Aller au contenu
nowang

Donnez-nous notre train quotidien...

Messages recommandés

...Je prends souvent le train pour le travail qui m'emmène et me ramène de la capitale à chez moi. Le meilleur moyen, quand on est pas sur la ligne d'un TGV, c'est le train de nuit, départ 21h arrivée 7h, pas de temps perdu. Quand ta bourse est en pleine forme, tu prends une couchette, sinon, tu te roules en boule sur deux sièges, en général y a de la place.

Et ce jour , j'ai pris les sièges, bonne idée, très bonne idée. Je crois d'ailleurs que je ne prendrai plus que les sièges.

Je monte, comme toujours en retard, presque coincé dans les portes qui se ferment, et je cherche une place, ce soir c'est facile, il y en a plein. Arrivé au milieu du wagon, l'endroit où il y a quatre places face à face, une femme enlève son sac et me sourie. Comment continuer ma route sans passer pour un mufle, un puceau, un homo, ou simplement un crétin ? Mais un sourire ne veut rien dire, et c'est encore mon esprit débridé qui voit ce qu'il veut voir et qui me joue des tours. Pourtant, j'aurais juré qu'il n'y avait pas que de l'amabilité dans ses yeux...

Je m'installe, sors mon livre, et fais semblant de lire, pour cacher ce trouble profond dans lequel cette situation m'a plongé, et pourtant, je ne peux m'empêcher de la regarder régulièrement, discrètement je l'espère, par dessus mon livre. Elle doit avoir entre 30 et 35 ans, brune, cheveux ondulants et tombants sur ses épaules et jusque sur sa poitrine qu'elle a généreuse et ferme semble t-il. Mes yeux "d'expert" me disent un bon 95 C , le rêve, même si j'ai toujours pensé que le grain de peau était plus important que le volume des seins.

Je me rends compte , perdu que je suis dans sa contemplation, qu'elle me regarde elle aussi, mais sans aucun détours, ses yeux me scannant de la tête au pieds, sans oublier aucun endroit de mon corps en émoi.

Un petit sourire au coin des lèvres me laisse à penser que je lui plais. Enfin, qu'est-ce que c'est que cette histoire, pas le vieux fantasme du train de nuit quand même ? Et pourtant, mon imagination est au galop maintenant, je me vois la prenant entre deux wagons, dans le bruit assourdissant du soufflet couvrant ses cris de jouissance non retenue....

Comme dans tous les trains de nuit, la lumière s'éteint après le passage du contrôleur. Plus d'arrêt avant Paris, et les trois personnes dans le wagon ronflent comme des turbines. J'ai chaud, les mains moites, et je sens ces fourmillements caractéristiques dans mon bas ventre annonçant une érection proche.

Posément elle décroise ses jambes prisonnières d'une jupe tailleur et de Dim up (je le vois clairement), et se lève en prenant soin de venir se coller à moi. Comme si de rien était, elle se glisse entre mes deux jambes pour gagner l'allée et se rendre aux toilettes, je suppose.

Je n'ai plus aucun doute maintenant sur ses sentiments à mon égard, et ce petit coup d'oeil qu'elle a jeté pour s'assurer que je la regardais(ce que bien sûr je faisais) en est l'ultime preuve. Ce cul ! rond, ferme, musclé, et ce déhanchement, juste ce qu'il faut, pas de vulgarité, mais quelle sensualité, je me prends à imaginer son sexe peut-être déjà humide par la satisfaction de l'effet produit, et gourmand de je n'ose penser quoi.

Rarement le temps ne m'avait paru aussi long, et rarement aussi une telle érection m'avait tenaillée de la sorte. j'ai la mauvaise habitude de porter des jeans serrés, vestiges de l'adolescence ,que ma stature me permet encore de porter sans ridicule je dois l'avouer. Si il y a bien une chose dont je n'ai pas à rougir, c'est mon corps, taille 36 en pantalon et 42 en haut, la répartition de la masse musculaire est disons, harmonieuse, et il semblerait que je ne soit pas le seul à le penser ce soir. Elle revient, j'entends ses pas feutrés dans l'allée, le frôlement de ses collants quand elle resserre un peu les jambes.

Je réalise à quel point la déformation de l'entre-jambe de mon jean ne laisse aucun doute sur la nature de mes pensées, d'autant que, comme ça m'arrive parfois, je n'ai pas mis de caleçon pour le voyage, pour une question de confort.

A-t-elle lu dans mes pensées ? son regard est braqué sur ma braguette et je sens que cette dernière risque fort de ne pas tenir longtemps dans ces conditions.

Elle fait mine vouloir attraper son sac pour y ranger sa pochette à main qu'elle avait emmené avec elle, mais sa petite taille ne lui permet pas d'atteindre le porte bagages, tout en me laissant par contre le loisirs de jeter un oeil à la dérobée sous son chemisier pour apercevoir ces seins prometteurs galbés dans une lingerie de dentelle fine.

Un geste maladroit lui fait lâcher sa pochette qui s'ouvre en tombant sur mes genoux, laissant apparaître la même dentelle que je venais d'admirer dans les contreforts de son anatomie. Incroyable, elle est aller enlever son string aux toilettes...

Maladroitement je lui rend ses effets, refusant dans un effort surhumain de montrer l'étendue de mon trouble. Je dois le dire comme tel, je bande maintenant comme je n'avais pas bandé depuis longtemps. Et d'un regard elle me fait comprendre que je dois l'aider. Quoi, me lever avec cet étendard dressé qui va lui arriver pile au visage...oui mais que faire, refuser pour tenter de cacher quelque chose qu'elle se plaît à dévorer du regard depuis un bon moment déjà...

Alors , assumant mon désir, je me lève, lui rendant la monnaie de sa pièce en me cambrant plus que de nécessité pour atteindre son sac et y glisser sa pochette et son string, lui laissant le temps de jauger l'amplitude du séisme hormonale auquel je suis soumis.

C'est alors que, les bras encore dans son sac, je sens une main se poser sur moi et attraper ma queue à travers mes vêtements. Des doigts fins mais vigoureux, qui savent ce qu'ils veulent et surtout comment.

Paralysé , inondé au sens propre comme au figuré, je sens des frissons me parcourir de la tête au pieds, conscient que , si un des bougres se réveille, il va me voir avec quatre mains dont deux en train de fouiller dans ma braguette, puisque celle ci n'a pas résisté et s'est docilement laissée glisser en bas, libérant mon membre gonflé de désir et trempé de plaisir.

Ses lèvres sont encore plus douces que ses mains, et m'enrobent d'une volupté humide, épongeant au passage ma mouillure d'un coup de langue averti. Elle me happe, me lape, me dévore, tantôt timidement, tantôt goulûment, et je me retiens de crier mon plaisir, sans trop savoir combien de temps je résisterai encore.

Puis, sans ménagement, elle me repousse , me faisant tomber sur le siège en face d'elle, et, avant que j'ai pu réaliser quoique ce soit, je vois ses jambes s'écarter, me laissant enfin contempler cet abricot, encore plus délicieux au regard qu'à l'imagination.

Un très fin duvet sur la naissance supérieure des lèvres gonflées de désirs, témoignent d'un rasage fréquent, d'une attention toute particulière portée, à cette intimité frémissante.

Sans réfléchir, je m'accroupis et commence à embrasser ces cuisses offertes, chaudes et toniques, tremblantes de sensations inédites. Et je remonte, lentement, savourant chaque millimètre de cette peau de pêche. Un abricot, une pêche, son corps est un verger dans lequel je vais plonger ma verge, telle une abeille butinant un fruit bien gorgé de soleil et de sucre.

Me voila maintenant arrivé tout contre ses lèvres, trempées, ruisselantes d'une jouissance promise, unique, éphémère et belle. Après avoir lutiné tout autour , rendant définitivement folle de désirs cette petite chatte, je viens la prendre à pleine bouche, et je l'embrasse, doucement , profondément, ma langue s'insinuant dans tous les possibles offerts.

Ce faisant, j'opère une remontée vers le pic du plaisir qui déjà se raidit, demandeur de caresses apaisantes. Je le titille du bout de ma langue, puis l'abandonne un instant, pour mieux le rassurer d'un lapement appuyé. Enfin, je m'acharne un peu plus sur lui, ne lui laissant aucun répit, et dans un spasme vertigineux, ma belle inconnue m'agrippe la tête pour la plaquer tout contre son sexe, et se met à bouger le bassin avec une frénésie dont la seule issue ne peut être que l'orgasme. Et je le sens arrivé à la pénétration de ses ongles dans mon cuir chevelu, alors ma langue accentue encore sa pression soyeuse et je la sens exploser dans une jouissance aussi silencieuse que puissante, et pendant un long moment, je reste le visage enfouie au plus profond d'elle, gouttant le nectar de nos amours ferroviaires.

Mais la farouche n'a pas dit son dernier mot, et sans autre forme de procès, elle me plaque à mon siège et vient s'empaler sur mon vît tout englué du plaisir donné. Ses mouvements puissants et profonds viennent à bout de mes dernières résistances, et lorsqu'elle sent ma jouissance arriver, ses contractions internes me fond à mon tour exploser, au plus profond de son corps, dans la moiteur de cette divine cavernes qui me recueille et m'aspire jusqu'à l'épuisement.

Je ne connais rien d'elle, ni son prénom ni même le son de sa voix, puisque la seule chose qu'elle m'aies murmuré en quittant le wagon fut "merci". Je garderai le souvenir de la fusion de deux corps dans la quête de plaisirs partagés.

Alors , à mon tour je veux lui dire"merci".

En voilà une autre un peu différente et où le réel s'est mélé au fantasme....mais je ne vous dirai pas dans quelle proportion :welcome: j'espère qu'elle vous divertira .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité TITOUNET.36

:P :D:P:P:P:D:P:P:welcome:

Trop beau ce récit ! :P:D:P Quel talent d'écriture tu as mon choupinet !!!!

Un rendu qui fait que de ma réception, je file droit aux toilettes publique !!!!!! :P:P:D Viiiiiiiite ! :P

Schuss !!!! :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité decibel

:P :P:welcome: Superbe narration, Nowang ... expérience vécue ou fantasme, peu importe, tu as pris ton plaisir en l'écrivant et nous en te lisant :P:P:P

Encore !!! :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu as vraiment un talent incroyable pour nous décrire une telle merveille!!!

On en veut encOOOooore!!!! :welcome:

:P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité TITOUNET.36

Il est fort hein mon choupinet ! :welcome:

ça change des échanges gnangnan que j'ai lu tout à l'heure !!!! :P

encore bravo :P:P :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Arrétez vous allez me faire rougir.......(en fait non, continuez j'aime bien...héhé)

Je suis en train d'en travailler une petite qui ne devrait pas vous laisser de marbre (sauf les hommes, durs comme le marbre :twisted: ). J'essaye de la poster avant ce soir ou dimanche soir. :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité teenage18

mince, c'est super bien décrit et rédigé. c'est pas possible, t'es un professionnel du stylo, toi :twisted::twisted: encore bravo ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.