Aller au contenu
Invité

Quand Paris s'éveille

Messages recommandés

Invité

J'étais soumise. Un trio était inenvisageable pour moi vu ma jalousie maladive quant aux désirs de mon Maître. Puis, un jour, mon amie est venue me rendre visite. Elle qui une fois m'a avoué avoit envie de moi... En l'écoutant cet après-midi là, un texte a jailli dans mon esprit.  Un cadeau pour cet homme, comme pour lui prouver que j'avais progressé dans notre lien de l'époque.

Quelque part dans Paris. Huit heures du matin…

La nuit a été calme. Au lieu de rentrer directement, vous voici devant la porte de mon appartement. Votre trousseau en mains, vous entrez discrètement. Le son de la douche vous parvient et c’est en souriant que vous ôtez votre manteau pour vous diriger vers la salle de bain, attenante à ma chambre. Après ces heures de travail, vous vous dites qu’un jet d’eau bien chaude sur vos épaules et les mains de votre petite chienne sur votre corps seront les bienvenus.

Vous pénétrez silencieusement dans la pièce et vos vêtements s’éparpillent lentement sur le sol. Alors que vous regardez votre visage dans la glace en passant votre main sur votre barbe, le jet cesse. Vous tournez votre tête vers la douche. Jailli alors, sous vos yeux ébahis, la nudité d’une inconnue.

Plus grande que votre petite chienne, elle a un corps fin et longiligne couvert de gouttes d’eau. Les cheveux courts, des yeux noisette, de petits seins mais fermes constatez-vous, un ventre plat et une chatte imberbe que vous devinez entre ses longues jambes serrées.

Cet examen éclair fini, vous remontez votre regard en quête du sien qui lui, bien qu’il vous ait détaillé tout autant, semble être resté plongé à un endroit précis…

Quelque part dans Paris. Quelques heures plus tôt…

– Alors ?
– Tu es folle…

Rires nerveux.

– Oui, enfin non ! Je suis comme ça et puis c’est tout ! Bon, alors ?
– Oui, mais toi ? Je veux dire, tu sais ma belle, je te connais et je ne veux pas…
– T’arrête ! Tu te rappelles pour JC, on avait dit la première qui peut, fonce et il n’y a jamais eu de quack entre nous.
– Ouais… mais là c’est différent…

Soupirs et sourires complices. Les mains tenant ma tasse, je baisse les yeux pour me plonger dans mon thé. J’attends que l’idée face son chemin. Elle souffle. Je la regarde, m’avance sur bord de ma chaise, me rapprochant d’elle.

– Bon. T’en as envie au moins ?
– …

Elle tire sur sa clope, soupire, me regarde avec ses yeux malicieux et sourit. Son visage exprime cette franchise qui fait d’elle cette personne si précieuse à mon cœur.

– Humm, oui, tu en as envie. Si je te pose et propose c’est que quelque soit ta réponse je suis prête.
– Rhooo, d’accord ma belle, je ne vais pas rater une occas pareille !
– Ah, ah ! Je le savais. Intoxiquée, va !

Nous partons dans un franc fou-rire, complices comme toujours.
Elle se trémousse sur sa chaise et je sais déjà…

– Bon, maintenant je voudrais savoir, elle est…
J’éclate franchement de rire, sacré nana !

– Eh bien…

Quelque part dans Paris. L’instant présent…

Pourtant, vous auriez dû deviner ! Des indices de-ci de-là, comme sur la table deux verres et une bouteille vide. Le lit de la chambre complètement défait et surtout les habits un peu partout…
Je passe la porte d’entrée. La première chose que je remarque est votre manteau ainsi que le silence complet dans l’appartement. Je me dirige vers la cuisine mon sachet de croissants à la main, dépose mes clés sans bruit et me débarrasse moi aussi de mon blouson.

Mes mains tremblent. Je les pose à plat sur le plan de travail, ferme les yeux et me force à respirer profondément et calmement. Je penche la tête en arrière… et souris.

Je l’aime. J’ai confiance. Elle ne m’a jamais trahie, jamais. Elle sera égale à elle-même, honnête, franche, cette femme belle, calme et forte. Mon amie.

***

Je la regarde. Discrète et silencieuse cachée contre le montant de la porte, je la vois appliquée et ravie, ah ça oui !

Nue, à vos pieds, elle vous goutte, vous lèche, vous branle, vous aspire…
Aucun de vous deux ne me voit. Vous avez rejeté votre tête en arrière, les yeux fermés, apparemment comblé par cette bouche habile et ces mains expertes. Ca, je le sais… Elle est très douée…

Je m’avance sans bruit sur la pointe des pieds. Ses yeux qui croisent les miens pétillent et un sourire se dessine sur ses lèvres, bien qu’elle soit très occupée. Je suis nue moi aussi. Je m’agenouille sur mes talons près d’elle, lui passe le dos de la main sur la joue en une tendre caresse. Elle retire votre sexe de sa bouche et se penche pour m’embrasser. Nos lèvres se boivent, nos langues se mêlent…

Je sens un effleurement sur mes cheveux… vos doigts, mon Maître. Je quitte sa bouche à regret et lève enfin les yeux vers vous, alors que vous tenez votre queue en main et qu’elle vous lèche le gland.

Vous vous branlez et quelques secondes suffisent pour que votre foutre gicle abondamment sur nos deux visages levés vers vous. Excitation intense et incontrôlable de la promesse lue dans mes yeux, un cadeau, mon cadeau pour vous, mon Maître.

                                           ***

Je suis excitée. De l’avoir vue vous sucer et d’avoir reçu votre foutre en plein visage m’a mise dans un état second.

Je vous remercie pour cette généreuse offrande et me tourne vers mon amie que je dévore des yeux. Je me penche pour la lécher, récolter votre semence sur ses joues, ses lèvres… Je veux l’embrasser. Notre baiser, timide au début, se mue en un embrasement. Nous nous relevons et c’est un corps à corps qui débute…

duo-filles-1

Je ne pensais pas avoir un jour envie d’une autre femme à ce point là. Le ballet de sa langue m’électrise, une danse douce, ferme et exigeante. Je parcoure sa peau nue, enfiévrée. J’en veux plus, je veux sentir ses mains sur mes seins, sur mes hanches. Et par dessus tout, je veux la gouter…

Ne nous quittant pas un instant, nous nous dirigeons vers la chambre. Elle bute avec l’arrière de ses genoux contre le lit.

Vous nous suivez de près, ne perdant pas une miette de ce spectacle. De vous savoir juste là, tout près, épiant le moindre de nos gestes me rend téméraire et m’excite au plus haut point.

Je jette un regard dans votre direction, vous avez ce petit geste qui me rend complétement dingue… le bout de votre langue qui passe sur vos lèvres… votre faim…

De ma paume, je la pousse sur le matelas. Elle se recule sur les coudes pour me laisser de la place. J’en profite, comme une prédatrice, à genoux, les yeux enflammés de désir, pour lui attraper les chevilles, lui écarter les jambes et remonter tout le long en la léchant, m’arrêtant juste devant son sexe humide. Je souffle lentement dessus sachant que ce petit coup de vent va la rendre folle de désir, excitant sa chatte… Hummm…

Je pose ma bouche sur sa chair et lape son clitoris lentement. Elle gémit et se cambre, venant se coller encore plus contre moi. Son goût salé et la quantité de sa mouille m’affolent. Je m’applique. J’ai envie de lui donner un plaisir intense.

Alors que je lui dévore littéralement le minou, des idées folles me passent par la tête. Je l’ai écris à plusieurs reprises dans des textes, et, là, c’est l’occasion de rendre mes récits délirants réalité.

Je décuple mon attention, la lèche goulument, l’aspire, la pénètre de ma langue. Elle n’y tient plus mais avant de lui donner son plaisir ultime, je relève la tête, rampe sur son corps couvert de sueur et m’approche de son oreille. Je vous regarde, mon Maître, vous passez votre main sur vos bourses en de délicates caresses, les yeux brillants d’envie. Je vous souris tout en lui chuchotant ce que je compte lui faire.

Elle tourne son visage vers moi, je l’embrasse comme pour l’encourager, me recule et cherche l’approbation dans son regard. Elle capitule. Je rayonne.

Je lui chuchote encore mes envies tout en frottant nos corps l’un contre l’autre. Je redescends et repars à l’assaut de sa chatte sans avoir omis de vous regarder mon Maître juste avant de poser ma bouche sur sa peau. Ça a le mérite de vous rendre fou. Je veux que ces moments soient parfaits pour vous.

Elle attrape ses jambes et les maintient avec ses mains, le bassin ouvert, offerte. Il ne m’en faut pas plus pour l’explorer. Ma langue est sur son clito et mes doigts parcourent sa fente humide. J’écarte ses lèvres doucement, j’y introduis un doigt, puis deux. De lents va-et-vient pour la préparer. Sa respiration s’accélère, son corps se relâche, se détend. Avec douceur et attention, je finis par introduire, à l’entrée de son sexe gonflé, ma main complète. Je m’active sur son clito tout en entrant un peu plus loin à chaque fois. Elle commence à gémir de plus en plus fort et bien que ça m’excite, je la veux silencieuse. Je plaque ma paume sur sa bouche au moment où le passage se fait, aspirant complétement ma main en elle. Sa poitrine se soulève au rythme effréné de son souffle. Je ne bouge plus, laissant à son corps le temps de s’habituer à mon intrusion. Puis la sentant prête, je me mets à bouger avec délicatesse. Je ne veux pas la brusquer. Et surtout, surtout, je veux qu’elle apprécie ce moment, ce cadeau que je lui fais à elle aussi, car jamais je n’aurais cru être capable de l’accomplir…

Nous en avions parlé, quelques heures auparavant, lorsqu’elle a voulu des détails sur mes tendances et pratiques sexuelles. Entre ce que j’acceptais, ce que j’aimais, ce que je voudrais ou pas faire. Elle m’a avouée ne jamais avoir été fistée et j’ai vu dans ses yeux de l’envie…

duo-filles-5

Ses palpitations et sa langue sur mes doigts prouvent qu’elle aime ça. Entre la douleur du passage et la sensation d’être remplie, c’est un maelstrom de sensations qui doivent la parcourir. L’envie que je ressorte mais le besoin que je revienne pour se sentir comblée…

Je décide de la faire jouir ainsi, la léchant de plus en plus vite et donnant de petits coups de poings au fond de sa chatte. Il ne lui faut pas longtemps pour enserrer ses parois autour de ma main et d’être parcourue de tremblements.

Je la libère lentement, avec une infinie douceur, car je sais aussi que ce moment se situe à la limite du bien et de la souffrance, et qu’elle n’est pas coutumière de cette perception.

Pantelante sur ce matelas, je la laisse souffler au son de ses « wouahou ».

Sur une hésitation, je reste statique, à genoux, avant d’oser affronter vos yeux juste une seconde avant de porter mon regard plus bas. Votre main branle votre queue qui a retrouvé, malgré qu’elle vous ait sucé et fait gicler, une vigueur alléchante. Je n’ai pas réussi à déchiffrer votre expression, trop troublée par mes initiatives. Ce que je sais, c’est que dans mon corps coule un feu liquide. Le sang qui pulse à ma gorge, à mes oreilles me brûle…

Alors que je fixe encore votre sexe dressé, et que vous me demandez si c’est cela que je veux, elle se glisse entre mes jambes.

Quand ses lèvres se posent sur moi et qu’elles serrent mon clito, je pousse un cri de plaisir. Elle me boit et mon bassin bouge au rythme de sa bouche et de sa langue sur ma chatte. Je fonds et me laisser aller. Je n’en oublie pas à qui j’appartiens.

Vous regardant enfin franchement, je vous supplie de me laisser jouir. Voici venu votre moment de délectation, celui où vous avez sur moi toute emprise… Vous me laissez ainsi, tremblante, au bord du précipice. Vous venez sur le lit, vous approchant de nous et des larmes de frustration commencent à perler à mes yeux.

duo-filles-2

Encore une fois, je vous demande en suppliant de me laisser prendre mon plaisir. Vous attrapez mes cheveux, me penchez la tête en arrière alors que son ballet ne cesse de me rendre folle. Vous passez votre langue sur ma bouche et m’autorisez enfin à jouir.

Le visage tourné vers le plafond, maintenu avec force par votre poigne, je crie mon extase à peine votre aval donné. Dans ma bouche grande ouverte, je récolte votre salive avant que vous me colliez un baiser sur les lèvres.

Vous vous approchez de mon oreille et bien que je ne sois pas encore redescendue sur Terre, vous m’ordonnez de lui préparer son cul…

Je me place derrière elle et la pousse sur le côté, tournée vers vous. Votre sexe n’est pas loin de son visage et toute à son excitation, se caressant sa chatte, elle garde les yeux rivés sur vous.

Je m’exécute dans la foulée et me mets à lui lécher goulument son œillet, la gorgeant de ma salive.


Estimant que nous avions assez joué, vous venez vous placer devant elle. Sans trop de ménagement, votre sexe force l’entrée de son cul. Je lui étouffe ses soupirs et cris de mes baisers, lui malaxant la poitrine en même temps. Je me mets à lui titiller les tétons, les tirant lentement puis plus vos coups de reins s’intensifient plus je lui tire fort, lui arrachant des plaintes qui ne sont ni tout à fait de bien-être ni tout à fait de douleur, mais dans tous les cas, elle prend son pied.

Vous ressortez d’entre ses fesses pour la tourner à plat ventre sur le lit. Plaquée, c’est sa chatte que vous pénétrez. Elle crie sous vos assauts. Je l’envie et voudrais tellement vous sentir en moi, votre queue butant contre ma paroi. Au lieu de me morfondre, je continue à l’embrasser et à la parcourir pour mettre son corps en ébullition.

Nos nous regardons un instant et vous exigez de bouffer ma chatte tout en la prenant. Je viens me placer au-dessus d’elle. Et avant que vous ne me touchiez, vous autorisez la petite chienne que je suis à jouir autant que je veux…

Je vous en remercie d’avance et heureusement car à peine votre souffle sur ma peau à vif que les prémices de la volupté me vrillent le ventre. Cette pose, ses cris à elle d’ivresse absolue et vos coups de butoirs me rendent complétement folle. Je ne tarde d’ailleurs pas à gicler sur son dos, perdue dans mon excitation. Je dépose des baisers sur sa bouche tendue vers moi alors qu’elle aussi est prise de spasmes, le corps couvert de sueur et de mon éjaculation.

trio-21

Nous sommes comblées, et alors que je retombe les jambes flageolantes sur le côté, vous la faites se mettre à quatre pattes et me demandez de placer mon visage sous sa chatte.

Comme elle a reçu ma jouissance, je me dois de recevoir la vôtre à vous deux. Vous la prenez d’un coup puissant, puis après quelques aller-retours orgastique, vous vous videz en elle juste au bord de son entrée, laissant ainsi votre foutre et sa cyprine dégouliner sur mon visage.

C’est repus et fourbus que nous nous vautrons sur le lit. Mon visage est couvert de sécrétions. Vous approchant de moi, vous passez vos doigts et me faites lécher la plus grosse partie. Mon amie nous regarde, troublée, gênée, peut-être, par cette pratique dont elle n’est pas coutumière. Une fois le plus gros enlevé, vous m’ordonnez de rester ainsi et d’aller me mettre à ma place, le long de votre jambe. Je vous remercie comme il se doit de toutes vos attentions et de m’avoir permis de jouir. Mon amie, elle, ne bouge pas, méfiante quand à ce que vous allez dire.

Vous lui proposez simplement de faire comme elle le souhaite, soit de se lever, soit de dormir à vos côtés sur le deuxième oreiller. Elle me fixe mais je baisse les yeux et vous lui signifiez que je n’ai pas mon mot à dire.

Résignée, car sachant ma condition et mes choix, elle se laisse tomber sur le lit tout en remontant le drap sur nos corps.

Sur le dos, ne bougeant pas, je sens votre respiration se calmer et devenir régulière. Et alors que mon esprit part dans des délires et suppositions quant à ce que vous avez pensé de mon cadeau, je sens votre main sur ma tête. De tendres caresses comme autant de remerciements silencieux. Je peux maintenant m’endormir en paix.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J adore ce temps et je m y suis plongé avec délectation !!!!

Mais j aurais aimé qu il sois placé dans les expériences plutôt que dans les histoires 😁😁

Dans une autre vie ....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
il y a 2 minutes, Niko92 a dit :

J adore ce temps et je m y suis plongé avec délectation !!!!

Mais j aurais aimé qu il sois placé dans les expériences plutôt que dans les histoires 😁😁

Dans une autre vie ....

Lol tu pourras peut etre le vivre avec une prochaine soumise qui sait... tu as le don et la patience pour convaincre subtilement. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.