Aller au contenu
joliette

chambre 219

Messages recommandés

Je t'attends à l'heure convenue dans la chambre d'hotel que tu nous a réservé. Nue, sur le lit, les yeux bandés, la cravache dans la bouche, impudique, offerte, comme tu l'as spécifié sur le petit mot que j'ai trouvé sur le lit à mon arrivée.

" Déshabilles-toi entièrement, met le collier que tu trouveras sur le lit, bande-toi les yeux, et attends moi à quatre pattes sur le lit. J'espère que tu n'as pas oublié la cravache que je t'avais demandé d'apporter? Tu la placeras dans ta gueule, comme une bonne petite chienne !"

Et je suis là, comme tu l'as spécifié. J'ai un peu froid, l'obscurité aiguise mes sens. J'épie les sons du couloir. Des pas, le cliquetis de la porte qui s'ouvre.

J'ai peur, soudain! Est-ce vraiment toi? Une onde de panique me submerge soudain, j'ai envie d'arracher le bandeau, de faire face au danger !!

Les pas s'approchent du lit, et avec soulagement je reconnais les effluves de ton after-shave, se mélant a des relents de cigarette et de cuir de ton blouson neuf. C'est bien toi !!! Et si j'en doutais encore, tes lèvres viennent se poser sur les miennes, les mangent, les savourent pour mon plus grand bonheur ! Tu t'éloignes, tu me chatouilles le cou de ton nez glacé, tu portes sur toi la froidure du dehors, tu joues à réchauffer tes mains en coupe sur mes seins, tu les promènes malicieusement sur mon corps tiède. Instinctivement, je cherche à me dérober à cette caresse glacée.

Une claque sur mes fesses !!! Je crie de surprise !

-T'ais-je permis de bouger? grognes-tu.

Je reprends la position. Tu me caresses les fesses, doucement, hum, c est bon. Nouvelle fessée, je serre les dents. Et je ne broncherai pas quand, m'ayant fait redresser à genoux, tes doigts viendront s'emparer de mes tétons, les feront rouler, en durcir les pointes. Ta bouche s'en empare, les suce, les taquine de la langue, et je plaque ta tête contre moi, jouant dans tes cheveux. Je suis au paradis, je ronronne de plaisir.

Mais tu t'écartes, tes mains repartent en exploration. L'obscurité où je suis me fait percevoir tes caresses avec plus d'acuité que d'habitude, tu allumes partout où tu passes des incendies sur ma peau. Enfin ta main achève sa course sur le bas de mon ventre, masse doucement, reconnait les lieux, en prends possession d'autorité.

-Petite cochonne, tu es trempée !!

Ton ton goguenard, tes mots crûs, dopent mon désir. Tes mains sur moi ont allumé un feu au fond de mes entrailles .J'ai baissé la tête pour te dissimuler le cramoisi brûlant de mes joues, mes yeux luisants d'excitation. Tu me caresses nonchalamment, tu longes ma fente, taquine mon clito, t'enfonces un peu dans mes chairs humides et moelleuses.

Tu retires tes doigts de mon ventre, mais c'est pour les porter à mes lèvres. Je comprends très vite ce que tu attends de moi, et docilement je lèche ma cyprine sur tes doigts, je les suce, j'aime mon goût, je m'en régale. Je devine ton regard posé sur moi.

Tu me félicites d'une caresse dans les cheveux.

-Bonne petite chienne, ca !!

Mais c'est dit d'un ton si badin et si doux que cela, ça vaut tous les mots d'amour les plus tendres !

Tu t'écartes, je devine aux froissements de tissu que tu te déshabilles, enfin tu reviens à moi.

-Fais glisser mon boxer avec tes dents !!! m'ordonnes-tu.

Quelle drôle d'idée !!! Et d'un pratique !!! Mais bon, je jouerai le jeu. Parvenir à saisir le tissu, sans te pincer, tirer dessus vers le bas ... J'y mets du temps, mais enfin le short est sur tes cuisses, je devine que tu t'en débarrasses. Ton membre enfin libéré de sa prison de tissu se déploye, tu m'effleures les lèvres avec.

-Suces-moi !!!

Mais avec plaisir !!! Je m'empare de toi, je tète goulument ton gland qui fond sous ma langue, je lape avec gourmandise la liqueur qui commence à sourdre du méat, j'envellope ton gland de ma langue. Tu es ma friandise, mon régal, je me délecte de toi. La verge est un épi de mais que je grignote tendrement, que ma langue dardée parcourt. Et les deux grosses figues, tièdes et gonflées, non, je ne les oublierai pas, je les goberai avec délice tour-à-tour ...

Mais tu te retires, tu me fais abandonner avec regret mon régal, mon esquimau, mon sucre d'orge, mes friandises. Je devine que tu passes derrière moi, tu joues à promener ton épée dardée sur ma fente, mon clito, mon petit trou, exaspérant mon désir, soulevant mes cheveux pour butiner mon cou, douce torture !!!

Tu attends le moment où je ne pourrai plus te résister, où les mots franchiront la barrière de mes lèvres closes, de ma caboche de mauvaise tête.

-Prends-moiiiii !!!

Tu es ravi, tu as su me faire ceder, tu as eu ce que tu voulais, me faire te supplier !!! Tu ne te fais pas prier davantage, t'enfonces doucement dans ma grotte humide et chaude, tu bouges doucement en moi, tu prends tes aises en moi, et c'est si bon, cette communion de nos deux corps, que je ne protesterai pas quand ton majeur humidifié de cyprine viendra se poser sur ma rosette, la massant, s'infiltrant doucement en moi, tu es doublement en moi, et c'est si bon que très vite un orgasme monte en moi, explose comme un feu d'artifice, m'assomme un instant.

Tu en profites pour poser ton gland humide sur ma rosette, tu pousses doucement, ton membre glisse doucement en moi, j'aime ça, je ronronne, j'ondule sous toi, accompagnant souplement ton mouvement.

C'est le moment que tu choisis de faire penetrer le reste de ton épée, en moi, tu me poignardes d'un coup sec, mon cri emplit la chambre.

-Salauuuuud !!!

-Chuuut !! Chuttt !!! Faut pas déranger les voisins !!!

Tu te marres, immobile contre moi, tes mains sur mes seins, empalé à fond.

La douleur s'estompe très vite, et quand tu te remets à bouger en moi je me laisse emporter par les sensations merveilleuses que tu fais naitre en moi, tu coulisses aisement dans mon petit cul, tu le façonnes, tes assauts deviennent plus violents, tu pelotes mes seins sans douceur à présent, ma respiration devient haletante, tu mords et tu caresses tour à tour mon cou, m'empoignes par les cheveux pour mieux me faire cambrer, tu savoures mes gémissements, tu n'es plus qu'un taureau furieux, déchainé qui me ravage, me secoue comme une poupée de chiffon, me dévastes et pourtant me donne du bonheur.

Tu frémis, un râle encore et tu jouis en moi, marmonnant mon nom. Ta semence m'inonde, caresse douce en moi. Tu t'affales sur mon dos, brûlant de sueur, haletant, frémissant encore. Nous restons immobiles un moment, laissant nos respirations et les battements fous de nos coeurs s'apaiser.

Tu m'écrases, tu m'étouffe un peu. Je rampe légèrement pour échapper à ta masse. Mais ta main comme un étau se referme sur mon poignet. Tu aboies:

-Où tu vas ? Ce n'est pas fini !!!

Tu roules sur le dos, me niche contre ta poitrine. J'y suis bien, je te couvre de petits bisoux, nos lèvres se cherchent, se prennent et se déprennent.

Enfin tu te redresses. Vas-tu enfin m'oter ce sacré bandeau qui m'aveugle toujours? Non, je t'entends farfouiller. Ta main reprends mon poignet, je sens que tu y attaches un foulard, que tu noues aux montants du lit. Tu répétes l'opération pour le second poignet, les chevilles, me voilà immoblisée,en X, offerte à ton regard, tes désirs, tes envies.

Un serpent effleure soudain la peau douce de mon ventre, dessine des arabesques entre les globes de mes seins, tourne autour de mon nombril. Je mets un moment à identifier la claquette de la cravache, que tu promène lentement sur mon corps !

Tu devines que j'ai compris. La cravache vient se poser sur mes lèvres, avec insistance. Je tire la langue, je lèche le cuir du bout de la langue. Quelle idée j'ai eu de cirer le cuir, le gout est atroce !!! Mais la cravache se retire assez vite, reviens sur mes seins, les frappe assez fort pour me faire ressentir le coup sans ma faire mal. Tu reprends tes caresses, je me détends. Tu ne me veux pas de mal !!! Tu joues !!!

La cravache descend sur mon ventre, sa pointe taquine le creux de mon nombril, longe doucement ma fente, tu infiltres le manche gainé de caoutchouc en moi, le fait coulisser doucement comme un phallus.

Tu reviens sur mes lèvres intimes, viens froler mon clitoris avec insistance, et sous les picots humides un spasme de bonheur me secoue.

Tape sèche de la cravache sur mon ventre rond. Aie ! Cette fois j'ai senti le coup !

-T'ai-je donné le droit de jouir? aboies-tu d'un ton rogue.

-Pardon ! Je ne le ferai plus !

Je te sens frémir, je devine que tu étouffes un rire.

Tu reprends ta balade sur mon corps. Caresses alternent avec claques sèches, toujours plus fortes, plus rapprochées. Ta respiration se fait plus forte, plus haletante, je devine que ton excitation monte.

-C'est le moment, ma soumise !!! Sois forte, sois courageuse !!! Rends-moi fier de toi !!!

Mais pourquoi tu me dis ça, de ce ton si grave !! Je sursaute violemment dans mes lien. Tu ne vas pas me fouetter, quand même ! Tu bluffes ? Tu joues, tu es sérieux ???

La cravache me cingle les seins. Aie !!! Je commence à paniquer. Comment me sortir de ce guépier, te supplier, te demander d'arrêter ?

En acceptant de ceder à ton fantasme de domination, je savais prendre des risques. Mais j'ai assez confiance en toi pour croire que tu ne me feras pas de mal. Et s'y je m'étais trompée ? Les pensées, les angoisses, les visions diverses tournent en moi. Je suis là, attachée, les yeux bandés, à ta merci. L'adrénaline court en moi, je reste pétrifiée, les sens aiguisés à l extrème, chechant à deviner tes mouvements.

La cravache cingle l'air violemment, par 3 fois, s'arrête avant de toucher mon corps. Malgré moi je me tord dans mes liens. Je ne veux pas !!!

-Allons !! Il est temps !!!

-Tu charries ?! Tu ne vas pas me frapper ?

La cravache cingle mes seins ! Aie ! Et encore tu n'as pas frappé fort !

-Détaches-moi, m**** !!! Je ne joues plus !!! T'es pas drôle !!!

-Pas encore !!!

Que faire, crier à l'aide ? Au fou ?

Tétanisée par la peur, je ne ressentirai pas tout de suite la douceur de tes lèvres sur mon ventre, sur ma fente, aspirant doucement mon clito, le titillant, puis venant me pénétrer de ta langue dardée comme un petit phallus, me léchant à grands coups, provoquant dans mon ventre un émoi, naitre une nouvelle jouissance, que tu vas boire dévotement, recueillir pieusement, avant de venir me la faire partager dans un long baiser, tandis que te couchant sur moi, je sens ton membre raidi se glisser dans mon ventre trempé, j'accueuille ton assaut avec bonheur, l'accompagnant de l'ondulation de mes hanches, enfin je te retrouve, tendre et amoureux, très vite tu viens exploser en moi, et je te suis, unis dans une jouissance commune, intense, qui nous laisse immobiles l'un contre l'autre, heureux et apaisés.

http://www.forum-intime.com/confession_intime/nuit-d-amour-a-la-plage-t11594.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:lal: :P:Pjoliette

il devait faire très chaud dans cette chambre 219 :roll:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité decibel

:lal: :P:P Magnifique narration, Joliette ... et quel fantasme très très coquin !!! :P:P:P :roll:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

hummmmmmm Joliette! :(:P:( je me suis régalée!!! :P:(:(

je dois avouer que ce dominateur est particulièrement excitant...mais mériterait tout de même de belles représailles féminines! :P:(

très joliment écrit, les mots sont bien choisis et apportent par eux même l'excitation!...un vrai régal! :P:P :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité angegigi

Waouuuuu Joliette ton fantasme est trés trés excitant..... :wink::non:

J'ai trés chaud tout d'un coup ..... :D:roll::roll:

Prend lui la cravache de grés ou de force et fait lui un petit suplice coquin ma belle ....ne te laisse pas faire..... :lal: quoique ça peut etre trés agréable mais surtout sans violence..... :lal::wink: :doh:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.