Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Guest pierjan69

Vérité ou fantasme ???

Recommended Posts

Guest pierjan69

Désir, désir

Alors que j'étais allongé dans le lit, elle vint me rejoindre ! ses mains froides cherchaient la chaleur de mon corps.

Ses doigts caressaient ma poitrine, s'arrêtaient sur mes seins, tournaient autour. Son visage venait rejoindre le mien, ses lèvres frôlaient les miennes, se posaient sur mes joues, sa langue titillait le lobe de mon oreille.

Nos souffles, nos respirations commençaient à accélerer.

A mon tour, mes mains caressaient ses cheveux, tout en descendant le long de ses bras, sur son ventre pour remonter sur sa poitrine.

Petit à petit, je me dirigeais vers son nombril, je descendais plus bas. Puis un des mes doigts se glissa dans sa toison brune afin de trouver sa rose et je commençais à faire des mouvements de haut en bas et circulaires sur son petit pénis. Je sentais ses reins se cambrer et dans le même temps, ses lèvres s'humidifiaient.

Elle avait pris mon membre dans sa main et le faisait coulisser de bas en haut et de haut en bas. Chaque mouvement le faisait grossir de plus en plus.

N'en pouvant plus, elle me demanda de la pénétrer. Lentement, je glissais mon sexe dans cette antre mouillée.

Nos mouvements étaient lents, nous nous regardions les yeux dans les yeux. Puis tout s'accéléra, puis ralentit. Elle me demanda d'aller jusqu'au bout, elle se sentait proche de l'extase.

Finalement, nous atteignions l'orgasme en même temps ! un orgasme, pour elle, qui se multiplia par quatre ou cinq fois, je ne sais

plus !!!

Ensuite, nous nous sommes retrouvés dans les bras l'un de l'autre et des grands élans de tendresse nous réveillèrent les sens jusqu'à la fois suivante !!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest pierjan69

La douche

Je venais de couper le mitigeur de la douche et j'attrapais ma serviette posée juste à coté de la porte de la cabine. Je commençais par me sécher les cheveux, puis le visage. Je posai un pied sur le tapis, puis le deuxième afin de trouver un équilibre terrestre.

Elle entra dans la salle de bain, me poussa contre la panière à linge et m'embrassa farouchement. Son baiser, loin de me laisser insensible, provoqua une érection extraordinaire.

Ses lèvres abandonnèrent les miennes pour venir descendre vers mon sexe turgescent. elle aspira, ce dernier, dans sa gorge qui ne demandait qu'à nous faire plaisir. Mes mains s'aggripaient à ses cheveux et donnaient le rythme de ses va et vient.

Je réussis à lui ôter sa nuisette en défaisant le noeud qui se trouvait au ras de son cou. je calinais ses épaules. Quand je sentis mon plaisir arriver, je lui dis d'arrêter.

Je me suis assis sur la chaise, un peu plus loin. Elle est venue s'empaller sur mon pénis et c'est elle qui dirigeait cette union si forte et si belle.

Je fus surpris, dans les 30 secondes, elle eut une éjaculation inhabituelle. Elle finira par m'avouer qu'elle était "femme fontaine" !

Cette suprise fut si grande, qu'elle accéléra mon extase. Ensemble, nous atteignions un orgasme fabuleux.

Elle me demanda de venir jouir dans sa bouche, elle avait envie de goûter mon nectar. Dans le même temps, je continuai à lui caresser son petit clitoris, tout en pénétrant deux doigts dans son accès totalement humide ainsi que qu'un doigt dans son petit tunnel.

A nouveau, elle fut prise de soubresauts de bonheur. Nous étions si bien que nous nous sommes promis que nous recommencerons au plus vite. Mais avant cela, nous allions prendre un bain, ensemble !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest pierjan69

Réveil matin

La tête pleine d'étoiles de cette nuit brûlante de passion, je sortais de lit. Je me sentais en pleine forme pour affronter cette nouvelle journée de dimanche. Je sentis son bras me rattraper par l'épaule. Elle me déstabilisait et je retombais dans le lit conjugal.

Elle commença par m'embrasser, je tentais de m'enfuir afin de satisfaire un besoin pressant. J'avais réussi à la convaincre de me laisser me diriger vers les toilettes.

Elle me suivit, car elle avait la même envie que moi !

Quand vint son tour, elle entra dans la pièce et se crût seule. Seulement, j'avais la même excitation qu'elle !

Mais, je m'enfuis sous la couette avant qu'elle ne s'aperçoive de ma présence.

En venant me rejoindre, elle sortait tous les éléments qui couvraient le lit et se rua sur moi. Elle commençait par m'embrasser tout en laissant ses mains se ballader sur mon corps. Ses mains douces semblaient découvrir chaque centimètre de ma peau. Elle découvrait aussi, mon sexe tendu vers le ciel et qui n'attendait que son désir. Je passais mes mains entre ses cuisses et je sentis le feu en son bas ventre. Elle me regardait en me disant :"prends moi" !

Puis, elle se retourna, en me faisant comprendre qu'elle désirait une levrette. D'une main, elle se pétrissait le sein gauche tout en jouant avec le téton et son autre main caressait son clitoris. Dans cette position, je pouvais ressentir son excitation monter. Ses hanches se mouvaient de gauche à droite et de droite à gauche. Mon sexe se durcit encore plus et allait et venait, je mouillais un doigt afin de la pénétrer dans son deuxième orifice qui était tout autant humide. J'entendais quelques râles et me mit à les partager.

Je sentais monter mon orgasme, alors qu'elle continuait à caresser son entrejambe. Dans un dernier spasme, j'éclatais en elle et elle se mit à se déchaîner en clamant son plaisir. Je ne pouvais plus m'arrêter, j'étais si bien en elle ! j'avais envie que ça continue !!!

Elle s'amusait à serrer mon sexe dans le sien, puis m'expulsa avant de s'étendre sur mon dos tout en continuant à m'embrasser.

Je sentais un sanglot dans sa déclaration : "Je t'aime" ! c'était la première fois qu'elle ressentait autant de plaisir dans une histoire d'amour. Je ne pouvais que lui promettre que la prochaine fois sera plus forte encore !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest pierjan69

Sacré week-end

Cela faisait plus de 2 années que je n'avais plus de nouvelles d'elle (mais, je pensais encore à elle). Un lundi matin, alors que je récupérais les factures dans ma boite à lettres, une enveloppe dont l'écriture m'était totalement étrangère. Ce courrier me disait, je suis dans ta ville le week-end des 28 et 29 juin, j'aimerai bien te revoir et te souhaiter ta fête. Mon train arrive à 13h28 ! Rendez-vous sur le quai.

J'avais organisé 48 heures où je me devais le plaisir de lui faire découvrir la région !

Samedi 28 juin, 13h15, j'étais sur le quai et j'attendais l'arrivée de ce train, tout en fumant une cigarette. J'observais les personnes autour de moi. Quelques unes étaient sereines, d'autres tendues, je me trouvais entre les 2 sentiments.

Lorsqu'elle sortit du wagon, je me dirigeai vers elle afin de la libérer de son sac. Je lui déposais 4 bisous sur ses 2 joues.

Nous nous dirigeâmes vers la voiture. Je lui proposais mon emploi du temps, qu'elle acceptait sans rechigner.

Plus d'une demi heure après, nous étions sortis de la ville et prenions des routes de campagne qui devaient nous mener vers de magnifiques châte aux.

Elle me demandait de m'arrêter pour profiter des lieux.

Je garais la voiture dans un chemin vivinal. Aux alentours, des champs verdis et fleuris par le printemps. Quelques arbres en pleine poussée de sève dont les bourgeons avaient éclos. Elle se penchait vers moi pour s'aggriper à mon bras et m'embrasser à pleine bouche.

Ses mains parcouraient mon torse, descendaient sur mon ventre. Elles finissaient leur course sur ma braguette dont elles baissaient le zip tel un éclair.

Je ne pouvais rester insensible à tant de faveur !

Ses doigts ne mirent pas bien longtemps pour récuperer mon sexe, droit comme un I dans mon caleçon.

Elle le sortit de son écrin avant de le prendre en bouche avec délice et gourmandise.

Ses mains coulissaient sur le mât et tentaient de faire sortir ma sève humaine.

Dans le même temps, je caressai sa chatte humide et son clitoris. Je sentais son souffle se mêler au mien. Quand je me suis senti prêt de l'extase, elle retirait mon pénis et me demandait de le laisser aller sur ses magnifiques seins dorés et tendus à l'extrême. Ma semence blanche se dispersait sur ses aréoles et coulait sur ses têtons.

Après nous être rhabillés, nous repartions à sa demande, vers mon appartement.

Avant de prendre une douche régénératrice, nous improvisions un pique nique avec les restes du figo.

Je prenais la première place dans la cabine, puis je retournais me préparer dans ma chambre. Nu comme un ver, je cherchais, dans mon armoire, une tenue dessus et dessous pur la soirée. Au même instant, elle entrait dans la pièce, avec le peignoir que je lui avait mis à sa disposition. Elle s'asseyait sur le lit et me regardait faire. Je retournais la tête et vis sa toison pubienne dans l'ouverture dudit peignoir.

Je ne pus m'empêcher de me jeter sur le lit et de l'embrasser langoureusement. mes prenaient ses cheveux et tentaient de dénouer ses boucles.

Puis, ma langue s'amusait avec le lobe de ses oreilles, descendait sur sa joue, son cou, jusqu'à ses seins, son désir montait, montait.

Devant mon empressement, elle me proposait un 69 que nous n'avions pas commis ensemble depuis de nombreux mois, voire quelques années. Son clitoris se gonflait d'envie. Mon sexe se tendait dans sa gorge, sa langue jouait avec mon gland. Là encore, nous avons partagé de longs râles de plaisir et d'extase dans la même seconde, mon nectar éclaboussait son palais avant de descendre dans sa gorge. Empreints des odeurs de l'autre, nous nous sommes dirigés en direction du restaurant.

Nous étions attendus. Le maître d'hotel nous plaçait au fond de la salle, dans l'espace fumeurs. Elle était assise dos au mur et ainsi pouvait voir les allées et venues des clients et du personnel. Avant que le plateau de hors d'oeuvre nous soit proposé, elle avait défait sa chaussure et allongé sa jambe jusqu'à ma chaise. Son pied se balladait sur mon entre cuisse et tentait de faire dresser mon point d'exclamation (qui ne mit pas longtemps à obéir à ses ordres). Mes joues s'enflammaient et rougissaient seconde après seconde. Je voulais l'imiter, elle n'avait pas mis de slip sous sa jupe noire.

Je dus me lever 2 fois de table pour aller me calmer dans les toilettes de l'établissement. Sur le coup de 23h30, nous sortions de l'établissement.

J'avais prévu une sortie sur les hauteurs de la ville.

Comme dit ce cher Borhinger :“C'est beau une ville, la nuit” !

Mais la beauté venait d'ailleurs.

Elle me demandait à rentrer de suite. Je ne pouvais qu'obéir, l'envie et le désir étaient au rendez-vous !!!

A peine la porte franchie, les vêtements volaient dans l'appartement. Nous faisions, une première fois, l'amour sur la moquette du salon où elle me demandait de la prendre en levrette, avant de continuer sur le canapé. J'avais à peine posé ma main sur son pubis, que déjà je le sentais chaud et humide. Je la caressai à nouveau. Tout en caressant ses seins, je la pénétrais d'un doigt puis de 2. Enfin, elle me montrait ses fesses afin que je la pénètre. Elle continait à se caresser en même temps.

Vers 2 heures du matin, nous nous rendions vers le lit qui, lui aussi, nous tendait ses bras. Nous nous embrassions, caressions, nous nous aimions.

Le sommeil ne venait que sur les coups de 5 heures, le clocher de l'église voisine avait sonné !!!

Par contre, ce fut la radio qui nous réveillait sur le coup de 7h30. Elle sautait du lit, allait prendre une douche. Elle revenait vers moi en me disant : ”Dépêche toi, mon train est à 9h00, mon mari m'attend à 12h30 !!!

Tristement, j'enfilais mon pantalon, mis ma chemise et fonçais à la voiture.

Le trajet jusqu'à la gare se fit dans le plus grand des silences. Je la déposai, elle claquait la porte, toujours muette !!!

Quel week-end, mes amis, mais quel week-end !!!

Voilà plus de 20 ans que je n'ai plus de nouvelles et chacun mène sa vie !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.