Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

freaks22

Promenade Dominicale

Recommended Posts

Alors mon gage pour Mister Pépin, il souhaite que je rédige un fantasme avec une personne de CI, donc je vous le livre…

Libre à celui qui m’a inspiré, de vous donner le début de cette histoire…

La voila :

Après notre café du matin, par cette belle journée d'hiver, nous avions décidez d'aller nous promener au bord de mer. Alors qu'elle se prépare, je vais rapidement à la boulangerie nous acheter de quoi faire notre petit dej' en nous baladant. Quand j'arrive, elle est prête, ferme la porte à clé, me fais un sourire, et se dirige vers le véhicule. "Quelle chance de l'avoir" me dis-je au fond de moi. Elle est si belle, merveilleuse, attentionnée.

Lorsque elle s'assied à mes cotés, je ne peux m'empêcher de lui dire : "Je t'aime, tu es radieuse mon cœur", elle me répond par son plus beau sourire, ses yeux brillent, et elle vient déposer un doux baiser sur mes lèvres. Nous nous mettons en route, et elle passe tout le temps du trajet, la tête sur mon épaule, une main sur ma nuque, me caressant tendrement, à finir doucement de se réveiller. La voiture s'arrête, je passe délicatement ma main sur sa joue, frotte ma joue sur son front, elle relève la tête, et nous nous embrassons tendrement.

Nous prenons nos affaires, et nous mettons en marche, main dans la main, sur ce petit sentier qui longe la côte. Il n'y a personne, juste nous, nous profitons de ces couleurs si particulières de l'hiver qui tranche avec la couleur des rochers. La mer est si calme, le rythme des vagues si doux, les rayons de soleil si chaud, que nous avons du mal à nous croire en cette rigoureuse saison. Après une bonne demi-heure de marche, elle me propose de nous arrêter, de descendre un peu entre ces énormes cailloux, je la suis. La mer est juste là, à quelques mètre et viens s'abattre sur les rochers, elle trouve un petit endroit où nous serons bien. Elle déplie le plaid, et nous nous asseyons l'un face à l'autre, les rayons de soleil nous caressent. Nous discutons un peu de tout et rien, je caresse ses doigts, ses mains.

Elle se laisse glisser et s'allonge, s'étire. Elle est si belle, ses yeux m'hypnotisent. Je décide alors de la prendre en photo, me relève et me recule un peu, pour avoir un bel angle de prise de vue, avec la mer en arrière plan. Ce soleil d'hiver donne un reflet si particulier à ses yeux, que je veux l'immortaliser. Elle relève une jambe, et j'aperçois alors la lisière de son bas, elle entrouvre son manteau, et me fait voir ce haut que j'aime tant, qui met tant sa poitrine en valeurs. Je relâche mon appareil et lui dis :

"Mon cœur, tu me donnes des envies".

"Mais… justement, c’est fait pour.." me répond elle

Alors elle remonte encore plus sa jupe, tout doucement, pour me faire admirer ses bas, ses jambes. Elles me rendent fou et elle le sait si bien, elle en joue, passe ses mains sur toute la longueur de ses jambes, elles brillent, et j'ai une envie irrésistible de venir les caresser, les embrasser mais je profite encore du spectacle à travers la lentille de mon appareil photo.

Elle relève encore un peu sa jupe, juste assez pour que je vois sa petite culotte, passe ses mains entres ses cuisses et les fait remonter, remonter, sur son ventre, sa poitrine, son visage. Elle se caresse exactement comme j'aimerais le faire, elle me rend dingue, et elle le voit. Elle vient de libérer un de ses seins après avoir défait ce lacet. L'air la caresse et fait durcir la pointe de son sein bien avant que ses doigts glissent dessus. Elle taquine ce téton que j'aime tant avoir sous mes lèvres, alors que de son autre main elle masse son autre sein, le pétrit fermement. Ses cuisses se serrent, se frottent l'une contre l'autre et sa main qui serrait son téton descend sur son ventre, sa cuisse, qu'elle écarte légèrement, pour laisser sa main descendre plus bas, pour me permettre de profiter de ce spectacle. Ses doigts vont et viennent sur le tissu de sa petite culotte, je n'en peux plus, je me sens à l'étroit dans mon pantalon. Et alors que d'un doigt elle écarte le tissu pour mieux profiter de ses caresses, je m'avance, j'ai envie de l'embrasser.. mais elle referme ses cuisses : "Non, tu as juste le droit de me regarder..." et me repousse avec son pied.

Alors que je me recule, elle écarte de nouveau ses cuisses, ses doigts glissent, son minou est écarté si humide. J'ai envie de me caresser tellement elle m'excite mais je préfère profiter de son splendide corps, et de ce cadeau qu’elle me fait, et continue de la photographier, alors que son autre main à rejoint aussi son minou. Tandis que deux doigts vont et viennent en elle, elle caresse son bouton d'amour, le fait rouler entre ses doigts. Elle ferme les yeux et s'abandonne complètement, ses mouvements sont de plus en plus rapides et à voir son bassin venir à la rencontre de ses doigts, je sais qu'elle n'est pas loin de la jouissance, et me concentre sur son visage, si beau lorsque elle est ainsi. Ses lèvres se crispent pour ne pas laisser échapper ses cris, ses jambes tremblent, et d'un coup je vois tout son corps se cambrer, ses mains s'immobiliser, et un long et doux râle s'échappe de ses lèvres. Elle reste ainsi une petite minute, puis remet sa jupe en place, son sein, et me dis alors que je peux venir la rejoindre. Ce que je m'empresse de faire, viens lui faire un tendre baiser, mêler nos langues, sa respiration est encore rapide, puis elle s'allonge et pose sa tête contre ma cuisse, elle sent sa gourmandise encore gonflée d'envie, pose sa joue dessus, et ferme les yeux, je caresse sa nuque, alors que sa main vient remplacer sa joue et me masse doucement. Puis se relève et me dit "On va boire quelque chose de chaud maintenant ?" ramasse nos affaires avant que j'ai le temps de réagir et elle se met en route. Elle me laisse ainsi avec mon envie débordante ! Je sent que ce dimanche va être coquin....

Nous faisons le chemin retour tendrement enlacés, et allons dans un petit salon de thé, désert, commandons nos boissons et quelques petits gâteaux pour notre après-midi. Alors que j'ai les yeux dans mon thé, elle me demandes de tendre la main et de fermer les yeux, je m'exécute sans réfléchir. Elle dépose dans ma main une pièce de tissu très doux, je reconnais immédiatement sa petite culotte, je referme mes doigts dessus. Je ne l'ai pas vu l'enlever, je me retourne voir si la serveuse nous regarde, elle est plongée dans son livre. Quand je me remets en place, elle me fait un large sourire, et me dit "Regardes, sens à quel point j'ai envie de toi". Je déplie discrètement ce bout d'étoffe, et passe mes doigts sur la partie qui recouvrait minou, la sens trempée et ne peux résister à l'envie de la sentir, de sentir son odeur que j'aime tant, de sentir ce que j'aurais voulu sentir sous ma langue il y a quelques dizaines de minutes. J'ai terriblement envie d'elle et elle le lit très bien dans mon regard, je sens son pied qui vient remonter le long de mon mollet, passer entre mes jambes et venir "tâter" sa gourmandise, elle voit la vendeuse, elle est face à elle, alors elle en joue, fait glisser ses doigts de pied sur toute la longueur de mon envie. Je n'ai qu'un désir partir d'ici, mais elle commande un autre thé, sans enlever son pied, elle a envie de jouer… jouons. La serveuse s'approche, débarrasse nos tasses, et nous dépose notre nouveaux thés, ne s'aperçoit de rien ou fait comme si. Sans jamais arrêter de me caresser, elle prend tout son temps pour boire son thé, elle veut me rendre dingue et y arrive très bien. Ma main se pose sur son pied pour le caresser, et je me décide d'en profiter. Chose qui lui déplait, elle se lève alors, va régler nos thés, revient vers notre table et me dit "Viens mon Amour, il est temps de rentrer tout de même"

Pour ceux qui ne connaissent pas la suite :

http://www.forum-intime.com/confession_intime/mon-gage-pour-pepin-t11137.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.