Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

NileFloyd

Après-midi à la rivière

Recommended Posts

Ils avaient décidé ce matin la de faire un pique-nique en pleine nature. Lui, brun et grand, un peu bronzé par l’été chaud, portait une chemise fine bleu pâle avec des shorts blancs. Elle, petite blonde aux cheveux longs et à la poitrine généreuse, portait une camisole blanche laissant voir un très jolie décolleté, avec une longue jupe rouge qui laissait deviner son jolie cul. Elle avait décidé de ne rien mettre dessous, l’air chaud de l’après-midi lui faisait office de seul sous-vêtement Après un peu plus de 2 heures de marche sur le sentier, ils arrivèrent en vu d’un vieux chêne immense. Ils s’installèrent tranquillement, la nappe, les sandwichs et le vin. Ils mangèrent le tout en écoutant les oiseaux et en se faisant chauffer tranquillement par le soleil. Après la dernière coupe de vin, tout les deux s’assoupir paisiblement, écoutant l’eau de la rivière s’écoulée. Elle était allongée sur le ventre, le soleil lui caressant la nuque de ses rayons. Il leva les yeux vers elle, admirant ses courbes, ses fesses et ses beaux seins, légèrement aplatie sur la pelouse. Il sentit son désir monter et son sexe durcissait et formait un gonflement dans ses shorts.

Il s’approcha tendrement, et commença à lui caresser le dos et les fesses. Elle feignit le sommeil, le laissant la caresser tandis qu’elle était à demi endormie. Ses mains chaudes lui caressaient tout le corps, enflammant son esprit, son excitation montait peu à peu. Le bout de ses seins durcit lorsqu’il la releva pour les caresser à travers sa camisole et elle gémit pour la première fois, lorsqu’il les massa gentiment mais avec fermeté. Il adorait lui caresser les seins, ils étaient tellement doux et agréable à toucher, son érection était totale maintenant, son pénis entrant en contact avec son dos, ce qui ne manquait pas de les exciter tous les deux. Elle aurait voulu sa bouche sur ses seins immédiatement tellement tout son corps frémissait d’excitation. Il la retourna sur le dos, et tout en lui donnant un très long baiser, il place une main sur sa nuque et l’autre remonta sa jupe et découvrit avec plaisir l’absence totale d’obstacle pour sa main. L’embrassant toujours, il caressa faiblement ses cuisses. Puis, alors que leur langue s’entremêlait, il passa un doigt entre ses jambes, touchant gentiment le clitoris et l’entrée de son vagin, à ce contact, elle poussa un petit gémissement de plaisir. Encouragé, il embrassa tout son corps, le menton, le cou, chacun de ses seins au travers la camisole et le soutien-gorge, entre les seins, le ventre, puis il passa sa tête entre ses jambes. Dès que sa langue toucha l’entrée de son vagin, elle sentit une décharge électrique et poussa un petit cri de plaisir. La langue la pénétra le plus profondément possible. Les frissons lui parcouraient le corps. Il entreprit alors de faire tourner sa langue. Elle poussa des petits cris qu’elle tenta de retenir. Mais la langue continuait ses mouvements et elle ne pouvait retenir ses cris de plaisirs. Il s’arrêta et monta un peu plus haut pour embrasser son clitoris qui ne demandait que cela. Une autre décharge électrique vint la terrasser. Il lécha du bout de sa langue la petite colline de plaisir, de bas en haut, de droite à gauche et puis en cercle. Ses mains vinrent s’agripper au sol tandis qu’elle poussait son bassin vers sa bouche involontairement. Il ouvrit donc d’avantage ses lèvres et accueilli son clitoris avec un gros baiser, puis sa lèvre inférieur caressa son bouton rouge durcit par l’excitation. Elle, sentant un manque du côté de ses seins, les caressa gentiment, pinçant faiblement les mamelons pour relâcher de petites décharges électrique dans son corps. Sa langue revint la caresser de plus en plus vite. Sa respiration s’accélérait, les petits cercles de la langue la mettaient hors d’elle. Elle cabra subitement le dos, poussant des cris encore plus forts et prenant sa tête, elle la colla sur son clitoris en feu. La plaisir monta et elle accentua la pression sur sa tête, et puis elle poussa un crie de plaisir sans se préoccuper d’être entendu, l’explosion dans son bas-ventre fût intense et dura quelques secondes, tandis que sa langue la caressait plus rapidement que jamais. Puis elle s’effondra sur le dos, le cœur battant la chamaille. « Ah, tu es réveillé maintenant, lui demanda-t-il faisant l’innocent ». « Oui, lui répond-t-elle en souriant, grâce à toi ».

Elle lui fit un petit clin d’œil. « Maintenant, je crois que nous devons guérir cette grosseur entre tes jambes, affirma-t-elle en s’approchant de celui-ci étendu sur le dos ». Elle l’embrassa longuement, caressant son corps avec le sien. Puis elle descendit la main vers son sexe. À ce contact, le sang se rua dans son membre qui durcit encore davantage. Son sexe ne désirait qu’être soulagé. Elle continua à le caresser, l’embrassant à travers les shorts. Sentant l’impatience de celui-ci, elle libéra la bête, faisant glisser les shorts de quelques pouces. Il éprouva un puissant sentiment de soulagement à la sortie de sa verge extrêmement tendue. Sans attendre, elle la prit dans une main et commença à le masturber, faisant glisser sa main de bas en haut en tenant fermement la large base de son membre. L’autre main caressait son ventre et ses jambes. Elle sentait le plaisir monter en elle à nouveau à la vue de son excitation et de son érection. Elle embrassa tendrement ses testicules et les lécha tandis qu’elle continuait à le masturber avec ses deux mains. La sensation de ses deux mains caressant de plus en plus rapidement son sexe et celle de la bouche qui embrassait tantôt ses testicules, tantôt son gland, ces deux sensations le menèrent rapidement à l’excitation la plus intense. Elle entra le gland dans sa bouche, le léchant tranquillement, alors qu’elle continuait à le branler avec sa main. Rapidement, il poussa des petits cris, et sentant sa jouissance arriver, elle retira sa bouche et prit le membre entre ses deux mains et lui fit atteindre l’extase. Il éjacula son plaisir en laissant quelques gémissements traverser ses lèvres. Son sperme atterri sur ses mains et un peu sur sa camisole.

Elle le laissa étendu sur le dos, haletant après un tel orgasme. Elle se déshabilla rapidement, et se dirigea légèrement dans la chaleur du soleil vers la rivière. Elle se lava les mains et nagea paisiblement. Il la suivit après peu de temps, après avoir laisser de côté ses vêtements lui aussi. Il l’arrosa copieusement dès qu’il fût arrivé près d’elle, celle-ci n’attendit pas pour riposter tout en feignant de se sauver. Il l’a rattrapa et la serra très fort contre lui, lui embrassant tendrement le cou, le léchant lui et ses lobes d’oreilles. Elle sentit contre son dos son membre qui durcissait à nouveau. Lorsqu’il la retourna pour prendre ses tendres seins dans sa bouche, elle frémit et des frissons de plaisirs lui traversèrent tout le corps. Il lécha en faisant de petits cercles un mamelon rendu dure par l’excitation et l’eau fraîche. Il le léchait et le caressait de la même manière qu’un clitoris. De l’autre main il caressait l’autre sein, celui-ci disparaissait dans sa main. Son érection était à son maximum. Après quelques minutes, elle se retourna a nouveau et chercha un rocher suffisamment élevé pour qu’elle puisse appuyer ses mains. Ils en trouvèrent un à quelques mètres. Elle s’y dirigea et se pencha pour appuyer ses mains sur le rocher, ses jambes immergé par l’eau fraiche jusqu’aux genoux. Arrivant derrière elle, il lui caressa le dos tendrement, puis de l’autre main il s’approcha gentiment de son clitoris qui était caressé par l’air chaud de juillet. Déjà, son plaisir montait lorsqu’il atteignit le bouton rose, elle se mit à faire de faibles mouvements de va-et-vient avec son bassin.

Un désir intense d’être pénétrer montait en elle. Mais comme il continuait à la caresser, elle lui dit : « pénètres-moi, j’ai tellement envie de toi ! » Sans plus se faire prier, il amena son sexe à la hauteur de son vagin et, le prenant en main, lui caressa la vulve avec son sexe dur. Puis, voyant son impatience, il fit entrer l’objet de désir en elle doucement, prenant plaisir à chaque centimètres de la pénétration. Elle cessa de bouger et elle le sentit entrer en elle, pouces par pouces, son entrée s’ouvrait et elle sentait le sexe chaud en elle pénétrer profondément. Un long frisson suivit d’un gémissement s’empara d’elle. Puis il accéléra le mouvement un petit peu, se retirant, puis entrant d’un mouvement de bassin régulier. Avoir ce pur objet de plaisir en elle effaça toutes pensées et le plaisir prit le dessus sur tout le reste. Les parois de son vagin se resserraient sur son membre d’une manière sublime et les petits cris qu’elle poussait l’incitaient à la pénétrer encore plus profondément et intensément. Ils étaient là, dans la rivière jusqu’aux genoux, tout nu et lui la pénétrait par mouvements lents, appréciant chaque fois ou il entrait en elle. Elle-même ressentait son sexe aller et venir, le plaisir que lui communiquait l’intérieur de son ventre était intense et de fréquents frissons lui remontaient le dos. Elle ne pouvait s’empêcher de crier et de gémir à chaque mouvement. Et lorsqu’il accéléra la cadence, elle perdit le contrôle et accentua le mouvement en s’y joignant. Elle avançait et reculait sur le membre durci au maximum par la plaisir. Elle sentit brusquement un plaisir intense monter en elle et accentua le mouvement, il prit ses hanches entre ses mains et l’aida à coller le plus près possible son corps contre le siens. Elle se mit à gémir, puis à crier son plaisir, il sentit son vagin se contracter sous l’effet d’un puissant orgasme, les parois se refermant encore plus sur son gland. Il sentit lui aussi l’orgasme monter en lui, retirant son sexe rapidement, il l’a pénétra de deux doigts tandis que son orgasme continuait à lui faire pousser de forts gémissements, et il se masturba rapidement jusqu’à ce qu’il pousse un cri de pur plaisir et lui éjacule sur les fesses en lui caressant un sein. Elle haletait toujours de son puissant orgasme quand elle reçu sur ses fesses le liquide chaud. Elle se retourna et se colla à lui longuement, au milieu de la rivière. Après un long baiser, il l’a prit par la main et l’amena sur la couverture qu’ils avaient emporté et se ils rendormirent paisiblement, à l’ombre du gros chêne.

Partager ce message


Lien à poster

:twisted: :wink::wink:

Une très belle histoire pleine de charme

Partager ce message


Lien à poster

merci pour ton istoire ca me donne des idées avec une amie...

car entre elle et moi,c'est que des jeux sexuels

Partager ce message


Lien à poster

Je te l'ai déjà dit, mais moi, j'adooooooooooooooore :P

Partager ce message


Lien à poster

J'adore ces histoires et expériences en pleine nature!

D'ailleurs nous l'avons fait aussi un jour dans une prairie le long de la rivière. C'était formidable. Cependant quand nous avions fini et quand je m'enlevais d'elle, nous avions une petite surprise. A quelques mètres autour de nous il y avait une dizaine de vaches qui nous regardaient avec curiosité!!! Elles n'avaient probablement jamais vu des humains nus!

Nous avons bien rigolé de cette anecdote!

:wink: :wink:

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.