Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Optimus

Mes aventures fantasmatiques en stage

Recommended Posts

[align=justify]Voici un texte assez long que j'ai publié il y a 5 ans sur un site d'histoires érotiques

je profites de mon arrivée ici pour vous le soumettre. voici la première partie j'attends vos commentaires avant de publier la suite.

Plus le texte avance et plus on va au délà du simple érotisme, c'est quand meme plus hard, si cela ne répond pas aux attentes du site merci de me le dire tout de suite.

Je me présente, je m’appelle Alex, j’avais 24 ans à l’époque des faits. L’histoire relatée est purement fictive, du moins tout ce qui est sexuel (en dehors d’Annabelle), le contexte et les personnages ont tous existé, mais mes aventures avec la stagiaire ne sont que purs fantasmes.

Dans le cadre de mes études, je fais un stage dans une entreprise pendant plusieurs mois. Physiquement, je suis grand, brun est plutôt pas mal bâti mais surtout je suis réservé et assez timide. Pour cette raison je n’ai que des rapports professionnels avec mes collègues que je ne fréquente qu’au minimum. Ceci étant les mois passent et seul le travail me préoccupe, les gens sont courtois mais ne semblent pas vouloir s’intéresser plus que ça à moi. Etant moins sur le terrain qu’au début, on a mis à ma disposition un bureau, un peu à l’écart des autres qui ne fait que renforcer mon isolement.

Un matin de début février, je remarque qu’un bureau proche du mien alors inoccupé est encombré d’affaires. Durant la journée j’entends parler de Marie. une nouvelle stagiaire. Le lendemain je la croise par hasard dans un couloir et je comprends l’intérêt de mes collègues pour cette personne. C’est une jeune fille de taille moyenne, brune avec un visage magnifique et un sourire qui vous marque irrémédiablement. Elle a un physique très agréable, notamment des fesses biens rondes toujours mises en valeur dans des pantalons ou des jupes moulantes. À son physique très séduisant se mêle une attitude, un regard, des sourires qui lui donnent en plus de sa beauté un charme fascinant.

Nos relations pendant plusieurs jours se limitent à des salutations banales quand on se croise, rien de plus. J’épie ses déplacements à la photocopieuse qui est dans l’angle de vue de mon bureau, la suit du regard et l’observe dès que j’en ai l’occasion. J’apprends au fil des jours qu’elle à 26 ans et qu’elle suit des études d’administration.

Les jours suivant se passent identiques aux premiers, je l’observe, la salue et me rends compte qu’elle m’obsède de plus en plus ! Je suis d’ailleurs un peu jaloux, si on ne s’occupe pas de moi dans l’entreprise, pour Marie. c’est l’inverse, elle à toute l’attention que je n’ai pas. Intéressante, belle, séduisante et charmante elle a la sympathie de toutes et de tous.

1. un rapprochement intéressant.

La fin de la semaine arrive à point nommé, j’en peux plus de ce boulot je vais retrouver mes potes et ma copine que je néglige depuis le début de mon stage, faute de temps. Quand j’arrive chez elle vers 17h30, elle n’est pas encore rentrée de la fac. J’en profite pour prendre une douche, je fais un brin de rasage intime, ayant depuis très longtemps qu’un intérêt limité pour la pilosité et ayant découvert avec ma copine que le rasage pouvait être un jeu érotique très agréable. Je sors de la douche, m’entoure d’une simple serviette et vais me poser devant la TV, je n’ai pas eu envie de m’habiller et compte bien m’offrir un moment de plaisir avec Annabelle (ma petite amie) quand elle va rentrer. Je l’ai pas vue depuis 3 jours et observer Marie au boulot m’a mis dans un état de frustration que n’a pu soulager une hâtive masturbation la veille.

Elle rentre enfin, me prend dans ses bras et me dit à quel point je lui ai manqué. Après avoir enlevé son manteau Annabelle s’assoit à côté de moi dans le canapé et me demande ce que j’attends dans cette tenue, d’un air de dire que je pouvais toujours espérer. On discute un moment de nos journées, avant de se refaire un petit câlin, on s’embrasse, je commence à la caresser pour bien vite m’occuper de ses seins. Ils sont gros, souples, ils tombent un peu mais rien de surprenant avec du 95D, mes intentions deviennent très claires, et elle me signale gentiment que ce n’est pas la bonne période du mois en ce moment. Elle continue cependant ses caresses, sur mon ventre, mes cuisses, ce traitement délicieux entraine rapidement une solide érection qui déforme la serviette de bain.

Elle sourit, passe sa main dessous, remarque en me caressant les couilles et le pubis que ma peau est douce. Elle remonte la serviette, prend ma verge dans sa main et commence des petits mouvements de va-et-vient. Elle se redresse finalement, se met à genoux sur le canapé et embrasse ma queue à la base, et remonte doucement jusqu’au gland. Arrivée au sommet, elle la prend en bouche, et me suce tendrement, elle descend et remonte doucement au début puis accompagne sa fellation d’une masturbation avec sa main. À ce rythme là, ce traitement ne va pas tarder à me faire jouir, je me retiens un peu pour faire durer le plaisir. Elle abandonne sa fellation pour me lécher les couilles, ça commence à devenir intenable, elle remonte jusqu’à mon gland avec sa langue, elle me reprend en bouche et continue sa fellation. Au bord de la jouissance, mon esprit divague et j’imagine Marie en train de me sucer comme le fait ma copine à ce moment. Cette pensée entraîne mon plaisir, je gémis de plus en plus fort, la fellation se fait de plus en plus rapide et je finis par éjaculer en longs jets dans la bouche d’Annabelle qui les accueillent jusqu’au dernier avant de recracher discrètement ma semence dans un mouchoir.

La suite du week-end est sexuellement déserte, et comme d’habitude le lundi arrive bien trop vite.

[/align]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon les commentaires étant inexistants je vous publie la suite où j'entre plus dans le vif du sujet. et cette fois si j'ai pas de com, promis j'arrête :clap:

[align=justify]La semaine démarre doucement, ma responsable entre dans mon bureau suivie de la charmante stagiaire :

« Bonjour Alex, je vous présente Marie, elle est en stage au service gestion des Eaux et je voudrais que vous la formiez rapidement sur le logiciel de Cartographie. » me dit ma responsable.

« euh oui très bien… » répondis-je en bredouillant bêtement.

La formation était programmée pour le lendemain.

Mardi matin la formation commence, Marie est habillée d’un pantalon noir moulant, qui me laisse le loisir de distinguer les marques d’un joli string, et d’un chemisier rouge. J’était peu à l’aise au début, mais l’assurance vint au fil des heures. Le midi nous mangeons ensemble dans un petit snack à proximité des bureaux. On discute de tout est de rien, plus à l’aise que moi, elle me transmet son assurance, je suis plus détendu et me laisse aller à la conversation. On parle de nos études, du boulot, de nos amis et on arrive aux petits amis, je lui avoue avoir une copine (je préfère jouer franc jeu.), et comme je m’y attendais elle en a un aussi. 13h30, on retourne bosser.

Depuis ce jour là, on passe nos midis et nos pauses ensemble. Un jour on décide de manger dans mon bureau pour profiter de la musique de mon pc et éviter le mauvais temps qui sévit à l’éxtérieur. Tout en mangeant, on discute de choses et d’autres, notamment du boulot. La discussion finie par dériver vers le sexe, on échange quelques confidences, fantasmes et autres sans entrer dans la vulgarité, mais elle ne me cache pas son goût pour le sexe.

Et sans rien voir venir elle lâche une bombe :

«Alex ? T’attends quoi de notre relation »

Je ne me souviens plus de ma réaction mais j’ai du déglutir ou rire gêné.

« Euh bah… euh… tu me plais beaucoup, mais on est pas célibataire euh… et donc je vois pas bien ce que… »

Sur ces bafouillages, il est 13h30 elle se lève, se penche vers moi, dépose un baiser furtif sur mes lèvres et me dit qu’il y a une autre possibilité et retourne à son travail.

Le lendemain midi, on décide de manger au bureau aussi, on termine rapidement de manger et on se lance dans une discussion très amusante où on se moque des gens de la boite. La discussion cesse, un blanc lui succède, Marie. se lève et vient s’asseoir sur moi, je me remets vite de la surprise et mets mes mains sur sa taille, elle se penche et j’ai son joli visage à 20cm du mien, je n’en reviens pas et me dit qu’il ne faut pas laisser passer cette chance. Elle m’embrasse doucement avant d’ouvrir sa bouche et de laisser se mélanger nos langues. Nous interrompons notre baiser, je lui demande s’il n’y a pas de problèmes pour elle, elle me dit qu’il n’y a pas de raison, on se plaît, que c’est purement physique et que ça peut occuper nos midis, tout en restant sentimentalement fidèle à nos amis. Que dire, j’aime ma copine, mais Marie. me fait un effet dingue, et c’est la première fois que j’ai l’occasion d’une relation avec une fille aussi belle qui plus est, sans contraintes, juste pour le cul !

On s’embrasse à nouveau, elle se laisse glisser jusqu’au sol, maintenant à genoux, entre mes jambes, elle déboutonne mon jeans, à du mal à sortir mon sexe déjà tendu, sans attendre, elle le lèche depuis la base et le prend dans sa bouche tout de suite. Elle sait y faire, elle descend lentement en serrant bien ses lèvres, cette bouche chaude et serrée me rend fou, elle continu ses va-et-vient en me fixant de ses yeux coquins. Elle me suce sans violence mais de façon énergique, rien à voir avec la douceur de ma copine, elle fait pénétrer mon sexe le plus loin possible dans sa bouche. C’est incroyable on ne m’avait jamais fait ça, j’adore. Elle continue en me suçant le gland et en me branlant avec une main pendant que l’autre me masse les couilles, je lui demande de s’arrêter pour ne pas jouir.

Elle se relève m’embrasse :

« C’était la meilleure pipe qu’on ne m’ait jamais faites »

elle paraît flattée, me sourit et me dit :

« c’est à toi de faire tes preuves maintenant ».

J’enlève mon pantalon pour être à l’aise. Elle s’assoit au bord du bureau, je lui enlève son haut et fais apparaître un soutien-gorge en dentelle noire, elle l’enlève pendant que je fais glisser son pantalon. Je dévoile un petit string, noir lui aussi. Je remonte doucement pour caresser ses seins, je les masse, puis les lèche jusqu’à arriver aux petites auréoles sombres et aux tétons. Je ne peux m’empêcher de les sucer, de les faire rouler entre mes doigts, et de les lécher. Elle a la tête renversée en arrière, elle gémit doucement et me murmure qu’elle adore ce que je fais à ces seins. Je la fais se coucher sur le dos, elle prend appui sur ces coudes pour pouvoir apprécier visuellement la suite des réjouissances, je m’assois sur mon fauteuil, que je fais descendre au maximum, et me voilà à hauteur de son intimité. Je m’approche du string en embrassant la peau soyeuse de l’intérieur des cuisses, elle pose les jambes sur mes épaules et les écartent largement. J’écarte le tissu et commence à lécher du bout de la langue ses petites lèvres et son clito, avant de lécher toute sa chatte de à grands coups de langue. Son petit minou est partiellement rasé, quelques poils persistent sur le pubis, le reste jusqu’à son anus est lisse, j’adore. Je continue à la lécher tranquillement et je la pénètre avec un doigt, puis deux. Mes deux doigts toujours en elle je m’occupe maintenant totalement de son clitoris, que je lèche et que j’aspire, pour son plus grand plaisir, ses gémissements se font plus réguliers et légèrement plus bruyants. Personne ne reste à notre étage généralement le midi, donc il n’y pas a priori pas de risques. Ayant pris de l’assurance et n’ayant rien à perdre, je continue à la caresser de la main gauche, tandis que ma langue et ma main droite descendent au niveau de son anus. Je lui donne des petits coups de langue, puis le lèche franchement, bien humidifié, je le pénètre avec un doigt, délicatement, puis avec de lents va-et-vient. Je continue cette pénétration anale tandis que je reprends mon cunnilingus. Elle gémit de plus en plus, se caresse les seins et fini par jouir bruyamment. Je me lève, l’embrasse et n’y tenant plus enfile maladroitement un préservatif avant de la pénétrée d’u coup. Elle se colle à moi, m’enserre avec ses jambes et m’attire le plus possible contre elle. Je commence lentement, je prends ses jambes et les repoussent pour que ses genoux soit au-dessous de ses seins. J’ai maintenant une vue imprenable sur son intimité, ce qui m’excite au plus haut point, mes mouvements se font plus rapides et plus amples. Ainsi ouverte, je la pénètre profondément, elle gémit à nouveau et me dit :

« Alex, plus vite, c’est trop bon »

Elle se redresse finalement, me fait asseoir sur le fauteuil et s’empale sur moi, je mets mes mains sous ses fesses et guide ses mouvements pour qu’ils ne soient pas trop rapides. Elle m’embrasse :

«laisse moi faire, je veux jouir »

Mes mains rejoignent ses seins pendant qu’elle se met à descendre de plus en plus vite sur mon sexe. Elle jouit de plus en plus fort, pousse un long cri qu’elle étouffe du mieux qu’elle peut et continu ses mouvements je la suis de près et rempli de mon sperme le réservoir de la capote. On s’embrasse tendrement, reconnaissant du plaisir donner à chacun et on se rhabille car il est 13h15 et que les bureaux ne vont pas tarder à se remplir. Elle m’embrasse et retourne bosser sur un dernier sourire.

[/align]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Erotic-Girl

Super !

J'ai adoré !

:clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

[align=justify]La vie devient moins monotone au bureau, j’attends les pauses coquines du midi avec de plus en plus d’impatience. on devrait instaurer ce genre de relation entre collègues, les entreprises gagneraient une productivité formidable.

Malgré le caractère uniquement sexuel de notre relation, une forte complicité est née entre nous, de même que sans être amoureux, nous nous sommes attachés l’un à l’autre. Pendant la pause clope du matin, elle me dit :

« il ne nous reste plus que trois semaines à passer dans cette boite, et donc 3 semaines à nous amuser »

« Où veux tu en venir coquine ? »

« je me disais qu’il fallait profité de nos derniers ébats pour pimenter nos petits jeux »

Je me suis mis à avoir peur pour la suite, sans être hard, nos midis baise n’étaient pas non plus très classiques, je me demande bien quelle surprise cette coquine me réserve ! Devinant mon trouble elle me souffle qu’elle a quelques fantasmes à assouvir qu’elle me dévoilera à midi.

Le reste de la matinée me paru long, mais l’heure du déjeuner arrive et Marie s’installe en face de moi pour manger. Elle est habillée d’un haut noir moulant à longues manches, qui met sa fine taille et ses petits seins en valeur. Elle porte une jupe courte avec des collants. Quand elle décroise ses jambes :

« hum tu as mis des bas ! ce genre de petit détail m’excite beaucoup. »

Elle rit malicieusement et décroise les jambes et les écartent, je vois maintenant, elle ne porte rien en dessous, je peux admirer son petit minou. Elle me confie qu’elle était excitée toute la matinée à l’idée que quelqu’un le remarque. Dans cette petite entreprise, un ragot pareil se serait propagé en quelques dizaines de minutes, c’était risqué mais elle est fière d’elle et moi je commence à furieusement bander. Visiblement excité par les situations dangereuses, je compris que réaliser ses fantasmes, n’allait pas être de tout repos !

A peine finis de manger, elle m’entraîne dans la salle de réunion à quelques mètres de son bureau, me pousse contre une table et s’accroupie en déboutonnant mon jeans. Elle sort ma queue à moitié raide, l’enfourne et commence à me sucer comme jamais. Si on se fait surprendre ici, ça va être dur à expliquer.

Sa main remplace sa bouche le temps pour elle de me lécher et de me gober les couilles, un vrai délice. Elle reprend sa fellation et je sens un doigt venir me titiller mon anus, j’écarte un peu les jambes pour lui faciliter l’accès et je m’abandonne à ses caresses. Je n’en peu plus, son doigt fait de léger va-et-vient, elle me suce de plus belle et me regarde toujours droit dans les yeux. Quelques instants plus tard, je jouis dans sa bouche et sur son visage.

Il est 12h30, les bureaux sont vides, je me reboutonne, sors de la salle de réunion et Marie m’attend assise à côté du photocopieur, la jupe relevée, se caressant d’une main. Je me disais qu’elle me réservait encore pas mal de surprise pour ce midi. Je suis attentif au bruit alentour, mais rien ne trouble le silence ambiant, de toute façon on est en face de mon bureau, au moindre bruit on s’y réfugiera.

Je m’approche, me mets à genoux, lui prend les jambes et la fait glisser au bord de la table et commence à lui butiner le minou. Je lui écarte les lèvres avec deux doigts pour la lécher à grand coup de langue. Elle mouille abondamment, excité par la situation, je peux entrer deux doigts sans problèmes, tandis que ma langue s’occupe de son petit bouton. Elle jouit de plus en plus fort, j’insère un troisième doigt et la masturbe de plus en plus vite, quelques instants plus tard, elle laisse échappé un long râle de jouissance, je sens son vagin se contracter en spasme sur mes doigts. J’adore cette sensation, sentir ma partenaire jouir, trahie par les contractions incontrôlables de son corps.

Bien décidé à la faire crier encore, je l’entraîne jusqu’à son bureau, repousse ses affaires et l’assoit dessus. On s’embrasse langoureusement pendant que je lui enlève tant bien que mal son haut et son soutien-gorge, libérant ses petits seins gonflés par le plaisir. Je baisse mon pantalon, mon boxer et la pénètre sans ménagement. J’y vais à grands coups de reins, excité comme jamais de la voir allongée sur le bureau, avec la jupe retroussée et ses jambes gainées dans leur bas.

Je me retire et lui demande de se mettre à quatre pattes sur la moquette et la prend en levrette, pendant que je la prends, je lui caresse l’anus avec le pouce. Elle à l’air d’aimer ce que je lui fais, c’est la première fois que j’entends des mots aussi grossiers sortir de sa bouche. Son corps se crispe, elle jouit à nouveau pour le deuxième orgasme de la journée. Je me retire mais ne compte pas en rester là, je m’occupe de son petit trou, le lèche consciencieusement, y insère délicatement un doigt, puis deux, une fois prête, je présente mon gland à l’entrée et pousse doucement. Je la laisse s’habituer, lui demande si ça va, me dit que oui et je commence à aller et venir en elle, elle est bien serrée, c’est trop bon, j’ai du mal à me retenir, j’accélère un peu, elle gémit, fait passer sa main sous elle pour se masturber. Je sens ses doigts frotter contre mon sexe à travers la mince paroi qui sépare les deux orifices. Je n’en peu plus, je me retire, enlève à la hâte mon préservatif pour éjaculer longuement sur ses fesses, un vrai régal, je suis épuisé.

Des bruits de pas commencent à se faire entendre, on se rhabille en quatrième vitesse, il est 13h25 et les gens reviennent de leur pause déjeuner, c’était juste. On est épuisés, en sueur, on reste quelques minutes à discuter dans son bureau pour se calmer. Elle me confie n’avoir jamais joui comme ça, elle m’embrasse et me remercie d’avoir été doux avec son petit trou, qu’elle a apprécié.

voilà, il y a encore 2 parties si ça vous plaît n'hésitez pas, positif ou négatif, la critique est toujours bonne à prendre.[/align]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

oups dsl j'avais pas vu Optimus, du coup j'ai du tt lire ;)

Bon alors 1, j'ai adoré les 3 textes, bien écris, les détails sont exquis :welcome: ya une suite ??

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

[align=justify]Voici la suite:

On est maintenant fin mai, c’est notre dernière semaine de stage à tous les deux, bientôt la fin d’une belle aventure. On se retrouve à la pause et on partage nos idées pour la fin du stage (sexuelles surtout), on décide se retrouver pour manger le midi même et le surlendemain. Je ne sais pas trop où cette dernière semaine va nous mener, ces derniers temps, Marie devenait très exigeante à satisfaire, la semaine d’avant, elle est venue dans mon bureau en pleine journée, s’est accroupie dessous et m’a sucé. J’entendais les gens aller et venir dans le couloir, si la situation était excitante à souhait, elle craignait aussi énormément, je ne veux même pas imaginer la scène, si ma responsable de stage était entrée à ce moment là ! Quelques jours plus tard, je l’ai même prise en levrette et sodomisée sur le bureau du directeur de la boite.

Elle m’avoue n’avoir rien prévu encore pour cette semaine, qu’on improviserait. On se retrouve comme à l’accoutumée dans mon bureau, à discuter de tout et de rien en mangeant. Elle m’avoue d’un air déçu qu’après avoir réfléchit toute la matinée, elle ne voyait pas ce qui nous restait d’insolite à faire, vu qu’on avait déjà fait tout ce qu’il était possible au sein de la boite. Très classiquement on a fait l’amour deux fois sur mon bureau ce midi là, presque tendrement, la première fois fut très agréable et ça changeait un peu de nos baises de plus en plus risquées habituelles. La deuxième par contre s’est révélée pleine de surprises, pendant l’acte j’ai eu l’impression que quelque chose bougeait, je regarde vers la porte entrouverte, mais ne vois rien. On reprend nos activités quand je regarde à nouveaux vers la porte, et là je reste bloqué, Karine, nous regarde, une main sous son chemisier, le visage rouge de gène. Karine est une secrétaire de l’entreprise. C’est une petite blonde, aux cheveux coupés courts, les yeux bleus, une silhouette mince avec de petits seins et surtout une grande timidité. Elle nous regarde intensément et recule avant de s’en aller sans un mot dès que je lui adresse la parole. Marie s’en amuse et me dit de vite continuer, qu’elle est excitée comme une folle. Je m’approche d’elle, met ma queue molle dans sa bouche et lui demande de me sucer pour retrouver mes forces, une fois fait, je la penche sur le bureau et la pénètre d’une seule poussée, elle gémit et moi je pense à Karine, je l’imagine se caressant la chatte en se repassant les images qu’elle vient de voir.

Après avoir repris une tenue décente, nous discutons de ce qui s’est passé et Marie me dit :

« j’avais remarqué Karine depuis plusieurs minutes déjà. En tout cas ça m’a bien excité cette situation, quelle petite voyeuse ! T’en pense quoi ? »

« c’est clair que le fait d’avoir été épié est très excitant et puis c’est Karine, elle est plutôt discrète, je pense pas que ça s’ébruite et puis elle avait l’air d’aimer. »

Marie semble d’accords et ajoute :

«ça te plairait un truc à 3 avec Karine ? »

J’’éclate de rire.

« Tu plaisantes »

« Non pas du tout »

« bien sur que ça me plairait, mais je n’y crois pas une seule seconde »

« tu me sous estime mon chéri, je te parie que dans 2 jours, nous serons trois à jouir dans ce bureau. »

Le lendemain, je surprends plusieurs fois Marie en grande conversation avec Karine, je me demande si je n’ai pas sous-estimé ma camarade de jeux sexuels ! Je retrouve Marie l’après-midi à la pause et je lui demande où elle en est avec Karine., elle me répond que cette petite coquine nous avait déjà observé plusieurs fois. Je lui fais remarquer que c’est un fait mais que de là à la faire participer le lendemain, il y a du chemin. Marie sourit et me dit qu’elle a proposé à Karine de manger avec nous demain midi, sous-entendant ce qui va avec ! Elle a dit qu’elle y réfléchissait.

Le lendemain matin, Marie entre dans mon bureau, seule, je souris, tout de même un peu déçu, on s’installe quand soudain Karine frappe à la porte, elle entre et s’assoit en nous saluant. L’atmosphère est un peu tendue, on parle de chose et d’autre, mais on dérive rapidement sur le sexe, volontairement pour mettre Karine dans le bain et la jauger. Marie lui demande ce qu’elle pense de ce qu’elle à vu les jours précèdent. Karine est toute rouge, dit qu’elle a aimé, qu’elle a pris du plaisir à nous voir faire l’amour. Marie. tout en soulevant sa jupe, lui demande si elle aime les femmes. R. encore plus rouge lui avoue qu’elle n’a jamais essayé, mais que çà ne la dégoûte pas. Marie est maintenant en train de se caresser, jambes écartées de part et d’autre du fauteuil, son petit string noir déjà humide.

Karine est vêtue d’un pull et d’un jean, elle paraît bien embêté et ne sais visiblement pas quoi faire. Je m’approche d’elle, caresse ses cuisses, ses seins par-dessus les vêtements, et lui tend mes lèvres, qu’elle embrasse timidement. Le baiser devient un peu plus passionné, j’introduis ma langue dans sa bouche et finis par rencontrer la sienne. Elle est touchante de maladresse, on sent son peu d’expérience, je lui demande si elle à déjà fait l’amour, elle me dit que oui, 2 fois quelques minutes tout au plus. Je me réjouis, voilà une éducation sexuelle à faire ! Pendant ce temps Marie. à fait tomber son string et s’introduit régulièrement deux doigts tandis que l’autre main s’occupe de son bouton. Je dis à la petite blonde de se déshabiller, pendant que je sors ma queue, bien décidé à me branler en regardant le spectacle.

Karine s’effeuille lentement, moyennent à l’aise, elle est maintenant en sous-vêtements, peu sexy, mais convenable, je lui fais signe de continuer, elle dévoile maintenant ses petits seins pointus, assez mignons, proportionnés par rapport à son corps mince. Marie, de son côté fait de plus en plus de bruit, elle prend Karine par la main et lui roule une pelle fantastique, la petite blonde à l’air d’aimer, Elles se lèvent, se déshabillent totalement et la blonde s’assoit sur le fauteuil. En retirant sa culotte, qui laisse apparaître une petite chatte recouverte de quelques poils blonds tout fins ! Marie lui broute le minou doucement d’abord, puis avec plus de fougue, lui léchant le clito, les lèvres, l’entrée du vagin ma belle brune est déchaînée, elle lui met un doigt, puis rapidement un deuxième. Karine commence à gémir sous l’effet du traitement, c’est là que je décide de participer, je m’approche accroupie devant le fauteuil, je la fais mettre à quatre pattes Marie et lui lèche la fente, je m’occupe notamment de l’entrée de son vagin et de son petit trou. Excité comme un singe en rut, je me redresse et la pénètre sans préavis, elle s’arrête quelques secondes de butiner le clito de notre nouvelle complice de jeu pour apprécier la pénétration. Tout le monde exprime son plaisir, la scène me rend fou et quelques minutes me suffisent pour me répandre sur le joli derrière de Marie.

Les deux demoiselles échangent leur place et Karine sans trop de conviction lèche délicatement la chatte de Marie. J’approche et cette dernière ne se fait pas prier pour avaler mon sexe, la fellation est irrégulière et dépendante du plaisir procuré que lui procure Karine. Je décide de passer à la vitesse supérieure, j’attrape la blonde par les hanches et je m’introduis délicatement dans son vagin, elle est assez étroite, mais bien excité, c’est un vrai régal. Quelques minutes comme ça, puis je l’allonge sur le bureau et la pénètre. Marie lèche les seins de Karine tout en se masturbant. Notre petite blonde se met à gémir de plus en plus et finie par se contracter, libéré par l’orgasme. Je change de capote et de partenaire, et m’occupe de la brune que j’ai délaissée. Pendant ce temps là Karine s’est installée sur mon fauteuil et se caresse doucement. Je commence à être au bord de la jouissance, je me retire fais glisser mon sexe sur son anus que je pénètre délicatement. Cette délicieuse et étroite étreinte à raison de moi en quelque seconde.

Quel moment magique et quelle débauche de sens, même si notre soirée d’adieu du lendemain est à ma charge je suis ravi.

Je m’écroule dans un fauteuil, vidé, pensant en rester, mais ces demoiselles récupèrent vite, les voilà en 69 par terre. Cà se lèche de tous les côtés, elles jouissent une nouvelle fois et s’approchent de moi. elles se baissent toutes les deux et commencent une double fellation. C’est fantastique, deux langues, et quatre mains passe de mon sexe à mon anus en passant par mes boules. Je suis aux anges, Karine n’a pas le savoir faire de Marie met y met toute sa bonne volonté. Ce ballet de langues et de doigts ont raison de moi et j’asperge leurs visages et leurs bouches de sperme.

C’est l’avant dernière journée de stage et le lendemain on mange tous ensembles avec des collègues donc notre petite aventure avec Karine restera unique. Marie me rappelle que pour nous un certain pari fait que nous passerons le lendemain soir ensemble. Ça promet !

[/align]

il reste une dernière partie si vous êtes sages :welcome:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

oui vite la suite :welcome: punaise qu'est ce qu'il fait chaud à lire tes textes ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

pfffffffffiiiiiiiiiou très jolis texte, j'aime beaucoup ta façon de narrer et j'adore les détails que tu donne on s'y croirait :welcome:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

merci beaucoup, vos commentaires me font trés plaisir

je posterais la fin de l'aventure lundi, un peu de patience :welcome:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

[align=justify]comme promis voici la suite:

La dernière journée de stage passa très rapidement, on a pas eu le temps de s’ennuyer et sa tombe plutôt bien car j’avais hâte d’être au soir. La veille, j’ai réservé une chambre d’hôtel et une table au restaurant. Je retrouve Marie devant l’entreprise à 17h, et nous décidons d’aller à l’hôtel pour prendre une douche et se changer. C’est un bel hôtel, les chambres sont spacieuses et lumineuses, Marie me félicite pour le choix.

Elle se déshabille et file sous la douche, après quelques secondes d’hésitation, je la rejoins. Cette proximité me fait rapidement bander, mais Marie me dit de garder mes forces pour plus tard, déçu et furieusement excité, je sors de la douche.

On finit de se préparer et on part au restau, il n’est qu’à quelques minutes de l’hôtel en voiture. On s’installe, on bavarde de tout et de rien. Après le diner, on a tout le temps de rentrer, on décide d’aller boire un verre dans un bar, on se promène, ne sachant pas trop où aller, on finit par s’arrêter devant un bar visiblement réservé à une clientèle adulte, la porte fermée est massive et une affiche informe d’une soirée « hot » avec strip-tease et show lesbien ! Marie me souffle que c’est tout à fait dans l’esprit de notre soirée et que c’est là qu’elle veut aller ! Je ne suis pas un habitué de ce genre d’endroit, mais l’expérience me tente vraiment.

On entre, l’endroit est beaucoup moins glauque qu’il y paraissait d’extérieur. Des canapés et des tables se succèdent dans des recoins plus ou moins exigus, il y a une estrade à côté du bar avec les indispensables barres chromées ou j’imagine déjà les danseuses se frotter. On s’installe à une table dans un petit renfoncement en face de l’estrade pour pouvoir profiter du spectacle. Cet endroit n’est pas bien grand, je détaille les personnes déjà présentes, il y a 3 hommes seuls au bar, un groupe de 6 personnes, à une table collée devant l’estrade, ils sont bruyants et visiblement un peu éméchés. Un autre couple d’une trentaine d’années et assis à une table juste derrière nous. On commande à boire et le barman nous informe que le show débutera dans une demi-heure ! On boit tranquillement, plusieurs personnes sont arrivées depuis, et le bar est déjà bien rempli. La clientèle est d’âge moyen, beaucoup de couples ou d’hommes seuls.

L’ambiance est clairement érotique, sans être une boite échangiste, on observe facilement que les couples se caressent sous les tables ou dans les banquettes ! Marie en profite pour se rapprocher moi et me caresser ma queue à travers mon pantalon, je fais de même en passant ma main sous sa robe et lui caresse son sexe déjà moite, qu’aucun tissu ne protège comme je lui avais demandé. On s’était mis d’accord à l’hôtel pour ne mettre aucuns sous-vêtements. Les lumières se tamisent encore plus et des projecteurs s’allument sur la scène, deux superbes filles apparaissent et dansent sensuellement au rythme de la musique. Elles finissent par se retrouver en string et quittent la scène pour laisser la place à une nouvelle strip-teaseuse. Même déroulement sauf que celle-ci quitte aussi son string et continue à danser complètement nue, et nous dévoile toute son intimité avec des pauses de plus en plus suggestives. Dans la pénombre et un peu à l’écart, mon jean est maintenant ouvert, ma queue sortie et branlée régulièrement par Marie qui a relevé le bas de sa robe jusqu’à ses hanches, les jambes largement écartées pour que je la masturbe. Nos petits gémissements ont déjà attiré plusieurs fois l’attention du couple derrière nous. Sur l’estrade les deux premières filles sont revenues en lingerie, et se déshabillent mutuellement, le show lesbien commence. On regarde attentivement ces deux filles en train de se gouiner, quand soudain Marie se tend en proie à un orgasme qui lui laisse échapper un petit cri, il ne m’en faut pas plus et j’éjacule une grande quantité de sperme sur un mouchoir que j’ai eu juste le temps de sortir de ma poche.

Un peu calmés on se concentre sur le spectacle, les deux filles sont maintenant en train de se lécher et de se pénétrer à grands coups de godes. La femme du couple derrière nous s’est avancée, nous regarde et finalement nous demande s’ils peuvent se joindre à nous. Surpris, j’interroge Marie du regard, c’est elle qui répond oui. Le couple s’assoit en face de nous, on se présente, ils se nomment Eric et Jessica, ils ont 34 ans tous les deux et sont visiblement des habitués des lieux. On bavarde pendant une demi-heure, indifférents à ce qui se passe sur la scène.

Ces deux personnes sont vraiment charmantes, Eric appelle le serveur, et commande une bouteille de champagne. Eric est comme moi un grand brun, mais plus costaud, les yeux bleus et beaucoup de charme. Sa femme Jessica est une belle blonde, avec une poitrine imposante, des jambes fines et un cul tout à fait appétissant, son chemisier est ouvert plus que de raison, témoignant d’activités récentes semblables aux nôtres. Il est minuit, le show tout comme la bouteille de champagne et terminé et Marie propose à Eric et Jessica de venir prendre un dernier verre à notre hôtel, ils acceptent tout de suite et on s’en va.

On arrive à l’hôtel, on rejoint tous les 4 notre chambre, j’ouvre le mini bar prend une bouteille de champagne et sert 4 flûtes. Décidément cette soirée va me coûter cher ! Les filles prennent le petit canapé, tandis qu’Eric s’installe à mes côtés sur le lit on leur raconte nos histoires de sexe au boulot et ce qui nous à conduit à cette soirée. Nos récits ont excités tout le monde, les deux filles se caressent sur le canapé, elles s’embrassent, les mains disparaissent sous les robes. Eric me sourit, on se ressert un verre en admirant le spectacle. Les deux robes tombent et dévoilent le corps nu de Marie et celui magnifique de Jessica, recouvert par un ensemble de lingerie rouge très sexy.

Je complimente Eric sur le corps de sa femme, il est ravi et ajoute qu’Marie est très à son goût aussi. Les filles sont déjà à l’action, vautrée dans le canapé, elles gémissent sans retenue, désinhibées par le champagne. Eric a sorti sa bite et se masturbe doucement en regardant sa femme lécher ma maîtresse. Jessica nous offre une vue imprenable sur son intimité, à 4 pattes bien cambrée, elle nous dévoile son sexe et son cul entièrement épilés. Je me mets torse nu, déboutonne mon pantalon et fait comme Eric. Les deux filles sont maintenant en 69 et sont de plus en plus bruyantes.

Eric s’approche de moi et me demande s’il peut me branler, j’en ai très envie, mais jusque là ce n’est qu’un fantasme, j’appréhende un peu mais je me laisse faire. Sa main enserre mon sexe dressé, la sensation est curieuse, c’est une main imposante et bien chaude qui me branle, la sensation est très agréable. J’avance ma main et me saisis à mon tour de sa queue, elle est plus petite que la mienne, mais elle est bien plus épaisse, c’est bizarre de branler une queue qui n’est pas la sienne. On se branle doucement en regardant les filles déchaînées, allant d’orgasme en orgasme. Jessica sort deux godes de son sac, de petites tailles, elle les enfonce dans les deux orifices de Marie qui crie son plaisir. Eric leur dit que si y’a besoin de deux gros godes, elles peuvent s’adresser à nous, mais Jessica nous dit d’être patients que notre tour viendra, et qu’on a qu’à continuer à s’amuser tous les deux, entre hommes. J’ai envie de me lâcher, j’allonge Eric et je lèche timidement sa queue, le goût est particulier, ce n’est pas désagréable, je le décalotte, lui lèche le gland et le suce plus franchement. C’est très agréable cette queue dans la bouche, c’est chaud et vivant. Eric me demande de lui lécher les couilles, j’obéis, elles sont rasées et ma langue glisse bien dessus, il à l’air d’aimer, je continue à le branler pendant que je m’occupe de ses boules. Sa raie est rasée aussi et je descends avec ma langue de plus en plus bas et atteint son anus, je l’astique parfaitement à grands coups de langue et j’y fais pénétrer un doigt doucement tout en reprenant ma fellation.

Les filles se gouinent de plus belle à côté de nous, les godes entrent et sortent de plus en plus vite, elles jouissent à nouveaux et s’écroulent l’une sur l’autre sur le canapé. Eric jouit à son tour dans ma bouche, surpris et un peu dégoûté je me recule et prends le deuxième jet sur la figure, Eric me prend la tête et me fait avaler à nouveau sa bite. Je reçois encore de son sperme dans ma bouche et fini par en avaler une partie. Ce n’est pas très bon, mais j’ai connu pire, je le suce jusqu’au bout et vais me nettoyer dans la salle de bain. Quand je reviens Eric m’allonge sur le lit et me rend la pareille avec une fellation formidable, très différent que par une fille, il connaît par cœur mes attentes, il va au-devant de mes envies, 5minutes de ce traitement et j’éjacule longuement dans sa bouche, il avale tout et à l’air d’aimer ça.

Nous voilà vidés, mais les filles ne comptent pas nous laisser de répit, elles se jettent sur nous, on est tous les 4 sur le lit, Ma rie suce Eric tandis que Jessica s’occupe de redonner une rigidité convenable à mon sexe. Dès qu’elle est assez raide, elle lui enfile une capote et vient s’empaler dessus. Elle est vraiment belle, ses gros seins ballottent aux rythmes du coït, à côté, Marie est sur le dos littéralement défoncée par Eric, qui la pénètre sans ménagements. Je retourne Jessica, la mets à 4 pattes et la prends en levrette, les deux mains sur ses seins. Pendant ce temps Marie est penchée sur le canapé, une jambe relevée et Eric la lime debout derrière elle. Il ne tarde pas à s’enfoncer dans son cul et à la sodomiser à bonne allure. Je prépare doucement Jessica en lui insérant un, puis deux doigts dans l’anus. Une fois prête je change de trou, elle me dit qu’elle adore ça, en effet ça rentre facilement. On gémit tous les 4 sous l’effet de ces sodomies, nous jouissons tous les uns après les autres après cette séance bestiale.

On passe tous rapidement sous la douche. Je rejoins Eric et Jessica déjà nettoyés, Jessica et en train de sucer son mari, qui a déjà repris de la vigueur, je me joins à elle et on suce tous les deux Eric. Jessica m’abandonne, me laissant seule avec la queue d’Eric, pendant se temps elle vient derrière moi et me lèche l’anus, elle me sodomise avec un doigt puis deux. Je sens quelques chose de plus gros à l’entrée de mon anus, elle a pris le plus petit des gode et me pénètre avec, c’est un peu douloureux, mais devient bien vite agréable. Marie sort de la douche et nous regarde en souriant. Eric se lève, Marie se met à 4 pattes devant moi et je la pénètre, Eric se met derrière moi et appuie son gland contre mon petit trou, c’est vraiment douloureux quand çà rentre. Je suis placé de telle façon que quand je me retire de Marie, je m’empale sur la queue d’Eric. Je jouis comme un fou tellement c’est bon. Jessica abandonnée s’est allongée devant Marie qui s’occupe de sa petite chatte, Eric fini par jouir, je sens sa queue frémir et se contracter dans mon cul, son plaisir entraîne le mien.

Jessica et Eric regagnent leur domicile, Marie s’effondre dans mes bras, on s’endort rapidement, brisés par cette soirée mémorable. On se quitte le lendemain comme prévu, mais non sans avoir la gorge serrée.

[/align]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Eva96

mmmmm que Calor !!! Soy caliente !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:aime: punaise waouhhhhhh ... que d'émotions....et quelle expérience...tu as tt fait là je crois t'es blindé plus aucune demande peut t'étonner :aime:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest sphinx

j'ai rarement lu un récit aussi volcanique :aime: C'est un chef d'oeuvre du Plaisir :-D

j'en ai la trique :aime:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.