Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

opale

Tendres sont mes jours, brûlantes sont mes nuits avec toi

Recommended Posts

Brocéliande attend un poulain pour le mois d'avril, elle devient nerveuse. Il est trois heures du matin, je me faufile au dehors sans faire de bruit et je vais la calmer un peu. Mes mains lui masse les reins, elle soupir de soulagement, je caresse son ventre rond, le petit bouge et elle regarde ses flancs. Peu à peu ma voix l'apaise tout comme la tienne le faisait lorsque j'ai mis au monde nos trois enfants.

De retour à la maison, je me glisse dans le lit en prenant mille précautions pour ne pas te réveiller. Je n'ai pas envie d'éteindre la lumière, j'aime tant te regarder dormir, ton visage tel celui d'un enfant m'émeut au delà de tout. De l'index, je lisse tes sourcils, je suis l'arrête de ton nez, passe le pouce sur ta bouche que je sens si douce... Tu esquisses un demi sourire, je suspend mon geste de peur de te déranger. Mais l'envie me reprend, j'admire l'ombre que font tes cils sur tes joues, ma main caresse tes cheveux, se glisse dans ta nuque, je viens respirer ton cou et dépose sur ton épaule un tendre baiser.

Doucement, je sens cette chaleur bien connue m'envahir, j'en suis toujours étonnée et émerveillée après tant d'années, ton pouvoir sur moi n'a pas changé, bien au contraire, il s'amplifie, me ronge et m’emporte comme une lame de fond, c’est si bon de sentir mon coeur s’affoler, ma respiration se suspendre, mes reins me brûler. Je descends jusqu’à ta taille, le drap qui te couvre. Ta poitrine se soulève lentement, ta respiration est ample, mon oreille inquiète se pose sur ton coeur pour en écouter les battements profonds, mes lèvres te gouttent sensuellement, je te déguste , prend tout mon temps pour le faire, je me sers un peu plus contre toi. Le contact de ma nuisette me devient insupportable, je l’arrache presque de ma peau, et vient me couler contre la tienne si douce si chaude si tentante. Mes mains partent en expédition, pas besoin de carte, elles savent où aller, elles reconnaissent chaque plis, chaque creux et monts et pourtant c’est comme une découverte à chaque fois.

Ton sexe est dressé , suis je dans tes rêves ? Une petite pointe de jalousie me pince le coeur, les sourcils froncés je tourne mon regard vers toi et me prend de plein fouet l’éclat de tes prunelles bleues chargées de désir et d’attente. Un sourire carnassier se dessine sur tes lèvres, et mon sang ne fait qu’un tour tandis que tu me saisis aux hanches pour me coucher sur toi. Tes mains au creux de mes reins, effleurent avec douceur le haut de mes fesses, ta bouche vient cueillir mon premier gémissement de bien être, tu me sers fort contre toi en murmurant mon nom. Une fièvre sans nom me possède, je veux te sentir en moi sans attendre, je veux que tu me prennes, que tu me fasses tienne de toute ta force d’homme. Envie de me sentir fragile, dominée sous ton corps, à ta merci et terriblement consentante.

Sans ménagement, tu me fais basculer sur le dos, tes mains autour de mon visage se mettent en coupe, ta bouche me mordille. Par jeu, je me débats, jouant les vierges effarouchées, je me cambre, te repousse, tes mains emprisonnent les miennes au dessus de ma tête. Du bassin je te soulève, me défend avec ardeur, tu trouves avec ton genou une ouverture entre mes cuisses, et tes hanches se soudent aux miennes. Mes poignets réunis dans une seule de tes mains, je sens l’autre glisser sur mes seins, ma bouche essaie de te mordre, je ne suis pas encore vaincue, ton rire charnel m’électrise. Je sens ta main descendre sur mon flanc, ma taille, mes hanches, le coté de ma cuisse. Je suis perdue mais refuse de l’admettre, dans un dernier sursaut, j’essaie de glisser une jambe entre les tiennes pour assurer une meilleure prise, je sens alors ton gland buter contre ma vulve. Dans un dernier regard de rage je te souffle un rebel :

- "Jamais je ne plierais" !

Tes yeux assombris par le désir ne me quittent pas, je te sens alors pousser tes reins en avant, dans une brûlure d’extase je te sens prendre possession de moi, enfoncé dans mon ventre jusqu’à la garde, tu ne bouges plus, attendant que je retrouve mon souffle, et que je te supplie de continuer. Mes cuisses tremblent de désir, je ne suis qu’une boule de feu et tu ne le sais que trop bien. Qu’importe si cette fois tu crois que j’ai perdu, je sais moi, que je t’ai amené là où je le voulais pour notre plus grand plaisir à tous les deux. Tes coups de reins deviennent plus doux à mesure que je me soumet, je vois ton visage se tendre alors que d’une voix rauque tu répètes :

- Non... non ... je vais jouir... je viens... mmmmmmm... Oooooop

Ce feulement me terrasse, mon ventre explose, je hurle un je t’aime avant de sombrer dans un plaisir extrême d’où je ne sortirai que de longues minutes plus tard, lorsque ton sexe aura quitté le mien, mais que tes bras se seront refermés sur moi pour que le sommeil ne nous sépare pas. :oops:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tes textes me transportent Opale, :oops::clap: continue c'est vraiment bien :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest angegigi

waou !!!! :clap::wink::( que de sensualité :oops: et d'amour :clap: félicitation :P:(:(

tu ecris divinement bien :(

c'est d'un romantisme et trés excitant :P:(

quelle tendresse :(

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest decibel

Un régal de te lire belle Opale :clap::wink::( ... et quel magnifique expérience toute en tendresse et en sensualité :oops::P:(:P :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:oops: :clap::clap:j'adore! c'est superbe et bien écrit :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les récits de FI c'est un peu comme les albums de l'underground. Ou tu te fies au noms des groupes que tu connais déjà ou tu tapes au hasard d'apres le noms des groupes , des pochettes et des albums qui vont plus ou moins titiller ton regard.

Bref, Opale, pour en revenir à ton récit, que de sensualité et de romantisme dans tes mots. Un récit qui donne envie de le vivre d'ailleurs.

J'aime beaucoup

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cest très beau et très tendre.

Bravo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.