Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

faru

Un matin qui commence bien

Recommended Posts

Tiens, de la fenêtre, il y a de la pluie dehors.

Prêt à partir, me voila sur le palier à attendre l'ascenseur.

Tiens la porte de ma voisine s'ouvre, c'est bien la première fois que nos horaires du matin coïncident. Elle apparait dans un déshabillé de soie qui ne couvre pas grand chose. Elle m'explique qu'elle n'arrive pas à fermer sa baie vitrée qui donne sur l'autre côté et si j'avais deux trois minutes pour l'aider.

A peine à l'intérieur de son appartement, elle se baisse pour ramasser je ne sais quoi, car mon regard reste pointé sur sa chute de reins son petit trou et son minou. Elle avance dans le salon et se retourne vers moi. Mon intimité ne cache plus rien, mon jeans est prêt à exploser.

Elle me regarde et me montre la fermeture coincée de cette baie vitrée. C'est bien vrai, le loquet est en position fermée mais comme la fenêtre est ouverte, celle-ci laisse passer un peu de pluie avec le vent qui souffle dehors. J'ai cru m'arracher le doigt mais j'y suis arrivé.

Elle me remercie et me propose un café que je ne saurais point refusé.

En attendant que l'eau chauffe, elle m'annonce qu'elle va en profiter pour se rafraichir sous la douche. Elle me regarde et me demande si je veux en profiter moi aussi.

Je m'approche d'elle que déjà elle avance ver la salle de bains, fait glisser son déshabillé et se retourne en me dissant qu'elle a chaud beaucoup trop chaud.

Je la rejoint, ne perdant pas de vue son corps qui m'envoute. Je glisse mes mains le long de son corps, le long des ses jambes, je glisse ma langue dans le creux de ses cuisses, sur ses lèvres qui embaument mes narines. Nous naviguons vers sa chambre, elle est allongée sur son lit, et moi je me perd délicatement sur ses lèvres et remonte sur son bouton qui se gonfle quand je le titille, le suce, le mordille, l'aspire.

Elle se cambre quand mes doigts humide de ma salive se frottent sur son arrière, quand ceux-ci pénètrent un puis deux dans cette cavité qui s'est offerte.

Elle halète, serre les poings, les désserre, mouille mouille. Que c'est doux que c'est bon ce nectar qui coule sur ma langue dans ma bouche.

Encore, encore, jusqu'à plus soif.

Elle m'appelle à venir en elle.

Doucement, tout doucement, à fond, ressortir rentrer moins profond, ressortir rentrer, nos langues se croissent se cherchent quelques secondes puis c'est ses seins qui viennent dans ma bouche, le tour de ses seins, le creux de son aisselle.

Je vais partir, elle se défait de moi et prend ma verge dans sa bouche et délicatement fait entrer en éruption celle-ci. Elle avale le jus qui s'en échappe et lèche le gland dans mes spasmes.

Nos bouches se rejoignent et son sourire me fait un bonheur immense.

Là, la journée commence bien et il va falloir être convainquant avec mon big bos pour lui expliquer que je suis souffrant et que je vais garder le lit toute la journée.

Et quel lit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et si tu lui disais la vérité au Big bos ?

parce que, raconté comme ça, il apprécierait sûrement !!!

:shock:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.