Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Guest Anonymous

Jouissance incontrolée avec un homme...

Recommended Posts

Guest Anonymous

Bonsoir,

c'est mon premier message sur le forum alors j'espère que vous serez indulgents sur mon écriture et la manière de m'exprimer. je suis un homme marié fidèle, assez accro au sexe et donc pleins de fantasme. Celui que je vais décrire en est un exemple, mes désirs sont ENORMES, notamment en matière féminine.

L'histoire est suivante s'est déroulée il y a 3 ans et ne cesse de me hanter. Une grosse partie est vraie, une petite arrangée pour égayer des nuits solitaires.

Je suis un professionnel en perpetuel déplacement, je couche 3 nuits par semaine en hotel et ce soir d'été là, je devais coucher dans la résidence où se tenait le séminaire. Il était tard, j'avais faim et aucune place n'était disponible. Le responsable du séminaire m'a alors arrangé une nuit dans un gite. Exténué de la journée, j'ai suivi des indications précises dans un noir total avant d'arriver à une batisse en pleine campagne, parking ne comptant que 2 voitures. Je sonne, un homme d'une soixantaine d'années assez bien conservé (chemise ouverte par cette soirée étouffante dévoilant un torse musclé, lèvres sensuelles anormalment rouges comme si elles étaient soulignées comme celles d'une femme). Il m'acceuille chaleureusement et me présente une chambre en étage agréable et spacieuse mais sans autre charme qu'une fenêtre donnant sur un ciel étoilé.

fatigué mon estomac me travaille et je finis par descendre, en pantalon à pince et chemise sortie, dans l'espace réservé au petit déjeuner. Je dois préciser que je suis assez beau garçon, de visage et de corps, n'ai pas à rougir de mes formes et partciulierement de mes fesses et mon sexe que j'espère vous dévoiler quand j'en aurai le courage. Il y a la un groupe d'amis : 4 hommes et une femme rigolant et discutant de leur profession commune : la coiffure. Mon hôte se depeche de savoir ce que je veux et je lui dit que je meurre de faim. Il m'ammene un plateau de fromage sur lequel je me jette et m'offre un verre de vin qu'ils avaient entamés. Ils ne s'occupent plus de moi et font comme si de rien était. Moi, je suis completement réveillé par mon repas et écoute leur conversation; assez ennuyeuse a propos de technique de coiffure... Mais je reste scotché sur ELLE, coupée court, un coprs fin mais une poitrine bien ronde et ferme sous un chemisier boutonné. elle m'ignore et je me dis que passer la nut avec elle serait bien agréable. mon repas terminé je n'arrive pas à me décider à aller me coucher et apercoit a traversla veranda une piscine.

" On peut se baigner ?

Mon hote me répond du tac au tac:

" bien sur mais maillot interdit.

je regarde la fille, vingt trois ans à peine mais elle me lance un rergard indifférent qui me ravise. Finalement je monte dans ma chambre mécontent. je m'allonge sur le lit impossible de m'endormir, mon sexe est dressé et je choisis de me laisser aller pour me fatiguer et enfin dormir.

Tandis que je descend ma braguette, je n'arrive pas à sortir de ma tete le torse velu de mon hote et je caresse de haut en bas mon sexe, la vision partagée entre les seins supposés de l'indifférente et le torse musclé de mon hôte. Ceci me gene tellement que je décide de forcer le destin et sonne l'acceuil. Au bout de plusieurs sonneries (il est 2 h du mat passée !) mon hote me répond.

" y'a un probleme ?

je n'ai pas d'eau chaude.

j'arrive".

J'ai peur parce qu'il a l'air enernvé et suis excité à l'idée qu'une personne en chair et en or va entrer dans me chambre, mon membre dressé comme une fleche. lorsqu"il tape àla porte je n'ai pas le courage d'apparaitre ainsi devant lui et recouvre mon sexe de ma chemise. si de dos ma tenue n'avait rien d'indécente (pantalon à pince recouvert d'une chemise sortie) de face ma chemise se relevait nettement jusqu'au nombril et la chair de mon sexe teintait le fil fin de ma chemise blanche. J'ouvre la porte, mon coeur bat à 100 à l'heure. Il apparait immobile, en peignoir bien serré par une ceinture en coton. Son visage est marqué par le sommeil maisil remarque tout de suite ma gigantesque erection.

Instantanément j'ouvre la porte en grand. il reste scotché sur mon pénis bien dessiné par ma chemise. Un instant sans voix, chaque détail de son corps reste gravé dans ma mémoire. Au bout d'un temps infini il joint ses mains devenues moites et, visiblement géné, humecte ses lèvres. Il finit par jeter un regard affolé autour de lui mais l'étage est très calme et j'entends mon coeur battre. L'instant dure un temps très long, je reste calé sur ses lèvres qui ne cessent d'etre claquées par sa langue energique. Lorsqu'il finit par toucher inconsciemment son entrejambe par dessus le peignoir, j'imagine son membre viril, bronzé et poilu et je jouis. le jet a été si puissant que je ressens une grande fatigue et mes jambes fléchissent. je ne vois plus son visage, je ne vois que cette main droite agrippée nerveusement sur un membre que j'imagine enorme, une main qui ne cesse de faire des petites pressions. ma chemise est mouillée, colle à mon nombril. Fléchis face à lui je saisis d'une main incertaine sa main nerveuse et la glisse sous ma chemise, à l'endroit où le sperme rend le contact d'une douceur atroce. Sa main ferme et large se laisse faire et je la dirige a présent fermement sur mon penis ratatiné. Très vite celui-cise remet à se gonfler et j'utilise sa main comme si c'était la mienne pour me branler. A ce moment je ne controle plus rien, je suis entièrement dirigé par mon désir d'être touché. Quand mon pénis a repris une taille apetissante, sa main est mouillé de mon sperme et je sens un brusque retrait. Il s'est libéré de mon emprise et cache sa main humide sur son torse, toujours serré par son peignoir. A ce moment là je n'ai qu'une seule envie : dévoiler ce beau sexe dur que le peignoir contient avec de plsu en plus de difficulté. Il recule et sort, descend préciptiemment les escaliers et je me retrouve seul, les mains tremblantes sur le seuil. Je reprends mes esprits en claquant la porte et en éteignant la lumière. Tout seul dans le noir je suis obsédé par ce torse viril d'où des pectoreaux émergent, je m'adonne plusieurs fois à la masturbation et m'endort tout habillé perturbé...

Voila pour la partie vraie de mon histoire qui, même si je n'ai jamais eu de relations homosexuelles, continue de me hanter et agrémente nombre de mes plaisirs solitaires. La suite rêvée et concue avec désir ardent si cette première partie rencontre le plaisir de certains....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest decibel

:wink: :wink::wink: Jolie plume et belle narration très excitante dans les détails très explicites :twisted::):wink:

Même si tu dis n'avoir jamais eu de relations homosexuelles, le fait que tu aies vraiment été troublé par cet autre homme et que cette expérience continue à te hanter me laisse supposer que tu as quand même des tendances "bi" :)

Alors, pour le récit de ton fantasme ... vite la suite !!! :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

merci Decibel... Tu as raison, je pense vraiment avoir des tendances bisexuelles, rétenues depuis longtemps par l'idée d'être homo. Mais je suis bel et bien un amoureux des femmes et je trouve beauté dans toutes, une fois la barrière du physique franchie. Mais certaines parties du corps masculin m'attirent et m'excitent. Mais la proximité avec d'autres dans des lieux adaptés à ce genre de rapport m'a toujours et invariablement refroidi. Voila pourquoi je ne le considère que comme un fantasme. Pour la suite, je suis un peu gené car ce recit m'a rappelé des moments excitants et je tremblais en l'écrivant. Mais une grande partie de ce forum est habité par des femmes et je n'aimerai pas qu'elles me considèrent qu'à l'orée ce cette expérience. Suis assez viril en vrai !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.