dans ces rêves j’avais rencontrées des apsaras qui avaient cherchées à me faire jouir en me caressant mais malheureusement je me réveillais toujours quand ça commençait à être intéressant.

J’avais presque une sensation douloureuse dans le bas du ventre et plus précisément dans les épididymes.

Ce soir nous avions enfin le droit de jouir mais nous pouvions tenter aussi la transmutation de l’énergie sexuelle en énergie spirituelle. C’était le grand fantasme chez les amis de Léandro, il consistait à éveiller le serpent des profondeurs plutôt que de se livrer à l’orgasme.

Le hasard du tirage au sort avait fait en sorte ce soir là que Nath devienne ma partenaire. Je crois que je plaisais bien à Nath, je le sentais dans ses yeux pétillants.

C’était une fille pleine d’énergie qui s’adonnait à la danse indienne en plus du yoga, cela se ressentait partout en elle, par son corps aux longs muscles fins, par son regard calme et intense.

Le repas du soir avait consisté en quatre nourritures distinctes : poisson, viande, céréales grillées et du vin aux épices. Oui, pour une fois nous avions eu le droit de boire du vin, c’était la fête ! Léandro l’avait épicé lui-même, ça ressemblait à de l’hypocras, sauf que je crois bien qu’il avait exagéré la dose de gingembre…

Nath et moi-même allions former le cinquième élément qui est Maïthuna : la conjonction. Pour cette conjonction, les consignes étaient que la femme devait obligatoirement se situer sur l’homme, l’emprisonnant dans son giron. L’homme pouvait se tenir assis ou pouvait s’allonger à sa guise.

Après nous être déshabillé, nous avions regagné nos places pour former le grand cakra à huit branches. Je n’ai pu m’empêcher de lorgner sur les partenaires de mes collègues. Il y avait toutes sortes de seins, de hanches, de fesses, de toisons pubiennes. Je cherchais des yeux mon amie, ce soir là c’était elle qui allait avoir les honneurs du maître de cérémonie, j’échangeais avec elle, un regard complice et rassurant.

Main dans la main, nous entreprîmes une série d’hyper ventilations accompagnées de formules magiques. Un énorme diagramme magique était tracé sur le sol, cinq triangles formaient le centre, huit pétales bordaient le grand cercle. Chaque couple était situé à la naissance de chaque pétale. Je ne sais pas ce que Léandro avait mis dans son vin, mais ma tête tournait plus qu’à l’ordinaire…

Etait-ce l’effet du vin ? des hyper ventilations, des formules magiques.. ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

Voilà une façon bien originale de prendre du plaisir. N'est-ce pas quand même dur de s'arrêter au moment où on est sur le point de se soulager?

Magnifiques récits, vivement la suite!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

merci à toi Batroule pour avoir apprécier mes récits.

En fait, les consignes de ne pas éjaculer ne sont valables que pour les deux premières soirées de ce stage spécial, les deux premières soirées sont en quelque sorte des exercices, ils servent à apprendre la maîtrise de la jouissance et à saturer le corps d'énergie sexuelle. :wink:

Ensuite les avis sont partagés dans le tantrisme, éjaculation ou non? ce qui est important c'est que l'énergie sexuelle peut servir pour mettre le feu :wink: aux poudres du yogi pour favoriser un glissement de conscience.

je ne m'étendrais pas plus ici car j'ai vu qu'il existait un topic sur le sexe et le tantrisme... topic que j'ai upper d'ailleurs :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Magnifiques récits !! Quel stage dis donc !!!

J'ai beaucoup ton style, j'ai aimé te lire, cette façon de capter l'énergie sexuelle, c'est vraiment très intéressant.

Merci à toi Abraxas de ces lectures. :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci, merci Aromatica :twisted:

Je n'ai pas fini la troisième soirée, cette partie concerne encore les préparatifs...

En relisant mon texte je me suis aperçu que je m’étais trompé de prénom pour ma partenaire de la troisième soirée, ce n’est pas Nath, ceux qui ont suivi se sont sans doute aperçu que Nath était ma partenaire pour la première soirée. Donc, je vais le corriger dans ce récit, le prénom de ma partenaire n’était pas Nath mais Mina.

Il est vrai que nous avions tous bu quatre coupes de vin et cela à la même coupe que nous nous faisions passer ainsi que des plateaux d’argents qui contenaient la nourriture : Une coupe pour la viande grillée, une coupe pour le poisson, une coupe pour les céréales et la dernière pour l’union.

Nous avions récité avec tous les membres du cercle le son Om en faisant bourdonner le m longuement.

A la fin de l’émission sonore, nous devions nous concentrer sur la rémanence du mmmmmmmmmmm.

J’étais tellement empli de ce phonème que je l’entendais vibrer en moi et même mieux, il me semblait que mon corps vibrait tout entier.

Selon le rituel, je touchais Mina sur son coeur ainsi que vingt autres parties tout en prononçant des formules magiques que nous avait enseigné Léandro.

Ces rituels préliminaires en plus de celui qui consistait à toucher l’orteil droit de sa partenaire, à remonter sur le sommet de son crâne et de celui-ci redescendre jusqu’à l’orteil gauche servaient non seulement à la protéger mais à la diviniser à l’aide des différentes formules magiques.

Mina était adorablement nue devant moi, nous partions lentement à la découverte de nos corps comme de jeunes amants, je parcourais le paysage de celui-ci avec la ferveur d’un pèlerin et j’avais l’impression qu’il vibrait légèrement aussi sous la même vibration.

J’éprouvais l’élasticité de sa chair, la douceur de sa peau avec de légères morsures et de légères griffures.

Toutes les parcelles de sa peau étaient éveillées, Mina était attentive aux plus infimes frémissements de plaisir que je lui procurais. Sous sa peau de légers frissons dressaient leurs houles.

Se faisant, en la caressant, en la goûtant, en la humant je me suis aperçu que les différentes parties de son corps n’exhalaient pas le même parfum. Quand mon visage plongeait dans sa chevelure, je m’enivrais d’une fragrance capiteuse qui me faisait penser à de l’encens, ses mains émanaient une odeur de jasmin, ses seins avaient un merveilleux goût de vanille sucré, son ventre avait un goût musqué et ses cuisses exhalaient le santal sacré.

J’ai su plus tard que pour les femmes une longue préparation à base d’huile et de différents parfums précédait le rituel du cercle.

Ce concert de parfum et de sensualité m’avait déjà conduit aux portes du nirvana et Mina ma Shakti était la Déesse qui m’attendait, elle enserrait ma mentule d’une douce caresse.

A suivre... ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:twisted: :P:P

j'aime !!!!

vite vite la suite !!!!!

quel beaux maux que tu nous décrit là !!!

si proche du paradis et pourtant encore si loin... je suis tout émoustillée :twisted::P

:P:P:P

tes mots chantent et m'enchantent ...... encoreeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee :twisted:

bisoussss

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.