Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

cury22

au petit matin

Recommended Posts

Je me réveille tôt ce matin, très tôt même. Ne retrouvant pas le sommeil, je décide de me lever.

Par la fenêtre de la cuisine, je vois le jour se lever. Je me dis qu'un peu de marche me fera du bien.

Il fait bon dehors, malgrès le brouillard matinal. Je prends la route menant à l'étang artificiel qui jouxte mon lotissement.

Dans le calme de ce petit matin, les coassements des crapauds buffles fait planer une drôle d'atmosphère, mi angoissante, mi magique.

J'entends un bruit de course non loin de moi. Je me retourne et voit passer une jeune femme. Dans le brouillard, elle semble nimbée d'une voile de tulle la rendant presque irréelle.

Troublée par cette vision féérique, mon esprit divague, aidé en cela par le doux clapotis de l'eau.

J'entends soudain un bruit de chute suivit d'un petit cri qui me sortent de ma torpeur. Je me précipite vers l'endroit d'où ils proviennent, et je vois la jeune femme assise par terre, se massant la cheville. Je m'approche d'elle, lui demandant si elle veut que je regarde sa cheville. Elle accepte. La cheville est enflée. Je lui enlève donc sa chaussure et sa chaussette et commence à la masser. Elle a un pieds parfait, dont les ongles sont magnifiquement manucuré. Mon regard remonte vers ses mollets, eux aussi superbes, musclés et parfaitement galbés. Ils sont le préludes à des cuisses parfaites elles aussi, sportives.

La jeune femme remarque mon regard, mais ne bronche pas. Elle a deux mèches de ses cheveux blonds qui se sont détachées de sa queue de cheval, délimitant ainsi son visage angevin. Ses yeux bleus me troublent. Peut être sont ce les larmes qui les habitent qui renforce leur beauté, mais, quoiqu'il en soit, je suis sous le charme.

Je lui demande si elle se sent capable de rentrer chez elle. Elle répond par la négative, "à moins que vous m'y aidiez" ajoute-t-elle. J'accepte sa demande.

Je l'aide à se relever, en passant mon bras sous le sien, touchant accidentellement son sein, que j'imagine petit et ferme.Je lui sers de béquille, et ce contact provoque en moi de drôles de sensations. Sentir son corps contre le mien, sentir l'odeur de ses cheveux...tout cela me ravit et me comble.

Le trajet jusqu'à chez elle ne dura que quelques minutes, mais provoqua en moi un grand émoi. Arrivé chez elle, je l'aide à s'assoir sur son canapé, où elle retire son sweat shirt, dévoilant un t-shirt moulant qui me confirme la taille de sa poitrine. Je lui demande si je peux encore l'aider à quelque chose, elle me répond que non, avec un petit sourire malicieux qui me mets dans tout mes états. je baffouille alors un au revoir, et commence à me diriger vers la porte, lorsqu'elle me dit qu'elle espère que je reviendrais lui rendre visite prochainement.

J'accepte en lui disant que ça serait avec un grand plaisir, et quitte sa maison...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cela faisait maintenant quelques jours que ma rencontre avec la jeune femme s'était passée. Je n'avais pas tenu ma parole d'aller lui rendre visite. Peut être par timlidité, peut être par peur de m'être tromper sur ses intentions. Quoiqu'il en soit, mes pensées était focalisées sur elle. Pas une heure sans que son souvenir se rapelle à moi. De temps à autre, je passais non loin de chez elle, dans l'espoir secret qu'elle me remarque et m'interpelle. Mais cela n'était pas arrivé, à mon grand désespoir.

Un soir, alors que je regardais la télé, j'entendis sonner à la porte. N'attendant personne en particulier, cela m'étonna un peu. Mais quelle ne fut pas ma surprise lorsque je découvris la jeune femme sur le pas de ma porte. Mon coeur s'emballa d'un seul coup. Ses battements étaient si violent que j'avais l'impression qu'on les voyaient son mon t-shirt."Vous n'êtes pas evnu me voir" me dit elle "alors, c'est moi qui viens à vous". Elle est vraiment sublime. Vêtue d'une courte robe blanche dévoilant ses jambes délicatement, elle me paraissait plus grande que dans mes souvenirs. Ses cheveux étaient détaché et lui retombaient au niveau ds épaules. "Entrez" lui dis je. j'espérais que mon émoi ne transparaissait pas dans ma voix. Elle me fit un sourire à damner un saint, et, passant devant moi, déplaça dans son sillage un léger parfum de vanille. Tandis qu'elle se dirige vers le canapé, je ne peux m'empêcher de regarder le haut de ses cuisses où danse le bas de sa robe. Ce mouvement de flottement commence à créer en moi un début d'excitation que je tente tant bien que mal a stopper. Tandis qu'elle s'assoit, je lui propose de boire quelque chose, ce qu'elle accepte. Peu de paroles sont échangés, mais nos regards parlent pour nous. Je la dévore littéralement. Elle me sourit.

Une fois nos verres servis, je me place en face d'elle, dans un fauteuil. Mes yeux sont sans cesse attirés par le haut de sses cuisses, où s'arrête sa robe. Elle le remarque mais ne s'offusque pas du tout.

Nous parlons de tout et de rien. Elle se dandinne de temps à autre, et mes yeux sont sans cesse rivés sur le haut de ses cuisses, espérant qu'un mouvement du tissu me laisse apercevoir un peu plus. Le temps passe doucement en sa présence. Je suis ensorcellé par son sourire. Nous nous parlons de nos vies. Le courant passe. Et quand un silence s'installe, il flotte un parfum de complicité. Je ne sais pas combien de temps durent ces silences, peut être un seconde, une heure, une vie...Peu m'importe. Je me sens si bien avec elle, vivant...Tous mes sens sont en éveil, exacerbés.

Elle me dit qu'il se fait tard, qu'elle doit rentrée. Nous nous levons, et alors qu'elle se dirige vers la porte, je lui saisit la main, l'attire vers moi Nos regards se croisent...Je l'embrasse alors tendrement. Nos langues se rencontrent et se lancent dans un ballet improvisé et voluptueux, juste troublés par nos respirations emballées par l'émotion. je lui dis que je n'ai pas pu résisté. Elle me répond qu'elle se demandait quand j'allais le faire. On rit tout les deux. Sentir son corps tout contre le mien provoque en moi une si vive émotion que je ne peux m'empêcher de l'embrasser une secone fois. Cette fois, mes mains parcourent sont corps, caressent ses hanches, ses fesses, ses seins. Elle apprécit visiblement. Je commence à lui embrasser le coup, les épaules. Sa peau est si douce, si satiné, que j'ai l'impression d'embrasser un nuage.

J'essaye tant bien que mal de refreiner mon envie d'aller plus loin, mais c'est chose perdue lorsqu'elle commence ele aussi à me caresser, d'abord les pectoraux, puis mes fesses, puis pour finir, mon sexe qui ne reste pas indifférent à de si intimes caresses.

...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

trsè beau

juste un détail, peut tu par la suite aérer ton texte stp :D que ca fasse moins gros bloque à lire ;)

Je sais je suis chiant :D (c'était juste un tout petit détail ;) ) :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

oui monsieur :D;)

roh tout de suite :D:D;)

les grand mot monsieur et tout, je ne suis pas modo :D

j'espère lire un autre recit prochainement de toi :D :D

:D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest caresse

peu importe les espaces.....seul le contenu importe ;)

hmmm

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

Bravo pour ton texte et "Qu'importe le flacon pourvu qu'on aie l'ivresse" (grand poète français)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nous enhardissons tous les deux. Du bout des doigts, je fais glisser les bretelles de sa robe le long de ses épaules. Mes mains l'éffleurent à peine, juste un souffle sur la peau nue de ses bras. Sa robe descend lentement le long de son corps, dévoilant alors devant mes yeux gourmands ce corps dont j'avais si souvent imaginé les formes, les rondeurs et les creux. L'afaissement du tissu me fit découvrir des sous vêtements noir, un soutien gorge mettant en valeur sa poitrine déjà généreuse et un string dévoilant ses fesses musclés."Tu es magnifique" dis je dans un souffle.

De son coté, elle m'avait enlevé le t-shirt et commençait à me déboutonner le jeans. Tout cela ce faisait dans une sorte dee chorégraphie dont les mouvements aurait été répété des dizaines de fois. Nos gestes sont précis et rythmés par nos respirations et le frou frou des vêtement tombant au sol.

Je m'approche d'elle, et dans un geste délicat, je lui ôte son soutien gorge. Je me penche et commence à embrasser sa poitrine. Je lui suce les tétons, les aspire, et cela provoque chez elle un soupir de bien être. Nous restons prostrés dans cette positions quelques instant, puis je me met à genou devant elle et lui enleve son string, découvrant un sexe totalement épillé. Ma belle se recule et va savoir sur le sofa. Dans un geste du doigt, elle me demande de la rejoindre. Son regard plein de malice et ses joues rosient par l'excitation lui donne un air très sensuel. je la rejont, m'agenouille deavnt elle, puis lui écarte les jambes afin d'aller me régaler dans son puits intime. Elle mouille déjà abondamment et je me saoule de son nectar. Elle apprécie énormément mes caresses et appuit sur ma tête afin que ma langue pénètre plus loin dans son intimité...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Plus ma langue la fouille profondément, plus ma jolie sportive se trémousse. Elle pousse de petits gémissement qui ont le don de beaucoup m'éxciter. Dans un râle elle me dit "mets toi debout que je m'occupe un peu de toi". Très obéissant, je me relève et me place juste face à elle. Elle a alors mon sexe raidit au niveau de sa bouche, et, sans prévenir, l'engloutit jusqu'à la garde. Surpris par le fait qu'elle n'ai pas jouer un peu avec mon sexe avant, je pousse un petit cri. Elle me regarde alors avec un petit air malicieux, puis reprend sa fellation de plus belle, sa langue décrivant des arabesques sur mon gland, et ses mains tapotant doucement mes bourses. Je suis en plein extase. Elle aussi continu de se faire du bien. Je vois ses doigts titillé son clitoris tout gonflé de plaisir....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

oui je sais, mais je "travaille" en même temps, c'est donc pas facile. mais la suite viendra rapidement ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nous sommes tous les deux dans un monde submergé de sensations, d'odeur. Elle me regarde intensément, les yeux grands ouverts tout en me suçant, puis en repousse doucement par les hanches et me dit "prends moi!" avec une regard pénétrant. Je me remets sur les genoux, et l'attire sur le bord du canapé. Ses jambes écartées m'offre le plus beau des spectacles.Je positionne mon sexe sur ses lèvres et commence à lui caresser le clitoris avec mon gland, avant de rentrer en elle d'un coup sec. Elle gémit. "Continue comme ça" me dit elle. Je m'execute alors, alternant caresses sexe contre sexe, et brusque pénétrations. Chaque pénétration lui arrache un petit cri de plaisir. Bientôt je reste en elle, lui donnant de grand coup de reins. Elle aime visiblement l'ampleur et la force de mes coup de boutoir. J'accélère alors le rythme. Nos respirations se font plus rapide et bruyante. Nos gémissements de plus en plus rapprochés...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sentant la jouissance proche, je me retire et lui demande de se mettre a genou devant moi. Elle séxecute et me montre sa jolie paire de fesses. Je m'approche d'elle, caresse ses fesses, puis je la prends en levrette. Elle commence à ondulé sous mes assauts. J'aime sentir mon ventre venir s'écraser sur ses fesses, j'aime voir son dos, ses épaules. Je place mes mains sur ses hanches pour mieux l'attirer à moi, pour mieux rentrer en elle. Je lui tape soudain sur la fesse. Elle crie de plaisir. Le mien redoouble. Nous ne sommes qu'un, notre union est parfaite. Une ultime fessée, et elle s'oublie dans un orgasme si fort que tout son corps se met à trembler. Je ne tarde pas à venir moi non plus, dans un déluge de frissons d'extase.

Après avoir récupéré et nous être rhabillé, elle me lance depuis la porte, jeudi soir 19h à la salle de tennis...

Fin de l'act 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.