Aller au contenu

Messages recommandés

Bonjour a tous :wink:

Voici une histoire commencée il y a longtemps...

J'en poste ici le début, pour me forcer a la finir...

Bonne lecture

Amicalement

Vince

***************

Laetitia se prépare…

Malgré son sentiment de culpabilité, elle choisit avec soin ses vêtements, suivant en cela les conseils de son amie Laura qui l’a invité ce soir. Laisser ses enfants et son mari seuls lui pose problème, comme à chaque fois, lui donnant l’impression qu’elle abandonne les siens pour un plaisir égoïste. Elle se dévoue pourtant chaque jour pour les siens, mais malgré cela elle ne s’autorise que rarement à prendre un peu de bon temps pour elle…

Cette fois, c’est Laura qui l’a poussé dans ses retranchements. Elles sont amies depuis de nombreuses années. Laura est indépendante, papillonne de ci de là au gré de ses envies et Laetitia sans se l’avouer vit parfois par procuration cette vie qu’elle ne s’autorise plus, qu’elle ne s’est jamais vraiment autorisé…

Elle essaye de se raisonner, mais n’y arrive pas vraiment… La boule et là dans sa gorge, son plexus noué… Elle sait que son mari ne lui dira rien, mais elle n’y peut rien, elle culpabilise.

Elle ferme les yeux un instant, respire en profondeur pour se détendre. Lorsqu’elle les rouvre elle voit son image dans la glace : la trentaine épanouie, les cheveux brun foncés presque noir, la peau mate. Les yeux rieurs et la bouche mutine sur laquelle elle hésite à poser du rouge à lèvre. Son corps nu est là, épanoui lui aussi, mais plus par ses longues séances de masturbation quasi quotidienne… que par les trop rares ébats avec son mari qui semble plus la considérer comme là mère de ses enfants que comme une amante… Pourtant elle aimerait, qu’il la surprenne, qu’il lui montre à nouveau la force de son désir autrement que dans le lit conjugal…

A ces pensées, le corps de Laetitia réagit. La poitrine se gonfle. Elle sent ses tétons durcirent. Son corps, qui en a pris l’habitude s’ouvre… ses longues jambes s’écartent… sa vulve soyeuse s’entrouvre et elle sent le désir poindre… Mais ce n’est pas le moment. Elle va être en retard et son amie va l’attendre… Elle garde donc ce désir naissant en elle tandis qu’elle enfile sa lingerie, sa jupe, son corsage blanc… Elle se dit qu’il sera toujours temps de se faire plaisir lorsqu’elle rentrera ce soir, après sa sortie, que son mari dormira du sommeil du juste après avoir regardé son match de foot à la télé…

**

Ca y est ! Elle est dans la voiture et elle roule vers Paris. Le moment de stress le plus important, a l’instant de dire au revoir à sa famille, est passé… Elle le sent qui s’évacue pendant que la voiture roule régulièrement sur l’autoroute…

**

Laura l’attend devant le bar restaurant ou elles ont prévu de prendre l’apéritif. Après les embrassades toujours le même rituel, les questions de Laura sur la vie de couple de Laetitia, rapidement évacuée tellement celle-ci lui semble monotone… Puis les questions inverses qui amène des réponses détaillées, toujours plus inhabituelles et extraordinaires, qui font rêver Laetitia et lui mettent des étoiles plein les yeux… Laura le sait, c’est pour cela qu’elle n’est pas avare de détails, quitte à en inventer quelques uns…

**

Il est l’heure. Laura propose à Laetitia d’aller au vernissage auquel elle l’a invitée. Elles se dirigent, bras dessus bras dessous vers la galerie. Il y a du monde sur le trottoir, des verres à la main, des éclats de rire…

Elles se faufilent entre les convives qui gênent le passage. Mélange de gens huppés, de bobos, d’artistes qui affiche leur originalité par leur coupe de cheveux ou leurs piercings… comme tout le monde !

Elles entrent et finalement il y a moins de monde que dehors… comme si les gens venaient plus pour se voir ou être vus que pour regarder le spectacle qui s’offre a eux…

Laetitia regarde les photos, immenses, les unes après les autres… Etonnée dans un premier temps elle entre finalement dans la logique de l’exposition… Laura lui avait juste donné le titre de l’expo « Femme… » Elle ne se doutait cependant pas qu’elle verrait cette succession d’histoire montrant chaque modèle dans la plus grande simplicité de sa nudité, révélant sa nature…

Elle est parfois choquée, parfois attirée, excitée un peu c’est sûr… chaque série autour d’une femme la montre telle qu’elle est… parfois c’est la pudeur, la timidité qui ressort… parfois l’envie comme pour cette femme qui semble jouir sur la photo, sous ses propres caresses…

La série vers laquelle Laura et elle s’avance ne montre jamais la femme en entier… Morcellement d’un corps, marqué par endroit… par un suçon ; par une trace de sécrétion séchée qui a collée sur la peau ; par une trace de main qui a rosit la fesse à la peau claire ; par une tâche de naissance que Laetitia ne peut s’empêcher de reconnaître…

Elle écarquille les yeux et se tourne vers son amie Laura :

- Tu ne m’avais pas dit que tu avais posé pour lui !

- C’était la surprise dit-elle en baissant un peu les yeux…

- Raconte ! Tu me dis tout d’habitude, tu as honte d’un coup ou quoi ?

- C’est inracontable surtout… Ce type m’a fait perdre la tête… il sait trouver la nature profonde des femmes, en les photographiant… Toutes ces propositions de pose n’étaient que des envies pour moi… Et la série me raconte, moi, ma vie morcelée entre des hommes qui m’aiment rapidement ou plus lentement, mais sans jamais s’attaché et bâtir… en laissant leurs traces…

Les deux femmes avancent le long de l’exposition… la dernière image de Laura la présente une larme coulant le long de sa joue, illuminée d’un sourire radieux…. L’émotion est forte…. Laetitia a l’impression de découvrir cette femme, son amie depuis de longues années… Elles restent là, au milieu de la foule compacte à contempler l’image…

(A suivre)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si tu te forces pas à la finir, c'est moi qui vais t'y forcer!!!

Allez, vite vite vite, la suiteeee!!!!! :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je m'associe aux miss pour réclamer la suite

:wink: :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La suite :wink: enfin un bout de la suite...

Un bruissement derrière elle et une main se pose sur l’épaule de Laura. Elle se retourne le visage soudain illuminé et vient coller son corps contre lui, comme si elle voulait fondre en lui… une intimité totale sans retenue malgré la foule…

- Tu ne me présentes pas mon prochain modèle…

Sa voix est chaude, profonde, envoûtante… Laetitia n’a même pas réellement entendu. Elle est sous le charme, essaye de réagir mais ne réussit qu’à rosir…

- Mon amie Laetitia, mais ça m’étonnerait qu’elle pose pour toi… réplique Laura, la tête posée au creux de son cou puissant.

- Serais-tu jalouse…

- Oui, bien sûr de toutes ces femmes… Mais ce n’est pas pour ça… Laetitia vit une vie simple et se contente de ce qu’elle a… Et vit la pudeur et la fidélité comme une religion… Elle n’a pas assez à dire pour toi

- Je n’en suis pas sûr, répond-il en regardant Laetitia droit dans les yeux qui ne peut s’empêcher de baisser les siens et de rougir encore plus…

Un silence gênant pour Laetitia s’installe. Elle a l’impression d’être un objet dont on parle sans s’en préoccuper… Elle a honte, elle a chaud, elle voudrait réagir… Mais n’y arrive pas… les yeux toujours baissés elle sent des doigts saisir puis ouvrir sa main et glisser une carte… Puis une bouche, sa bouche, qui s’approche de son oreille :

- A mon atelier, dans 2 heures… ne soyez pas en retard…

Il s’éloigne, disparaît dans la foule, qui le suit pour pouvoir glisser un mot, se faire voir de celui qu’ils sont tous venus admirer ce soir…

- C’était David… dit Laura en soupirant… Si tu savais l‘effet qu’il me fait, rien que de repenser a cette séance… je suis trempée… Mais je sais qu’il ne me touchera plus. La magie est passée. Il ne s’intéresse aux femmes que lorsqu’il les photographie. Malgré tout je ne regrette pas… Je ne pensais pas avoir le droit un jour de vivre quelque chose d’aussi fort….

Elle reste rêveuse, revenant lentement à elle, au lieu qui l’entoure à la présence de Laetitia à ses côtés, les joues toujours aussi rouges….

****

Malgré une pressante envie de la noyer de question, Laetitia évite le sujet. Elle continuent a regarder l’exposition… puis vont boire un verre, pour se raconter… Laetitia est absente. Intérieurement elle bout de doutes, de questions, d’un savant mélange d’envie et de peur, d’excitation et de culpabilité à ressentir cela…

Lorsqu’elles se séparent, Laetitia ne peut s’empêcher de regarder l’heure. Plus d’une heure s’est écoulée depuis sa rencontre avec David… Elle saisit la carte, contemple l’adresse, assez proche… Elle aurait le temps d’y aller… Elle est curieuse, en a envie… les photos de son amie qu’elle a découverte sous un autre jour ce soir… Elle s’imagine, se dénudant devant cet homme… sa famille ressurgit à cet instant, son mari, sens enfant… sa gorge se noue immédiatement

Elle reste ainsi prostrée dans la rue à réfléchir, puis d’un pas décidé, se dirige vers sa voiture.. Malgré sa décision de rentrer chez elle au plus vite, elle continue à réfléchir tout en marchant, tiraillée entre la curiosité, le désir, cette irrépressible envie de vivre quelque chose qui sorte de l’ordinaire, et la culpabilité, avant même d’avoir fait quoi que ce soit de mal, d’y avoir seulement osé songer. Les images de la galerie défilent dans son esprit. Elles lui semblent à présent d’un érotisme frappant, presque trop cru, trop flamboyant. Elle sent le désir en elle, son sexe gonflé et humide lui rappelant à quel point ses sens étaient déjà en éveil, bien avant d’avoir vu ces images. Elle monte dans sa voiture, refuge familier, démarre et conduit sans réfléchir… juste pour fuir l’instant présent, celui du choix… du choix qui s’offre à elle

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors là c'est juste un intermédiaire pour nous mettre l'eau à la bouche !

On veut connaitre son choix ... La suite :wink::D :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La suite donc

Elle gare sa voiture le long du trottoir… Elle constata qu’elle n’est pas rentrée chez elle. Inconsciemment elle a fait le trajet qui l’a mené jusqu’à l’atelier de David. Elle hésite encore, longuement, en se demandant pourquoi elle a mis de si charmants dessous sous sa tenue si classique. Elle se rappelle les paroles de Laura, qu’elle n’a jamais vue aussi entichée d’un homme jusqu’ici, aussi mystérieuse à son propos également. Elle ne peut s’empêcher de peser pendant longtemps le pour et le contre : son couple, sa meilleure amie, la stabilité de sa vie. Peut-elle remettre tout cela en jeu ? Pour la simple curiosité d’une aventure sans lendemain avec un artiste inconnu ?

Elle démarre sa voiture, enlève le frein à mains, puis coupe le contact. Rapidement, pour ne plus avoir à réfléchir elle remet le frein et sort… D’un pas pressé… il s’est mis à pleuvoir, très fort… elle se dirige vers l’entrée de l’immeuble. Comme hypnotisée, elle appuie sur l’interphone et dit juste « c’est moi ». Le bruit de la porte automatique retentit. Elle entre et quelques marches d’escalier plus tard, elle est devant la porte et frappe d’un geste hésitant sur la porte entrouverte…

****

La porte s’ouvre sur un atelier sombre… les immenses baies vitrées en toitures laissent voir le ciel chargé qui se répand en gouttes énormes dans un bruit assourdissant…. Laetitia avance d’un pas et sens la porte qui se referme, David est dans son dos... Il pose les mains sur ses épaules et esquisse un geste comme pour lui retirer, sa veste de tailleur. Approchant sa bouche de son oreille il lui murmure :

- Déboutonne-toi…

La jeune femme semble hésitante, la main se fait à la fois insistante et légère sur son épaule…. Elle est choquée par la manière directe de David. Elle voit en un flash son mari, plutôt doux et attentionné, un peu trop doux parfois tant elle aimerait, sans cependant le lui dire qu'il la bouscule un peu plus. Bien sur, elle apprécie sa tendresse et ne souhaiterait pas qu'on la violente ou qu'on l'insulte, mais rêve parfois de relations plus intenses, plus animales, plus exotiques.

Elle se demande si elle doit repousser David pour son manque de tact, son empressement, ce qui serait son premier réflexe, tant elle est habituée à plus d'égards. En même temps, elle se dit qu'elle n'est pas montée là par hasard. Aussi orgueilleux puisse lui paraitre l'artiste, d'avoir tant d'assurance et de l'avoir amenée ici aussi directement, c'était bien elle qui a eu l'audace et la curiosité de venir. Et maintenant qu'elle est là, comment pourrait-elle tout gâcher ? Elle a envie de cette aventure. Elle est intriguée et souhaite être surprise. Elle ne peut pas lui en vouloir de bousculer ses habitudes et ses points de repères dès le départ.

Elle se déboutonne, et le laisse emporter la veste sous laquelle son fin chemisier reste le dernier rempart avant sa lingerie, si fine, si peu sage pour une femme mariée en sortie avec une amie…

En même temps que les mains sur ses épaules la massent légèrement à travers le chemisier, lui provoquant un frisson, elle entend la voix lui demander de se déboutonner, entièrement, en insistant sur ce mot avec une voix profonde et suave qui agit sur elle plus qu’elle ne le voudrait…

Sans même y réfléchir elle fait passer, lentement chaque bouton par la boutonnière, faisant apparaitre son cou, sa gorge, son soutien-gorge, son ventre plat, son nombril….

Les mains font glisser le vêtement en une caresse sensuelle… la soie du chemisier crisse sur ses épaules puis ses bras avant de tomber au sol derrière elle la laissant à moitié dénudée sous le regard de David…

A la lumière d’un éclair, elle aperçoit un miroir face à elle qui lui renvoie l’image d’une femme séduisante, classe, les seins arrogants dans leur prison de dentelles… Elle a le temps d’apercevoir aussi l’homme qui se trouve dans son dos et la regarde, sans se presser, semblant savourer la nouvelle proie qu’il a devant lui…

Il reprend alors, d’une voix à peine plus forte mais où l’intensité est palpable :

- pour chaque femme il existe une envie spécifique, un désir inavoué, parfois inavouable… mon but est de le faire vivre a mes modèles, tout en le photographiant… c’est ainsi que j’arrive a tant de vérité dans les images que tu as pu voir ce soir….

Il se déplace lentement sans rompre le contact de sa main qui se promène de son épaule a son dos, la cambrure de ses reins puis se place face a elle, une main sur sa hanche… Laetitia ne peux plus ignorer le regard de cet homme poser sur elle, attentif a ses moindres gestes, au moindre frémissement de sa chaire… Il l’observe et, maintenant qu’elle sait pourquoi, ce qu’il cherche, elle ne peut empêcher les images de son fantasme de remonter, celui qui l’a fait toujours autant vibrer après des années, qui lui permet de jouir aussi fort lorsque les caresses de son homme n’ont pas l’efficacité qu’elle voudrait…

Elle essaye de reprendre le contrôle sur elle-même, et comme souvent dans ces cas là, ce met a parler :

- Vous... J'avoue, je ne sais même pas ce qui m'a poussée à venir ici et à accepter cette invitation. Je dirais la curiosité, l'envie de changement, l'exotisme de votre demande, et puis... vous aussi... enfin la façon dont vous... ce que vous êtes, ce que vous représentez pour moi. Mais je ne suis pas votre objet, et je ne veux pas être un modèle comme les autres. Vous savez que j'ai envie de vous, mais ça ne veut pas dire que vous pourrez faire de moi ce que vous voulez.

David la regarde en silence, scrutant ses frémissements dont le discours est si éloigné des mots raisonnables qu’elle emploie.

- Je dois vous révéler mon fantasme, c'est ça ?

Elle lui lance un regard de défi, qu'elle a du mal à tenir étant donné la moiteur qu'elle sent au même instant entre ses cuisses. Il faut absolument qu'elle retrouve un peu de dignité. Elle ne va pas se livrer comme ca, aussi facilement à cet homme… De toute façon si cet homme aime réellement les femmes et souhaite les aider à s'épanouir comme il le dit, alors il ne pourra que comprendre sa réaction…

En regardant son air revêche il sourit, d’un sourire tendre, pas amusé… il sens le combat intérieur qui est le sien… La difficulté à se lâcher face a un parfait inconnu… Même si parfois, au contraire, cela aide…

Il recommença à se mouvoir autour d’elle, faisant glisser un doigt vers le bouton de sa jupe et lui murmurant qu’il en restait encore un…

- Je crois que plus que le changement, c’est avant tout une pulsion qui t’a poussée ici, chez moi… tu veux sentir ton cœur battre, ton corps s’éveiller, tu veux sentir monter le désir au creux de ton ventre, de tes reins… La vie de couple use bien des élans, et parfois c’est face a un inconnu, quand on sait qu’il n’y aura pas de suite sentimentale que l’ont peut le plus facilement s’autoriser a être ce que l’on est, à vivre comme on le veut sa sexualité… Pas de jugement, pas de regard le lendemain porté sur soi… juste l’envie, le désir puis le plaisir… Et ensuite le souvenir de cet instant, hors du temps quotidien….

Dans un geste automatique, instinctif et non pas réfléchit, Laetitia a défait son bouton, ouvert sa fermeture et sa jupe git maintenant au sol, découvrant ses jambes, gainées de bas… sa culotte en dentelles qu’elle met si rarement…

David poursuit :

- Mais tout cela c’est ta motivation… pas ton envie profonde, pour le moment tu ne t’autorises pas encore à l’exprimer, à la vivre… Me la dire, ou tout simplement te laisser portée par elle et me la laisser deviner… c’est ton choix Laetitia

Il prononça son prénom d’une voix profonde, la faisant reconnecter avec la réalité de l’instant présent, elle et lui dans cette demi-obscurité…

- Vous paraissez si sur de vous... Vous ne doutez donc jamais ? Est-ce la le privilège des hommes...

Elle hésita. Elle voulait dire "des hommes comme vous" mais se disait qu'elle allait une fois encore révéler ses faiblesses. Elle se ressaisit et changea totalement de ton

- On ne se connait pas, et vous semblez si sur que je vais vous tomber dans les bras... Et vous ne savez rien de mon couple, ou de ma vie, n'est-ce pas ?"

Elle tremblait presque de désir. Son regard à lui posé sur elle, qui parcourait ses courbes et la déshabillait du regard.

- Vous... Vous avez raison. Je suis venue ici de mon plein gré, parce que j'ai envie d'une aventure.

(A suivre)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

c'est la saison des cadeaux, vous nous en faites un trés beau, de la mise en scéne, de la mise en haleine, encore, n'hesitez point, s'il vous plait, faites nous donc le grand plaisir de nous livrer la suite, les supplices de l attente ont leur charmes, d'accord, mais tout même....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une suite où la tension sensuelle et érotique commence à monter crescendo.

On a qu'une envie connaitre la suite.

:wink::D :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

la suite....

- Une aventure ? Il laissa passer un instant avant de reprendre : Si c’est pour cela que tu es venue, tu peux repartir immédiatement… Il y a bien longtemps que les aventures d’un soir ne m’intéressent plus… Elles n’ont pas plus d’intérêts que les rencontres journalières entre les deux personnes que forme un couple… Et en plus elles laissent un arrière-gout de culpabilité parfois difficile à surmonter… surtout pour une femme telle que toi, tellement morale, amoureuse et fidèle… Même si je te détestais, je ne te ferais pas ca…

Elle se tient debout, à moitié tremblante, le rouge déjà présent aux joues et sur le haut de sa poitrine découverte, exhibant involontairement toute la force de l’envie qui la tenaille et lui l l’observe, attentivement, tentant de deviner sa vraie nature, les envies qui la tenaillent au plus profond de sa chaire, de son âme…

- Ma satisfaction personnelle n’a que peu d’importance en cet instant… De tous les modèles que tu as vu exposées ce soir, de toutes ces histoires individuelles racontées par les images que j’ai réalisées, combien crois-tu que j’ai eu pour moi, pour ma satisfaction sexuelle personnelle… Aucune… et seules deux d’entre-elles ont donné lieu à des relations sexuelles… Et seulement parce que cela était indispensable à la réalisation du fantasme du modèle. Mon moteur n’est pas dans le sexe… mais dans la découverte du modèle, de son fantasme primaire et sa mise en image… Ma proposition est à la fois plus simple et surtout plus intense… Je veux que tu te libères, que tu t’exprimes le plus librement possible, sans plus attacher d’importance aux conventions, aux normes morales… Ce que tu t’autoriseras à découvrir aujourd’hui de ta sensualité, de ta sexualité, de ton désir le plus primitif et le plus enfoui, tu ne pourra plus jamais faire comme si tu ne le savais pas… Et tu le laisseras vivre a tout jamais a tes cotés, lors de vos ébats avec ton mari, comme avec des aventures, comme tu dis, si tu as envie d’en avoir… Mais pour cela, il faut que tu acceptes de te faire ce cadeau, de me l’offrir…

Sa voix tremblait tellement elle avait gagné en intensité. Elle se recula, mis la main sur sa poitrine comme dans un geste de profond trouble, comme on se met la main sur le cœur, un geste presque solennel.

- Je ne sais pas ce que je veux... Et je ne comprends pas ce que vous me demandez...

- Mais je ne te demande rien… ose être toi-même, entièrement, profondément, pour une fois… sans conséquence… sans aucune conséquence autre que de te découvrir

Il y eut un silence. Elle avait presque l'air en transe quand elle glissa ses main dans son dos pour dégrafer son soutien gorge... Sans dire un mot, sans même oser le regarder. Elle ne le faisait pas comme une femme contrainte ou machinalement comme si elle était chez elle. Chacun de ses gestes étaient étudiés, avec un tempo millimétré pour susciter l'attention, le désir. Et le pire dans tout cela c'est qu'elle faisait ça d'instinct, sans vraiment y avoir réfléchi. Elle s’offrait tout simplement…

Avec à nouveau cet air de défi dans le regard, elle reprit :

- C'est vous l'artiste, dit-elle avec un sourire un peu ému. Vous me trouvez comment ? Vous voulez me photographier ?

- Quel importance ce que pense, je ne suis pas là pour te rassurer Laetitia... Même si cela peut sembler bizarre pour un photographe, ton aspect physique ne m’importe pas tant que cela… Je te concède que tu es une très belle femme, resplendissante, dans sa plénitude… Mais je ne te photographierais que lorsque tu auras commencé à te livrer… Aujourd’hui c’est une rencontre avec toi-même… regarde toi dans le miroir…

Elle obéit.

Il s’approche d’elle… il voit sa peau, hérissé par endroit… il tourne lentement autour d’elle… Dans son dos il la guide doucement vers le miroir…

- Regarde toi, regarde toi vraiment… accepte ce que tu es, accepte tes envies… Ferme les yeux Laetitia. Sa voix toujours douce s’est fait plus autoritaire... Maintenant laisse remonter les images, les désirs enfoui en toi, ce qui te fais t’allumer en un quart de seconde lorsque le désir animal prend le dessus sur ta vie sage, les fantasmes qui remontent a la surface lorsque tu te caresses seule dans ton lit, ta baignoire… et raconte- moi…

(A suivre...)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
c'est la saison des cadeaux, vous nous en faites un trés beau, de la mise en scéne, de la mise en haleine, encore, n'hesitez point, s'il vous plait, faites nous donc le grand plaisir de nous livrer la suite, les supplices de l attente ont leur charmes, d'accord, mais tout même....
j ai hate de lire la suite

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bien fait de demander la suite moi... :wink:

J'en ai la chair de poule!! :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

la suite

Il est trois heures du matin lorsque Laetitia quitte l’atelier et monte dans sa voiture…

Elle démarre et se met en pilote automatique pour parcourir la route qui la ramène chez elle… Elle sent encore ses entrailles palpiter… malgré la jouissance qu’elle vient de vivre elle est encore excitée, comme si en se reconnectant a son désir le plus primitif elle avait ouvert les vannes…

Elle essaye de se concentrer sur la route, mais des images viennent continuellement s’imposer a son esprit, et elle se sent coulée, encore et encore… Son regard sur elle… Son appareil photo… mais surtout la tension qu’elle a ressenti, la lente et continuelle montée de son envie… ce qu’elle a fait, spontanément, pour se dévoiler… le plaisir…

Elle se surprend à serrer les cuisses convulsivement, et tente de se reprendre… il ne lui reste que quelques minutes pour être a bon port…

Elle ne ressent aucune culpabilité… elle n’à même pas trompée son mari, pas vraiment… Certes un autre homme la toucher, la regarder, nue, se caressant même… l’a écoutée aussi, l’a guidée… Il l’a surtout observée pendant qu’elle se découvrait et elle en a jouit de pouvoir ainsi se libérer, sans aucun jugement, sous un regard bienveillant… et pourtant elle n’a pas été très sage ni catholique dans ce qu’elle lui a donné à voir…

Il faut qu’elle arrête d’y penser… pour être plus prudente au volant… pour ne pas risquer que la culpabilité remonte… Elle se sent si bien…

Elle ne l’a pas trompé… Surtout elle ne s’est pas trahie elle-même au contraire… elle s’est enfin donné la possibilité d’être elle-même en toute liberté, sans aucune peur ou contrainte… Pour être honnête, il aurait suffit qu’il dise un mot, un seul de son envie a lui pour qu’elle se donne à lui, entièrement… Elle aurait pu tout faire ce soir, tout accepter… Mais il n’a rien dit, l’a laissé vivre son moment à elle… Et il était fort… tellement fort…

(A suivre)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Anonymous

On veut lire la suite :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une histoire très bien écrite, comme toutes les autres que tu as mis en ligne.

Ta plume n'as pas pour seul but d'exciter mais bien de raconter, d'emporter, de faire vibrer...

Tu t'y prends bien, surtout ne t'arrête pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une histoire très bien écrite, comme toutes les autres que tu as mis en ligne.

Ta plume n'as pas pour seul but d'exciter mais bien de raconter, d'emporter, de faire vibrer...

Tu t'y prends bien, surtout ne t'arrête pas.

Merci pour le compliment :twisted:

La je suis un peu en panne d'inspiration pour la suite...

Et en manque de temps pour l'écrire de toute façon !

Mais ca viendra...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.