Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

samory

Cours de langues...Suite

Recommended Posts

Je réecoutais ce message...avec l'accent en plus...drole et je continuais mon boulot,plus tard je rappelerais, vu que ca commencait à bouger pour les premiers departs,la soirée allait prendre fin.

Nouveau gresillement de portable...Yolanda à nouveau.Je decrochais cette fois promettait de rappeler dès que tout le monde sera parti,elle me demada de le promettre!Donc vaguement je promettais cela...

La soirée prenait fin paisiblement, juste quelques clients qui beuglaient dans la rue,on les dissuadait de se calmer sous peine d'etre tricard definitivement du club,tactique qui était toujours payante ma foi.

Alors comme promis,je rappelais Yolanda au numero qui s'etait affiché sur mon phone;elle décrocha au bout d'une sonnerie.

Je demandais si elle allait bien?Son amie pour laquelle trop vite elle était partie,était -elle arrivée?

Oui,elle se portait bien mais son amie ne viendrait plus,empechement de derniere minute.Yolanda me demanda ou j'allais et ce que je ferais?

Je lui repondis alors: metro-maison-douche-bouffe-télé-dodo. Ce qui eu pour effet de lui arracher un grand éclat de rire,l'un de ses grands fous rires dont elle seule avait le secret.

-Venga en casa!(viens chez moi)

Elle me proposa et argumenta sa demande par le fait que on pourrait ainsi ne pas commencer nos apprentissages respectifs mais en profiter pour discuter de differentes methodes,de structures,de

difficultés...grammaticales,verbes et consorts...Vu qu'en plus elle serait seule,sa fille ne rentrerait pas..nous aurons la latitude d'en debattre,paisiblement loin de la musique assourdissante du club.

N'étant pas né ni de la derniere pluie,ni du dernier coup de vent...Je déduisais...je calculais...et je me decidais.

Histoire de me convaincre moi meme que je ne suis pas un garcon facile!

Puisqe j'avais pas grand chose à faire chez moi,pourquoi pas?

-Je lui dis ok,et demandait ou habitait-elle?

-Juste à coté...une station de metro à parcourir me repondis Yolanda au telephone,elle proposa de venir me chercher...si je voulais bien l'attendre devant le club.

Chose que je refusais de facon categorique,pas envie de m'afficher,il y avait encore quelques clients qui trainaient encore dans le coin....

Alors elle m'attendra à la sortie du metro...ce qui me paraissait raisonnable.

Je lui dis que je serais la dans 10 petites minutes juste le temps d'attendre sur le quai et de sauter dans la rame.

Sur ce nous nous quittons au telephone.

Juste une station,pourquoi me faire chier à descendre dans le souterrain du metro...je decidais donc de marcher,griller une clope et respirer le grand de la pollution parisienne.

Un quart d'heure plus tard,j'y étais.

De loin,je voyais une silhouette accouder à la rembarde de l'entrée du tunnel,un chale rouge avec des motifs sombres enroulés autour des epaules,une grnde jupe volante.Je m'approchais par derriere,avancant sereinement....Il n'y avait plus aucun doute c'etait Yolanda,tiRant sur sa cigarette,elle regardait s'echapper du tunnel le flot de passagers que venait de deverser le metro.

Elle sortit son telephone...

-Yolanda? Je l'appelais...flanqué derriere elle.

Elle se retourna...surprise...rangea son telephone,vint vers moi,bises chaleureuses,m'enlaca!

- Gracias amigo! elle ajouta.

Pour la premiere fois je la voyais vetue autrement que de noir!Elle venait visiblement de prendre une douche,plus fraiche,je la sentais...legerement remaquillé.Ses traits de femme latine,plus prononcés.

Yolanda me pris par la main,nous marchions ,quelques pas seulement,j'avais une impression de deja vu...

Nom de rues,de bistrots,de boutiques... Etrange.

Elle stoppa et dis c'est ici,je levais la tete et cherchais le numero de cet immeuble qui ne me paressait pas inconnu!!!Mon coeur fit un bon et accelera.

C'était bien ici....un trop recent souvenir me brouilla l'esprit....C'etait à peine le weekend dernier...là...dans le hall d'entrée de cet immeuble ou Yolanda s'appretait à faire son code...

J'oubliais Yolanda en quelques secondes et me retrouvait plongé dans mes souvenirs...

-C'etait en fin de soirée,elle etait du Bresil,elle avait dansé comme une deesse,elle avait chauffé à blanc tous les mecs,elle s'etait fait offrir à boire,elle etait legerment emmechée;elle avait peur de rentrer seule,elle habitait pas trop loin, c'etait 10 minutes à pieds,c'etait tout pres du metro, c'etait la prochaine station...comme Yolanda.

Elle voulait eviter que des gars la suive,elle voulait qu'on l'accompagne,un collegue et moi,elle se sentait en securité avec nous,la veille elle s'etait embrouillé avec son mec Francais,elle lui avait claqué la porte au nez,elle voulait sortir seule,elle voulait se changer les idées avant de retourner voir son mec et faire la paix,elle s'en voulait,elle voulait rentrer en paix,elle nous suppliait de la raccompagner...

Elle etait belle,elle etait bandante,elle faisait bander,elle etait entre mon collegue et moi,nous l'accompagnions à son domicile,nous la protegions,elle s'etait arretée pour pisser debout contre une voiture garée,elle avait retiré son dessous,elle voulait nous le donner en remerciement,nous avions dis:non merci;file le à ton mec;, ca peut participer à faire la paix entre vous,qui c'est?Elle en avait rigoler,elle nous trouvait trop sympa,au Bresil elle avait un mec qui faisait le meme metier que nous,elle aimait la nuit,elle adorait l'ivresse,elle aimait la fete,elle aimait danser,elle avait de vrais seins,ils etaient petits,elle nous les avaient montré,elle n'avait pas succombé à la ruée vers le siliconne,la foire au bisouri,elle etait naturelle,elle nous avait dis:touchez les! Vous verrez que ce sont de vrais petits bijoux,elle avait un caniche,elle l'adorait,c'etait son reconfort quand elle s'engueulait avec son mec,elle avait des soupsons sur son mec...une fille qui travaillait dans le bars d'en face de chez elle,cette fille avait de gros seins,son mec parlait souvent de filles aux gros seins...pourquoi alors etait-il avec elle?

Ca nous le savions pas,demande à ton mec, nous lui avions repondu...Elle se sentait abandonnée,elle se sentait seule au pays de Zidane,toute sa famille etait resté au pays de Pélé et Ronaldo....elle en avait marre....elle songeait à quitter son mec...elle voulait pas le tromper...elle ne l'a jamais fait...c'etait pas dans ses habitudes...

Elle avait jetté son slip qu'elle avait retiré,devant la grille du bars ou travaillait la supposée fille baisée par son mec...elle la tuerait de ses propres mains....elle la maudissait....avec son slip,c'etait sa facon à elle de lui jetter un sort...ca marche tres bien...on le fais au Bresil...pourquoi pas à Paris...oui...c'est du Vaudou...Hey les gars ne rigolez pas...Nous on souriait...on connaissait ces pratiques nous aussi,bien sur, on vient d'Afrique...Terre de naissance du Vaudou...

Elle etait là à present,ou je me retrouvait avec Yolanda.

Comme Yolanda,elle avait fait son code...elle se tenait entre nous,avait poussée la lourde porte en bois ancien,

elle voulait nous remercier,elle ne savait pas quoi nous donner,nous avions dis: Ya rien à donner c'est normal,on peut pas laisser trainer une fille seule,dans la nuit c'est une bonne action,c'est tout.

Nous lui avions dis de passer un de ces quattres au club et nous donner de ses nouvelles,c'etait la premiere fois qu'elle y venait en fait ,ce club elle ne connaissait pas.

Nous etions sur le pas de la porte d'entrée,elle etait dans le hall,il y avait une seconde porte avant les escaliers sur la droite.

Enfin elle avait trouvé une facon de nous remercier,elle voulait nous faire une derniere danse...Mais y' a pas de musique nous lui avions repondu...

Ce n'etait pas important,elle avait la musique dans la tete...L'alcool aussi,je pensais.Elle nous dis d'entrer dans ce hall!

Elle se tremoussait,soulevait et laissait tomber ses cheveux,se languissait,se caressait presque.Nous étions fatigué,nous voulions rentrer chez nous,on commencait à envoir marre nous aussi...

Bonne action ok, mais nous on etait pas psychologues!!!!

Elle commencait à nous gonfler la Bresilienne avec sa danse et sa musique que elle seule entendait!

-Merci pour ta danse miss et à bientot,nous lui avions dis en choeur!

Elle voulait nous donner une bise d'aurevoir...Un bise inoubliable elle disait...

-Oui c'est ca,mets la ou tu veux ta bise,il faut que nous on rentre on est lessivé.C'est clair; la prochaine fois on ne va accompagner personne,meme s'il est question de mort.

Elle s'avancait vers mon collegue,elle s'agenouillait devant lui,elle allait lui donner la bise,facon Bresil...je supposait..elle sortait ce qu'il cachait entre ses jambes,le pris dans sa bouche...

Tiens ,je me disais,ce type de bise ca detends grave.Je ne suis pas contre et comme c'est un geste de non violence,je suis okay,j'aime quand y' a la paix...la grande paix...

Mon sexe,je le sortais à mon tour,moi aussi j'en voulais de sa bise.Elle pouvait reprendre sa danse dessus cette fois si elle le voulait.Je la ferai chanter en meme temps,pourquoi pas.

Elle nous avalait à tour de role dans ce hall,lumiere eteinte,on entendait passer quelques noctambules,on retenait nos souffles,fallait pas reveiller le concierge qui avait sa loge juste apres la seconde porte.

Vive le Bresil,je chantonnais interieurement...

Nos queues se retrouvaient rapidement vetues de preservatifs,je relevais sa robe,glissait la main entre ses cuisses,palpais ce que je trouvais...humide et poilu.

Je la retournais,repoussais le tissu de sa jupe sur le haut de ses petites fesses.Sans autres formes de proces j'entrais en elle, y avais pas de temps à perdre en preliminaires et autres,on etais en zone pas sure!

L'efforcant à se rabaisser un peu pour pouvoir prendre en bouche mon second tandis que j'allais et venais en elle.Elle commencait à gemir,elle retirait la queue de sa bouche,pour la caresser et la resucer.On la sentait venir;elle jouait savemment des fesses sur ma queue,moi aussi j'allais venir!

Mon collegue me fit signe qu'il voulait aussi la prendre,on changea alors de place,je retirais alors mon preservatif pour presenter à ses levres mon sexe nu.

On la besognais,on se retenais de trop faire de bruit,ce concierge juste dans sa loge,nous excitait.

Mon collegue annonca qu'il allait se decharger,le temps de finir sa phrase il lachait son jus,tapait en elle qui partit à son tour,je lui mis la main à la bouche pour l'empecher de crier son plaisir.Mon binome retiré d'elle je pris de nouveau place derriere elle,la penetra,je ne fus pas long à cracher mon jus à mon tour,tandis qu'elle lechait le reliquat de sperme le long de sa hampe.

De grosse flaques de spermes gisaient par terres.Elle nous nous embrassa et promis de nous revoir le plus vite possible,elle s'en alla et disparut dans les escaliers,visiblement apaisée.

-Venga! C'etait Yolanda,elle etait deja dans le hall que je reconnu et me disais d'enter!!!!

Je sortais de mon memorable periple bresilien et la suivit....

Je réecoutais ce message...avec l'accent en plus...drole et je continuais mon boulot,plus tard je rappelerais, vu que ca commencait à bouger pour les premiers departs,la soirée allait prendre fin.

Nouveau gresillement de portable...Yolanda à nouveau.Je decrochais cette fois promettait de rappeler dès que tout le monde sera parti,elle me demada de le promettre!Donc vaguement je promettais cela...

La soirée prenait fin paisiblement, juste quelques clients qui beuglaient dans la rue,on les dissuadait de se calmer sous peine d'etre tricard definitivement du club,tactique qui était toujours payante ma foi.

Alors comme promis,je rappelais Yolanda au numero qui s'etait affiché sur mon phone;elle décrocha au bout d'une sonnerie.

Je demandais si elle allait bien?Son amie pour laquelle trop vite elle était partie,était -elle arrivée?

Oui,elle se portait bien mais son amie ne viendrait plus,empechement de derniere minute.Yolanda me demanda ou j'allais et ce que je ferais?

Je lui repondis alors: metro-maison-douche-bouffe-télé-dodo. Ce qui eu pour effet de lui arracher un grand éclat de rire,l'un de ses grands fous rires dont elle seule avait le secret.

-Venga en casa!(viens chez moi)

Elle me proposa et argumenta sa demande par le fait que on pourrait ainsi ne pas commencer nos apprentissages respectifs mais en profiter pour discuter de differentes methodes,de structures,de

difficultés...grammaticales,verbes et consorts...Vu qu'en plus elle serait seule,sa fille ne rentrerait pas..nous aurons la latitude d'en debattre,paisiblement loin de la musique assourdissante du club.

N'étant pas né ni de la derniere pluie,ni du dernier coup de vent...Je déduisais...je calculais...et je me decidais.

Histoire de me convaincre moi meme que je ne suis pas un garcon facile!

Puisqe j'avais pas grand chose à faire chez moi,pourquoi pas?

-Je lui dis ok,et demandait ou habitait-elle?

-Juste à coté...une station de metro à parcourir me repondis Yolanda au telephone,elle proposa de venir me chercher...si je voulais bien l'attendre devant le club.

Chose que je refusais de facon categorique,pas envie de m'afficher,il y avait encore quelques clients qui trainaient encore dans le coin....

Alors elle m'attendra à la sortie du metro...ce qui me paraissait raisonnable.

Je lui dis que je serais la dans 10 petites minutes juste le temps d'attendre sur le quai et de sauter dans la rame.

Sur ce nous nous quittons au telephone.

Juste une station,pourquoi me faire chier à descendre dans le souterrain du metro...je decidais donc de marcher,griller une clope et respirer le grand de la pollution parisienne.

Un quart d'heure plus tard,j'y étais.

De loin,je voyais une silhouette accouder à la rembarde de l'entrée du tunnel,un chale rouge avec des motifs sombres enroulés autour des epaules,une grnde jupe volante.Je m'approchais par derriere,avancant sereinement....Il n'y avait plus aucun doute c'etait Yolanda,tiRant sur sa cigarette,elle regardait s'echapper du tunnel le flot de passagers que venait de deverser le metro.

Elle sortit son telephone...

-Yolanda? Je l'appelais...flanqué derriere elle.

Elle se retourna...surprise...rangea son telephone,vint vers moi,bises chaleureuses,m'enlaca!

- Gracias amigo! elle ajouta.

Pour la premiere fois je la voyais vetue autrement que de noir!Elle venait visiblement de prendre une douche,plus fraiche,je la sentais...legerement remaquillé.Ses traits de femme latine,plus prononcés.

Yolanda me pris par la main,nous marchions ,quelques pas seulement,j'avais une impression de deja vu...

Nom de rues,de bistrots,de boutiques... Etrange.

Elle stoppa et dis c'est ici,je levais la tete et cherchais le numero de cet immeuble qui ne me paressait pas inconnu!!!Mon coeur fit un bon et accelera.

C'était bien ici....un trop recent souvenir me brouilla l'esprit....C'etait à peine le weekend dernier...là...dans le hall d'entrée de cet immeuble ou Yolanda s'appretait à faire son code...

J'oubliais Yolanda en quelques secondes et me retrouvait plongé dans mes souvenirs...

-C'etait en fin de soirée,elle etait du Bresil,elle avait dansé comme une deesse,elle avait chauffé à blanc tous les mecs,elle s'etait fait offrir à boire,elle etait legerment emmechée;elle avait peur de rentrer seule,elle habitait pas trop loin, c'etait 10 minutes à pieds,c'etait tout pres du metro, c'etait la prochaine station...comme Yolanda.

Elle voulait eviter que des gars la suive,elle voulait qu'on l'accompagne,un collegue et moi,elle se sentait en securité avec nous,la veille elle s'etait embrouillé avec son mec Francais,elle lui avait claqué la porte au nez,elle voulait sortir seule,elle voulait se changer les idées avant de retourner voir son mec et faire la paix,elle s'en voulait,elle voulait rentrer en paix,elle nous suppliait de la raccompagner...

Elle etait belle,elle etait bandante,elle faisait bander,elle etait entre mon collegue et moi,nous l'accompagnions à son domicile,nous la protegions,elle s'etait arretée pour pisser debout contre une voiture garée,elle avait retiré son dessous,elle voulait nous le donner en remerciement,nous avions dis:non merci;file le à ton mec;, ca peut participer à faire la paix entre vous,qui c'est?Elle en avait rigoler,elle nous trouvait trop sympa,au Bresil elle avait un mec qui faisait le meme metier que nous,elle aimait la nuit,elle adorait l'ivresse,elle aimait la fete,elle aimait danser,elle avait de vrais seins,ils etaient petits,elle nous les avaient montré,elle n'avait pas succombé à la ruée vers le siliconne,la foire au bisouri,elle etait naturelle,elle nous avait dis:touchez les! Vous verrez que ce sont de vrais petits bijoux,elle avait un caniche,elle l'adorait,c'etait son reconfort quand elle s'engueulait avec son mec,elle avait des soupsons sur son mec...une fille qui travaillait dans le bars d'en face de chez elle,cette fille avait de gros seins,son mec parlait souvent de filles aux gros seins...pourquoi alors etait-il avec elle?

Ca nous le savions pas,demande à ton mec, nous lui avions repondu...Elle se sentait abandonnée,elle se sentait seule au pays de Zidane,toute sa famille etait resté au pays de Pélé et Ronaldo....elle en avait marre....elle songeait à quitter son mec...elle voulait pas le tromper...elle ne l'a jamais fait...c'etait pas dans ses habitudes...

Elle avait jetté son slip qu'elle avait retiré,devant la grille du bars ou travaillait la supposée fille baisée par son mec...elle la tuerait de ses propres mains....elle la maudissait....avec son slip,c'etait sa facon à elle de lui jetter un sort...ca marche tres bien...on le fais au Bresil...pourquoi pas à Paris...oui...c'est du Vaudou...Hey les gars ne rigolez pas...Nous on souriait...on connaissait ces pratiques nous aussi,bien sur, on vient d'Afrique...Terre de naissance du Vaudou...

Elle etait là à present,ou je me retrouvait avec Yolanda.

Comme Yolanda,elle avait fait son code...elle se tenait entre nous,avait poussée la lourde porte en bois ancien,

elle voulait nous remercier,elle ne savait pas quoi nous donner,nous avions dis: Ya rien à donner c'est normal,on peut pas laisser trainer une fille seule,dans la nuit c'est une bonne action,c'est tout.

Nous lui avions dis de passer un de ces quattres au club et nous donner de ses nouvelles,c'etait la premiere fois qu'elle y venait en fait ,ce club elle ne connaissait pas.

Nous etions sur le pas de la porte d'entrée,elle etait dans le hall,il y avait une seconde porte avant les escaliers sur la droite.

Enfin elle avait trouvé une facon de nous remercier,elle voulait nous faire une derniere danse...Mais y' a pas de musique nous lui avions repondu...

Ce n'etait pas important,elle avait la musique dans la tete...L'alcool aussi,je pensais.Elle nous dis d'entrer dans ce hall!

Elle se tremoussait,soulevait et laissait tomber ses cheveux,se languissait,se caressait presque.Nous étions fatigué,nous voulions rentrer chez nous,on commencait à envoir marre nous aussi...

Bonne action ok, mais nous on etait pas psychologues!!!!

Elle commencait à nous gonfler la Bresilienne avec sa danse et sa musique que elle seule entendait!

-Merci pour ta danse miss et à bientot,nous lui avions dis en choeur!

Elle voulait nous donner une bise d'aurevoir...Un bise inoubliable elle disait...

-Oui c'est ca,mets la ou tu veux ta bise,il faut que nous on rentre on est lessivé.C'est clair; la prochaine fois on ne va accompagner personne,meme s'il est question de mort.

Elle s'avancait vers mon collegue,elle s'agenouillait devant lui,elle allait lui donner la bise,facon Bresil...je supposait..elle sortait ce qu'il cachait entre ses jambes,le pris dans sa bouche...

Tiens ,je me disais,ce type de bise ca detends grave.Je ne suis pas contre et comme c'est un geste de non violence,je suis okay,j'aime quand y' a la paix...la grande paix...

Mon sexe,je le sortais à mon tour,moi aussi j'en voulais de sa bise.Elle pouvait reprendre sa danse dessus cette fois si elle le voulait.Je la ferai chanter en meme temps,pourquoi pas.

Elle nous avalait à tour de role dans ce hall,lumiere eteinte,on entendait passer quelques noctambules,on retenait nos souffles,fallait pas reveiller le concierge qui avait sa loge juste apres la seconde porte.

Vive le Bresil,je chantonnais interieurement...

Nos queues se retrouvaient rapidement vetues de preservatifs,je relevais sa robe,glissait la main entre ses cuisses,palpais ce que je trouvais...humide et poilu.

Je la retournais,repoussais le tissu de sa jupe sur le haut de ses petites fesses.Sans autres formes de proces j'entrais en elle, y avais pas de temps à perdre en preliminaires et autres,on etais en zone pas sure!

L'efforcant à se rabaisser un peu pour pouvoir prendre en bouche mon second tandis que j'allais et venais en elle.Elle commencait à gemir,elle retirait la queue de sa bouche,pour la caresser et la resucer.On la sentait venir;elle jouait savemment des fesses sur ma queue,moi aussi j'allais venir!

Mon collegue me fit signe qu'il voulait aussi la prendre,on changea alors de place,je retirais alors mon preservatif pour presenter à ses levres mon sexe nu.

On la besognais,on se retenais de trop faire de bruit,ce concierge juste dans sa loge,nous excitait.

Mon collegue annonca qu'il allait se decharger,le temps de finir sa phrase il lachait son jus,tapait en elle qui partit à son tour,je lui mis la main à la bouche pour l'empecher de crier son plaisir.Mon binome retiré d'elle je pris de nouveau place derriere elle,la penetra,je ne fus pas long à cracher mon jus à mon tour,tandis qu'elle lechait le reliquat de sperme le long de sa hampe.

De grosses flaques de spermes gisaient par terres.Elle nous embrassa et promis de nous revoir le plus vite possible,elle s'en alla et disparut dans les escaliers,visiblement apaisée.

-Venga! C'etait Yolanda,elle etait deja dans le hall que je reconnu et me disais d'enter!!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ah le bresil ......... ca laisse reveur ...

vivement la suite ca devient allechant

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La tete encore pleine des bribes de mon weekend dernier dans cet immeuble,sourire de circonstance...J'allais replonger pour la seconde fois dans ce hall....Le savait -elle?Etait -elle amie avec la bresilienne?Partageait -elle des choses en commun?Non sans apprehension....rien à perdre de toute facon...mais j'avais pas envie de croiser la fille du Bresil.

Enfin,je me trouvais de l'autre coté la porte,les escaliers puis la montée des marches,je suivais cette femme qui voulait apprendre à parler la langue de Molière.

Nous arrivions à son etage sans encombres,personne en vue,aucune rencontre genante....

Yolanda souriait, un peu éssoufflée et un brin crispée lorsque on entrait chez elle.

Modeste demeure,beaucoup d'objets et de souvenirs de son pays,des nappes aux rideaux...beaucoup de couleurs et de tons vifs.

-Voici chez moi,dis t-elle...

Je me mettais à la fenetre,tirais les rideaux et regardais,posais quelques questions banales sur le voisinage,le concierge,la tranquilité du lieu,le cout du loyer....ses relations avec les voisins surtout!A tout prix,je voulais savoir...grace à quelques subterfuges...Ouf..Yolanda n'avait aucun lien ni d'amitié ni de quoique ce soit avec qui que ce soit...je me sentais comme decharger d'un fardeau.

Elle avait retirée son chale qui cachait une chemisette blanche,se tenait au mileu de la piece...vraiment femme;me proposait de m'installer sur le clic clac;une fine odeur d'encens et de bien etre regnaient dans la piece,je me sentais bien chez elle,je me detendais et me mettais à mon aise,le temps de voir venir la suite des evenements.Yolanda ramena à boire et s'installa à son tour à mes cotés sur le clic clac...me remerciant abondamment pour le temps que je lui accordais.Nous parlions de nos familles respectives,de la vie de tous les jours et de nous.Elle reprenait ses grands eclats de rires chaque fois que je rectifiais une faute dans son francais ou que j'en commettais une en espagnol.Face à moi,me tenant les mains dans les siennes,Yolanda jouaient avec mes doigts,les pliait les depliait et les faisait craquer...les questions fusaient,droles et surprenantes parfois!

Elle partit dans la chambre,revint avec du papier à rouler et...me dis:

-Marijuana,amigo?

Le temps de repondre,elle commencait à charger la feuille,vite dis,vite fait,apres quoi Yolanda enclancha son lecteur cd,mit en route de la musique salsa et revenait s'asseoir à mes cotés.Elle me passa le joint que j'allumais et commencais à fumer,on se le passait,elle tira une longue boufée,s'approcha un peu plus pres de moi et me largua dans le visage toute la fumée!L'apprentissage du Francais etait loin derriere nous à cet instant là!!!Je faisais de meme jusqu'a ce que elle me prenne la main...pour danser....C'etait sa chanson preférée qui passait maintenant dis t-elle...Debout contre elle,Yolanda me fusillait du regard ce qui eu pour effet une erection...que je ne pouvait du reste dissimuler,loin s'en faut.Mes mains descendaient sur sa taille pour aller taquiner la courbe de ses fesses de femme mure.Elle ne resistait pas,je la serrais plus pres de moi,sa chemisette blanche sentait l'encens de la piece melangée aux effluves de Marijuana!Sa tete de travers contre mon torse,Yolanda ne me regardait plus...Etait -elle ailleurs?Etait-ce, ce qu'elle avait premedité?

Je lui relevais alors la tete, à mon tour la devorait du regard,puis je prenais ses levres,sa bouche,ses levres,l'embrassais tendrement,nous etions comme deux amoureux.Je continuais à lui caresser les fesses,elle ignorait mon sexe dure emprisoné,elle m'enlacait totalement,nos baisers devenaient plus vifs,plus fievreux et plus humides.Sa langue se logea dans la lobe de mon oreille,elle me mordillait,me lechait l'oreille.J'entrepris de lui faire tomber sa grande jupe,qui laissa apparaitre un sting,blanc.Je lui pris la main et la posais sur mon erection,elle la retira aussitot!J'esquivais alors son acharnement sur mes oreilles,defesais les boutons de son chemisier.Yolanda se retrouvais alors en un maginfique ensemble string-soutien gorge!Je me retenais un instant,admirais ce corps qui ne refletait pas l'age que lui donnait.Sa peau mate en rajoutait.Je l'enjoignis de retourner au clic-clac...

Et je ne sais comment c'est moi qui m'y retrouvais seul...nu....les cuisses grandement ouvertes.

Yolanda me devorais,me branlais,ses levres,sa langue,sa bouche,le fond de sa gorge.Elle donnait tout.

C'est elle qui etait au control,j'etais son invité...elle me le signifiait.J'etais hagard,dans ce canapé,sa bouche latine remontait le long de mon ventre et s'arretait sur mes tetons,je sentais ses dents les saisir,les tirer,les aspirer,les faire raidir.Je ne tenais plus,l'attrapais et la mettais à ma place.Peine perdue!

Elle se relevait aussitot et reprenait sa besogne,je me laissais faire...recommencais...Elle appreciait ce rapport de force.Ma verge gonflée à bloc.Je la voulais.Elle jouait,elle etait vive,vivante,relachait mes tetons et replongeait mon sexe en bouche,elle sucait fort bien,mordait,c'etait une ventouse,pas une bouche!

L'homme...c'etait moi quand meme! Je me relevais et tentais de me tenir debout sur le canapé quitte à ce qu'il se brise en deux,comme pour m'echapper de sa bouche goulue.A son tour elle me suivait dans mon geste,elle m'embouchait à nouveau debout.J'eu une idee pour faire lacher prise à Yolanda.

Je maintenais fermement sa tete et expediais mon sexe au fond de sa gorge,pour qu'elle comprenne,que je voulais passer à autre chose peut etre.Rien.

Alors,des deux mains ,je bloquais defintivement sa tete,annulant tout espoir de vas et viens de sa bouche...j'envoyais de nouveau mon sexe au fond de sa bouche,moi meme faisant les vas et viens,violemment,je lui baisais la bouche,la tete encadenacée,elle ne lachait pas prise pour autant.Yolanda bavait et souriait!

J'en profitais pour lui dire que je voulais aussi m'occuper d'elle...

Un signe de la tete de sa part venait à nouveau me signifier le contraire.

-Tu es mon invité!ajouta Yolanda.

Je m'en fouttais,j'avais mal à la queue,son ventousage devenait douloureux et long,je sautais hors du canapé,la maintenais et tentais de lui arracher son string,elle se debattait en rigolant.Yolanda semblait aimer cette situation,tenir tete et controler les choses.Je me jettais presque sur elle,j'etais plus fort...lui arrachais son string sans aucune douceur,comme une brute....Je decouvrais pour la premiere fois son sexe, sa toison fournie qu'elle cachait,elle continuait à se debattre...Ma tete plongeait entre ses cuisses qu'elle tentait de fermer et ma bouche atterissait dans un tapis de poils,de chair et d'eau.Elle mouillait,ses longs poils trempée de son jus de femme mure affirmaient que ca fait un bail qu'il y etaient!Je plongeais mon nez dedans,sentais,reniflais,j'aimais,et me lancais à la decouverte de sa caverne,elle s'etait calmée et retirait son soutif,des seins moyens pas d'une premiere fraicheur mais fermes,je les palpais.Ma langue continuais mon exploration,penetrait le vagin de Yolanda,son clitoris sous mes yeux,je buvais son suc latin.Du bassin,elle poussait vers moi,je promenais ma langue sur l'interieur de ses cuisses bronzées d'origine,laissais souffler son intimité mur.Mes mains soulevaient à present ses fesses,ses jambes sur mes epaules,de ma bouche j'allais de son vagin à la raie de ses fesses,je cherchais,je fouillais,je voulais offrir à ma langue cette caresse qu'elle affectione tant,qu'elle aime tant donner.

En levrette alors je positionnais Yolanda,lui ecartais les fesses,sa rosette,aussi poilue mais finement apparaisait.Du bout de la langue,j'y allais.Elle sursauta.C'etait la premiére fois qu'une bouche s'y aventurait.(je l'ai su plus tard).

Tendrement,je lechais son anus,le salivais.Yolanda remuait de la tete sous l'effet de cette caresse intime qu'elle connaissait mais quelle vivait pour la premiere fois.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

trés joli récit

:D:D:D:D :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est... comment dire! Extrêment allèchant! :D

Moi aussi ca m'emoustille de revivre...sinon de relater ces moments qui encore me marque.

Bien de choses.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Suite et fin.

Je sortais la langue,fouillais son anneau,plus lent...plus fort...plus souple longuement,puis lui saisaissais les fesses,les palpais.Elle tortillait son posterieur sous ma bouche;ce qui m'excitait comme un petit diable.Je continuais à saliver,j'étais devenu comme Yolanda,hors de controle.A nouveau je la retournais lui faisant abandonner sa position de levrette,la remettais sur le canapé cuisses ouvertes,sa fontaine coulait,elle entreprit de se caresser les seins.Je saisissais ses cuisses pour la faire avancer de sorte que ses fesses

quittent le canapé.A genou je replongeais ma bouche entre ses poils et son entrejambe trempé,mes doigts écartaient ses poils pour laisser passer ma langue.Elle poussait du bassin encore un peu plus,les fesses litteralement hors du canapé,repliait les cuisses..les ramenaient sur son ventre,elle les retenaient des bras.

Yolanda était ouverte dans cette posture.(......) Belle et impudique.

Ainsi recroquevillée,je m'attelais à éffleurer des levres son bourgeon mur qui n'attendait que d'etre traité comme il se devait.Je lechouillais ce clitoris à decouvert,plus bas ses petites et grandes levres avaient aussi droit à leur ration de glisse,elle coulait...je buvais.Legerement je relevais ses fesses et partais de nouveau visiter l'entrée de ses reins du bout de la langue,je continuais ce scenario.Yolanda commencait à fatiguer et relachait un peu plus sa prise.Du bout du doigt,je caressais l'entrée de son anus et tatais,de son jus je lubrifiais cette porte intime.Je reprenais pareil avec son vagin,appuyant au passage son clitoris.Ce qui lui arrachait un rale de plaisir.

Delicatement,je poussais un doigts qui entrait dans son anneau,un autre trouvait sans chercher l'entrée de son puits d'amour.Ma langue partait à son tour laper son clitoris, lorsque mes doigts commencaient leur vas et viens...elle lachait un grognement de lionne,abandonnait ses cuisses qu'elle maintenait et saisaisait ma tete ferme contre son clitoris,mes doigts entraient et sortaient de ses deux orifices intimes.Yolanda haletante appuyait fortement ma tete.Je retirais alors mon doigts de son vagin et le remplacais aussitot par ma langue et gardais celui inserré dans son petit trou qui allait et venait.De ma bouche je receuillais sa mouille que je deposais sur mon doigts qui sondait dans l'anus de Yolanda et continuais de plus belle.J'ajoutais des mouvements circulaires aux vas et viens.Dans son conduit anal je pianotais,d'un doigt à un autre,remontais sur son clitoris et l'aspirais comme si j'allais le decrocher...le retirer de son socle!

Yolanda gemissait,voulait se relever.Je ne pretais guere attention à elle,à mon tour je devenais tortionnaire ...comme elle...quand elle me sucait...quans elle faillit m'arracher le membre.

Elle lancait des ....c'est bon ne t'arrete pas..continue....ou arrete je n'en peu plus...tu me fais du bien,tu me fais mal...continue....tout ceci en espagnol...ce qui m'excitait un peu plus.Et puis...Yolanda jouissait.....Dans ma bouche en donnant de grands coup de bassin jusqu'a se qu'elle se ramolisse et retouve ses esprits.

Je retirais mes doigts,arretais l'aspiration de son clitoris,remontais et lui offrais ma bouche dans un baiser passionné,long.Mes doigts venaient se mettre entre nos bouches,chaudement sortis de ses trous,elle les prenais entres nos deux levres,les sucais,les plongeais dans la mienne,me les reprenais.Je quittais sa bouche sucais ses seins,les caressais et les malaxais.Plus fort..elle voulait.Je les saissisais alors..les tirais...pétrissais et les frappais.

Ses seins rougissaient,elle en redemandait,me masturbait,tirait ma verge,la tenant par la base.

Yolanda appreciait quand les gestes etaient dures,fermes et parfois rudes.

Je promenais ma bouche sur son corps,à moitié etendue sur son canapé,je lui lechais longuement les aisselles. Elle se laissait aller et savourait...retournais à ses seins,son ventre,ses hanches l'interieur des cuisses;j'aimais sa peau.Je parcourais de long en large ce corps à ma guise lorsque Yolanda se relevait et engloutissait mon membre dans sa bouche,elle me sucais de plus belle,arretait et se mettait en levrette et m'offrait sa croupe:

-Venga mi caballo!(viens mon cheval).

Cette croupe....moi... l'excitation à son paroxisme...Peut etre cette phrase en espagnol...Cette invitation au plaisir...

Pour la premiere fois de ma vie et ce, depuis mes nombreuses aventures...je commettais l'irreparable.

J'enfreignais mon premier principe....Le port de preservatifs obligatoire ou rien.

Je me placais derriere Yolanda et la penetrais sans menagement.Elle meme n'eut pas l'idée de me le rappeler ou de l'imposer.Prise à son tour dans le tourbillon du desir.

Ma verge plongeait,ressortait.Je perdais toute notion de douceur,de sensualité et d'erotisme,Yolanda m'accompagnait,ses fesses me rejoignaient et resonnaient contre mon bas ventre.

Je cognais comme un sourd,comme si c'etait ma derniere fois,m'arretais m'agenouillais derriere Yolanda,la lechais un moment et la penetrais à nouveau....retirais mon sexe,introduisais un doigt dans son anus,lui lechais le vagin,mettais une fessée et la repenetrais.Rien ne pouvait m'arreter semblait-il.Mes bourses en balancoire,ma queue fouillait.Yolanda caressait son bourgeon sans menagement non plus.J'arretais de la besogner et joignais ma main à la ceuillette de son plaisir.Deux mains pour son clitoris....Pas assez de place,alors j'essayais d'attrapper le maximum que je puisse entre les levres de sa vulve humide que je tenais,je les froissais....

Plus fort.Yolanda souhaitait chaque fois.Son plaisir grandissait,son plaisir,elle le voulait à ce que je voyais.

Je la repenetrais,recognais,lachais,reprenais,repenetrais.De la queue trempée de son nectar de femme mure,je cherchais sa bouche,elle sucait et je revenais planter ma langue à l'orée de son anus que je salivais.

Mon sexe sortait de sa vulve et venait tester l'entrée de sa mine.

Yolanda quittais sa position,me forcais à m'allonger,se placais au dessus de moi...pour un 69;

elle se mit à lecher mon dard et le jus receuilli de son antre;au dessus d'elle je sucais et lechais ses levres intimes.Elle arretait de me sucer chaque fois que ma langue s'engouffrait un peu plus dans son interieur baveux et poilu puis reprenais.Elle crachait litteralement sur mon sexe et le lapais follement,le tirait à la limite de la douleur.Je gemissais,contenais parfois un rale mi-douleur... mi-plaisir.Elle etait chaude et humide.

Plus fort je gemissais...Yolanda se relevait alors,me laissant allongé et s'empalait sur ma queue,de dos.Elle se levait et se laisser tomber sur ma verge dans mouvement discontinu,attendait un instant,recommencait....plus fort plus vite et se laissait tomber à nouveau.Je ralais..haletais...

Je n'etais pas loin de jouir...J'ai pour habitude de toujours prevenir,on ne sait jamais...(...),je l'annoncais à Yolanda.

Elle se retirait alors,mon membre gluant de sa liqueur,le prenait en main et frottait mon gland contre l'entrée de son fondement le plus secret.Je me relevais,la mettais à quattres pattes pour une eniéme fois,j'ecartais ses fesses,au bord de l'explosion me retenant comme jamais.Mon gland poussait deja et faisait s'ouvrir lentement l'anus de Yolanda jusqu' à la garde.

Mi caballo....Mi caballo....Mi caballo....Me gusta....

Je n'entendais plus rien,perdu dans les entrailles de cette femme qui m'appelait son .

Alors je me sentais comme un cavalier dans la pampa ou sur la Cordillere des Andes à des milliers de metres d'altitude...Je labourais son doux fourreau de quarante neufs ans,je labourais,labourais...plus rugeux elle voulait,je l'enculais...et donnais de grandes fessées...dechainé...helas..... pour pas longtemps.

J'eructais...j'ejaculais....je deversais...je me deversais en elle...dans ses reins...par de violentes saccades...

je me vidais...dans cette vallée Latine....chaleureuse...en rugissant.

Yolanda restait encastrée jusqu'a ce que je perde de la raideur,sortait mon sexe... le prenait en bouche pour le nettoyer et me faisait partager son gout dans un fougeux baiser,on redescendait sur terre.Mon sperme coulait de ses fesses,elle le receuillait et le portait à nos levres.

Nous avons passé le reste de la nuit entre pizzas,alcool,salsa,sexe et marijuana.

Au petit matin je suis rentré chez moi vidé,la tete embrumée....

J'ai finalement passé deux années torrides,folles, muy caliente avec Yolanda,pleine de peche et d'ardeur.C'etait la course contre le plaisir.Le jour ou debout au dessus de moi dans la baignoire,elle vidait sa vessie par des jets chauds d'urine sur mon visage...ou quand je lui rendais la pareille,elle en levrette s'ouvrant les fesses pour que je lui espedie dans la rosette de puissants jets d'urine avant de la sodomiser vigoureusement contre le bord de la baignoire.Elle m'attachait parfois,ecrasait sa moule contre ma bouche et mon visage jusqu'a ce qu'elle jouisse puis me faisait jouir à mon tour en introduisant un doigt dans mon anus pendant qu'elle me sucait,venait recracher tout mon sperme sur mon torse pour en faire une creme de massage.Je savais que j'étais un cochon en devenir....mais avec Yolanda je l'etais de facon effective,defintive et en puissance.J'ai connu ma premiere fessée grace à Yolanda,elle avait aussi pris l'habitude de me fourrer la langue dans mon petit trou,ce que j'appreciais à fond mais bien plus au fond...faisait disparaitre mes boules dans sa bouche.J'etais devenu sa chose.Elle etait devenue ma chose.Tous les deux insatiables presque.On se voyait exclusivement chez moi ou à l'hotel.Je ne voulais pas renconter à nouveau la Bresilienne.Parfois quand Yolanda avait une course ou quelque chose à faire vers chez moi,elle me prevenait, arrivait un petit peu avant son rendez vous.J'ouvrais la porte...elle entrait..se mettait à genou...me sucait...me faisait jouir dans sa bouche ou je la prenais à la hussarde comme un voleur,elle jouissait et s'en allait aussitot.

Elle apprit à parler de mieux en mieux le francais au fil de nos rencontres, je retrouvais peu à peu mon espagnol que je parlais...presque normalement comme avant...quand j'etais etudiant....dans mon pays..... Me retrouver plus tard à faire des en France.La vie est pleine de surprises.....

Avec le temps,je partagerais certainement encore quelques confessions sur mes nuits parisiennes et mes rencontres ici et là.Peut-etre aussi ma premiere fois avec une ma Prof de droit à 6000 kilometres d'ici,au pays des elephants.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.