Aller au contenu
NileFloyd

La tempête (partie 1)

Messages recommandés

La tempête (partie 1)

(Vous avez un très jolie forum, voici une première contribution de ma part. Dites-moi si ca vous a plu et si vous voulez la suite.)

Il attendait que quelqu’un passe depuis au moins une heure. Au beau milieu de nulle part dans une petite route de la campagne québécoise. Malheureusement, c’était l’hiver et la deuxième grosse tempête de l’année prenait le sud du Québec en otage. Sans compter que la première avait attaqué la semaine auparavant. Alors, il était là, au côté de sa voiture qui était, elle, dans le fossé, à moitié enneigée. Il frissonnait et grelottait sous les flocons à attendre que quelqu’un passe. Il prenait aussi le temps de se détester de n’avoir jamais acheté de cellulaire.

Elle était au volant de sa petite auto économique et maudissait le jour ou elle n’avait pas choisi d’acheter un immense 4X4. Malgré tous les arbres qui bordaient les deux côtés de la route, elle avait toutes les misères du monde à maintenir son auto sur la route tellement le vent était fort. Et toute la neige n’aidait pas du tout. La tempête semblait souffler de plus en plus fort tandis que le jour s’achevait. Laissant place à la noirceur de la nuit. Elle se disait à quel point l’idée qu’elle avait eue était mauvaise, qu’elle aurait dû rester à la maison. Mais non, elle avait décidé d’aller faire un tour au chalet pour étudier. Elle s’était dit que ce serait sympa de pouvoir travailler et lire toute la fin de semaine sans personnes pour la déranger. Pas de téléphone, pas de cellulaire et beaucoup de vin et de bonnes bouffes. Mais l’idée lui paraissait tellement absurde maintenant. Il ne lui restait que 45 minutes à faire quand la tempête éclata en un million de gros flocons blancs accompagnés de vents très violents.

Il crut voir les phares d’une automobile au loin.

Elle roulait maintenant à moins de 40 km/h. Et n’avait aucune idée de combien de temps il lui restait avant de voir la boite à lettres rouge qu’ils avaient mise au chemin cet été. Alors qu’elle cherchait la fameuse boîte aux lettres, elle aperçut une forme noire, celle-ci semblait bouger, c’était un humain ! Il lui envoyait la main sur le bord de la route. Elle se gara près de lui tout doucement. L’homme s’empressa d’entrer dans la voiture et de refermer la porte. Son visage était imperceptible sous son capuchon et ses foulards.

Enfin ! Quelqu’un passe et s’arrête. Dès que l’auto fut arrêtée, il s’empressa d’y entrer par la porte du passager. Une fois bien assis au chaud, il entreprit d’enlever son capuchon et son cache-cou ainsi que d’enlever la buée de ses lunettes pour pouvoir exprimer sa reconnaissance à son bienfaiteur.

Alors qu’il enlevait ses lunettes, elle ne put s’empêcher de remarquer les yeux de l’homme. D’un joli brun noisette, ces derniers n’avaient rien à envier au reste de son visage. Ses traits la séduisirent sur le champ. Elle fixa encore quelques secondes les yeux du bel étranger jusqu’à ce qu’il la regarde dès qu’il eu remit ses lunettes.

« Hmmm… intéressant comme bienfaiteur » fut sa première pensée à la vue du conducteur de l’auto. Une belle jeune femme aux yeux pétillants lui souriait tout en lui demandant comment il allait. Il prit quelques secondes pour l’examiner : des cheveux blond foncé à la nuque, un joli petit nez et un beau sourire. Jetant un rapide coup d’œil plus bas, il remarqua, grâce à un manteau ouvert, que la ravissante inconnue devant lui possédait également une poitrine fort séduisante.

- Ça va, répondit-il, maintenant que je peux me réchauffer. Merci infiniment !

- Pas de troubles, affirma-t-elle tout en rougissant un peu, qu’est-ce qui est arrivé ?

- La tempête m’a surpris, je retournais à Québec. Je n’ai pas été capable de tourner le virage là-bas, c’était trop glissant et mes roues ont continué droit vers le fossé.

- Ostie de tempête, elle est vraiment violente. Moi je m’en allais à mon chalet pour la fin de semaine. Malheureusement, je n’ai pas de cellulaire ni de téléphone. Vraiment désolée.

- Ce n’est pas grave, de toute façon avec cette neige-là, la réception aurait été mauvaise et les remorqueurs ne seraient sûrement pas venus ce soir. Il y a un petit village pas loin, je trouverai sûrement un endroit pour passer la nuit.

À l’instant même où il prononça cette phrase, les deux, sans le savoir, eurent la même idée au même moment.

« Ce serait vraiment génial si elle m’invitait à son chalet pour la nuit. »

« Mon Dieu que j’aimerais qu’il accepte de venir au chalet cette nuit. » Avant même que son cerveau analyse cette pensée plus en profondeur, elle lui dit : « Ce serait plus simple si tu venais coucher à mon chalet, c’est grand et il y a une chambre d’ami. Et puis c’est beaucoup plus près que le village. » Elle fût surprise d’elle-même, mais très agréablement surprise. Ce jeune homme ne lui semblait pas être une menace. Son visage était doux et son rire et ses yeux trop honnêtes pour en avoir peur. Et elle se sentait extrêmement attirée par lui.

« Si vous pensez qu’il n’y a pas de problèmes, répondit-il, cela me ferait plaisir. » Tout seul avec une aussi belle fille dans un chalet durant une tempête. Même s’ils restaient habillés tous les deux toute la nuit, cela était un million de fois mieux que ce qu’il imaginait comme soirée durant sa longue attente au froid. Il sentait ses cuisses et son visage picoter alors qu’ils réchauffaient.

« Alors, ne restons pas plus longtemps ici, vous avez besoin de retourner à votre voiture ? Lui demanda-t-elle ». Le tournant que venait de prendre sa soirée était fort prometteur.

« Non merci, j’ai tout ce qui a de la valeur sur moi, allons-y, répond-il avec une petite étincelle dans le fond de l’œil. »

Elle conduisit tranquillement tandis qu’ils bavardaient de choses et d’autres. Tous les deux cherchaient activement la boite à lettres rouge. Il allait à l’université en enseignement au secondaire. Deuxième année. Elle étudiait en traduction, a l’université elle aussi. Elle aimait beaucoup ses cours. Subitement, elle vue la boite à lettres et la montra du doigt : « c’est la, tu la vois ? »

« Oui ! Nous allons enfin sortir de la tempête. » Elle fit entrer l’auto dans l’entrée, mais ne put avancer beaucoup. Il sortit de son côté et suivi la jeune fille qui se précipitait vers le chalet. Ils durent déblayer la neige devant la porte pour réussir à entrée. Finalement, elle la débarra et ils entrèrent rapidement à l’intérieur. Il essuya ses bottes sur le tapis à l’entrée et enleva son foulard. Mais il s’aperçut rapidement que l’intérieur du chalet n’était pas très chaud non plus.

« Désolé, dit-elle, mais on n’est pas venu depuis quelques semaines, mais il se réchauffe rapidement. »

« Aucun problème, c’est déjà beaucoup mieux sans le vent ! » Ce qui était très vrai. Il se sentait à l’abri ici. Ils gardèrent donc leur manteau tandis qu’ils s’affairaient à démarrer un feu dans le poêle à bois et qu’ils l’emplissaient jusqu’à ras bord de bûches sèches. L’odeur des bûches qui brûlaient montait agréablement à leurs narines. Ils continuèrent leur discussion tandis que la chaleur emplissait le chalet. La conversation coulait tranquillement, puis elle glissa vers des sujets plus personnels.

Mais elle coupa court à la discussion, sans vraiment le vouloir, mais elle avait une faim de loup. « Je vais aller chercher mes provisions dans l’auto, tu viens m’aider ? »

« Bien sûr ».

À leur retour, leurs manteaux étaient beaucoup trop chauds pour le chalet. Ils les enlevèrent donc, tous les deux jetant à l’autre des coups d’œil indiscrets. Son corps large aux épaules était fort attirant et semblait très confortable et doux.

Elle portait sous son manteau une veste bleu foncé et une camisole blanche qui laissait voir le haut de ses seins volumineux. Elle était toute rouge et respirait rapidement suite à la course qu’ils avaient faite pour ramener la nourriture. Puis elle enleva sa veste pour ne laisser que la camisole et ses seins en dessous. Elle ne semblait pas porter de soutien-gorge. Ce fût la goûte qui fit déborder le vase. Une imposante érection souhaita la bienvenue à cette image de rêve sans qu’il puisse s'y opposer. Il espérait autant qu’elle ne la voit pas qu’elle ne la voit. L’idée l’excita encore davantage, créant une bosse impossible à manquer dans son pantalon.

Elle remarque son érection immédiatement, puisqu’elle jetait justement un coup d’œil à cet endroit au même moment. Elle sentit son visage devenir deux fois plus rouge et son entrejambe à elle s’humidifiait sans lui demander son avis. « Oh… je suis la cause de cet enthousiaste ? Demanda-t-elle en riant ».

« Désolé, mais c’est difficile à retenir avec une fille comme toi toute en sueur, répondit-il en lui souriant ».

« Ne t’excuse pas, il n’y a aucune offense, plutôt un compliment je dirais. » Elle ajouta sans attendre de réponse : « J’ai encore un peu froid, je crois que je vais prendre une douche chaude. Ça t’intéresse? »

« Bien sûr, j’ai froid aux pieds. Chacun notre tour ? Ou bien… ? »

« En même temps si tu veux, ça nous réchauffera plus rapidement, répondit-elle en riant et en rougissant. »

« Je te suis. » C’est ce qu’il fit jusqu’à la dernière porte d’un petit couloir. Son excitation était à son comble, après toutes les épreuves de la journée, il se sentait finalement confortable et oubliait tout ce qui c’était passé. Ils entrèrent dans la salle de bain et se déshabillèrent rapidement dans le noir sans se toucher, puis ils entrèrent dans la douche, lui après elle, et son gland effleura ses fesses, donnant à tous deux une sensation merveilleuse pleine de frissons.

Elle avait affreusement chaud, la chaleur de l’eau brûlante et l’homme qui l’embrassait à pleine bouche lui montait à la tête et elle avait oublié où elle était. Sa queue dure lui était collée sur le ventre et il faisait de tout petits mouvements de va-et-vient qui l’excitait au plus haut point. Elle avait passé ses bras autour de son cou pour l’embrasser. Les deux langues s’entremêlèrent érotiquement durant plusieurs minutes. Mais elle désirait de plus en plus son corps et sa queue. Elle le sentit quitter sa bouche pour descendre plus bas. S’étant assis dans la douche, il lui embrassait les cuisses passionnément, tout en caressant nerveusement ses fesses. Puis il ouvrit ses jambes, elle sentit que quelque chose d’intense allait se produire et elle se donna tout entière à lui. Il la caressa avec sa langue, lui passant la langue sur le clitoris puis redescendant vers l’entrée du paradis. Tout en douceur, mais tout de même rapidement. Les frissons lui parcoururent le corps et elle poussa de petits cris. Ils étaient seuls et elle n’avait pas l’intention de se gêner pour en profiter. Les caresses de sa langue s’intensifièrent sur le clitoris et elle cessa de réfléchir. Elle gémissait de pur plaisir à chaque mouvement de langues en lui caressant les cheveux de ses deux mains.

Les gémissements et l’excitation de la magnifique fille nue avec lui dans la douche étaient trop pour lui. Il se releva, la retourna et l’embrassa passionnément dans le cou et sur les épaules. Son érection revenait rapidement grâce aux caresses qu’elle octroyait à son membre.

La grosseur de ce qu’elle tenait en main était parfaite. Et tenir cette queue aussi dure dans ses mains attisait son désir. Elle le voulait en elle.

Et lui voulait être en elle. Voyant l’insistance avec laquelle elle le caressait, il n’attendit pas plus longtemps et, par-derrière, approcha sa queue de sa vulve. Il caressa de sa queue ses fesses et sa vulve. Puis l’excitation prit le dessus et il la pénétra avec douceur en profondément. Il resta sans bouger quelques secondes, appréciant la sensation autour de son gland et caressant ses seins. Puis il commença à bouger, avec des mouvements lents qui s’accentuèrent rapidement avec les cris de plaisir qu’elle poussait.

Rien ne lui passait è l’esprit, le monde se réduisait à l’eau chaude, la grosse queue en elle qui faisait d’exquis aller-retour, et l’immense plaisir qu’elle en retirait. Elle se laissait aller complètement. Criant son plaisir et balançant ses hanches vers l’érection intense du beau jeune homme qui la pénétrait avec passion. Tous les deux étaient en état de transe.

Il sentait déjà l’orgasme arriver et se dit que la nuit allait être longue et qu’il aurait le temps en masse pour la faire jouir à son tour. Il accéléra donc le mouvement en tenant fermement ses hanches pour faire pénétrer sa queue encore plus profondément. Les longs gémissements qu’elle poussait et la sensation que lui communiquait son gland l’amenèrent rapidement au point de non-retour. Il sortit sa queue d’elle, se branla quelques secondes et poussa un gémissement de plaisir en éjaculant sur ses belles fesses blanches.

Elle se retourna toute en sueur et l’embrassa langoureusement. « C’était vraiment super, et la nuit ne fait que commencer, lui chuchota-t-elle à l’oreille ».

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Superbe début de soirée au Québec, vivement la suite de la nuit.

:aime::wink: :welcome:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

haha!! Cette histoire aurait pu se passer il y a quelques temps! J'aime les tempêtes de neige québécoises... on ne sait JAMAIS ce qui va y arriver! Cependant, une fille qui sacre... sa enlève UN PEU de charme...:twisted: Sinon, j'ai adoré! Vivement la suite!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité decibel

:doh: :???: J'avais râté ce récit en son temps :P mais je ne regrette pas de l'avoir lu maintenant :P Superbe jeu d'écriture toute en supens, en émotions sensuelles crescendo :twisted::P et en jeux de plus en plus coquins :doh::???::???:

Vite une suite :???:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

hummm félicitation pour ce recit ,que l'hivert au québec es agréable .

que d'érotisme ,en se début d'année .

vivement la suite .

a bientot

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.