Aller au contenu
Adeternam

La vaisselle, quelle plaisir

Recommended Posts

Sophie fait la vaisselle en chantonnant, elle est heureuse, son homme est à elle pour tout le week-end, c'est si rare en ce moment.

Déjà le réveil à été sublime, jean l'a réveillé en la couvrant de caresses, du bout des doigts, la faisant frissonner de plaisir, puis il lui a fait l'amour, longuement, intensément. Elle adore faire l'amour le matin, à peine réveiller, son excitation est toujours au maximum dans ces moments là.

Les mains dans l'eau chaude, elle nettoie les assiettes, l'esprit ailleurs, son bel amant lui a promis de la sortir ce soir, qu'elle aurait une surprise et cela l'émoustille déjà beaucoup.

Quand deux mains viennent lui caresser les hanches, doucement, son homme est derrière elle, elle relève la tête mais continue sa tache, presque, imperturbable.

Il se colle à elle, plaquant son sexe tendu contre ses fesses, juste au milieu, ses bras l'enlacent tendrement, lui caressant maintenant le ventre et les seins.

Surprise, Sophie a lâché l'assiette qu'elle tiens en main, laissant celles-ci dans l'eau chaude. Ce contact divin la électriser, les yeux mi-clos, elle profite des caresses et se cambre pour accentuer la pression sur ces fesses. Des bouffées de chaleur monte du creux de ses reins, elle sent que son intimité s'humidifie.

Elle aime ce genre de surprise, l'imprévu et elle est toujours disponible pour son Jean qui lui donne tant de plaisirs.

Il lui chuchote des mots tendres à l'oreille et lui embrasse le cou, lui mordillant ses lobes d'oreilles au passage, elle penche la tête en arrière et s'abandonne totalement, sa respiration s'accélère.

Satisfait du résultat, Jean passe ses mains sur sa jupe, lentement, il lui caresse les cuisses, les fesses, s'attardant sur l'entre jambes qu'il frôle du bout de ses doigts, faisant gémir sa compagne, il écarte son tring doucement d'une main et s'insinue dans son puits d'amour avec l'autre, juste avec un doigt pour récolter le fruit de son labeur, il fouille au plus profond pour recueillir sa liqueur et ressort pour effleurer les lèvres de Sophie qui ouvre la bouche et l'avale avec gourmandise, le léchant et l'aspirant, faisant des vas et viens sur cet ersatz de verge.

Jean excité par cette caresse, lui enlève son jouet dans un grognement de la belle, il doit se contrôler pour la suite, afin de la faire jouir, la rendre folle.

Ses mains attrapent le morceau de tissus qui couvre l'intimité de Sophie et descend au sol, il est maintenant à genoux derrière elle et la tête sous la jupe, lui embrasse tendrement ces deux magnifiques fesses qui se déhanche en cadence.

Sophie gémit de plus belle, elle a envie d'être prise tout de suite, cette attente est insupportable.

- Vient mon amour, j'ai envie de toi, vite.

Jean se relève doucement, ses mains caressants les jambes de la belle puis son bras droit passe sur ses fesses et glisse entre ses jambes.

- Non, mon cœur, j'ai envie de ta queue, prends moi, je ne tiens plus.

- Pas question, je décide quand, laisse toi aller, tu verras, ce sera bien meilleur.

Quand les doigts rencontrèrent ses lèvres intimes, Sophie poussa un petit cri de plaisir, il rentra son pouce dans son antre et entoura son clitoris gonflé avec deux autres, puis commença un léger mouvement de rotation sur l'ensemble déclenchant un cri puissant de sa belle.

Les jambes tremblantes, Sophie s'accroche au bord de l'évier, sa respiration devient sifflante, la jouissance monte rapidement et la submerge comme une vague impossible à contrôler, elle explose en elle avec violence ce qui la fit pousser un hurlement libérateur.

Elle halète bruyamment, Jeans n'a pas arrêté sa caresse et des ondes de plaisir parcourent son corps. Il recueille le fruit de sa jouissance et remonte vers son petit trou, qu'il caresse avec insistance.

- hummm, c'est ça que tu voulais, hein mon cochon ?

Jean en guise de réponse, enfonce son majeur lubrifié au plus profond, d'un seul coup.

- Aaah oui, mon cœur, viens, je sais que tu en as envie, donne la moi, offre la moi.

Il commence un lent va et viens et met un deuxième doigt pour bien préparer l'objet de sa convoitise.

Les cris de plaisir de Sophie l'ont rendu fou, son sexe tendu au maximum commence à lui faire mal, il se relève doucement se frottant contre Sophie qui grogne de nouveau de plaisir, met son sexe entre ses jambes, et le frotte à ses lèvres intimes dégoulinantes de cyprine.

Mais Sophie attrape son sexe brutalement pour le repositionner, puis recule d'un coup, s'empalant sur lui, dans un râle, cette attente n'avait que trop duré pour elle aussi, il étais temps que son bel amant passe à l'action.

Jean n'a pas eu le temps de réagir et poussa un cri de plaisir quand il l'a pénétra, il pose ses mains puissante sur les hanches de sa promise. L'assaut va être violent, comme à chaque fois, pour le plus grand plaisir de son ange.

Une envie bestiale le submerge, il faut qu'il assouvisse sa faim et jouir au plus profond du corps de sa belle, lui donner son liquide en cadeau, meilleur partie de lui même.

Il commence un lent va et viens, profond, ressortant presque entièrement à chaque fois et replongeant toujours plus loin, faisant trembler à chaque coups de boutoir le meuble sur lequel Sophie s'accroche.

A chaque coup de piston de son amant, Sophie émet un « han » qui va crescendo, se penche un peu plus au dessus de l'évier, chaque mouvement provoque en elle un spasme de plaisir et lui traverse le corps, elle sent grossir quelque chose de puissant au creux de ses reins qui devrait bientôt l'emporter et lui faire toucher le ciel.

Jean accélère le rythme, bientôt il ne pourra plus se retenir de jouir, c'était trop fort pour qu'il puisse se contrôler, un tourbillon qui l'emportera inexorablement, mais le corps de Sophie se tend comme un arc, elle crie, traversée par un orgasme fulgurant qui n'en finit pas, contractant ses muscles sur le sexe de son amant ce qui déclenche un orgasme de même puissance à ce dernier. Leurs corps s'agitent à l'unisson.

Leur corps restent quelques instants soudés, puis chacun reprend ses esprits, Jean couvre le cou de Sophie de petits baisers brulants qui ronronne de plaisir.

- Merci mon cœur, c'est très agréable de faire la vaisselle de cette façon.

- De rien mon ange, serviteur madame...

Ce week-end va être merveilleux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Finalement la vaisselle devient un plaisir dans de telles conditions :bisous5: Vraiment très très érotique :bisous5:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest decibel

:bisous5: :bisous5::bisous5: Belle inspiration que cette vaisselle sensuelle et de plus en plus érotique :bisous5::bisou::bisou::bisou::bisous5:

Superbement écrit en plus !!! :bisous5:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sublime :bisous5: Adeternam

Tu as une écriture fluide et facile a lire Chapeau :bisous5:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest angegigi

Mmmmm une douce chaleur m'envahit....ton texte et trés érotique et sensuel.... :bisous5:

Vive la vaisselle .....à quatre mains c'est pas mal aussi.... :bisou: :bisou:

:bisous5::bisous5::bisous5::bisous5: :bisous5:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

regardé son fantasme vivant faire la vaiselle et l'imaginer ruissellante >> resister d'y gouter serait PECHé :bisous5::bisous5: :bisous5:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.