Aller au contenu
Invité

Ma première séance de soumission

Messages recommandés

Invité

Je vais vous narrer cette séance comme si elle venait de se passer. C'était il y a presque 5 ans. 

Avec lui, ce finaute, qui a été mon Maître durant quatre années. 

Le rendez-vous fut donné à la gare. Partie en paire de jeans et bottes, je suis sortie du tgv en petite robe et bas, nue en dessous, cela va de soi. Juste le temps de me changer, que j’ai débarqué sur le quai en bonne dernière. Il a suffit que je porte mon regard devant moi pour le voir… Alors que j’allais à sa rencontre, le cœur tambourinant, lui aussi s’est avancé. Mes yeux plongés dans les siens, nous rapprochant, puis ma poitrine brusquement collée à la sienne, je n’ai eu le temps de rien, qu’il a empoigné mes cheveux, et s’est emparé de ma bouche. Sa langue a pris possession de la mienne dans une danse chaude, suave, exquise. J’ai tellement rêvé de cet instant, que je suis partie loin, très loin, au point que les minutes qui ont suivi, alors que je me souviens vaguement être restée près de lui dans le métro, me semblent floues…

Je sais que je ne pouvais détacher mon regard du sien, tout en ne pouvant le soutenir… De toute manière, il m’ordonnait, par moments, de baisser les yeux, quand mon envie de lui transpirait de tout mon être ou quand mon insistance semblait déplacée, je ne sais pas vraiment. Presque tout le temps de notre trajet vers l’hôtel, il a laissé entre nous une distance, me faisant languir. Quelques baisers sur le front, encore une fois sa langue dans ma bouche, me dévorant, me laissant pantelante, affamée, ou encore juste le droit de poser quelques secondes ma tête contre son buste… Ces simples contacts m’électrisaient toute entière.

Lorsque au détour d’un couloir, j’ai dû emprunter un passage interdit, j’ai su… Il m’a ordonnée de m’arrêter et de me retourner alors que je montais les marches devant lui. J’ai senti ses doigts froids sur ma chatte bouillante. Feu et glace dans la douce moiteur de mon ventre. J’ai cru jouir sur place alors qu’il se retirait aussitôt, me laissant complètement fébrile, troublée, les jambes flageolantes, avec une envie folle de lui. Assise, ensuite, dans la rame, son regard insistant et son ordre muet, alors que mon corps hurlait silencieusement d’être comblé, m’ont amenée aux portes de la jouissance, dont j’ai laissé la vague me submerger. C’est terrible comme situation, là au milieu de tous ces gens, de prendre son pied et d’en redemander, de n’être plus qu’un corps suppliant d’être comblé et une âme en attente d’être dominée, implorant du regard son Maître…

Enfin sortis du métro, l’air frais matinal a permis de me remettre les idées en place, et a surtout rafraîchi mon entrejambe humide. Je sentais la moiteur sur mes cuisses à chaque pas. Arrêt obligé pour l’achat de protections, alors que nous constations que la boutique où l’on devait faire quelques emplettes était fermée. Il décide de passer prendre notre chambre et de revenir plus tard…

Clé en main, dans l’ascenseur, l’ordre de remonter ma robe tombe. Ni une ni deux, je m’exécute. Me voilà exposée à son regard ainsi qu’accessible à ses doigts. Oui, je me liquéfierais sur place si nous n’étions déjà arrivés. Il y a ce moment, pour ceux qui l’ont vécu, nébuleux et comme bancal, de l’entrée dans la chambre. L’instant X où flotte comme un trouble, où on est un peu gauche… Cela n’a duré que quelques secondes, car déjà, il me donna l’ordre de me mettre nue, en bas, à quatre pattes sur le lit.

Je me suis déshabillée sans aucune gêne. Aucune pudeur, aucune peur. Juste de l’envie, le besoin de lui obéir. Une fois en bas, je suis montée sur la couette et me suis mise dos à lui dans la position qu’il m’a demandé. A peine étais-je en place, que j’ai dû lui montrer mon cul, comme il l’exige souvent. Ce qui implique, les épaules et la joue posés sur le lit, les mains sur les fesses, les écartant pour lui montrer impudiquement ma rondelle… ainsi a débuté notre journée dans cette chambre d’hôtel…

***

La croupe tendue et offerte, j’ai attendu fébrilement qu’il s’approche.  Je l’entendais se déshabiller, je ne bougeais pas d’un pouce. Mon sexe palpitait, mon ventre se nouait d’excitation. Il faisait doux dans la chambre, pourtant, j’avais des frissons. J’ai senti sa présence derrière moi… Ses doigts froids se sont aventurés sur ma chatte, attrapant directement mon clitoris. J’ai gémis de plaisir, la tête penchée en avant, complètement soumise. J’attendais cet instant depuis de longs mois… Une éternité d’échanges, de fantasmes, enfin réels, là, à ce moment précis. Je n’ai rien calculé, ni décidé, je me suis juste laissée aller, offerte, totalement.

Une claque sur ma fesse. J’ai juste gémis de plus belle. Jeux de mains qui furètent, excitent et fessent. Douleur aiguisée par l’incertitude de l’acte suivant… Une autre, puis une autre. Soudain, sa main a agrippé ma queue de cheval, tirant dessus et m’obligeant à me cambrer et mettre la tête en arrière. Il m’a guidée, me faisant faire demi-tour pour que mon visage se retrouve face à son sexe… Moi, à quatre pattes sur ce lit, tenue par ma crinière de feu, et lui debout au bord du lit. Étant donnée ma position, je l’ai attrapé avec ma bouche, le gobant, seulement aidée par ma succion et ma langue. Des pages et des pages de récits où je décrivais comment je voulais le gober, le goûter, le lécher, l’aimer ainsi. Et voilà, que c’était réel, tout mon corps frissonnant d’extase. Enfin…

***

Je lui a liché son gland, toute la longueur de sa magnifique queue, ses bourses… mais aussi son anus. Je me suis régalée de toute cette partie de son corps dès qu’il me l’autorisait. Parfois, je pus m’aider de mes mains, mais le plus souvent, ce fut plutôt bestial. Je l’ai laissé prendre possession de ma bouche, la baisant, couchée les épaules au bord du lit, la tête dans le vide. A genoux devant lui alors qu’il agrippait les cheveux. Couchée et lui venant forcer mes lèvres, comme il l’aurait fait de ma chatte… Essayant d’aller toujours plus loin, plus au fond de ma gorge, jusqu’aux hauts le cœur.

***

Il m’a repoussée sur le lit, allongée sur le dos, les jambes écartées, ses doigts se sont mis en action, caressant, claquant, pinçant, pénétrant mon sexe. Deux, puis trois, puis… toute sa main en moi, me fistant pendant quelques instants. Interdite devant l’invraisemblance de l’instant, sans lubrifiant, juste ma cyprine l’a permis de me prendre ainsi. Plénitude. Au moment, où il s’est retiré, comme je le lui avais dit maintes fois, je n’étais plus qu’une chienne en chaleur, le voulant lui, ses mains sur moi, caressantes, violentes. La douleur pour mieux apprécier le plaisir. Ses mains ont empoignés mes seins brutalement, les pétrissant, pinçant et tordant mes tétons me faisant onduler d’excitation. En voulant encore et toujours.

Moment de flottement quand cette fichue boîte de préservatifs n’a pas voulu s’ouvrir ! Puis, mon regard suivant ses gestes, l’habillage de sa belle queue, mon corps désireux de le sentir sur moi, en moi.

Les secondes délicieuses que sont celles de la première fois… son gland poussant sur mes lèvres gonflées… sa longueur glissant le long de ma paroi… sentir son épaisseur m’emplir totalement, comblant un vide… comme si c’était lui que j’avais toujours attendu… Des tous mes amants, jamais je n’ai ressenti une telle plénitude. Chaque fois, qu’il m’a prise à nouveau la chatte ce jour-là, j’ai gémis d’extase, avec la formidable sensation que m’a procurée la première.

Une chevauchée sauvage a pris le pas sur la douceur des débuts. Il m’a prise brusquement, comme pour me marquer à chaque coup de rein. Je l’ai senti taper au fond de mon corps.

Une fois rassasié de ma chatte, il s’est enfin emparé de mon cul. Et, comme pour la première virée, la douceur fut vite effacée pour laisser place à une sorte de férocité dans notre cavalcade. Mon Maître a pu vraiment se rendre compte que j’aime presque plus être prise par ce côté que par ma chatte.

Me laissant jouir et crier tout mon saoul mon plaisir, il s’est retiré, m’a fait venir à genoux par terre en y allant à quatre pattes, pour me retrouver avec son sexe devant le visage. Mes yeux l’ont imploré. Je l’ai supplié de m’offrir son foutre. Je le lui ai redemandé encore, soumise, espérant enfin recevoir le fruit de son désir pour moi.

J’ai ouvert la bouche, tiré ma langue et l’ai reçu sur ma langue. Longs jets, chauds, acres mais si délicieux. J’ai dégluti à chaque giclée, ne voulant pas perdre, pour cette première fois, une seule goutte de ce précieux nectar…

Prosternée, à ses pieds, la joue posée sur l’un d’eux, je l’ai baisé et remercié, de m’avoir autorisé à jouir, de m’avoir donné du plaisir et surtout, surtout d’être mon Maître.

Et que dire quand celui que j’adore et respecte plus que tout, m’annonce qu’il est l’heure d’aller acheter mon collier… que j’ai enfin mérité…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Une confession qui ne laissera personne de marbre

Très bien racontée encore une fois et on comprend aisément pourquoi ca a duré si longtemps

Je suis bien excité suite à cette lecture merci Elodi et merci à ce dom qui a su parfaitement rendre compte de tout ce plaisir partagé

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je le sens serrer dans mon pantalon d'un seul coup:D

Super récit

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Se lever le matin, la tête dans le ... et se replonger dans ses souvenirs, ceux marqués au fer rouge, ça n a pas de prix ...

la puissance des mots et du texte font de notre première rencontre un moment placé dans l immortalité du temps. 

En mode pseudo poète ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Woh! 

C'est le truc le plus intelligent qui me vient à l'esprit! 

Quel récit,  quel souvenir! Je l'ai dévoré!

Merci de l'avoir partagé avec nous Elodi 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A lire et relire !  :good: :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très bon.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.