Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Guest Naméo

Dans l'avion...

Recommended Posts

Guest Naméo

Hem, je vous avouerai que je n'ai pas l'habitude d'exposer en public ce genre de confessions, même si cette partie du forum y est consacrée...

Je rentrais de Pologne, le soir, fatigué. Le lendemain, cours... :D

Et, alors que je m'attacher à corriger, raturer, célébrer un de mes textes, je sens se poser sur moi un regard amusé. Je ne fais pas attention aux deux jeunes adolescentes à ma gauche et tourne le regard vers la droite. Je croise son regard, souriant, comme toujours, ne cherchant pas à afficher pour lui plaire une fausse timidité. :D

Je l'amusais... mes grands gestes, mon éloquence faisait de moi la source implacable et salvatrice de l'ennui qui rongeait les trois quart de l'avion à ce moment là. Je savais que ma professeur d'Histoire était sur le siège derrière moi, le dernier siège, et je m'amusais parfois, durant notre conversation, à me tourner pour lui offrir, insolent élève, quelque intellectualisme oscène pour sentir l'agréable sourire d'un prof. reposé.

Nous passions outre le fait que les gens passaient pourtant eux entre nous blablatant, Le stewart nouveau et gauche, des adolescents fatigués, tentant, comme de petits insectes bridés, de draguer leur voisine en riant davantage. :D

Je la voyais me lancer des regards envieux, des idées des caresses qui flattaient ma douce queue (! :D), et, d'audace, je me leva pour parler aux hotesses, juste derrière, au fond de l'allée. Cruel et patient... je rougis de plaisir, à l'idée de ce pauvre abandon, mais je sentis, sur mes fesses, une main pêcheresse, qui appellait toutes mes chairs par ses tendres caresses.

Et alors sans attendre, et voyant la froide porte, des toilettes se fermant, je salua, d'une main impatiente, ces hôtesses au repos. :D

Alors, seuls, dans les toilettes de l'avion, je pensais à ma prof, deux mètres plus loin, derrière la cloison, et souris de ma grande désinvolture.

Elle commença à tendre ses doigts sur mon torse, et je les sentais glisser le long de ma poitrine, pendant que ses lèvres affamées se délectaient des miennes encore chaudes. Nos corps se rapprochèrent, et je pus, de mes maisn baladeuses, caresser et ses côtes et ses hanches à la fois. Fougueuse et gourmande ! Elle mordait tendrement mes lèvres frémissantes et je sentais sa langue, taquiner le bout de la mienne. Il commençait à faire très chaud... et l'espace était confiné... Alors je du enlever mon T-shirt, et elle en profita, opportuniste, pour glisser sa belle main contre mon ventre, testant de leurs bouts mes abdos et mes hanches. Je suis mince, et elle me le fit remarquer, alors, pour me venger de paroles qui m'empêchait de sentir ses lèvres flatteuse, j'enlevais son haut de mes mains intrépides. :D

Un soutien-gorge rouge, en dentelle, protégeant une poitrine opulente, commune à nombre de ces folles adolescentes. Mais j'étais toujours insatisfait, le sentiment amer de ne pas avoir été suffisement vengé. Alors je le lui ôta, d'une main, calmement, gratifiant par clémence sa nuque brûlante de la chaleur de mes baisers.

Nous étions torse nus et, mes mains dans son dos, j'embrassais avec passion ces deux seins libérés, mordillant quelques fois ses tétons qui pointaient. Mais elle ne se laissa pas faire ! :D

Ses mains s'acharnaient sauvagement, à l'aveugle, d'enlever ma ceinture et défaire ces boutons qui la séparaient de mon sexe impatient. Mais je vu, pendant ces chaudes embrassades, un sourire s'afficher pendant que ça main jettait au sol, avec dédain et pouvoir, ma ceinture détachée.

Nous étions presque nus, et cela n'avait plus d'importance, car de nos mains nous touchions le sexe adversaire, le caressant de désir.

Alors je me mis à genoux, et, retirant sa culotte commença d'embrasser ses arches et ses voutes, sa caverne trempée, plongeant, deci-delà, quelques doigts éclaieurs et curieux, frottant doucement ses parois toutes humides. Et je léchais, sans vergogne, ce clitoris gonflé pour entendre plus haut des miaulements de plaisir... Enfin, des spasmes apparurent et je sentais ses cuisses frémissantes, fermes et douces, serrer mes tempes et ses pieds tortillant contre mes omoplates, assise sur le bord du lavabo inexploité jusqu'alors (mais de quoi est-ce que je parle... ? :D). :oops:

Les gémissements se firent plus forts et plus rauques, et je du, d'une sensible cruauté, cesser de torturer comme cela cette jeune âme frivole.

Alors, admirant très flatté son regard éperdu, je pénétrais sans prévenir ce vagin tout trempé de ma verge brûlante. Et les gémissements reprient de plus belle, au fur et à mesure que je martelais, avec calme pourtant, son sexe affamé. Alors, elle m'attrapa par le cou et, à mon oreille, me suppliait de ne pas m'arrêter... :D

Et elle jouit, et ne put, malgré ses efforts, serrant les dents, de laisser éclater cet orgasme nouveau. Je me senti à la fois gêné et très amusé, car je pensais aux autres derrière qui avaient entendu... Elle s'excusa, haletante, mais je la rassura d'un sourire.

Alors, elle descendit de son trône jouissif et, sans rien demander de mes mots, ni même de bouger, elle commença de léché mon torse fin et musclé. Descendant, caressante, vers ma verge érigée.

Et je me laissais guider au septième ciel... celui où même cet avion ne pouvait nous mener, matériel et stupide. J'entendais et sentais tout à la fois ces terribles succions sur mon sexe gonflé, j'avais l'impression que j'allais exploser. Mais elle, consciencieuse, ne s'arrêtait pas, alternant caresses de la main et baisers langoureux, succions de ses lèvres, très douées je l'avoue... :D:D:D

Et elle me regardait, impudique et soumise, à genoux devant moi et gobant, de sa bouche gourmande, tout ce qu'elle pouvait de ce met charnel. Plus rien n'importait derrière ces cloisons, nous étions seuls, et je me laissais transporter.

Alors, d'un léger geste de la main, je tint son front et retirais ma verge. Je commença à me masturber, pendant qu'elle, levant la tête, ouvrait la bouche pour accueillir avec soif ma semence.

Et elle jaillit, en jets puissants, sur ses lèvres, ses joues et le haut de son front... Puis elle revint à la charge pour lécher et sucer mon gland recouvert de cette douce substance. De mon sexe encore dur, je l'aidais à récolter sur son visages les flaques blanchatres pour qu'elle puisse (oui je suis si généreux... :D ) s'en délécter lors... :D:D

Elle se nettoya, nous nous rhabillions, non sans nous embrasser par moments.

Puis nous sommes sortis, un peu rouge, parvenant tant bien que mal à n'avoir l'air de rien. Certains nous regardaient, voyeurs, et je repensai à ce cri irréfréné.

En m'asseyant, je croisais le regard de ma prof. qui me sourit, sans un mot. J'étais relativement gêné ! =p

Puis le vol se terminait et parfois, elle me lançait des regards timides, auquel je répondais par un sourire innocent. :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest decibel

Magnifique jeu d'écriture :D:D:D ... et quelle expérience torride dans les airs :D:D:D:D:oops:

Raconte encore :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Naméo

Hmmm merci, je suis flatté... :oops:

Mais... des récits érotiques, je ne parviens pas à y mettre tout le coeur et faire autant de styles que pour les autres genres :s.

Tant pis.. peut-être qu'avec de l'entraînement...

J'essayerai d'en mettre d'autre, j'ai encore quelques douces confessions à vous faire... je suis encore jeune et vigoureux xD ! :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

récit très excitant ! il se passe bien des choses dans les avions!

j'ajouterai juste que tu n'aime apparemment pas la première personne du singulier conjugué au passé simple! :D

malgré quelques petites entorses l'effet sucité sur ma personne fut...éloquent! :oops:

il serait dommage de ne pas nous en faire profiter encore! :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Naméo

Hmmm oui, ma seule faiblesse littéraire reste certaines voies de la conjugaison avec lesquelles je me bats depuis ma plus tendre enfance...

Désolé ma Succube... :D

Post-scriptum : Dois-je dénombrer toutes les fautes syntaxiques ou orthographiques relevées dans tes messages pour un tel affront ? Ou une simple fessée sur tes fesses gourmandes suffirait ? :oops:

"j'ajouterai juste que tu n'aimeS apparemment pas la première personne du singulier conjuguéE au passé simple!

malgré quelques petites entorses l'effet suScité sur ma personne fut...éloquent"

Sans rancune ma Sorcière. =)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Naméo

Et j'aime faire battre ton corps (coeur ? ;) ) des coups de mon fier bâton ! (affectueusement!)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est vrai que le récit pourrait être plus passionnant s'il n'y avait pas autant de fautes de français et d'orthographe.

Pour moi qui est étrangère, j'avoue que ça me choque.

Mais malgré cela j'ai été très intéressée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.