Aller au contenu
Invité Meph

Chalet Suisses

Messages recommandés

Invité Meph

il y a quelques années, je voyais rarement une demoiselle, dû à la distance qui nous séparait, mais on correspondait pas mal.

Je m'excuse de l'effet "pavé" et voici l'une de mes lettres :

Quelques lueurs de Bougies dans la salle bain, on est chez toi, la chaude lumière ondule dans la pièce humide de vapeur. Je suis sous la douche. L'eau est bien chaude. La savon glisse sur ma peau. C'est un moment de détente comme j'en aimerai tous les jours. Ma tête est envahie par le doux son de l'eau qui vient s'écraser sur mes cheveux. Tu entrouves la porte de la salle de bain (que je n'ai volontairement pas vérouillée), tu me regardes, me contemple. Tes yeux prennent leur temps pour bien me détaillé. Je suis face au mur et je ne peux voir ton indiscrète présence. Tu te sens l'âme d'une voyeuse. Tu regardes mes mains parcourir mon corps. Tu penses que les tiennes me seraient plus agréable encore. La tension monte dans ton esprit, la voyeuse laisse peu à peu place à la chasseresse. Tu entreprends de pénétrer doucement dans la pièce, tu refermes doucement la porte derrière toi, et tu avances vers moi. Au fur et à mesure de tes pas, tes vetements tombent en silence sur le sol. Tes sens se sont fait plus aigües. Tu sens ton cœur battre avec lenteur et force. Tu es à quelques centimètres derrière moi, nu et je ne le sais pas encore. Tu approches doucement ta main de mon dos et tu l’effleures doucement. J’ai cessé tout mouvement à partir de cet instant. Tu fais courrir ta main dans mon dos, dans mon cou que je t’offre, qui redescend ensuite sur mes fesses. Tu en redessines le contour. Ta main glisse sur ma cuisse et tu rentres sous la douche. Tu veux sentir mon corps avec le tien. Je sens tes seins dans mon dos, de plus en plus présents. Tes mains viennent sur mon torse, tu plaques doucement tout ton corps contre le mien. Ta jambe droite vient enlacer la mienne tel un serpent venu chercher un peu de chaleur. Je vois des filets d’eau glisser entre tes doigts, sur mon ventre. L’eau coule sur ta cuisse qui en devient étincelante, pour venir mourir à nos pieds. Tes lèvres viennent effleurer mon cou. Ta langue caresse mon oreille. Je penche la tete sur le côté pour laisser mon cou à ta disposition. Tes lèvres viennent s’y poser. Tu me l’embrasses tendrement, ta langue les accompagne. Je viens passer une main dans tes cheveux. J’approuve complètement cette caresse. Je suis encore plus détendu. Tu prends possession d’un flacon de gel douche, tu as décidé de me savonner. Je me retourne et je présente mes mains pour que tu me renverses un peu savon au creux de ma main. Moi aussi, je veux te parcourir, faire glisser mes mains sur ton corps, faire des effets aux reflets mulicolores sur ta peau. Je pose mes mains sur le dessus de ta poitrine, tu fais de meme sur moi. Et je parcours chaques centimètres de ton corps. Mes mains découvrent ton corps, sa douceur. Je soupèse délicatement tes seins. Je pars à l’exploration de cette peau inconnue. Je ne veux rien laisser au hasard. Tu as l’air d’etre dans le meme état esprit. Ma respiration se fait plus profonde, mon cœur manifeste sa présence. Tes mains peuvent le sentir battre dans ma poitrine. Mes lèvres ont subitement envie des tiennes, elles vont à leur rencontre. Et viennent s’y poser délicatement. Je t‘embrasse doucement. Ma main vient se glisser sur ta nuque, ma langue demande la tienne que tu m’offres volontier. Mon autre main vient caresser plus incisivement l’un de tes seins. L’une de tes mains est dans mon dos et me presse contre toi, l’autre m’a empoigné une fesse pour plaquer mon bassin contre le tien. Mon sexe est pris dans l’étau de nos corps. Ma main qui est sur ta nuque se laisse glisser le long de ton dos, de tes reins. Ma main passe sur une fesse, laissant mes doigts se frayer un passage entre celle ci. Le bout de mes doigts viennent effleurer ton petit trou, jusqu’à venir se poser contre ta vulve. Tout en continuant à m’embrasser, tu ouvres légèrement tes cuisses comme pour m’inviter à aller plus loin. Mon majeur glisse doucement, il pénètre dans ta voluptueuse chair de plaisir. Tu sembles t’agripper encore plus fort à moi. Mon doigt masse délicatement les paroies de ton vagin, à la recherche de l’endroit qui te proccurera le plus de sensations. J’accompagne mon geste d’un deuxième doigt, cette fois tu laisses échapper un petit gémissement. Je te caresse de plus en plus profondement. Mes lèvres viennent s’égarer sur tes seins, ma langue joue avec tes tétons. Le rythme se fait légèrement plus intense. Je te plaque contre le mur froid, l’eau chaude coule toujours sur nous. Ma main qui te caresse le sexe, est repassé par devant. Ma paume presse légèrement ton clito, et fait un mouvement de rotation. Mes lèvres qui n’avait jusqu’alors pas quitté ta poitrine, descend le long de ton ventre. Ma langue joue un peu avec ton percing, avant d’aller jouer avec ton clito. Je suis à genoux devant toi, tu relèves une jambe sur mon épaule pour t’offrir d’avantage à mes lèvres gourmandes. Tes mains viennent se poser doucement sur ma tete. Je lèche ta vulve de part en part. Tes mains viennent presser un peu plus mon visage contre ton intimité, comme pour en vouloir plus. Mes mains te caressent les fesses, l’un de mes doigts vient s’égarer sur ton orifice le plus intime. Je presse légèrement et celui ci s’ouvre apres quelques seconde pour y laisser passer ma premiere phalange. Ma langue et ma bouche continuent de s’activer sur ton sexe pendant que je te masse délicatement ton petit trou. Mon traitement semble te faire beaucoup d’effet. Je n’en suis plus à compter tes gémissements, mais plutot à en mesurer l’intensité grandissante. Je veux te sentir jouir sur ma langue. J’accélère le rythme de ma langue. Je n’en suis plus à te déguster, mais plutot à te dévorer. Je sens ta jambe se raidir, puis tout ton corps se crispe peu à peu. Tes doigts se crispent dans mon cuir cheveulu, jusqu’à me griffer. Tes gémissements emplissent la pièce. Je sens ton vagin avoir des contractions sur mes lèvres, tu es en train de jouir. Tu te relaches presque brutalement. Je remonte le long de ton corps. Je te sers dans mes bras, te caline, te laissant reprendre ton souffle. Je coupe l’eau. J’attrape un drap de bain, je t’enveloppe de sa douceur. Je passe aussi une serviette autour de moi. Nous sortons de la salle de bain pour aller rejoindre ta chambre. Arriver près du lit, je t’embrasse tendrement. Je t’assoie sur le bord de celui ci. Puis te fais doucement basculer pour t’y allonger. J’ouvre doucement ton drap de bain pour découvrir ton corps encore parsemé de goutelettes d’eau. Je me mets à genoux à tes pieds. Je t’embrasse le ventre. Nous sommes calme tous les deux, tu es encore apaisé par l’orgasme de la douche. Mes lèvres reviennent se poser sur ton sexe. Doucement d’abord, ensuite avec un peu plus d’ardeur, j’entreprends de rallumer le feu de ton désir. Ton corps se réveille peu à peu. Des gémissements ont retrouvé le chemin de ta gorge. Brusquement, tu repousses ma tete, ne pouvant plus supporter mes caresses et désireuse de s’occuper de moi à ton tour. Tu te relèves pour venir te rassoir sur le bord du lit. Tu me dis de me lever, de me mettre debout. Je m’execute. Mon sexe est offert à tes yeux. D’une main, tu viens doucement en caresser le pourtour. Tes yeux ont changé, ton regard est devenu plus vif. Tes yeux trahissent tes envies, ta voracité. Tu vois dans ma verge les premiers prémices de l’excitation. Tu la prends délicatement dans ta bouche, tout entière. Je sens ta langue me la caresser. Je glisse ma main dans tes cheveux comme pour approuver ce que tu me fais. Tu sens le sang affluer dans ma verge, elle prend de plus en plus de place dans ta bouche. D’ailleur tu ne peux plus l’accueillir entierement. Tu la laisses ressortir de ta bouche, pour venir faire courir ta langue sur sa longueur, sur mes testicules, sur mon ventre. Tu me leches avec un interet certain. Tes yeux viennent à fixer les miens pendant que ta langue opère sur mon gland. Ton regard est électrisant, indécent, à la limite du soutenable. Tu fermes les yeux, tu viens poser le bout de tes lèvres gland. Tu presses tes lèvres sur mon gland. Tes lèvres s’ouvrent petit à petit pour me laisser me frayer un chemin entre elles. Tu m’embouches profondement. Tu me caresses de ta gorge. Tu fais un mouvement de va & vient, tout en t’aidant de la main à la base de mon pénis. Ton autre main vient me caresser les testicules affectueusements. Tes doigts viennent s’égarer dans temps à autre sur mon anus. Tes va et vient sont de plus en plus rapide. Je vois tes seins, tes cheveux se balancer en rythme. D’un coup l’un de tes doigts me pénètre sur toute la longueur. Ma main se crispe dans tes cheveux. J’adore. J’exprime mon plaisir. N’y tenant plus, je te repousse pour te renverser sur le lit.

Tes yeux pétillent de toutes leurs malices, attendant de voir ce que tu as pu réveiller en moi. Mon regard devient brulant sur ta peau. Mes gestes sont fermes mais sans violence. Je m'approche tel un prédateur. J'écarte et relève tes jambes, jusqu'à ce qu'elles viennent prendre appuis sur mes biceps. Tu es là, offerte, dans une position complètement impudique. Je sens mon coeur révéler sa force dans ma poitrine. Ma bite, aussi dure que cela peut l'être, pointe à l'entrée de ton orifice humide d'excitation et de plaisir. Je te regarde droit dans les yeux, avec une certaine insistance, guettant la moindre de tes réactions. Mon gland écarte doucement mais surement tes grandes lèvres. J'ai le sentiment, et je veux t'en faire profiter, que rien ne pourra arrêter ma lente progression dans la chaleur de ta chatte. Je sens ton vagin épouser la forme que je lui impose par ma fermeté. Je glisse doucement en toi. La chaleur de ton bassin, de ta peau, rayonne sur la mienne. Je sens que j'arrive au bout. Ma peau vient caresser petit à petit la tienne, jusqu'à ce que tu sentes peser mes hanches sur l'intérieur de tes cuisses grandes ouvertes. Je sens mon gland caresser la col de ton utérus. Mon corps est immobile, gardant sa pression sur le tien. Je contracte par accoup mon membre en toi, pour faire palpiter de vie l'intérieur de ton ventre. Je veux te faire sentir un maximum de sensation. Tes yeux se sont fermés, pour mieux apprécier la caresse. Tu bouges instinctivement ton bassin. Ton désir se fait de plus en plus insistant. Alors je commence un léger mouvement de va et vient, le faisant de plus en plus ample à chaque mouvement. Jusqu'allant faire ressortir mon gland pour le faire venir en toi de plus belle. Tu lèves légèrement la tête pour mieux voir ce que je te fais subir, pour voir ce que ton corps ressent, pour voir mon corps s'activer sur le tien, pour voir mon visage dévoiler son plaisir et son désir. je baisse mon visage à la rencontre du tien, mes lévres cherchant approximativement les tiennes, nous nous embrassons dans le son étouffé de nos gémissements. Nous respirons à la force de notre plaisir. Tes mains viennent m'aggriper le cou, les épaules, comme pour être sûr que je ne parte pas et que je continue mon ouvrage. Nos poitrines l'une contre l'autre, tes dents dans mon cou, tes bras autour de mes épaules, les premières gouttes de sueur faisant leur apparition, elles perlent sur notre peau comme pour faire briller nos corps tels des joyaux. J'ai bien pris ma place en toi, j'y glisse avec aisance, mon bassin venant butter contre le tien, te donnant des secousses dans tout ton corps. Puis j'entreprends de te faire subir quelque chose d'un peu plus extrème. Alors je relève tes jambes sur mes épaules, je me soulève sur mes pieds en soulevant ton bassin avec moi. Ton bassin se retrouve à la vertical vers la haut, mon pieu toujours enfoncé en toi. Tes yeux se révèle gourmand parce que j'entreprends. Ma bite appuie plus fort encore sur la paroie avant de ton chatte, créant des sensations peu commune. Je continue à aller et venir en toi, à chaque coup de butoire tes épaules s'enfoncent dans le matelas. Je souhaite ton plaisir et que tu l'exprimes sans retenu. Ma sueur goutte sur ton corps déjà bien étincelant. Mes mains lâchent prise, et tes hanches rejoignent le matelas Je suis toujours debout devant toi, offrant mon corps à tes yeux. Tu contemples mon membre luisant de ton plaisir, tu en profites pour te relever un peu. Tu le portes à ta bouche. Tu embrasses le gland avant de le faire disparaitre dans ta bouche. Tu m'aspires la queue jusqu'au fond de ta gorge. Ma main glisse dans tes cheveux comme pour manifester mon plaisr. je guide ta tete sur mon vit. Ne tenant plus à cette caresse, je me laisse tomber sur le lit. Ne voulant pas de répit, tu m'embrasses à pleine bouche, mélangeant nos saveurs. Tu me chevauches en saisissant ma queue d'une main pour la guider de nouveau en toi. Tu relèves ton corps en appuyant tes mains sur mon torse, me laissant admirer ton corps s'activer sur le mien. Je contemple tes seins se balancer au rythme de la pénétration. j'admire ton bassin danser sur ma bite. Les yeux fermés, la tete en arrière, tu t'abandonnes au plaisir. Tu laisses la jouissance t'envahir, monter en toi jusqu'à son paroxisme. Pour qu'elle te balaye de sa force. Et tu t'écroules sur moi, le souffle court, le coeur proche de la rupture. Je t'enveloppe de mes bras avec douceur en attendant que tu reprennes tes esprits.

Nous reprenons lentement nos esprits et notre souffle. L’excitation laisse place à la tendresse, la douceur. Tu es allongé sur moi, ton corps blottit contre le mien, nous échangeant quelques baisés. Tu te relèves avec précaution. Tu pars te servir un verre d’eau non loin de là. Du lit, je contemple ton corps, tes courbes. Tu vois avec quels yeux je te regarde, la satisfaction se lit sur ton visage. Je pourrais rester là à te détailler, t’admirer comme je le ferais pour la toile de maître. Je décide de me lever pour briser cet instant. Je prends ton verre des mains, je le pose sur le côté. Je viens contre toi, mes mains parcourant ton corps. Je te pousse doucement jusqu’à te plaquer contre le mur. Mes lèvres se promènent sur les tiennes, dans ton cou, sur tes épaules, sur tes seins. Je soulève l’une de tes jambes contre ma taille. Mon membre trouve sans difficulté l’entrée de ton intimité, et s’y engouffre de toute sa longueur. J’entreprends un lent va & vient en toi, nous nous enlaçons l’un contre l’autre, nous embrassant à pleine bouche. Mes mains te soutiennent par les fesses, ta deuxieme jambe vient rejoindre la première pour me ceinturer. Je m’éloigne du mur en t’emportant avec moi. Je suis debout au milieu de la pièce, tes bras sont accrochés autour de mon cou, tes jambes me ceinturent et nous nous adonnons à une étreinte passionné. Nos souffles, nos gémissements raisonnent dans la pièce. La sueur donne un aspect surrealiste à nos ébats, là où le temps n’intervient plus, là où la raison est laissé de côté, seul le plaisir à l’état pur compte. Je te laisse descendre de cette position et te désemparer de moi. Mais je te reguide contre le mur, et cette fois tu es face au mur. Je te poufends la chatte par l’arrière. Mes mains ont vigoureusement saisit tes hanches afin de donner le rythme. Tu sens mon souffle dans ton cou, puis mes dents en saisissent la chaire. Soudain, tu me repousses en arrière. Tu me fais reculer jusqu’à m’asseoir sur le bord du lit. Et tu viens t’asseoir dos à moi. Tu prends ma queue entre tes mains et tu t’empales dessus. Je suis là, assis, à subir avec délectation ce que tu fais. Je contemple tes mouvements, je me régale de la vision que tu m’offres. J’ai envie de te repousser pour reprendre le dessus sur toi, je te pousse pour te mettre en position de levrette sur le sol, mais tu refuses. Tu te lèves, je suis toujours assis sur le bord du lit, tu te retournes vers moi. Tes yeux, ton regard est carnassier. Tu montes sur le lit, debout. Tu présentes ton sexe à mes lèvres et tes mains dans mes cheveux viennent guider mon visage entre tes jambes. Ma langue passe sur ta fente, je joue avec ton clito. Je fais tourner ma langue autour, puis je te le lèches comme une friandise. Quand tu as décidé que tu en avais assez, tu me pousses en arrière. Tu t’accroupis en étant toujours sur tes pieds, tu ne poses pas les genoux sur le lit. Tu relèves mon pénis, tu te caresses avec. Tu le fais passer sur ton clito, sur ta fente, sur ton anus. Tu me regardes droit dans les yeux, de ton regard le plus vicieux. Tu fais pressé de temps en temps mon gland sur ton anus, tu t’excites à le sentir s’ouvrir légèrement. Et cela m’excite tout autant. Tu décides de t’enfouner ma bite dans ta fente pour soulager l’excitation qui c’était accumulé. Tu te déffoules, à croire que la rage s’est emparé de toi. Tes mains sur mon torse font sentir leurs ongles sur ma peau. Je peux voir ta chatte absorber, ma queue. S’en est assez, je te pousse sur le côté. Tu te débats pour résister. Mais je me montre plus fort et je te positionne en levrette. Tu résistes toujours pour encore reprendre le dessus sur moi, mais j’en ai décidé autrement. Je te pénètre, tu veux toujours résister mais plus mollement. Mes coups de reins te font gémir, ta résistance s’est transformé en encouragement. Et je ne me fais pas prier. A chaque coup, je sens mon gland buter au fond de toi. Je te tiens fermement par les hanches. Dans cette position, tes fesses sont offertes à mes yeux et me donnent envie. Je les caresses, les masses. Je me retire de ta fente pour aller les embrasser. Mon visage à hauteur de tes fesses, mes mains les écartent. Et j’approche tout doucement ma langue, jusqu’à ce qu’elle vienne lècher le pourtour de ton anus. Je te sens détendu parce cette caresse. L’ambiance se fait d’apparence plus paisible, mais ce n’est qu’une apparence. Ma langue s’active sur ton cul de plus en plus souple. Mes doigts viennent accompagner ma langue. Ta main glisse entre tes cuisses pour aller y caresser doucement ton clito. J’aime voir ta main passer sur ton sexe. Ca m’insite à pousser d’avantage mes caresses. Deux doigts sont maintenant aisément logé dans ton anus et ils caressent avec volupter la paroi interne. Je me relève, et je viens remplacer mes doigts par mon gland. Je presse doucement. Je sens ton anneau s’ouvrir doucement. Tu pousses légèrement tes fesses en arrière pour m’aider à rentrer. Mon gland passe l’entrer. Je me baisse pour embrasser ton dos, caresser ta poitrine d’une main. Puis cette main, glisse doucement sur ton ventre, sur ta main toujours en train de s’activer délicatement sur ton clito, et j’introduis deux doigts dans ta chatte. Je sens ma bite à travers la mince paroi qui sépare tes deux orifices. Je fais coulisser doucement mon membre, je veux t’en faire sentir toute la longueur. Tu commences à bouger tes hanches comme pour en avoir plus, avoir plus de sensations. Tes réactions me disent de mettre plus d’énergie dans mes mouvements. J’ai l’impression que tes gémissements de plaisir sont plus intense que tout à l’heure. Mes mains saisissent tes épaules comme pour faire étau avec mes hanches. Tu m’encourages à y aller plus fort, à ce que je ne m’arrête pas. Mais avec les sensations que ton cul me proccure, l’excitation insoutenable, je ne sais pas si je vais pouvoir durer encore longtemps à ce rythme. Je te relève contre moi, mes mains empoignent tes seins. Je t’embrasse le cou, je te le mords. Tes cris raisonnent dans la pièce. La situation est trop plaisante. Tes mains passent en arrière et arrivent à attraper mes fesses pour guider mes va & vient. Je t’allonge sur le côté, les jambes repliées. Je continue de te prendre ton petit trou qui n’ai plus si petit. Me sentant pas loin de défaillir, tes yeux de malice refont leur apparition, tu glisses une main entre mes cuisses et tu introduis deux doigts dans mon cul. Me sentant sur le point de craquer, je ralentis la cadence. Mais tu reprends vite le relais, trop contente d’avoir un tel pouvoir sur moi. Et je me répands dans tes entrailles pour notre plus grand plaisir et ta satisfaction apparente de pouvoir me faire défaillir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu lui a vraiment envoyé ça ? Elle s'est surement empressé de venir te rejoindre :wink:

Quelle fut sa réponse ou sa réaction ?

Gentle Man

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité TITOUNET.36

Alors là chapeau Meph :wink:

Quelle est géniale ta narration et très bien écrite. J'avais réellement l'impression d'être à ta place donc l'effet voulu est réussi.

Encore merci pour cette histoire et excuse moi mais je m'absente 5 minutes là !!!!!!!!! :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ta destinataire devait être très enchantée (et le mot est faible :wink: )de te retrouver !

On lis dans cette "lettre" ,l'intensité de tes mots...

on ressent cette envie et cette folie qui s'est emparée de vous,

on la sent naître...monter...s'ériger,

pour arriver à une merveilleuse apothéose!!

Trèèès belle écriture Meph,

et si cette lettre a une petite soeur ,n'hésite surtout pas à nous la partager!!!

:wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Meph

Pour répondre aux questions.

Oui, je lui ai vraiment envoyé cette lettre. Et je sais qu'encore aujourd'hui elle la garde précieusement et la relis parfois.

Sinon, j'ai l'impression que ça vous a vraiment plu. J'en suis très flatté, et je vous remercie d'avoir eu le courage de lire un tel pavé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.