Aller au contenu
Invité OLIVIER88

Un autre fantasme qui m'est apparu dans un rêve

Messages recommandés

Invité OLIVIER88

Voici un autre fantasme qui m'est apparu dans un rêve, une nuit courant 2009, pendant de mon sommeil, dans mon lit seule, dans mon F1, le 3ème fantasme qui est le délicieux "supplice du vibromasseur", douce et délicieuse torture avec un vibromasseur à intensités de vibrations variables :

« Je m'imagine, durant un long jour ou longue nuit qui n'en finirait pas de se terminer, aller les yeux bandés, mains bien attachées derrière le dos, dans une grande pièce où se trouverait le lieu du délicieux supplice, de la délicieuse torture qui est la Croix de Saint André, guidée par la personne, homme ou femme de préférence car plus douce et moins sadique.

Elle m'enlève le bandeau posé sur les yeux, me détache les liens attachés derrière mon dos, me déshabille lentement, me mettant entièrement nue, dévoilant mon sexe, le caressant au passage et caressant avec son index doucement mon clitoris comme pour m'exciter un peu avant de m'attacher solidement les poignets et chevilles complètement écartés, dos contre le mur à la Croix de St André (vu sur Internet dans un site web de SM où une jeune femme était attachée entièrement nue bien écartelée sur la Croix de Saint André, les yeux bandés et bâillonnée pour ne pas entendre ses cris, elle allait être fouettée avec un fouet à plusieurs lanière ou un fouet à une lanière, oh que j'aime pas être à sa place !), complètement écartelée, face à la personne.

Je commencerai à cet instant-là à mouiller abondamment, la cyprine coulerait entre mes cuisses bien écartées, je frissonnerai, mon corps nu frémirait du fait d'être solidement attaché à la Croix de Saint André !

Hum, que j'aimerai me sentir entravée, ne pas pouvoir bouger, seulement me cambrer lors de la montée du plaisir au plus profond de moi, sur mon corps complètement nu et dans mon corps et, entièrement écartelée, totalement offerte et ouverte face à la personne qui me ferait subir, pendant un long moment interminable sans fin, ce délicieux supplice, hum quelle douce torture vais-je connaître sur mon propre corps nu solidement attaché, sexe complètement découvert, mis à nu !

Elle promènerait sans se presser, en prenant le temps de faire durer ce délicieux supplice, le vibromasseur sur toutes les parties de mon corps, les bras, le cou, la poitrine, les bouts de sein qui durciraient, qui pointeraient dur sous les vibrations du vibromasseur, sur le bas-ventre qui frémirait de plaisir, sur les cuisses à l'extérieur et à l'intérieur des cuisses qui trembleraient de plaisir, les jambes, les pieds aussi puis elle remonterait vers mon sexe, grandes lèvres, petites lèvres du sexe, vers l'entrée de mon vagin et appuierait doucement, délicatement sur mon clitoris qu'elle aurait auparavant décapuchonné avec ses doigts, faisant des mouvements circulaires avec le vibromasseur sur mon clitoris, elle voudrait me voir frissonner de plaisir, que je sente les vibrations du vibromasseur le long de mon corps nu et sur mon clitoris, endroit stratégique, mon point faible car clitoridienne-femme fontaine, que je sente monter en crescendo le plaisir sur mon corps entièrement nu de suppliciée, être au bord de l'orgasme, alors dès que je sens l'orgasme arriver, monter au plus profond de mon intimité, que je vais bientôt éjaculer, jouir de façon intense en criant mon orgasme clitoridien, je lui crie "De grâce, arrêtez ce supplice, s'il vous plaît, je vous en supplie, Madame, Monsieur !", je la supplie de me faire jouir instamment le plus fort et le plus rapidement possible ; aussitôt sentant mon orgasme monter en moi en crescendo ou rapidement, elle promènerait le vibromasseur sur d'autres endroits de mon corps, les petits seins sensibles avec leurs tétons bien sortis, devenus durs, pointant bien sous l'effet du vibromasseur et reviendrait à la charge, après que je sois un peu calmée, après que la tension retombe peu à peu, sur mon sexe, sur mon vagin et sur mon clitoris où elle s'attarderait à nouveau pour ensuite repartir sur d'autres parties du corps, les cuisses, le ventre, les jambes, le thorax, la poitrine, sensible au moindre caresse sensuelle même légère, qui frissonnerait de plaisir, les bras, le cou, ainsi de suite, jusqu'à ce qu'elle déciderait de m'autoriser, au bout d'un long voire très long moment de supplice, à jouir de tout mon saoûl en mouillant, en éjaculant et en criant fort mon orgasme clitoridien !

J'en étais frustrée de ne pas pouvoir jouir au moment où j'étais au bord de l'orgasme féminin, où j'aurai voulu jouir, éjaculer et je n'en finissais pas de me retenir en gémissant, en serrant les dents, en la suppliant du regard, je n'en finissais pas d'avoir des frissons parcourir partout sur mon corps, de frémir sur tout mon corps ! Que ce serait dur vraiment dur de ne pas pouvoir bouger à cause des attaches redoutablement solides mais de cambrer au maximum mon corps face au doux supplice !

Durant ce long, interminable et délicieux moment de supplice qu'elle prenait un malin plaisir, en me souriant, un extrême plaisir à me voir en train de subir héroïquement ce supplice du vibromasseur, je me cambrerai, essayant de tirer sur les attaches pour bouger, pour échapper à la douce torture, aux caresses vibrantes plus ou moins fortes du vibromasseur posé sur mon clitoris, tellement le plaisir est fort voire intense, cela deviendrait presque insupportable, douloureux pour moi, je voudrais qu'elle finisse enfin de me torturer délicieusement, qu'elle me permette de jouir pleinement, intensément en éjaculant, laissant la cyprine couler à flot entre mes cuisses et en criant fort mon orgasme clitoridien !

Puis soudain, c'est la délivrance, elle m'aurait autorisé à jouir, à éjaculer et à crier haut et fort mon orgasme féminin-clitoridien alors elle immobiliserait le vibromasseur légèrement appuyé sur mon clitoris, j'aurai essayé, dans un ultime effort, d'y résister, en serrant les dents, encore un petit moment mais instamment, j'aurai fini par céder à la jouissance féminine bien intense alors j'aurai joui très fort en me cambrant et en tendant au maximum mon corps, en me crispant, en éjaculant comme une fontaine et en criant fort ma jouissance de femme fontaine-clitoridienne sous les vibrations du vibromasseur, réglées au degré le plus fort possible par la personne qui m'aurait fait subir ce doux supplice, dès lors, je n'en finissait pas d'avoir des spasmes, des secousses sur tout mon corps, j'en pleurais même tellement la tension était forte car elle maintenait toujours le vibromasseur appuyé sur mon clitoris comme si de rien n'était, malgré la jouissance féminine que j'éprouvais, malgré mes supplications d'arrêter de suite ce doux et interminable supplice paraissant ne point s'arrêter du tout, paraissant sans fin !

J'allais d'orgasme en orgasme, deux, trois ou quatre orgasmes qui s'enchaînaient sans discontinuer jusqu'à ce je ne puisse plus de jouir et ensuite je me décrispais, je me sentais libérée, je me sentais heureuse, je connaîtrai alors la béatitude !

Quand ce supplice était fini enfin, la personne me détachait en me faisant un baiser sur la joue et je tombais affalée, totalement nue, sexe bien trempé, de la cyprine le long des mes cuisses et jambes, par terre, tellement j'étais épuisée par tant de jouissance intense, de multiples orgasmes qui n'en finissaient pas de s'enchaîner ! »

Mémelle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.