Aller au contenu
quebecois

lecture tardive

Messages recommandés

Entre tes mains repose une lettre, sans l`ouvrir tu reconnais l`écriture de l`expéditeur, l`épaisseur trahit mon évasion dans la rêverie. Un sourire se glisse sur tes tendres lèvres, le souper a préparer, la routine de la soirée, tu te murmures, je la lirai plus tard.

La soirée borde les rayons du soleil, la nuit s`éveille, le temps file, tes yeux se fatiguent doucement, tu fermes l`ordinateur et tu te diriges vers la chambre a coucher. La lettre posée sur la marche attire ton attention. Elle monte avec toi, tu la déposes sur ton oreiller, une petite douche avant une chaude lecture. L`eau chaude épouse ta peau, cependant ton intérieur bouille, impatiente de lire, fébrile d`exister et vivre dans mon rêve. La savonnette patine érotiquement sur ta chair, les bulles s`éclatent comme un doux baiser. Subtilement tes doigts effleurent ton clitoris, concoctant des frissons à la base du dos. L`esprit vaporeux, tu t`extirpes du cachot humide.

La lampe de chevet te prête ces faibles rayons lumineux, assez pour la lecture. Tu déchires l`enveloppe, à la lecture des premiers mots chauds, tu enfonces ton corps volcanique nue sous les couvertures. Les larviques phrases se cristallisent sous tes yeux, maintes fois je t`ai écrit que j`aimerais être présent à ta lecture. Mes mots fumants prennent la relève de mon absence glaciale. Tes yeux continuent de s`emmouracher des syllabes de chaque phrase. Ton corps saisis par une fébricule, tes pieds se meuvent, descendant le couvre- lit sur ton ventre.

De ta main gauche tu tiens ma lettre, ta main droite libre, amorce de tendres caresses à tes seins. Tes yeux soudés au papier, tu oublies le mouvement de ta main. Tes seins réagissent, ils se bombent, tes mamelons s`arrondissent, ta main s`active, tu étires, tu pinces, ce qui ne te fait pas sortir de la rêverie de la lecture. Ton souffle invite ta main a valser avec ton ventre dandinant, ta main accepte l`invitation. Ta main audacieuse s’évanouit sous les couvertures. Tes yeux quittent la feuille, regarde la chaise, tu visualises mon absence. Tu aimerais que je sois là, sur tes lèvres, un sourire se dépose. Une idée germe, une représentation érotique que tu m`offrirais.

Tu poursuis ta mutation en bougeant les pieds. Tantôt emmitouflée dans ton nuage, à présent ton corps nu, libre aux caresses. Tu reprends la lecture, ta téméraire main libre renoue ses liens intimes avec ta tendre peau. Un doigt se faufile entres tes lèvres féminines, effleure ton clitoris, tes yeux se ferment pour en apprécier l`instant.

Lorsque tu les ouvres, tu fixes ton regard sur la chaise, ta main quitte son gite, vagabonde jusqu`à ta bouche, tu insères un doigt dans ta bouche. Est-ce pour le mouiller ? Est-ce pour imiter une fellation ? Ton regard ne quitte plus la chaise, mon absence se change présence. L`érotique lecture perd de son importance, tu retires ton doigt avec sonorité. Ton sexe sollicite des caresses oscillantes, tes lèvres brillent d`excitations.

Tes doigts font une langoureuse danse au sommet de ton sexe. Tes yeux me créent sur cette chaise vide. Ton souffle s`anime, ton excitation s`accentue, ton imaginaire s`amplifie, tes lèvres abondamment mouillées, se bombent. Les yeux braqués sur la chaise, tu cesses les caresses, tu te positionnes en bordure du lit. Tes jambes dans le vide, dos à la chaise, tu courbes les reins, tes épaules se plaquent au lit moelleux tel sur un nuage.

Tes rondes fesses font face au voyeur sur le siège vide. Tu te masturbes en pensant que ma bouche chaude se déplace sur leur sommet. Tes mains distancent tes jolies fesses comme une invitation, tu mouilles ton anus. Tu t`excites en songeant que ma langue taquinerais cette endroit secrète et charnel. Tu t`assois sur la ceinture du lit, face à la chaise. Ta créativité de me voir là debout, nu entre tes jambes, tu m`imagines te tirant les cheveux et me faire une tendre fellation. Tu tombes à la renverse, visualisant ma langue chaude câliner ton clitoris, un doigt qui cogne à la porte e ton anus. Ton excitation à son zénith, tu te masturbes intensément, tu soulèves les fesses, les laissent choir, l`ultime invitation à mon doigt. Ton corps se cambre, les muscles de ton sexe se contractent, tu jouis, déçus de mon absence.

Épuisée, emmitouflée, un sourire aux lèvres, oui j`aurai aimé que tu sois là. Peut-être viendrait-il dans mes rêves ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.