Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

slurp

Vernissage....à suivre?

Recommended Posts

Le carton d’invitation précisait :

Vernissage

Aquarelles de Marie Fournier

Le 7 juillet 2006 à partir de 19h00

Domaine des Coteaux

Avenue de la Pompignane

Castelnau le Lez

J’arrive vers 20h00, la soirée est chaude agrémentée d’un léger vent du nord.

La demeure est somptueuse, au milieu d’un parc aux arbres centenaires.

Je visite l’exposition. Les toiles sont agréables, pas vraiment ce que j’aime, mais le talent de l’artiste est certain.

Je rencontre plusieurs amis et me dirige vers le cocktail dans le parc, au bord de la piscine.

Tout en parlant, une coupe de champagne à la main, j’observe les invités. Comme dans toutes ces soirées, il y a des gens hautains, des décontractés et les inévitables pique-assiettes. Dans l’ensemble, l’ambiance est assez sympa.

Je m’approche du buffet pour prendre un canapé lorsque mes yeux se portent sur une femme en robe longue, noire, fendue très haut. Je croise son regard qui s’accroche au mien. Elle a des cheveux châtain mi-longs, des yeux vert, et un sourire qui m’engage à l’aborder.

Elle est, me dit-elle, de passage à Montpellier et accompagne une amie à cette exposition.

Je lui propose de s’asseoir pour manger les petits fours que nous venons de prendre.

Lorsqu’elle prend place dans le fauteuil en osier, sa robe s’entrouvre très haut et je ne peux m’empêcher d’admirer ses cuisses dorées. Son regard a suivi le mien et elle me dit en riant « j’aurais dû mettre une tenue plus légère, je meurs de chaud ».

La soirée s’avance et nous ne nous sommes pas quitté, le tutoiement s’est installé et nos sièges se sont rapprochés sensiblement jusqu’au frôlement de nos jambes.

Vers 22h elle me dit qu’elle aimerait bien se promener dans le parc. Naturellement je lui prends la main et l’entraîne vers les cèdres dans le fond du parc.

« Il fait vraiment chaud dit elle » en s’adossant à un tronc. Je la regarde, ses yeux pétillent, elle sourit. J’approche mes lèvres des siennes, sa bouche est fraîche. Ses bras s’enroulent autour de mon cou et en se redressant elle se plaque contre moi. La sensation de ses seins contre ma chemise en lin m’électrise. Naturellement, nos langues se rencontrent dans un premier contact qui nous fait frémir ensemble. Ma main est descendu dans son dos, caresse ses fesses et s’insinue dans la fente de sa robe à la rencontre de sa peau.

Sa peau est douce, chaude et je sens ses hanche qui se tendent vers mon sexe qui est maintenant dressé, à l’étroit dans mon pantalon……….

Quelqu’un veut il prendre la suite ? sheherazade par exemple ?......

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

mais si sheherazade ne peut pas, c'est avec plaisir que je partagerai cette histoire avec d'autres.... :tomate:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

raconte Slurp... tu le fantasmes si bien ... :tomate:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

si, elle pourra, faudra juste qu'elle trouve le temps :tomate:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

elle glisse une jambe entre les siennes, puis la remonte, venant placer sa cuisse contre la bosse de son pantalon. elle est visiblement troublée par cette érection pleine de promesses...

Elle prend ses lèvres à nouveau, pour un baiser chaud, langoureux, excitant. elle tire sur sa chemise, pour la libérer de son pantalon, et enfin toucher sa peau...la peau de son dos, fine, douce, glisse sous ses doigts. Un a un, elle déboutonne alors sa chemise, l'ouvre, comme les rideaux d'un théatre, et colle ses seins contre sa poitrine, dans un soupir de volupté.

Ils sont à présent soudés l'un à l'autre, comme aimantés. le temps n'a plus d'importance, ils oublient où ils sont, les autres, peu importe.

Elle sent sa main légère dans son dos...il fait glisser la fermeture de sa robe, jusqu'en bas de ses reins: aucun obstacle sur sa peau: elle ne porte pas de soutien-gorge. Sous sa cuisse, elle sent comme une vibration, un sursaut de son sexe bandé...

il fait glisser une à une les bretelles de sa robe, laissant apparaître ses seins dressés, ronds, fiers. il ne résiste pas au plaisir de les gouter...mais la robe glisse, glisse...et tombe à ses pieds, la faisant apparaître complètement nue. Il lève ses yeux vers elle, et son regard incrédule la fait sourire.

La surprise cède rapidement la place à une vive excitation, et il se laisse tomber à genoux, à ses pieds...ses lèvres s'approchent doucement de sa fleur si douce, qu'il désire avec ardeur.

elle écarte doucement ses jambes, guide son visage, caresse ses cheveux, puis ferme les yeux...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

Ben bravo, Shehe! Quelle forme dès le matin!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

Ben bravo, Shehe! Quelle forme dès le matin!

y'a pas d'heure pour ce genre d'émoi :tomate:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

Bien d'accord!! Ya pas d'heure! :tomate:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

Et comme il n'y a pas d'heure Slurp ? Tu as la suite ? :lal:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.