Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

didam4

Pleure mon coeur

Recommended Posts

Tu étais mon rayon de soleil

Souvent mon rayon de lune

J’aimais ton sourire, tes larmes et ton rire

Ton corps de déesse

Ta douceur et ta sensibilité

Dévoilées pudiquement

Ton regard d’enfant

Ton plaisir de femme

Ta bougeotte sautillante

Tes grimaces et tes éclats de rire malicieux

Quand la « connerie » te prenait

Quand tu pleurais, j’aurais vendu mon âme

Pour te serrer tendrement contre moi

Ne pouvant t’atteindre

A travers nos écrans je te parlais

Pendant des heures pour te consoler

Je t’accueillais dans tes larmes

Dans tes inquiétudes et dans tes doutes

Te faisais rire et parler

T’offrais ma vision de la vie

T’ouvrais mon cœur

En me perdant dans ton visage d’ange

Je t’aimais de toute mon âme

Qui bondissait de joie quand tu m’assurais de ton amour

J’aurais tout donné pour te voir, te sentir, te toucher, t’enlacer

Vivre à tes côtés

En dehors de toi le temps n’existait pas

J’en oubliais de dormir

Mon épuisement m’importait peu

Au regard de la passion que je te vouais

Sur un coup de tête, la France entière ai traversé

Dans le vain espoir de te croiser

Et déposer mon cœur à tes pieds

Elle a refusé de me rencontrer.

Nous avons ragé, pleuré, longuement discuté

Notre amour était plus fort

Nous nous sommes réconciliés

Des mots doux se sont échangés

Nos corps en images et en mots se sont mêlés

Nous avons exprimé notre désir

Celui de nous toucher enfin

Mais nous nous sommes à nouveau manqué

Elle en a rencontré un autre.

Pleure mon cœur

Ecrasé de chagrin et d’incompréhension

Pétri par les doigts glacés de la passion

Reste le vide et le silence

L’enfant rieur

S’est caché pour pleurer

Larmes de rage et d’amertume

Enfant perdu

En cette grande carcasse exsangue

Se débat, chaque fois mis à bas

Les jambes se dérobent

Le fragile édifice chancelle et ploie

L’amante est partie sans un regard, et sans égards

Piétinant avec une candeur insouciante

Mon amour propre qui trainait là sur son chemin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest alexiane_

Joliement écrit mais tellement triste :aime:

:aime: :aime:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout pareil! Tu nous transmet si bien ta peine que je n'ose imaginer l'histoire de ces personnes! Ca laisse des marques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Même si c'est moins agréable à lire que les choses gaies ou sensuelles.. ça vient du coeur, c'est ce que je ressens, ce qui se passe en moi... l'immense tristesse que je porte et qui ressort maintenant.

Merci pour vos messages

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tres bien exprimé ta douleur .. j'en ai presque les larmes aux yeux ..mais oui cela arrive malheureusement .. mais bon dis toi que la vie continue malgres tout... bon courage a toi :aime:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

c est triste en effet mais peut etre a tu recolté ce que tu as semé....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Superbe ce poème, Didam, et poignant !!!

Courage, le temps apaisera ta douleur !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour vos paroles de réconfort.. il me faudra du temps pour me remettre (tellement tout me fait penser à elle) mais la douleur s'apaisera je pense, comme toute blessure finit par cicatriser.

On peut effectivement dire que j'ai récolté ce que j'ai semé.. parce que c'est folie de tomber amoureux d'une femme qu'on a jamais rencontré réellement et qui a 12ans de moins que vous... de la croire quand elle dit que vous êtes son amour, son coeur et qu'elle n'a qu'une envie c'est de se blottir dans vos bras...

J'ai été fou, en dehors de toute réalité, et en cela j'ai récolté ce que je méritais.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.