Aller au contenu

Messages recommandés

Posté(e) (modifié)

3:45 la sonnerie du réveil me tire de mes rêves. On est mardi, je crois. 
Je file sous la douche, obligatoire pour me reveiller au moins jusqu'à ce que j'arrive au boulot.
L'eau coule, cinq minutes...  sept... huit... J'y passerai des heures.
Je sors, je vais finir par être en retard. Brossage de dents, déo, et fringues propres.
Arrêt au stand pour donner à manger aux minettes, elles sont toute les deux là. Elles ont vu la lumière, elles attendent pour manger.
Petites caresses et grattage de fessier pour la tricolore, je décolle.
4h45, 38 kilomètres plus loin, je suis arrivé. Comme d'habitude je me souviens même pas du trajet... Je suis passé quelle vitesse devant le radar ? Et merde on verra bien d'ici quize jours.

Premier du secteur, comme d'hab...  les glandeurs arrivent a 4h59.
J'allume les machines, je lis les consignes, y'en a pas ... génial, ça va encore glander  jusqu'à 7h30. Tu m'étonnes que la boite aille mal.

Les broches tournent, les  origines sont faites, allez, je vais boire le café avec les autres à la machine.

5h20, le café est fini. On va se changer. Bruno me raconte sa vie, je lui ai rien demandé... Il me gonfle à parler tout le temps. C'est quand qu'il démissionne ?

 
Allez je vais régler une série sur le DMG. Sa évitera au chef d'atelier de beugler comme un veau parce que les machines tournent pas.

Première pièce morte. Encore le vieu chnok qui a modifié les paramètres sans prévenir. Il me gonfle lui aussi... 

Je vous ai dis que j'étais un peu spécial? Non, mais vous devez commencer à vous en douter.

6h, la machine tombe en panne. Allez niquel, je sens que ca va être une bonne journée à la con.

6h10, l'iphone vibre. Je regarde. Ah ouais, c'est mon anniversaire ... 26 ans.

Facebook va leur rappeler que j'existe. ils doivent même pas se souvenir de ma gueule. Enfin, ça fais toujours plaisir. Je crois.

7h30, la journée passe, quelques messages sur facebook. Le chef arrive. Enfin quelqu'un qui a un cerveau.

"Nico! Café"? 
"Ouais"

Les nouvelles du jour? DMG en panne.
Sharp réglé sur le DMU
j'attend la validation pour les manitowoc, mais sa à l'air pas mal.

Sa discute, sa rigole, quelques vibration du téléphone. " Gmail: boulanger vous souhaite un joyeux anniversaire"

Génial, pub de merde sérieux.
Allez, signalé en tant que spam. Il m'emmerderont plus ceux là.

10h00, la journée avance. Toujours rien d'intéressant.
10h13, Le téléphone vibre.  J'hallucine, je rêve ? C'est bien elle?

Modifié par nicoXtream
  • Like 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas mal du tout, je reste sur ma faim^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un sms, ou un appel ?? Qu'est ce qu'elle te raconte ? Comment elle s'appelle ? Vite, vite écris nous la suite, tu t'es arrêté un peu trop tôt sur ce coup-là..

Ta plume est cool, elle nous entraine avec elle. Une légère pointe de cynisme, aussi, quelque part,  que j'apprécie bien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Elle? C'est C.

J'ai grandi avec elle. On se connait depuis la maternelle.
Elle habitait dans le village voisin, à quelques kilomètres. Ses parents l'amenaient jouer à la maison, ou inversement.

Et puis un jour ses parents ont divorcés, on devait avoir une dixaîne d'année. Sa mère est devenue notre voisine. 
On à passé notre adolescence ensemble.
On a fait des cabanes dans le grenier, on à flingué des draps avec des scies pour pouvoir faire les murs. Je compte même pas le nombre d'allers-retour à la décharge pour meubler nos délires.
On se faisait récompenser de nos exploits architecturaux à grand coup dégagées, orales, ou physiques, par nos parents. Mais bon, ca vallait le coup, et puis sa dresse un peu.
8 ou 10 chats dans une chambre de 9 m²? aucun problème pour le duo de choc. 
Des promenades en forêt, des journées au bord du lac. Des heures et des heures à jouer. Bref, on était des gamins.

Mais rien de plus. Jamais eu de bisous, pas de touche pipi. J'en crevais d'envie. 
J'avais tellement envie de l'embrasser, de la plaquer contre le mur et d'utiliser notre canapé (récuperé à la décharge), pour faire autre chose que lire des BDs.

Mais non... jamais eu le courage. Manque de confiance en moi. Peur du refus.  Sûrement un peu de tout ça mélangé.

Et puis sa mère a déménagé à 20bornes. On était toujours dans le même lycée, mais pas dans la même classe. Ni dans le même bus. 
On se croisait dans le lycée, et au fil du temps, les caractères et les amis changeant, on à finit par perdre le contact. 

Quelques années plus tard elle m'à ajouté sur facebook. Quelques messages échangés, mais rien de plus.

On est maintenant dix ans plus tard. 

Il est 10h14, j'ai le coeur qui ba à cent à l'heure.

-"Salut Nico, j'ai pas ton numéro, il faut bien que facebook serve à quelque chose de temps en temps!
 j'espère que tout va bien et qu'on trouvera un moment pour parler de nos cabanes et balades à vélo autour d'une  bière! Profite bien de cette journée. A très vite"

Putain de bordel, je répond quoi là? Elle à mis " à très vite" ca veut dire quoi? Elle le pense vraiment? C'est de la politesse? Elle envoie juste un message à son copain d'enfance? Je me fais des films? Ouais mais "à très vite" quand même....
 'Faut pas que je chie dans la colle la...

-" Salut C, merci pour ton message, je pensais à toi il y'a quelques jours, je suis tombé sur des photos de nous en balade! Voici mon numéro, apelles moi quand t'es dans le coin"

* tu parles ca fais 10 ans que je pense à elle*

10h30, je relis le message... Mais c'est quoi ce message de merde que je viens d'envoyer? c'est tellement impersonnel. ça fais  des années que j'espère un message de sa part, et on dirais que je m'en bat les couilles.

10h40, Nouvelle notification messenger:
*
-"ahah génial, je te passe mon numéro, portes toi bien!"

Bon au moins elle reponds positivement. Mais quel con  sérieux, fallait montrer plus d'engoument. Je suis irrécupérable.

La journée  à la con qui avait commancée, se transforma en journée plus qu'agréable. 

Un sourrire niais durant le reste de la journée. Pas vraiment habituel chez moi, la seule question des collègues: " tu va bien"?

* Ouais je vais bien, arrêtez de me faire chier, allez bosser. Ca changera pour une fois*


 

  • Like 6

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Shit !

Un rythme qui tue Je kiffe. Grave.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un début de récit agréable à lire :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Sympa sympa, j'aime beaucoup les pensées fugaces qui ponctuent ton récit et également cette légère noirceur, cynique comme dit SNAGA. 

Bon bon bon une suite ?! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce rythme donne vraiment envie de continuer à nous plonger dans ce récit...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une écriture quasiment orale

Un sujet critique qui tend l'histoire

Clairement: vive la suite :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

J'adore ce caractere d'ours mal léché. Vivement la suite ! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les journées passèrent, puis les semaines, puis quelques mois. 
En même temps, quand y'a 700 km qui nous séparent, on se lève pas le matin en se disant " tiens, je vais prendre le train, payer 250euros, faire 700bornes pour aller boire une bière". Enfin je crois. 

En me reveillant un matin, message de C.

-"Salut Nico, je descend pendant les vacances du 15 au 19, tu es dans le coin? on va la boire cette bière?"

-"Et comment qu'on va la boire! Donne moi tes dispos, je finis tôt cette semaine,  j'ai pas de contraintes."

-"Le 17? Rdv centre ville, en face de la pref ?"

-"Vendu!"

Inutile de préciser que les 10 jours qui ont suivi ont été  long. Plus la date approchais, plus j'appréhendais. Elle viens pour boire un coup ? Parce qu'elle à rien à faire? 
Parce que ca lui fait plaisir de me voir? Pour plus que ça?
Si l'occasion se présente, j'aurai les couilles de l'embrasser? Accesoirement j'ai quand même une nana... et si je foire tout? me connaisant c'est ce qu'il y'a encore de plus probable.
Elle à un copain? J'ai jamais vu de photos sur Fb.

Le soleil se lève, on  est le 17. Dans pas longtemps je serais fixé. 
Si sa se trouve c'est plus la C que j'ai connu. 
Pareil pour moi. Si elle à changé autent que moi, on va être des inconnus l'un pour l'autre.
Si elle s'attend à voir le gamin qui rigolais, qui avais pas de filtre, qu'elle à connu, ca va lui faire drôle  de voir le mec blasé  qui se plaint de tout, que je suis devenu.

-"Je suis devant la pref!  je t'attend"

La voilà... putain, toujours aussi belle... encore plus même. Un immense sourrire se dessine sur son visage quant elle me voit. Et c'est récriproque. Elle me saute littéralement dans les bras, s'aggripant à ma taille avec ces jambes

*Merde, je suis pas habitué à  ce genre de démonstration d'émotions, je vais direct  bander si elle reste comme ça*

J'ai l'impression que nous nous sommes jamais quittés, qu'on c'est vu hier. J'avais oublié sa voix. J'adore sa voix, douce et fine.

Je l'immagine nue... je m'immagine avec elle. je souris

Je suis trop beau elle me dit. ok bon point ça.

Elle est devenue encore plus fofole qu'avant, l'inverse de moi. J'ai l'impression de revenir à mes 12 ans juste en la voyant.

Après quelques minutes, deux bières commandées, une corona avalée d'une traite. Elle me regarde avec des yeux énormes, et éclate de rire. 

*Bordel, elle est magnifique en tant normal. Mais quant elle rigole... je suis amoureux*

-"T'a de la descente putain!" 

-"Ouais, j'avais soif".

Je recommande une bière.
 
Au delà d'avoir soif, il fallait bien ça pour que mon rytme cardiaque revienne à un niveau acceptable.

On parle de notre enfance. Eclats de rire simultanés à plusieurs reprises. Les heures passent, et ne me déplaisant pas, les bières aussi, 1 heure, puis 2, puis 3. On en viens a parler du présent. Son mode de vie, nos boulot, les familles, les amis, les passions, les objectifs professionels.
Elle m'explique avoir commancé à travailler il y'a deux mois. Et être à cheval sur 2 villes à la fois, Lyon et Paris. Vivant chez son père à Paris, et ayant pris un studio à Lyon.

J'apprend au détour d'une phrase qu'elle est célibataire. Depuis lontemps. Plusieurs années. Elle m'explique qu'elle a été trahie par son ex. Elle me demende si je suis seul.
...

Moment de silence, je réponds quoi? la véritée? en me coupant l'herbe sous le pied? Je mens? en espérant que si sa se concrétise, il n'y ai pas de conséquence? je fais un mix des deux? 

-"Ouais j'ai une copine, depuis 1 an"

*Pourquoi je répond ça putain, même à moitié bourré je reste  trop con*

Quelques secondes de silence plus tard 

-"ah c'est cool! Je n'avais pas vu sur fb"! tu es heureux ?

...


-"C'est compliqué, on est très différents, on se comprend pas toujours,  mais oui je suis heureux. Je crois"

-"Je pense beaucoup à toi depuis quelques mois. Tu trouves que j'ai changée? Tu m'aurais reconnue ? "

-"Ahah évidemment, tu est toujours aussi belle. Tu à l'air d'être encore plus extravertie qu'avant, c'est génial d'avoir su garder cet esprit là."

-"Et toi? tu me trouve changé?"

-"Physiquement oui! en bien! les cheveux long ça te va trop bien! Mais contrairement à moi tu as l'air d'avoir grandi"

-"Par la force des choses. La vie fait que...
 ça m'a fais vraiment plaisir ton message. J'avais hâte qu'on se retrouve. On aurait pas dû perdre contact aussi lontemps. On a passé tellement de temps ensemble étant gamin".

Elle rougit instantanément.

-"Tu y repense souvent"?

...

-"On va marcher un peu ?

En payant l'addition, la seule chose que je me demendais, c'étais  ce qu'il se passait dans sa tête.

"Tu ne m'a pas répondu du coup"

"Je pense beaucoup plus à toi, qu'à nos balades à vélo"

"..."

Je sens qu'elle va dire quelque chose mais s'arrête.

Je fais quoi maintenant, je l'embrasse, je l'embrasse pas ? j'ai une copine... je suis pas ce genre de mec... et puis elle à été trompée.. je vais reproduire la situation dans l'autre sens? sa passe mal..

Et  merde.


 

Modifié par nicoXtream
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Suspens suspens..... Toi tu coupes comme ça... Vilain ! La suite please. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On a hâte de poursuivre

Très joliment écrit !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Outch ! La coupure qui tue... :huh:

Plus qu'à attendre :bbl:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

le style est étonnant mais pas désagréable, mais la coupure elle l'est un peu ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et  merde, on verra bien...


Je m'approche d'elle pour l'embrasser, enfin, avec dix  ou quinze ans de retard. Elle va me repousser? se laisser faire? me rendre la pareille? Putain je suis peu être en train de tout gâcher... Mes lèvres entrent au contact des siennes. Je vais faire un AVC, obligé 
Les premiers instant sont infiniement longs. J'embrasse ses lèvres, je ne sens pas de réticence,   Et c'est sa langue qui viens finalement chercher la mienne. Nos langues et nos lèvres s'effleurent, je suis aux anges. On s'arrête, nos regards se croisent, et on se réembrasse à nouveau.
Je suis exité, au sens propre et au sens figuré, et je suppose qu'elle s'en est rendue compte.

10 années de questions, de remords, parti en fumées.

Après ces quelques minutes de baiser, nos lèvres se séparent.
On se regarde, en souriant, bêtement

-"Ca fait  15 ans que j'attends çe moment C.

En guise de réponse, j'ai le droit à un nouveau baiser déchaîné.

Je pose mes mains au creux de ses reins, en descendant lentement sur ces fesses. 
Elle a un jolie petit cul, qui à du en faire retourner plus d'un dans la rue. Je pose mes mains dessus, sur son jeans et je  sens ses fesses se contracter. J'ai envie de les dévorer, de la dévorer.

Je la soulève par les fesses, l'incitant à nouveau a s'aggriper à ma taille avec ses jambes.

Il est plus de 2h. Mis à part les clodos, et quelques personnes plus bourrées que nous, il n'y a personne dans les rues.

La portant, je vais nous assoir sur un banc. Elle assise sur mes jambes, collé à mon corps mais de coté.

Je suis très exité, très dur. Elle s'en est rendue compte, et profite de la situation en faisait en léger mouvement avec son bassin. Accentuant mon eréction. 

Contrairement à elle, mes mains sont relativement libres. J'essaie d'en glisser une sous  ses fesses pour remonter vers l'intérieur de ses cuisses.

Ayant remarqué mon manège, s'amusant de la situation, me laissant faire,  pour finalement à peine ayant touché la dite zone, refermer ses cuisses, emprisonnant ma main au passage .

-"Tu as attendu tout ce temps, tu peux attendre encore un peu".

Elle se lève, me prend par la main, et m'entraine dans les rues de ce quartier que je ne connais pas.

Elle mène la danse. J'ai pas l'habitude que sa se passe dans ce sens. Sa change.

Impossible de réussir à marcher plus de cinquantes mètres sans qu'on l'on fasse une pause pour s'embrasser, se carresser à travers les fringues. 
Moi derrière elle, j'arrive lors d'une acalmie, à inserer  une main sous son chemisier, glissant dans son soutien gorge, et pincant son téton. Je lui arrache un gémissement.
Je profite de la situation pour glisser mon autre main dans son jean. 

Nous sommes là, au millieu de la rue, heuresement peu eclairée. Moi, mes mains effleurant son intimitée, et elle, à ma mercie.

Je la tire à quelques mètres de là sous un porche de garage, j'utilise ma main gauche pour jouer avec son sein, et la droite, pour dessendre vers son sexe.

Je devine un string. Un string maintenant trempé de mouille. Je glisse ma main au contact de son intimitée.  Je sens au contact de mes doigt, un maillot parfaitement entretenu, façon tiquet de métro.
Sa respiration se fait haletante, elle a le souffle très court. j'insère un doigt en elle. Peu profond, étant donné la position, mais suffisament pour lui arracher un râle. Je glisse un deuxième doigt, je la sens se contracter.

Je me retire, la laissant libre de ses mouvements. En la regardant dans les yeux, j'insère mes deux doigts humides  dans ma bouche. Me déléctant de son jus.

Je la sens hésiter, regardant autour d'elle. 
Quelques secondes plus tard, s'attachant les cheveux, glissant une main dans mon caleçon. Affichant un sourire satisfait, elle s'accroupie devant moi.

Déboutonnant lentement mon jean, tout en me regardant dans les yeux, elle fait durer le plaisir. Je sens ses doigts s'affairer sur mon sexe. Elle baisse mon calecon, et glisse sa langue chaude autour de mon membre.
Elle sais y faire, à la perfection. Je n'ai jamais été trop fan de fellation, mais là... c'est autre chose. Elle glisse sa langue autour de mon manche, je le vois disparaitre dans sa bouche, tout en soutenant mon regard.

Jamais je n'aurai imaginé en arriver à une telle scène.

Je rêve, à tout les coup c'est un  putain de rêve.

Moi, me faisant prendre en bouche dans la rue par mon amie d'enfance.

Je la vois glisser sa main gauche dans son jeans, je la devine se carresser. Elle maitrise le sujet à la perfection, enroulant sa langue autour de mon sexe dur, sucant mon gland, glissant sa langue contre mon frein. 
N'y tennant plus, je lui demande d'arrêter, sans quoi, je ne repondrais plus de rien. Une fois... deux fois... Elle s'en fout, pour seul répit, elle enlève sa langue de mon sexe, pour venir m'aspirer les boules. Remplacant la langue par ses doigts autour de mon manche.

Je suis sur une autre planète, c'est pas possible autrement. j'ai une imagination débordante, mais là... Je la pensait plutôt sage, prude, limite vierge... Comme quoi, je comprends vraiment rien aux femmes.

-"arrête C, je vais venir"
-"Fait toi plaisir, je suis à toi"

A peine avais t'elle finit ces paroles qu'elle réavala mon sexe encore plus profond. Le résultat ne se fût pas attendre, je sentis des jets de sperme se répandre dans sa bouche.
 Elle cracha  la quasi totalitée, mais en garda une petite partie, et l'avala.

J'eue du mal a reprendre mes esprits suite à mon orgasme.

"-On est ex-aequo maintenant"

  • Like 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Et bien quelle suite ! Ah bon tu n'es pas fan des fellations, ça c'était avant apparemment 😉

Très très sympa.... Pour qui le prochain point ? 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très très existent cette suite 

Allez jen veux encore ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Belle suite, j'espère qu'il y en aura d'autres stp.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On aime suivre le fil de tes pensées. Ourse mal léchée moi-même, je me régale de tes petites remarques piquantes 😋

Et puis c'est excitant, putain de bordel!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis fan!!! 😍😍😍

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"-On est ex-aequo maintenant"


"-Pas vraiment, j'ai jouis, et pas toi, c'est à toi"
"-On va chez moi, on sera plus à l'aise"
"-Je veux pas attendre, je veux te sentir onduler sous ma langue! maintenant, pas dans 20 minutes."

Associant les gestes à la paroles, je la place dos à moi, à  quelques dixènes de centimètres d'un mur.

Elle de dos, se laissant faire, j'enleve le dernier bouton de son jean. Le baissant  jusqu'à ses chevilles. String y compris.

Elle est là, sa délicieuse croupe offerte à moi, se tenant contre le mur, moi derrière elle, écartant ses fesses avec une main. Me donnant une vue imprenable sur son petit trou.

Je parcours son corps de mes doigts, l'effleurant, sous toute les coutures, ses jambes, ses cuisses, son cul parfait, son intimitée, 

Elle à ce genre de chatte parfaite, dans la forme comme dans le fond.. parfaitement dessinée, lisse, onctueuse presque.  A la fois étroite et ferme. 

Elle tremble au passage de mon doigt sur certaines zones. Je recommance, elle tressaille,  un gémissement constant  commence à se faire entendre.

J'insiste sur ses levres,  sur sa vulve. Toute la zone est trempée de désir.
Ce sentiment, je l'adore. Celui de dominance, d'impatience. Avoir une fille à sa merci, exitée, degoulinante  de plaisir, impatiente de désir.  Gémissant, ondulant son corps. 
Réussir à transformer la fille  classe, mignonne et propre, d'il y'a 4h, en cette autre fille, exitée,  gémissant mon nom, souhaitant sentir mon corps dans le sien.

C'est aussi jouissif que l'acte lui même.

Les secondes passent, puis les  minutes, je deviens à moitiée fou.

Je parcours ses fesses avec ma langue, descendant jusqu'à ses cuisses, remontant jusqu'â son dos. La faisant languir, à son tour. De mon autre main, je glisse mon index entre ses  lèvres, ruisselantes et gonflées.

J'insère mon doigt aussi profond que possible en elle, je la sens de contracter autour, au fur à mesure que je m'enfonce en elle. Elle gémît de plus belle. Je le retire pour laisser place à ma langue. 

J'attaque les hostilitées, j'attrape son mont vénus entre mes lèvres, je le suce, le fait glisser, le plaquant contre mes  dents, la réaction ne se fait pas  attendre,  elle tremble. Elle tremble de tout son corps, sous mes effleurements, mes lappements.
Je baisse le rytme, quelques seconde, et réattaque de plus belle. 
De ma main droite, je  lui caresses les fesses, intensifiant  peu à peu  les effleurements  autour de sa  rondelle rose . Pas de réactions, je passe mon doigt dessus.
Toujours pas de réticence, j'humidifie mon doigt de sa cyprine, le ramene près de sa rondelle, et arrivé au contact de celle ci, la belle C essaie de me  devancer. 

D'un coup de bassin en arrière, elle me signifie  non pas son accord, mais  sa demende.
J'approche ma bouche son oreille, la mordille, et lui sussure

"-Patience....

De mes deux mains, j'écarte ses fesses, me laissant un acces totale à sa petite chatte déjà trempée par mes précèdents assauts.

Je replonge ma langue dans celle ci, explorant son antre. Me regalant de son jus.
Attrapant à nouveau son clito avec ma langue, je commance à jouer avec celui ci. 
Le faisant tourner, le pincant, le mordillant. Alternant les rytmes en fonction de ses réactions, vite, doucement, petite pause de quelques secondes... 
J'arrive à attraper son organe avec mes deux levres, le pincant avec, je sens C  vasciller. Je me met à sucer son bouton de toute mes forces, aussi vite que possible, je la sens trembler. La discretion initiale à disparue, j'ai l'impression que la rue entier l'entends hurler.
De sa main droite, elle lâche le mur, et se carresse un seins.

"-Je vais jouir Nico, tu me rends folle putain, prends moi, baises moi, finis moi! fait ce que tu veux!".

C'est le genre de paroles pas prononcer,  sa peut me rendre fou, me faire jouir en un instant. Plus rapidement que la meilleur levrette du monde,  que le meilleur 69.

Pas cette fois, heuresement, je reste à peu près consciant.
Malgrès ça, je suis exité au plus haut point, j'ai envie de la prendre par les cheveux, de m'insérer en elle, de la faire hurler de plaisir, de lui limer son antre.  De me deverser en elle.

Je remplace ces pensées bestiales par des pincements, des effleurements, de ma langue, sur sa chatte ruisselante. Elle est trempée, plus que ca, elle innonde ma bouche de son jus. Je m'en delecte.

"Jten supplie, arrête j'en peut plus, je vais jouir, viens en moi, je veux  te sentir au fond"

Je continue de la  malmener, avec ma langue,  j'insère mon index humidifié de son jus, dans son petit trou.

Plus rien, plus aucune parole, uniquement des spasmes, elle tremble de plaisir, de son orgasme. 
Posant mes mains sur ses hanches, de la retourne, son visage contre le mien. Je la soutiens pour pas qu'elle tombe.
Quelques larmes de jouissance perlent sur son visage.
Je l'embrasse à nouveau. Elle est toujours tremblante. On se regarde, droit dans les yeux.

"-Maintenant on est vraiment ex-aequo..."

Elle sourit.
 

  • Like 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore encore encore!!!! J’adore!!!😍😍😍

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.