Aller au contenu
Invité

Ma deuxième séance à l'aveugle

Messages recommandés

Invité

Pour cette seconde séance, j'ai accepté de venir encore une fois les yeux bandés. Je ne L'ai toujours pas vu. 

 
Comme pour le dernier rendez-vous, je Le préviens lorsque je décolle de chez moi. L'ordre m'est donné d'attendre dans ma voiture, garée non loin de l'hôtel, d'avoir le numéro de la chambre. 
 
La 16. Je sais déjà que c'est au rez de chaussée. Je m'y dirige d'un pas tranquille qui ne laisse rien paraître du tumulte qui règne en moi. En fait, je suis complètement flippée. Pourtant, je L'ai déjà rencontré. Mais la peur de la première fois était centrée sur l'inconnu et la folie que je commettais. Cette fois-ci, c'est un autre stress qui est là : mon réel et me faire prendre. Comme je sais que je peux Lui faire confiance, l'esprit s'est plus ancré dans la réalité. Puis j'ai aussi peur de Le décevoir, de ne pas tenir le coup. Après tout, avec la mise en scène de départ je n'arriverai peut être pas à être à la hauteur...
 
Dernière chambre au fond du couloir.  Je souris de soulagement. Oui c'est bête mais je sais que je peux être très expressive. Alors quand j'ai lu le numéro, ma première pensée fut que l'employé à l'accueil allait devoir faire avec mes gémissements plus ou moins sonores. 
 
J'ouvre la porte. Je remarque que la pièce n'a pas du tout la même configuration que celles que je connais de cet établissement. Sur la gauche la salle de bain. À droite une porte derrière laquelle je peux voir deux lits jumeaux accolés. Devant moi l'espace principal avec une kitchenette, une table ronde et trois chaises, un divan pouvant faire lit. Bureau avec télé.  Je remarque que la grande fenêtre donne sur la rue alors j'en ferme les rideaux. 
 
Je pose mes affaires, me déshabille, plie le tout sur la chaise. Je sors mon masque et les pinces à linge en bois. Je regarde autour de moi pour voir où je vais me positionner. 
 
Je respire un grand coup. Une pince après l'autre, j'en mets sept en place. Quatre sur mes lèvres, deux sur les tétons et la dernière sur mon clito. Leur morsure parfois intense est supportable pour le moment. J'espère tenir...
 
Le masque en place. Je soulève un côté, envoie un sms et je suis dans le noir.
Je recule contre le mur qui donne sur l'ouverture de la porte. Je place les mains dernière ma tête, j'écarte les jambes. 
 
Je L'attends.  
 
Fébrilement. 
 
L'envie et la peur de ne pas plaire se mêlent. 
 
La poignée est clenchée. Il est là. 
 
Au salut de Sa voix grave, je réponds un bonjour mon Maître. Mon coeur bat la chamade. C'est parti...
 
Je n'ai plus, comme à chaque fois, la chronologie exacte de ces heures en Sa compagnie. Je vais donc relater les moments qui 'mont marquée tout au long de cette belle séance.
 
****
 
Dès qu'Il entre, qu'Il passe devant et pose Son sac, je suis perdue. Sa seule présence efface les peurs. Ne reste que l'envie de Lui. Je rentre dans une bulle, celle où il n'y a que nous deux.
 
Il s'approche et effleure mon sein, le prend en coupe et le soupèse. Chaque pince est titillée, me tirant des soupirs et des gémissements plus accentués, comme quand Il s'attarde sur mon bouton emprisonné et gorgé de sang. 
 
Je me tourne face au mur et le collier en métal est passé. De nouveau face à Lui, mes poignets seront liés et accrochés au crochet de mon cou. Je souris et Lui fait part que Son sac à malice me plait. Dans tout ce cliquetis de métal et sensoriel de cuir, je n'ai d'ouïe que pour sa voix grave, rauque et chaude.
 
Soudain, tirée par la laisse, je le suis, aveugle jusqu'au canapé. A genoux devant Lui, en équilibre précaire mes mains étant accrochées à mon collier, je suis à sa merci. Caresses qui sont comme des massages appuyés, frôlement des pinces, puis Il finit par m'ôter celles des seins, qui laissent comme un pincement pendant un moment.
 
Il me parle, me frôle, je vole chaque moment de contact dans cette solitude sombre, comme si ça me rattachait à la réalité du moment, comme pour me guider et me permettre de me situer dans l'espace. Je réponds à l'une de Ses questions, éternelle pipelette que je suis, et Il en profite pour m'ôter la comparse qui me comprimait le clitoris. L'air s'expulse de mes poumons et j'en perds l'équilibre pour finir par atterrir contre Lui dans un mouvement involontaire dû à la douleur. J'ai du mal à revenir à moi, d'autant plus quand Il se met à caresser mon bouton pour le soulager et faire revenir la circulation. La douleur et le plaisir se mêlent en une délicieuse osmose. J'ai été surprise mais j'ai adoré cet instant éphémère de pure brûlure.

Je respire à nouveau. Il continue de me caresser jusqu'à la jouissance que je ne prends sans lui demander l'autorisation. Je la sens monter et affluer et  sur l'instant mon esprit fait un blocage. Je me contiens et bataille pour articuler les mots. Ces mots que j'ai prononcés, il me semble, dans une autre vie, il y a si longtemps. Un flot de souffrance refait surface que je rejette en bloc. Le passé n'a rien à faire ici. Je me force à revenir avec Lui et; à bout, je finis par demander le droit de laisser l'orgasme me submerger...

 
Dans la foulée, Il m'amène au bord d'une seconde jouissance, je ne saurais même plus dire de quelle manière car le geste a été balayé par Ses mots. Il m'avait fait part des règles à suivre. La première jouissance devait être autorisée, les suivantes juste énoncées de ma part au fur et à mesure de leurs venues. Quand la seconde me terrasse et que je l'annonce juste, la réflexion de reproche comme quoi j'aurais dû la demander me poignarde avec une violence hallucinante. Je me braque dans l'instant et justifie les règles dites. Mais le mal est fait, je camoufle une larme derrière mon masque. J'ai bataillé pour faire sortir les mots de ma bouche en premier et voici que je dois le faire à chaque fois. Je ne pourrai pas. Et ce reproche me blesse. C'est fou. Mais je suis vexée et peinée. Il concède que je n'avais pas à demander. Je relève la tête et décide de profiter de tout ce qui va se passer ensuite.
 
Je suis ainsi : ultra sensible pour certaines choses que j'estime faire dans les règles. Je prends les reproches trop à cœur...

Je finis par devoir monter sur le lit-canapé face au mûr. Mon Maître me passe la laisse entre les poignets liés, les seins et entre mes lèvres pincés par les quatre complices en bois. Le métal me pénètre les chaires intimes, la raie des fesses pour venir se poser tendue sur mon dos. Sa poigne tire dessus et vient appuyer sur mon clitoris déjà bien titillé. Il ne faut pas longtemps pour qu'une nouvelle vague me submerge. Plusieurs fois. Je ne suis que plaisir, envie d'encore. Je suis à ma place, celle que j'ai voulue depuis des mois, auprès de ce Maître qui va me faire jouir deux fois rien qu'en me caressant l'oreille de sa langue.
 
Nous nous dirigeons vers la chambre. La laisse traine entre mes jambes et Il marche dessus subitement me tirant un hoquet de surprise et de douleur, le métal tiraillant d'un coup mes chaires. Je ris un peu nerveuse pris par surprise. Une fois devant le lit, je m'assois au bord. Mon Maitre titille mes pinces et me demande qui de nous deux doit les retirer. Je préfère que ça soit Lui. Ma lèvre droite subit une telle décharge de douleur que j'en détache mes poignets par la violence de mon geste de défense. Mes mains toujours liés se retrouvent devant moi. Les trois autres sorcières de bois ne me feront pas aussi mal. Il me malaxe et finis par m'offrir ce que je convoite depuis le début. Je finis à genoux sous son ordre, à Ses pieds, Le suçant ,L'aspirant, Le gobant jusqu'à Le sentir au fond de ma gorge. Les soubresauts de Sa queue qui grossit dans ma bouche sont un pur délice. Mes mains ayant plus de liberté malaxent Ses bourses. J'aime Son goût, Son odeur, L'avoir en moi de cette manière.

Fin de la récréation gourmande. Allongée sur le dos, il vient prendre mon sexe. Cet instant de première pénétration est toujours un moment exquis que je savoure. Pleine de Lui, je pars à mille lieux et me laisse porter par Ses va et vient. Mes mains se baladent un peu trop sur Lui et je me dois, avec regret, arrêter. Cela me peine et me vexe aussi alors je fais en sorte de garder mes distances. Alors qu'il caresse mon clitoris tout en me pilonnant, je suis rattrapée par un orgasme puissant dont les contractions L'éjecteront hors de moi. Reproche. Je redescends sur Terre et me concentre vraiment sur les sensations pour ne plus que ça se reproduise.

A quatre pattes, mon Maître m'offre une levrette des plus affolantes. Une main sur mon épaule, Il tient le rythme pendant ce qui va me sembler une exquise éternité. Chaque mouvement me tire un gémissement de pur ravissement. Je suis en transe et je jouis encore et encore. A un moment, Il détache ma laisse et me la fait passer autour de mes reins. Il s'en servira comme on se sert des rennes d'un cheval. Je suis transportée. Je ne suis que sensation... une infinité de sensations... Plus Il me prend, plus je Le veux...

Il nous offre un moment de répit où nous reprenons notre souffle et où Il en profite pour me charrier sur le fait que je parais exténuée. Chacun sur un matelas, nous papotons. Lui me caresse. Moi je cherche à savoir ce qu'Il veut vraiment. Accepte-t-il vraiment l'idée de mon amant et celle des finautes ? Qu'en est-il réellement ? Sur fond de rires, des avis sont donnés. Une petite part de moi s'emballe à Ses réponses, une autre me dit que je ne suis que l'une d'elles. Une bataille a commencé dès lors dans mon esprit qui ne se finira que quelques jours plus tard.
 
J'ai le droit de le sucer à nouveau, moi à genoux sur le lit, Lui allongé sur le dos. J'abuse là aussi un peu trop de mon droit, mais à mon corps défendant, dans le noir, ce n'est pas simple de devenir ce qu'il est bien de faire ou pas. Je dois le chevaucher, pas une de mes tasses de thés, même si pour me taquiner par rapport à mon couple, Il me dit que j'ai l'habitude... Je m'exécute en prenant mon plaisir.

La séance se finis par une levrette qui va crescendo et où je me perds totalement. Mes cris retentissent ainsi que mes suppliques nommant mon Maître, mon Maître, mon Maître... encore et encore tellement je suis incapable de gérer le flot de sensations qui me transpercent le corps et l'âme. Quand Il explose dans un râle mon cerveau part en mille morceaux. Perdue.
 
Étendus chacun de son côté, je reprends pied peu à peu. Encore une fois, Il me taquine. Je souris. Il ne trainera pas. Se rhabillant, et après une caresse sur la tête et un smack, Il disparait de la chambre. Mon Maître inconnu...
 
****
 
Ils sont bizarres ces moments d'après. Une magie et plouf. Le réel qui tombe comme une chape d'un seul coup. J'enlève le masque, ouvre les yeux... Je m'active moi aussi et rentre chez moi me doucher et reprendre ma vie comme si de rien était.
 
Je vais beaucoup me questionner les heures qui vont suivre et même le lendemain. Totalement perdue par la distance qu'Il va instaurer ensuite. Mais comme pour tout, j'avance en essayant de ne pas commettre le moindre faux pas de cette séance à la prochaine. Savoir rester à ma place et de marbre d'une certaine manière.
 

Dans les jours qui ont suivi, je Lui ai notifié que ma décision de poursuivre avec mon amant était prise. Si je ne peux avoir l'attachement ou sentiment avec Lui, je les prendrais avec mon amant. C'était sans compter sur la perpétuelle envie de ce dernier de me récupérer rien que pour lui, de faire son relou jaloux. Sur un clash comme nous avions l'habitude d'en avoir depuis quelque temps, j'ai dit adieu à mon amant. Malgré mes sentiments pour lui, sa possessivité devenait pesante et étouffante. Au final, ne pas s'attacher est la meilleure solution.

Aujourd'hui j'ai donc repris mes échanges coquins avec deux finautes. Et j'ai décidé que m'amuser certaines fois dans les limites imposées par mon Maître, ne me ferait que du bien !

 

****

 

C'est dur d'être une soumise...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Elodi merci ! Vraiment merci ! C'est la 1ére fois que je lis le récit d'une séance ici qui me parle autant et bon sang ça fait du bien !

Bon ça a peut être aussi à voir avec le fait que je viens moi même de vivre une séance intense il y a environ une heure et demi ( hé oui je suis pour quelques jours chez le Dom qui me rends chèvre ^^) je sens encore le cracker du fouet qui cingle ma peau et moi aussi j'ai eu le droit à des pinces sur les lèvres l'une ça allait l'autre mordait fort et ce moment de douleur fulgurante quand Il les enlève ...bref merci !

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C est vraiment bien écrit...il y a moult détails...c est excitant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore un très beau témoignage, plein de fugue et d'émotion...Tes descriptions, riches et détaillés, me font frissonner d'excitation à chaque fois ! Merci de partager avec nous ces moment si intimes et secrets, comme si on y était...😍

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très beau texte... 

Pour un dominant comme moi c est intéressant de voir et de comprendre les motivations d une soumise 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Le 22/05/2018 à 01:59, Amarylis a dit :

Elodi merci ! Vraiment merci ! C'est la 1ére fois que je lis le récit d'une séance ici qui me parle autant et bon sang ça fait du bien !

Bon ça a peut être aussi à voir avec le fait que je viens moi même de vivre une séance intense il y a environ une heure et demi ( hé oui je suis pour quelques jours chez le Dom qui me rends chèvre ^^) je sens encore le cracker du fouet qui cingle ma peau et moi aussi j'ai eu le droit à des pinces sur les lèvres l'une ça allait l'autre mordait fort et ce moment de douleur fulgurante quand Il les enlève ...bref merci !

Oh le fouet ! Je ne connaitrais sûrement jamais cela. Je marque... comme aucune autre. C'est un truc de fou. D ailleurs c'est la plus grande frustration que j'ai. Il me faudrait être célibataire pour vivre cela à fond. Mais je ne l'envisage nullement. Donc je palie à cela autrement. 

Je suis heureuse pour toi et ta séance. J'espère que tu vas passer quelque temps à en profiter  😘

 

Le 22/05/2018 à 08:49, sansuke a dit :

C est vraiment bien écrit...il y a moult détails...c est excitant.

Merci Sansuke 😉

 

Le 22/05/2018 à 09:10, Antoine220 a dit :

Encore un très beau témoignage, plein de fugue et d'émotion...Tes descriptions, riches et détaillés, me font frissonner d'excitation à chaque fois ! Merci de partager avec nous ces moment si intimes et secrets, comme si on y était...😍

Avec plaisir Antoine 🤗

 

Il y a 1 heure, Evano a dit :

Très beau texte... 

Pour un dominant comme moi c est intéressant de voir et de comprendre les motivations d une soumise 

Merci à vous. Et je comprends cet intéressement. A l'époque de Niko92 et de notre lien, j avais un blog privé, journal intime d'une soumise.  Il me permettait d'y écrire mes états d'âme et ce qui bouillonnait en moi. Une façon détournée pour exprimer à mon Maître de l'époque ce que je ressentais sans lui manquer de respect et aussi lui avouer des choses indirectement. 

Puis écrire permet de libérer pour la soumise que je suis. 

Enfin sans communication quelle qu'elle soit, impossible d'évoluer dans un lien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Autant ça m excites beaucoup, autant il y a des choses qui me deplaise.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Je t'ai envoyé un petit message. Je suis curieuse qu'on parle de ce qui t'a plu et déplu en privé.  Bise @south

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ha le fouet c'est quelque chose !
J'ai mis du temps à découvrir , pas parce que je ne voulais pas mais parce que avant je n'avais pas rencontré de Dom sachant manier le fouet car clairement ça s'apprend et ça prends du temps, C ( le Dom qui me rendra chèvre ) excelle dans l'art de manier le fouet , il en a plusieurs ( des trucs à genre 200 ou 300 euros ...) et moi le fouet ça me fait complétement partir ! 
Le truc le plus wouah , sensation indescriptible : L ' Enroulement , alors bon il faut la place et un fouet long mais la sensation qui te saisit quand le fouet s'enroule autour de ton ventre de tes reins c'est ... y a pas de mots ...

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Je rêverais de connaître ça ! Merci Amarylis pour ce partage. On me l'a proposé mais ça m'est impossible 😭

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 22/05/2018 à 01:59, Amarylis a dit :

Elodi merci ! Vraiment merci ! C'est la 1ére fois que je lis le récit d'une séance ici qui me parle autant et bon sang ça fait du bien !

Bon ça a peut être aussi à voir avec le fait que je viens moi même de vivre une séance intense il y a environ une heure et demi ( hé oui je suis pour quelques jours chez le Dom qui me rends chèvre ^^) je sens encore le cracker du fouet qui cingle ma peau et moi aussi j'ai eu le droit à des pinces sur les lèvres l'une ça allait l'autre mordait fort et ce moment de douleur fulgurante quand Il les enlève ...bref merci !

J'aime votre expression "qui me rend chèvre"! On ne l'entend plus tellement. Quant au fouet, bien appliqué, ce doit être exaltant; je ne l'ai jamais reçu.

Il y a 22 heures, Elodi a dit :

Je rêverais de connaître ça ! Merci Amarylis pour ce partage. On me l'a proposé mais ça m'est impossible 😭

Si ce n'était les marques que je ne peux pas montrer à ma partenaire, moi aussi je me ferais fesser régulièrement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

@lucbasel on a le même soucis par rapport à nos conjoints.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

@Elodi et pourtant je lui ai écrit deux lettres l'invitant à me donner la fessée, et réciproquement si elle le désirait, mais je n'ai pas réussi à la convaincre. Mais au moins sait-elle que j'ai ce fantasme (j'aime lui écrire; cela me permet d'approfondir ce que je veux lui dire en le formulant avec soin)

Modifié par lucbasel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le fouet ne laisse pas forcément de marques ça dépend comment il est donné et il n'est pas obligé de donner des impacts très forts pour que les sensations soient bien présentes, moi aussi je marque fort et surtout rapidement, la chance que j'ai c'est que ça disparait presque aussi rapidement , ou du moins le lendemain sauf pour les morsures qui me laissent de jolies traces rouges dans le cou pour 2,3 jours mais bon comme j'aime être marquée , il y a peu de temps je me suis retrouvée avec un petit bleu en bas de la joue suite à une belle série de claques , je l'ai gardé 3,4 jours , j'ai "engueulé" mon Dom parce que les gens dans la rue me regardaient avec pitié ^^.

N.B: Je ne suis pas une victime de violence , les hommes qui battent les femmes ne leur demandent pas leur avis , les coups pleuvent sans qu'ils s’inquiètent une seule seconde de l'état dans lequel ils mettent leur femme.

Dans le BDSM la douleur est érotisé , Le Dom ne frappe pas n'importe où, ni n'importe comment, il reste attentif aux réactions de sa soumise qui peut à tout moment faire tout cesser en prononçant son mot d'alerte, la consensualité est toujours présente.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J ai relu ce récit avec toujours autant de plaisir

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Super récit, c'est très électrisant... Bravo.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Merci pour vos retours !

 

@Amarylis je reste rêveuse devant tes mots qui disent que le fouet le laisse pas forcément de marques !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le fouet laissera des traces sur le corps d elodi.

Je parie un bon resto dessus :-)

Pour samedi soir ^^

 

Pour samedi soir.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Heu ça c'est pas un fouet c'est une cravache ...

@Elodi En fait tout dépends de la force des impacts et pour ressentir de belles sensations il n'est pas forcément nécessaire que les impacts soient très puissants , il suffit de s'en remettre à quelqu'un qui fait vraiment et parfaitement manier le fouet ( j'en connais quelque uns au cas où ^^ )

Ça se sont des fouets

 

p53fouetfamilles12.jpg

single_tail-photo.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Amarylis La photo n'est pas là pour illustrer ce qu'est un fouet. Sur le forum, tout le monde sait ce qu'est un fouet. La photo est là pour illustrer ce que je sortirais de mon sac en 1er demain soir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

Toutes les fessées que j’ai reçues m’ont laissé des marques, entres 24h et +/- 5j.

Modifié par lucbasel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

Cela dépend vraiment de la personne.

Mardi entre 40 et 50 claques à main nue sur les fesses (fort)+ 15-20 coups de cravache ( normal ) tout avait disparu dans 30 minutes

Vendredi dernier sur une autre femme dur à dire car je ne compte je dirais entre 100 et 150 à main nue et 20-30 coups de cravache juste une marque de cravache qui est restée 2-3 jours

J'en connais une 5 petits coups et elle marque 

Modifié par regardons

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
il y a 30 minutes, regardons a dit :

Cela dépend vraiment de la personne.

Mardi entre 40 et 50 claques à main nue sur les fesses (fort)+ 15-20 coups de cravache ( normal ) tout avait disparu dans 30 minutes

Vendredi dernier sur une autre femme dur à dire car je ne compte je dirais entre 100 et 150 à main nue et 20-30 coups de cravache juste une marque de cravache qui est restée 2-3 jours

J'en connais une 5 petits coups et elle marque 

Pourquoi est ce que je me sens visée par "les 5 petits coups et elle marque" ? 😄 moi marquer ? C'est pire que ça, j'ai carrément des bleus pendant 5 jours...

la nature n'a pas été sympa avec moi. J'envie vos autres soumises pour leur corps qui leur permet d'apprécier certaines pratiques sans que cela ne cause de soucis. Ah la la. Amusez vous bien @regardons 🤗

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

@Elodi si seulement ton mari était open

Soit il s'occupe de ton corps

Soit il accepte que tu ailles voir ailleurs

Moi je veux bien venir chez toi. Comme cela, il peut surveiller ^^

Modifié par regardons

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
il y a 4 minutes, regardons a dit :

@Elodi si seulement ton mari était open

Soit il s'occupe de ton corps

Soit il accepte que tu ailles voir ailleurs

Je le sais bien. Mais ce n'est pas quelque chose d acceptable pour lui. La cravache il a deja essayé. J'étais attachée à un crochet au plafond (balancelle IKEA  lol pour ceux qui se diraient mais que diable elle a un crochet au plafond!), les yeux bandés, nue et il me faisait languir et le fouettait mais c'était doux. Il ne voulait pas me faire du mal. Et il finissait par stopper et même ne pas faire l'amour ensuite. 

Pour ce qui est de me laisser libre... il divorcerait. Et je ne veux pas le perdre. C'est mon mari, je l'aime malgré mes... bêtises !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.