Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Bleusymphonie

L'inconnu du gîte...

Recommended Posts

Tu es là, assise, dans ce petit réduit où, chaque jour, il t'accueille

régulièrement pour une pause bienvenue dans tes longues journées de travail.

Mais aujourd'hui n'est pas un jour comme un autre. Nue sous ta jupe relevée,

ta main se perd dans tes désirs.

Depuis le matin, où tu as enfilé ta jupe et gainé tes jambes, le désir

fourmillait dans ton ventre. Tu te sens femme et désirable, une forteresse

prête à céder à la moindre offensive de doigts audacieux.

Tu imagines...

Il est grand, brun, un visage expressif et marqué, des yeux inquisiteurs,

une bouche sensuelle sur laquelle pointe toujours un petit air ironique...La

cinquantaine, grisonnant, c'est un "mâle", mais aussi le "mal" en puissance.

Tu pénètres dans ce gîte dans lequel il fait encore sombre. Les volets son

clos, Tu sens sa présence si insistante, son regard ne lâche pas le tien, il

te cherche, il te dérange, il s'impose à toi sans avoir prononcé une seule

parole. Son regard te déshabille. Tu baisses le regard, tu rougis... il t

excite. Comment lui résister à la moindre offensive.

Il ouvre un volet et te demande de t'approcher de la fenêtre pour admirer la

vue. Il est derrière toi, tu sens son souffle, il te trouble, tu n'oses

imaginer la suite...

Assise sur le rebord froid de la cuvette, une humide impatience naît au

creux de ton ventre, tes doigts s'agitent à l'unisson des premières vagues

de plaisir. Tes cuisses s'ouvrent pour laisser venir ce que tu attends.

Tu imagines...

Sa main droite effleure ta jupe à la hauteur de ta hanche. Tu frémis, il le

sait. Ses lèvres se rapprochent de ton cou. Tu fais un geste de recul, mais

trop tard, tu sais que tu es prise dans son piège. Poussée contre le mur, il

s'approche, ses yeux braqués sur toi, ses mains de part et d'autre de toi,

il prend ta bouche, l'une de ses mains se pose sur ta nuque, il empoigne tes

cheveux, il te relève la tête, ta gorge est toute à lui... il mord le creux

de ton cou, ... il y laisse sa marque...tu l'entends murmurer, "Fais moi

jouir !". Il te fait plier d'une main... de l'autre il dégrafe son jean...

il est nu dessous. Tu vois son sexe érigé, tendu, à l'appel de ta bouche.

Les ondes de plaisir te remplissent, et rythment tes gémissements. Ta

deuxième main plonge entre tes lèvres humidifiées par un doux nectar. Un

doigt pénètre et ressort à l'unisson de celui qui caresse ton bouton épanoui

par le désir. La jouissance est proche...

Et ton imagination se débride...

Son dard pénètre ta bouche. Il va et vient au fond de ta gorge, ses mains

poussent ta tête. Tu entends ses râles. Il sait que tu aimes ça. Et tu le

lui prouves. Ta bouche l'enveloppe goulûment, tu t'actives dans des "va et

vient" frénétiques. Tu veux maintenant le goûter, le sentir jouir dans ta

bouche, goûter sa semence. Une de tes mains caresse ses fesses, l'autre s

aventure sur ses doux réservoirs si proches de l'explosion. Son ventre se

contracte, ses cuisses sont secouées par les spasmes de plaisirs. Des jets

chauds et puissants jaillissent et tu bois ce délicieux breuvage...

Dans le réduit, plus rien n’existe. Tes doigts s'activent de plus en plus,

ton bassin se soulève, tes cuisses s'ouvrent à l'offrande de la jouissance,

la vague de plaisir te submerge et arrache de ton ventre un cri. Tu restes

quelques instants encore sonnée par ce tsunami. Puis ta respiration se

relâche,... tu te laisses portée par l'odeur de ta jouissance. Tes doigts

dégoulinent sur ta cuisse que tu parcours lentement.

Apaisée, tu te rhabilles et sorts de ce lieu intime, comme si de rien n

était. Tu rejoins ton bureau avec cette douce excitation de raconter cet

épisode solitaire à ton coquin de Zébulon

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Sublime!!! encore svp!

:twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'écris une autre nouvelle, mais faut-il que j'ouvre un autre post ?

Pour celle là, je l'ai écrite en décembre 2007, un jour où je sentais que ma compagne avait besoin d'être un peu stimulée. Elle l'a lue au bureau, alors que tout le monde pouvait lire derrière elle. Efet garantit le soir même !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.