Aller au contenu

Messages recommandés

Bonjour à tous,

j'ai fait cette petite histoire pour tout les amoureux virtuels qui souffrent de ne pas combler le manque de certains de leurs sens.

les lignes suivantes ne comportent que émotions et sensations, si vous cherchez autre chose, amis lecteurs, passer votre chemin.

5h30

Un vent glacial me fouette le visage, j' attend avec impatience ce train qui tarde à venir, il fait encore nuit.

Enfin il est là, je monte et m'assoit, autour de moi, des hommes d'affaires et commerciaux, tout les habitués de la semaine, parlant chiffres et bilans. Le train part, maintenant je ne peux plus reculer, mais en ai-je envie.

J'ai pris ces billets sur un coup de tête, non, plutôt un coup de cœur. Je ne pouvais plus attendre, mon corps et mon âme hurlait, cela devenait insupportable, il fallait que je sache.

Notre rencontre quelques semaines plus tôt avait été banale, un MP (message privé) innocent suite au dépôt d'un de mes textes sur un forum.

J'ai répondu, très flatté du compliment et ensuite, nous avons commencé à nous charrier, gentiment, toujours dans la bonne humeur, avec respect, on se taquinait, répondant aux même sujets. Notre âge et notre situation, nous rapprochant d'avantage l'un de l'autre.

les MP sont devenus rapidement insuffisants, trop lents et pour des raisons de pratiques, , nous sommes passés sur MSN, suite logique.

- Bonjour.

- Bonjour, je m'appelle Sophie.

- Moi c'est Jean, bonjour Sophie.

Ces premiers mots tout bêtes, en ont entraînés d'autres, nous avons fait connaissance, parlant de nos enfants, de notre vie, de nos passions, souhaitant toujours en connaître plus sur l'autre.

Nos rendez-vous devinrent vite quotidiens et je sentais un manque les jours ou je ne pouvais pas lui parler.

Une nuit, après quelques heures de dialogue sans fin, nous dérivâmes lentement sur des sujets plus chauds, à travers les mots de Sophie je ressentis une envie qui était mienne depuis longtemps, mais chacun n' osait l' avouer. un silence s'installa.

- Jean ?

- Oui Sophie.

Tu as déjà fait des dial "hot" ? Mais ne me répond pas si ça te gène.

Mon cœur se mit à battre plus fort dans ma poitrine.

- Non Sophie, jamais, et toi ?

- Non plus.

Silence......

- Mais j'aimerais essayer, j'ai une amie qui le fait souvent...

- j'en ai envie aussi...

Cette première fois fut pour nous deux fut une révélation, une explosion de nos sens, les mots à travers le clavier devinrent intenses et se fondèrent dans un accord parfait.

Nous avons recommencé de nombreuses fois, chacun exigeant plus de l'autre, insatiable, avec à chaque fois un plaisir immense pour chacun. Nos rendez-vous devinrent quotidien, puis plus fréquent.

Chacun de nous se sentait libre en ces instants presque magiques, coupés du monde, nous avons ouvert

notre cœur et déposée la coquille qui nous protégeait, celle que nous avions forgé au fil des années.

Aurions-nous du ? En avions-nous le droit ?

Nous avons fait le point sur notre vie, pourquoi cette envie, se besoin de communiquer, de s' écrire, de sentir l'autre à l'autre bout du fil.

Chacun son tour, nous avons sondé l'autre, trop de parallèles nous unissait, de nombreux points communs qui nous remettez à chaque instant sur la même route.

- Mais, tu vis par procuration, Jean.

- Oui, c'est vrai.

- Tu vis pour ta famille, n'as tu jamais pensé à toi ? Dans un couple on doit tout partager.

- Non, cela n'a pas d'importance.

- Comment peux-tu dire ça, Jean, c'est horrible.

- Question d'habitude.

- Depuis combien de temps fais-tu ça ? Dis moi ?

- Vingt ans.

- Oh mon dieu Jean, pourquoi ?

- J'ai voulu créer une famille parfaite.

- Et tu t'es sacrifié, en oubliant ce que tu étais, refoulant tes envies.

silence.......

- Jean ?

- Oui ?

- tu dois faire quelque chose, tu ne peux pas rester comme ça.

- oui, je sais, j'en ai pris conscience.

- Si tu as besoin de moi pour parler, je suis là Jean.

- Merci Sophie.

- Sophie ?

- oui Jean.

- Et toi, qui te sauvera ?

- Moi, pourquoi dis-tu cela ?

- Tu vis pour tes enfants à coté d'un homme qui passe son temps dans une salle de sport et qui te touche 3 minutes par semaine juste pour son plaisir.

Silence.....

- Je dois te laisser Jean, mon fils m'appelle.

- Tu as beau te le cacher, nous sommes pareil tout les deux.

- Oui Jean, je le sais.

- Mais comme moi tu ne veux pas l' accepter ?

- Oui Jean.

9h30

Mon train arrive à destination. Au bout du quai un petite silhouette m'attend.

Le moment est venu, parler en tête à tête, se toucher, se sentir, enfin.

Pour peut-être encore souffrir quelques années, le temps que nos enfants soient grands ou en âge de comprendre.

Mais sans regrets, nous allons vivre ce moment pleinement, intensément, comme un jeune couple lors de sa première rencontre et repartir avec la tête plein de souvenirs.

Assis l'un en face de l'autre, nous nous regardons dans les yeux, nous nous touchons juste du bout des doigts et ce contact est merveilleux, mon cœur bat fort dans ma poitrine et mon estomac est noué.

Petit à petit, le brouhaha de la gare disparaît, la foule des voyageurs s'efface.

Dans ce train, j'ai pourtant passé quatre heures à imaginer cette rencontre, me répétant chaque questions, chaque interrogations, inlassablement. Et là, rien, chacun de nous attend que l'autre fasse le premier pas et mon esprit est figé.

- Messieurs-dames, je désirez ?

J'ai levé la tête d'un coup, surpris par la question du serveur, le bruit et les voyageurs sont revenus, je lance un regard interrogatif à Sophie. Elle me sourit et me fait un signe négatif de la tête, puis elle se lève et me tend la main.

- Viens Jean, j'ai envie de toi.

Notre discussion sera pour plus tard, nous devons d'abord apaiser nos sens et nos démons.

Voilà notre histoire, ce manque s'est graduellement accentué et le fait de se téléphoner ne nous à pas calmé, bien au contraire.

Demain, nous nous recontacterons sur MSN, à nos heures habituelles pour parler de nos enfants, du

temps qu'il fait, de nos envies, et avec la ferme intention de commencer pour fuir encore une fois cette vie que nous avons choisi malgré nous.

Merci de m'avoir lu.

Adeternam. Oct.2008

ps. courage mes amis, encore quelques jours à tenir

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

très belle histoire même si je ne suis pas d'accord avec la moralliter de celle-ci. Mais que voulez-vous ont ne peut empêcher un coeur d'aimer :P :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Lynk

Superbe, et vraiment très touchant.

Je ne te comprends que trop bien....

Bonne chance pour la suite

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Beau moment d'évasion ...

A la fois triste et plein d'espoir

Rejet d'une vie, approche d'une nouvelle..

Je ne serai pas très originale en disant "touchant", celui dit, je ne vois pas d'autre adjectif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui très touchant ...

mais tellement vrai aussi , combien de personnes sont dans cette situation ...

s'oublient peu à peu !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité angegigi

Quelle émotion.....ton texte et trés émouvant..... :bisous5:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On dirai du vécu tellement intense et réel ce que tu nous racontes :bisous5:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On dirai du vécu tellement intense et réel ce que tu nous racontes :bisous5:

heuuu c'est ton intuition masculine !!! :bisous5:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

heuuu c'est ton intuition masculine !!! :bisous5:

Je me suis posé la question vue que c'est dans la rubrique "histoire érotique" et pas dans "vos experiences" :bisous5: :bisous5:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me suis posé la question vue que c'est dans la rubrique "histoire érotique" et pas dans "vos experiences" :bisous5::bisous5:

Et tu as bien fait, je ne me suis pas trompé de rubrique, mais peut-être que quelqu'un dans mon entourage m'a un peu inspiré......

J'aime ce petit mélange réel / imaginaire, cela rend mes textes plus vivants :bisous5:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une petite histoire toute jolie qui me rend bien nostalgique Il n'y a qu'un pas parfois entre le virtuel et la réalité. L'amour quand tu nous tiens... :bisous5:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vous avez eu l'air d'apprécier alors je vous ai fait une suite......

Nous sommes là, tout les deux, nus, l'un en face de l'autre. Nous nous regardons dans les yeux, mon coeur bat fort dans ma poitrine. Nos corps tremblent. Notre sang bouillonne et je sent ta chaleur. Maintenant plus rien n'a d'importance.

Je m'approche de toi, fais courir mes mains sur tes épaules et tes bras, lentement. Tu mets tes mains sur ma poitrine, ce contact m'électrise, elle sont chaudes, me brulant presque la peau.

Je m'approche d'avantage, je veux sentir ton corps contre le mien, j'en ai envie depuis si longtemps, mais tu te recules.

Je te regarde surpris et fait une nouvelle tentative, mais tu me repousses avec douceur et me sourit.

Tes mains descendent sur mes hanches, caressantes, tu m'embrasses la poitrine, tes lèvres sont chaudes, tu descend sur mon ventre et t'agenouilles devant moi.

Pendant quelques secondes, tu regardes mon sexe tendu, je ne bouge plus, moi qui aime tant donné, je suis vaincu.

Tes mains passent sur mes fesses tu les saisis, m'enfonçant tes ongles dans la peau.

Tu me couvres de petits baisers, n'oubliant aucun recoin de cette colonne de chair qui vibre, tu sors ta langue et me lèche avec gourmandise.

Je passe mes mains dans tes cheveux en gémissant, je quitte la terre et mes pensées s'enfuient hors du temps.

Chacun de tes assauts est une douce torture et de temps en temps, tu lèves le yeux pour les plonger dans les miens et sentir mon corps rayonner de bonheur et de plaisir.

Ma respiration s'accélère, mon coeur bat plus vite et je ne pourrais reculer l'inévitable, je pousse un cri quand tu prends mon gland entre tes lèvres pour ramasser les premières gouttes qui en perlent, tu l'agaces et le titilles de la langue.

Tes ongles s'enfoncent plus profondément dans ma peau, je sens ton excitation monter, ta bouche est chaude et ton souffle est court., tu virevoltes encore quelques instants autour de l'objet de tes désirs, montant et redescendant jusqu'à mon périnée, je deviens fou, mes râles emplissent la pièce, mes jambes flageolent.

D'un seul coup, une rage te prend, tu avales mon sexe au plus profond de ta gorge, avec un râle de satisfaction et tu te mets à ronronner. Je crie de nouveau, je suis au bord de l'orgasme, mes mains se crispent dans tes cheveux, tu lèves les yeux pour me donner le départ, je sais ce que tu veux, ce que tu as envie à cet instant, les mots que tu souhaitent entendre, je passe mes mains sur ta nuque pour accompagner tes va et viens, allant toujours plus loin.

- Tu es une garce et je vais te baiser la bouche, t'offrir ce jus que tu aimes tant.

Tes yeux brillent, j'accélère, je suis comme fou, tes ongles s'enfoncent d'avantage et tu accompagnent mes coups de boutoir en gémissant, je suis au bord, je me contracte, mon corps se tend comme un arc, mon sexe explose littéralement, je suis au ciel et côtoie les anges un instant, je me vide en de longs jets épais, j'ai l'impression que cela dure une éternité, ta bouche m'aspire, me pompe, comme si tu souhaitais avaler tout les liquides de mon être. Ton corps est pris de spasmes, te secouant, un cri étouffé sort de ta gorge, nous jouissons dans un accord parfait.

Puis après de nombreuses secondes, tu lâches prise, je tombe à genoux, épuisé, nous nous enlaçons tendrement, nos mains courent sur nos corps en sueur, nos bouches se joignent dans un baiser brulant, nos langues s'entremêlent, partageant mon liquide d'amour. Nous fusionnons. Tempus fugit.

Tu quittes ma bouche un instant et me chuchote, « viens », me prend la main et m'emmène vers le lit.

Je souhaite ardemment te rendre ce que tu m'as donné avec tant d'amour, mais tu mets un doigt sur ma bouche.

- Non, pas encore. Me chuchotes-tu d'une voix douce.

Tu m'allonges sur le dos, te blottit contre moi, ta tête au creux de mon épaule, me caressant la poitrine du bout des doigts, tu veux profiter encore un peu de cet instant magique que nous avons attendu trop longtemps.

Adeternam 1er Nov.2008.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'adore! et surtout ton idée de poster dans histoires intimes, histoire de semer le doute :bisous5:

Erreur miss, on est dans la rubrique Histoires ÉROTIQUES :bisous5: pas intimes :bisous5:

Mais les compliments d'une dame, me touche toujours beaucoup. :bisous5:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Erreur miss, on est dans la rubrique Histoires ÉROTIQUES :bisous5: pas intimes :bisous5:

Mais les compliments d'une dame, me touche toujours beaucoup. :bisous5:

J'avais sous estimé ton sens des détails :bisous5:

J'en reste pas moins admirative de ton récit! :bisous5: Une rencontre comme celle-ci, on en rêve tous... :bisou:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors une suite pour enfoncer le clou chère miss.

Jean regarde son portable, il est midi, trois appels en absence, il soupire, la vie reprend ses droits.

Il tourne la tête, tout contre lui, le visage d'un ange, Sophie dort, il l'a regarde sans rien dire, de longues minutes, elle est belle.

Ils ont fait l'amour toute la matinée, sans relâche, il n'avait jamais connu ça, une tension permanente, une jouissance qui n'en finissait pas, chacun rechargeant l'autre à tour de rôle, communiquant une partie de sa fougue et de son amour.

Sophie ouvre les yeux et sourit. Elle serre son amant et lui dépose un baiser sur la poitrine, non ce n'est pas un rêve, il est bien là, elle inspire de toute ses forces pour capturer son odeur, mélange de leur deux corps, de liquide d'amour et de transpiration. Cela l'enivre un peu, elle vient de passer en des meilleurs moments de sa vie.

Elle était déchainée, une envie de faire l'amour incommensurable l'avait prise dès que Jean avait posé les mains sur sa peau, une véritable tempête, un ouragan sans fin, chaque caresse de son amant l'avait électrisée, fait vibrer son corps et il avait su à la perfection prononcer les mots qu'elle aimait entendre, trouver ses points sensibles, jouissant à de multiples reprises jusqu'à épuisement.

Elle qui avait une envie de faire jouir son Jean, le rendre fou, avait arrêtée de compter leurs orgasmes respectifs. Un jeu qui l'excitait beaucoup et qu'elle avait entamé sur le net.

Les yeux dans les yeux, ils savourent cette instant.

- Aie

Sophie, vient de pincer Jean, prenant la peau de son ventre entre ses ongles, puis elle se lève, le chevauche et se pose sur son ventre, donnant une vision de rêve de sa poitrine.

- Dis donc, tricheur, on devait être à égalité normalement.

- et regarde moi dans les yeux, quand je te parle petit cochon, dit-elle en bombant le torse.

- Ben, ce n'est pas facile, tu as une poitrine magnifique.

- Et ne change pas de conversation. Tu les avaient déjà vu non ?

- Oui mais juste en photos, là c'est mille fois mieux.

Jean essaye de se redresser pour les embrasser, mais Sophie lui met la main sur le bouche et le repousse.

- Et puis quoi encore, tu m'as rendu folle et j'en ai même perdu le compte. Personne ne m'avait fait jouir autant de fois de suite et si tu n'avais pas arrêté, je serais morte d'épuisement.

Jean sourit mais ne dit rien, ce compliment le flattait beaucoup, il était fier de son ouvrage et lui avait gardé le compte.

On frappe à la porte, Sophie sursaute surprise.

- Qui est-ce ?

- Je ne sais pas, va voir, dit Jean avec un sourire en coin.

- Mais enfin, je suis nue ?

- Ah oui c'est vrai, dit -il en laissant trainer ses mains sur ses hanches.

Sophie hausse les épaules, attrape le drap et s'en pare, elle se lève, découvrant la nudité de Jean au passage.

- C'est pourquoi ? Dit-elle anxieuse

- C'est le room service madame, votre commande.

- Ma com...

Sophie se retourne vers Jean qui sourit. Comment a t-il fait ça ?

- laissait là devant la porte, je vais la prendre dans un instant.

- Bien madame, bonne journée.

Elle met l'oreille sur la porte, écoutant les pas du livreur, puis entrebâille la porte, devant elle dans un seau à glace sur un pied, une bouteille et deux verres, elle s'en saisit et referme la porte d'un coup sec.

Elle pose le seau sur la table de chevet et remonte sur son homme qui n'a pas bougé.

- Du champagne, vous êtes un coquin, Monsieur charmant, vous voulez que je m'enivre pour profiter de mon corps hein ?

- Tu sais que je l'aime à la folie, mon cochon, hein ?.

Les mots « Monsieur charmant » résonnent dans la tête de Sophie avec délice, se rappelant de leur entrée dans ce petit hôtel quelques heures avant.

Elle l'a elle même choisit il y a quelques jours, avec le plus grand soin, excentré, discret mais avec un certain charme, un parfait petit nid d'amour. Sophie est même passée la veille en voiture pour reconnaître les lieux.

Ils sont rentrés ensemble, collé l'un contre l'autre, Sophie accrochée au bras de Jean comme un jeune couple.

Quand le réceptionniste à demander à quel nom ? Jean à répondu du tac au tac, Monsieur et Madame Charmant.

Monsieur et madame Charmant, ces mots ont résonné dans la tête de Sophie des dizaines de fois et elle a enfoncé ses ongles dans le bras de son « mari » de plaisir.

En se dirigeant vers l'ascenseur, Jean lui à chuchoter, tu me fais mal Sophie. Surprise elle a relâché son étreinte, confuse.

Et dès que les portes de l'ascenseur se sont refermées, elle s'est jetée à son cou, l'embrassant fougueusement, à corps perdu pour se faire pardonner.

Sophie posent ces mains sur la poitrine de son belle étalon, toutes griffes dehors, elle le regardent dans les yeux, un petit sourire malicieux au coin des lèvres. Elle avance un peu et met ses jambes sur les bras de son amant pour l'immobiliser.

- Tu as triché, moi aussi je souhaite de faire jouir, te rendre fou.

Disant cela, elle enfonce doucement ses ongles dans la peau de Jean qui grimace.

Mais il ne dit rien, il sent la montée du désir de sa belle, la garce qui s'éveille en elle, ce simple mot qui déclenche en elle une excitation exacerbée.

- Tu es à moi et je te jure que tu va y passer là.

Une de ses mains passe dans son dos et saisit le sexe de Jean qui commençait à reprendre de la vigueur, elle le masturbe doucement quelques instants, descend sa main plus bas, soupesant ses testicules et quand elle atteint son périnée du bout de son ongle, Jean ne peux contrôler un mouvement de bassin et un petit râle.

- Dis donc, ou est le « monsieur je garde le contrôle ».

Jean se met à grogner, il veux se dégager, mais la belle en a décider autrement et accentue la pression sur ses bras.

- Non, c'est à mon tour de jouer avec toi, je vais te rendre fou et tu me supplieras de te laisser jouir.

La voix de Sophie a changé, plus rauque, elle dénote une grande excitation et Jean sait que le choix ne lui appartient plus. Mais il lui lance encore un défi pour accentuer la pression.

- Parce que tu crois que tu vas m'avoir comme ça, ma petite garce.

Sophie surprise ouvre la bouche, elle pensait l'avoir vaincu, elle grogne à son tour et enfonce ses ongles dans la poitrine de son amant. Ce mot l'a touché, monté son excitation. Ces yeux brillent.

Elle met ses bras sur les épaules de son mâle et se penche pour frotter ses seins sur le visage et la poitrine de Jean qui essaye de les happer d'une bouche gourmande, mais à chaque fois, Sophie l'évite.

Elle sent sa respiration s'accélérer et son coeur battre plus fort.

Sa bouche prend maintenant le relais, elle lui dépose des milliers de baisers chauds et sensuels sur le visage, le cou, lui mordillant les lobes d'oreilles au passage, descendant sur sa poitrine, s'attardant sur ses extrémités qui pointent et lève les yeux pour bien voir l'effet de ses caresses, il a les yeux mi clos et sa bouche entre ouverte laisse entendre de petits gémissements.

Le corps de Sophie s'embrase, il est à elle, elle a envie de s'empaler sur lui, de le chevaucher avec rage, mais résiste, c'est son instant de victoire, elle le domine, il est sa chose, son objet de plaisir.

Elle descend sur son bassin, en frottant ses chairs intimes sur sa peau devenu brulante, elle prend le sexe tendu à l'extrême de Jean et le positionne à l'entrée de son antre, le glissant entre ses lèvres intimes et sur son clitoris gonflé, puis se met à rouler des hanches, elle ondulent, donnant de temps en temps des petits coups de reins pour accentuer le contact, son plaisir monte et elle doit garder le contrôle pour ne pas jouir, le frottement sur ce membre tendu, vibrant, la rend folle et elle prend ses seins à pleines mains, se pinçant les tétons, se faire mal pour pouvoir résister.

Elle regarde son amant jouir, il est beau, il irradie de bonheur et quand il ouvre les yeux et plonge son regard de braise dans le sien, un orgasme puissant l'emporte, la faisant crier de plaisir mais aussi de rage, secouant son corps de spasmes incontrôlés, elle n'a pas pu résister, son corps entier se tend, une jouissance qui n'en finit pas, puis elle s'effondre sur lui, épuisée.

Sophie met quelques secondes à reprendre ses esprits, son manque de contrôle n'a fait qu'augmenter sa rage, elle se redresse sur ses bras, Jean n'a pas bougé, il a un large sourire, elle lui frappe la poitrine.

- Ce n'est pas drôle, petit salaud.

- Désolé madame Charmant, mais je n'ai rien fait. Je suis innocent.

A ces mots, Sophie à envie de fondre, Madame Charmant, cela sonne si bien à ces oreilles.

A suivre....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité decibel

:bisous5: :bisous5::bisous5: Toutes mes félicitations pour cette superbe narration d'une rencontre d'abord tendre, puis sensuelle et enfin de plus en plus torride, comme j'en fantasme :bisous5::bisous5::bisou::bisou::bisou:

S'il y a encore une suite, STP ne nous fais pas languir :bisous5:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un rendez-vous comme on aimerait tous avoir :bisous5::bisous5::bisous5: :bisous5:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une relation qui commence tout en douceur,

pour finir torriiiiide!!!! :bisous5:

un rève qui devient réalité!! :bisous5:

merci et..... :bisous5:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci à tous,

C'est vous qui me poussez à continuer, la suite est en cours.... :bisous5:

Un petit bisou coquin à mes muses :bisous5:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité angegigi

Ta rencontre est des plus excitantes....la passion monte crecendo....j'adore....surtout ne t'arrète pas c'est divinement torride.....beaucoup de femmes aimerai etre ton heroïne .....ta muse....ton égérie.... :bisou:

Félicitation je suis une de tes fans les plus hardies...... :bisous5::bisous5::bisou:

:bisous5::bisous5::bisou::bisou::bisou::bisou:

Tching ....à la tienne!!!! :bisous5:

Mmmmm :bisou: les fines bulles de ce délicieux nectar me fais frissonner de partout.... :bisou::biere: comment as-tu deviné que j'adorai le champ et le succulent amuse bouche qui l'accompagne????....oups.... :bisous5: :bisou:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.