Aller au contenu
haydek

Deux fantasmes en Une Journée

Messages recommandés

Deux fantasmes en Une Journée

Le soleil venait tout juste de se lever, le réveil sonnait mais moi je ne bougeais pas. Elle, par contre, était déjà en pleine forme. Elle? C'est Déborah, ma petite amie, dès la première sonnerie du réveil elle se leva. Voyant que je ne réagissais pas, elle vînt me caresser la joue pour me réveiller. C'est alors que j'ai enfin ouvert les yeux, je la vis, ses yeux couleur noisette me regardaient, elle était magnifique, je lui fis un énorme bisou avant de me remettre sous la couette.

Je ne sortais toujours pas du lit, j'étais tellement bien. Elle s'habillait quand soudain je sentis sa bouche mouillée contre mon cou, je raffole de ses bisous dans le cou, et elle le sait bien... Je sentais sa langue caresser mon cou, ça m'excitait. Elle le savait mais elle continuait, ajoutant même en plus sa main sur mon caleçon dans lequel se tenait mon sexe dressé.

C'est alors qu'elle arrêta de m'embrasser le cou pour se consacrer uniquement à mon sexe. Elle passa sa main sous mon caleçon et commença à me caresser. Je bandais beaucoup et j'avais très envi d'elle, je commençai à lui caresser la poitrine tout en l'embrassant. Elle arrêta de m'embrasser pour pouvoir me sucer. J'aime quand elle me suce, elle le fait toujours avec envie et amour.

Mais hélas il était déjà l'heure de partir et il fallait se dépêcher, j'enfilai mes vêtements très vite et nous sommes partis.

Ce jour là nous allions à Walibi, la matinée était passée, nous nous étions bien amusé. J'avais toujours envi de Déborah, mais je ne pouvais rien faire, nous avons pique-niqué en dehors de Walibi sur un banc puis nous sommes allés à la piscine.

Elle était si belle en maillot de bain, elle m'excitait énormément, j'avais vraiment très envi d'elle, je la désirais énormément. À un moment, nous nous sommes mis sur un transat au bord de la piscine, je me suis mis sur elle puis je nous ai recouvert de ma grande serviette qui faisait tout notre corps. Je commençais à jouer avec ses petits seins vraiment jolis, elle me souriait. Je l'embrassai d'une façon très érotique pour lui montrer que j'avais encore très envi d'elle. Elle mit alors sa main sur mon maillot de bain, encore humide de la piscine, mon sexe se durcit. J'ai alors compris qu'elle aussi en avait encore envi.

J'ai mis alors ma main dans sa culotte de bain, et me mis à la caresser doucement, elle mouillait. Nous étions là, au milieu de tout le monde, mais cela m'excitait encore plus. Je caressais son clitoris chaud et humide avec mes doigts, elle aimait ça. Je lui chuchotai à l'oreille que j'avais envi d'elle et elle me proposa d'aller se changer, j'avais, tout comme elle, une petite idée derrière la tête.

Nous arrivions à la cabine, elle entra avant moi, j'étais vraiment très excité. Elle commença par enlever son soutif, je ne pouvais plus tenir j'avais vraiment trop envi d'elle. Je la caressais en embrassant ses seins un par un. Je l'aidai à quitter son bas de maillot de bain, et j'entamai un langoureux cunni. J’enfonçais ma langue dans son vagin du plus profond que je pouvais, elle mouillait vraiment beaucoup. Je faisais durer le plaisir, ma langue caressait son clito alors que mes doigts la pénétraient, jusqu'au moment où elle me demanda de la pénétrer.

J'enfonçai délicatement mon sexe en elle, elle poussait quelques gémissements, elle m'excitait beaucoup. J'effectuai plusieurs va et vient tout en l'embrassant, nous étions debout car la cabine était petite, très petite, n'importe qui pouvait regarder par-dessus, mais cette position nous excitait beaucoup.

Puis après un certain temps nous avons du nous arrêter et nous rhabiller car quelqu'un avait besoin de la cabine. J'avais très envi d'éjaculer mais je ne pouvais pas . . .

A la sortie des vestiaires, j'étais heureux d'avoir réalisé un fantasme que nous avions tous les deux. Le fait de ne pas avoir éjaculé ne m'aidait pas à contrôler mes émotions, elle était pourtant habillée normalement, mais elle me faisait vraiment de l'effet. La journée à Walibi était finie, il fallait donc rentrer. Le père de Déborah nous attendait, nous montâmes dans la voiture et partîmes en direction de Lyon.

Durant le trajet, sa main recouvrait la mienne qui était posé sur sa cuisse. Soudain, je me remémorai cette folle aventure dans la cabine, je sentis en moi une poussée d'hormone. Je n'eus besoin que de regarder son joli visage d'ange, sa bouche sensuelle et son petit nez qui me fait tant craquer, pour sentir ma bite se durcir. Elle n'a d'ailleurs pas mis longtemps avant de le découvrir, je bandais si fort que mon jean me faisait mal. Heureusement j'étais assis derrière le siège de son père, ce qui me permit de défaire un bouton. Elle me chuchota alors, à l'oreille, de défaire tous les boutons de mon jean. J'étais un peu gêné, mais je n'eus pas le temps de me poser de questions, elle m'enleva tous les boutons pour laisser apparaître mon caleçon bombé.

Je la regardais, elle était tellement belle, soudain me vînt une envie folle de l'embrasser dans le cou. Je lui fît un énorme suçon dans le cou. Je voyais que sentir ma langue contre son cou, l’excitait. Je commençai à remonter doucement ma main le long de sa cuisse pour arriver finalement à son sexe. Elle portait un pantalon noir moulant, très moulant. Je pouvais sentir, à travers, les lèvres chaudes et humides de son vagin. Je la caressais discrètement quand je sentis sa main venir directement au contact de mon sexe sous mon caleçon. C'était bon, je rapprochai mon oreille de sa bouche, pour sentir le petit souffle d'air de ses faibles gémissements.

Le voyage dura environs une heure, nous étions sur le point d'arriver il fallait donc vite que je me rhabille.

Une heure après que nous soyons rentrées, la mère et les sœurs de Déborah, partirent, nous laissant l’appartement. Il était environ 19h30 quand nous décidâmes de prendre une douche. Elle se mit rapidement nue, me laissant admirer son corps bronzé de la journée. Ses petits seins blancs m’excitaient vivement, j’enlevai mon tee-shirt et mon pantalon, mais ne pus cacher mon envie en découvrant mon caleçon bombé. Je vis de suite qu’elle l’avait remarqué car son regard était fixé sur mon caleçon. Elle prit alors mon caleçon à deux mains et me le baissa d’un seul coup. Je lui souris et me rapprochai d’elle, près, très près. Je commençai à la caresser avec mon sexe et lui lécher les seins, elle poussait de tout petit gémissement, je sentais un petit souffle d’air sortir de sa bouche. Je l’embrassai, je commençai par la bouche, puis le cou, les seins, le ventre, pour finir par sa chatte. Ma langue baladeuse parcourait tout son sexe, de son clitoris à son vagin en passant par les lèvres chaudes et humides, de son lubrifiant naturel. C’est alors que me vînt une énorme envi de me faire sucer, je n’eus même pas à lui demander, elle le fit elle-même. Je la regardais me sucer, j’adore la regarder, voir mon sexe faire des va et vient dans sa bouche m’excite. Elle tenait ma bite entre ses mains tout en me suçant, elle arrêta de me sucer la bite pour me la lécher de toute sa langue. J’adore quand elle me la lèche, voir sa langue caresser mon sexe comme ça me fait jouir. J’avais tellement envi de la prendre que je lui demandai d’arrêter pour retourner à sa chatte toute mouillée, je lui léchai alors la chatte en lui enfonçant ma langue dedans. Peu après, elle me demanda de la baiser, j’arrêtai alors mon cunni pour lui enfoncer ma grosse bite bien dur au fond de son vagin. Nous étions debout car sa salle de bain est très petite. J’effectuai plusieurs va et vient, elle jouissait beaucoup. Je sentais sa mouille couler le long de ma bite et de mes couilles. Après un petit moment de pur bonheur, je l’ai prise en levrette, elle se mise contre sa machine à laver m’offrant son sexe prêt à recevoir ma bite extrêmement dur. Puis, nous vînt une idée, pourquoi ne pas essayer l’ascenseur ? Nous nous dépêchâmes de nous habiller, moi un bernuda blanc et un tee-shirt, elle une petite robe très moulante et sexy, sans rien dessous. Une fois dans l’ascenseur, nous étions au 10è nous avons donc appuyé sur le 0 pour descendre. Une fois l’ascenseur en route, je soulevai sa robe et la pénétrai. Nous avons fais l’amour pendant environs 10 minutes et nous sommes retournés sur son lit pour finir de baiser. Nous avons baiser comme des bêtes ce soir là, je l’ai prise dans toute les positions, de la levrette à elle assise sur moi ou encore le 69. Je finis par mettre ses jambes sur mes épaules, et enfonça ma bite le plus profond possible dans sa petite chatte trempée de mouille. Nous avons baisé pendant 2 minutes environs puis je finis entre ses seins après avoir fait une branlette espagnole.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.