Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

louise g

La rencontre (suite)

Recommended Posts

La rencontre, deuxième acte, envoi décalé, un cadeau de noël avant l’heure

C’était comme dans le scénario, comme dans l’histoire que j’avais écrite, j’étais dans l’émotion pure, dans l’absolu du désir muri depuis longtemps, je voulais tout de vous, vous ne pouvez imaginer, j’aime votre façon de me faire l’amour, votre si grande générosité, je donne, je prends tout, j’accepte tout, je voudrais vous absorber tout entier, je voudrais vous rendre au centuple ce que vous m’offrez.

Aller prendre un café, pourquoi pas, j’étais déjà au supplice depuis pas mal de temps, et votre main sur ma nuque, bon dieu, j’aurai pu sauter sur vous en pleine rue, cela devenait torture, étendre encore les minutes, parler cela meuble l’espace, se concentrer sur autre chose, la conversation, je n’en ai pas de conversation, pas dans ces cas là, essayer d’oublier un instant, un seul, pourquoi je suis là, toujours cette difficulté à vous regarder pour de vrai, reprendre contact, sortir du rêve rentrer dans le réel, vous voir, vous sentir, c’est bon et à la fois un vrai défi de rester sagement assise face à vous, j’aurai pu vous prendre la main vous emmenez aux toilettes et vous sucer sans vous demander votre avis, que vous touchiez le bas de mon ventre , un brasier, je ne voulais plus attendre, à ça non. Enfin on y va, et toujours votre main qui s’attarde, alors là, vraiment je n’en peux plus, plus du tout, il faut que cela cesse, se retrouver chez vous, plus de café, plus de cigarette, non, et le geste prend le pas, et mon corps entre en cadence, la rythmique du désir entame sa danse.

Je l’ai si longtemps rêvé ce basculement, quand tout devient frénétique, orgasmique, je pars en mille éclats, ma robe était permissive, facile, j’étais nue comme vous l’aviez demandé, j’étais humide et plus encore, onctueuse, vos mains, bon dieu elles sont là imprimées dans ma peau, votre bouche posée sur le haut de ma nuque. Comment vous dire, qu’à entrer dans votre chambre, je me suis glissée au paradis, lorsque la caresse si longuement désirée, est arrivée, j’en tremblais de la tête au pied, que j’aurai pu hurler de bonheur, m’évanouir dans la si douce et violente sensation, alors je ne sais pas comment vous restituer ce plaisir, ce ressenti,

Votre fièvre à prendre possession de moi, la promenade de votre langue et de vos doigts confondus, vos gestes fermes, l’odeur que vous dégager à ce moment là, je deviens un animal, tous mes sens en éveil, je suis au service du plaisir, je plonge dans cette perception, je n’y noie avec délectation,

On m’aurait dit avant que j’aimerai les poils, j’aurai souri, je n’en étais pas sure, et bien, ce que vous pouvez dégager comme masculin, c’est jouissif tous vos poils justement, je ne saurai dire exactement pourquoi, mais ils me plaisent, ils vous font terriblement viril, mâle à l’excès, je voulais vous voir nu, parce que j’aime la nudité, sa fragilité et sa force mêlée , vous caressez, vous touchez, humer votre odeur masculine, vous sucez, prendre votre queue dans ma bouche, mais j’avais oublier les photos, il me fallait patienter un peu, entendre le cliquetis de l’appareil, oublier que je déteste ça, les premiers clichés n’ont un peu rassuré , j’étais partagée entre la peur et l’exhibition, et finalement cela m’excite totalement de vous montrer haut et fort le désir que j’ai de vous, c’est une offrande, je me fous d’être belle ou moche dans ce moment là, je n’y ai plus pensé , j’ai donné , j’ai tendu, je me suis répandue , je me suis évadée, et je vous ai laissé prendre vos photos, je n’avais plus peur, j’étais dans la saveur. J’ai gommé mes défauts, je n’étais plus tout à fait moi, j’étais l’intérieur de moi.

Je vous l’ai offert l’intérieur chaud et humide de mes désirs voraces, toutes les moiteurs de mon corps, vous pouviez prendre possession de tout ce qui vous plaisait, je ne voulais plus qu’une chose, vous satisfaire. Vous m’avez donné tant et tant, vos caresses étaient divines, un cadeau du ciel, pour moi qui ne croit en rien, si ce n’est au pouvoir de la chair.

C’est vrai que je rêve de vous rendre autant, que je voudrais vous entendre jouir, vous êtes si généreux dans votre don de vous, vous me semblez un peu inquiet, parfois, bon sang, jouissez , éjaculez , sans pensées ni raisons, ce n’est jamais trop vite, ou trop je ne sais quoi, vous sentir jaillir hors de vous au fond de moi quelque en soit le moment et mille fois satisfaisant pour moi aussi, sentir se répandre votre semence au chaud de mon sexe est enivrant, parce que il s’agit de donner et de prendre et de rendre aussi.

Je vous tends mon cul, ma chatte, ma bouche, mon corps tout entier et je prends vos doigts, votre langue, votre queue et l’étendue de votre peau.

Vous rendre cette lumière qui m’irradie, qui me chavire, je voudrais vous voir vous abandonner plus encore, être plus prédateur, aller vers vos envies profondes, être vous jusqu’au bout de vous.

Je n’ai plus de retenue, de réticence, de résistance d’aucune sorte, je brise les barrières, je fracasse l’espace, je coule dans l’océan de vos doigts dévorants, ils peuvent aller se noyer dans les terres humides de mon cul, se faufiler dans l’antre brulant de mon sexe, fleur déployée sous vos coups de langue suave, vous êtes un loup, les crocs acérés , je me laisse dévorer, j’ondule de la hanche, je me cambre toujours un peu sous l’assaut de vos mains, toute ma peau devient zone érogène, peu importe ou iront se poser vos mains , j’aurai des étoiles dans la tête, je me sentirai faillir, grandir le plaisir, et s’évanouir de plaisir prend tout son sens, je bois jusqu’à la lie, l’élixir du désir assouvi, et je puis vous l’assurer vous me faites jouir comme jamais sans qu’il n’y ait d’explications concrètes, juste ce cocktail musclé, cette si puissante drogue, l’envie.

Partager ce message


Lien à poster

désolée, c'était noel, je n'avais pas vu, je vous remercie,

c'est vrai qu'il me faut faire quelques efforts de mise en scène,

je ne sais toujours pas le faire correctement,

louise

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.