Aller au contenu

Messages recommandés

Épisode 01

Il y a un peu près un mois, nous avons reçu dans notre entreprise une jeune stagiaire prénommée Julie fraîchement diplômée.

Elle est plutôt grande et assez fine. Elle n’a pas trop de formes, mais elle sait les mettre en valeur avec des tenues très prés du corps. Toujours élégante et soignée mais sans être stricte pour autant. Elle as un visage agréable, des yeux clairs et un sourire ravageur. Elle attache le plus souvent ses longs cheveux dorés pour en faire un chignon proche des ceux qui sont utilisés par les danseuses classiques qui lui donne une aire d’actrice des années 50. En France, le look « vintage » est très à la mode en ce moment et je trouve que ça lui va bien. Mais ce que je préfère en elle, ce sont ses longues jambes, toujours parfaitement épilées, qu‘elle nous dévoile volontiers grâce à une jolie collection de jupes tube assez courtes. Comme  vous voyez, elle a tout pour plaire…

C’est qui m’a interpellé tout de suite fut sa ressemblance physique avec la femme qui m'avais initié aux jeux de soumission il y a de cela bien des années. Depuis cette première expérience, aussi intense que déstabilisante, je vivais dans l'espoir de revivre cette expérience avec quelqu'un.

Plus je la regardais et plus cette ressemblance s'imposait dans mon esprit comme une évidence ou, plutôt, comme un signe du destin…Quoi qu’il en soit, une fois ce lien fait, je n’ai plus réussi à me l’enlever de la tête…

J’ai décidé alors de me rapprocher d’elle pour mieux la connaître. Il faut dire que ça n’a pas été très compliqué. En ce moment, ici, le monde du travail est assez morose. La plupart des employés sont stressés et leur visage reste le plus souvent fermé. Alors un peu de chaleur humaine et un beau sourire ont suffi à la mettre en confiance.

Le courant est passé assez vite entre nous, ce qui nous a conduit à prendre un verre après le boulot pour parler de tout et de rien. Dans son cas, l’alcool s’est avéré un excellent désinhibiteur. Au bout de quelque temps, même les questions les plus crues autours de sa sexualité ne semblaient plus la déranger. D’ailleurs, elle ne s’est pas privée d’en faire autant avec moi. Bien qu’assez classique dans ses pratiques amoureuses, elle semblait curieuse de découvrir des nouvelles choses dans ce domaine. Ces aveux faisaient réveiller en moi quelques-uns des fantasmes que nous avions échangés ensemble dans le passé avec ma précédente soumisse. Du coup, j’'ai commencé à avoir de plus en plus envie d’elle, au point que la tension sexuelle entre nous était devenue électrique. Après quelques baisers volés en bas de son immeuble avant de nous quitter, j’ai compris qu’elle aussi, elle ressentait le besoin de passer à la vitesse supérieure.

Le lendemain, nos regards se sont cherchés discrètement toute la journée. Une fois le boulot fini, nous nous sommes précipités chez elle dans une certaine fébrilité...

Julie habite un minuscule studio au sixième étage d’un immeuble des années 70. La décoration est pour le moins minimaliste, mais l’ordre qui règne n’est pas pour me déplaire. Une fois à l’intérieur nous avons pu laisser libre court à toute cette fugue qui nous tordais les boyaux. Nos bouches sont venus se coller comme des aimants, et nos langues libidineuses se sont mis à s’entrechoquer comme des folles. Nos cœurs battaient la chamade. Nos bras serraient nos corps puissamment l’un contre l’autre. Cette première chute passionnée nous faisait tanguer risquant de nous faire tomber à tout moment.

Après un temps incalculable, nos lèvres se sont séparées enfin. Nous croisâmes nos regards de braise sans dire un mot puis j’ai fait tomber son trench par terre. Ensuite, j’ai commencé à déboutonner son chemisier dévoilant ainsi ses deux petits seins retenues par un jolie soutient gorges à dentelle. Elle ferma les yeux en tournant légèrement la tête comme si elle voulait jouer encore une dernière fois le rôle de la jeune fille pudique. J’ai dégrafé sa jupe noire qui partit rejoindre le chemisier sur le sol. J’ai mis un temps d’arrêt pour contempler son joli string assorti. La petite tache brune qui se dessinait sous le tissu presque transparent m’indiquait qu’elle avait opté pour une épilation du maillot Brésilien.

Discrètement, j’ai sorti mon petit couteau suisse et j’ai coupé les bretelles de son soutif. Au contact du fer froid avec sa peau, elle poussa un petit cri. D’abord, elle paru surprise de me voir avec un canif à la main. J’ai même craint un instant qu’elle fasse un scandale, mais finalement, elle n’a rien dit et l’expression de son visage montrait, au contraire une certaine excitation. Je me suis dit alors que je ne m’étais pas trompé sur elle et qu’il y aurait peut-être moyen d’explorer certains de ces fantasmes de domination que j’affectionne tant. J’ai fini par couper également les bords du string que j’ai jeté par terre.

Je pouvais enfin la contempler complètement nue devant moi. Sa peau claire était parfaite, sans la moindre marque ou tache de naissance apparente. On aurait dit une poupée en porcelaine. Ses petits seins en forme de poire étaient surmontés d’un joli téton fin et pointu, qui se dressait sûrement à cause de la fraîcheur de la pièce, pas très bien chauffé. Lentement, je fis le tour de son corps pour mieux contempler son anatomie de jeune fille à peine sortie de l’adolescence. Je n’ai pas pu résister au plaisir de caresser ses sublimes fesses, rondes et fermes à la fois. Surprise par mon geste ou par la froideur de mes doigts, elle sursauta en faisant un petit bond en avant.On éclata d’un rire complice. Pour finir, je lui ai enlevé l’épingle à cheveux qui retenait son chignon, libérant ainsi une cascade dorée qui vint recouvrir ses épaules. L’odeur parfumée de ses cheveux m’enivra complètement en me faisant bander comme un cerf.

J’avais très envie de lui sauter dessous, mais le fait de la voir si docile et à ma merci, me donnait envie de m’amuser encore un peu. J’ai commencé par le sucer goulûment la pointe de ses seins. Elle s’est mise à gémir doucement comme si elle faisait attention pour ne pas déranger les voisins. Ma langue se fraya un chemin jusqu’à son cou pendant que mes mains lui caressaient le dos et les fesses. Elle haletait déjà d’impatience sous l’impulsion de cette excitation qui montait inexorablement en elle. J’ai glissé mes doigts dans son petit minou tout chaud pour tester son degré d’effervescence et je dois dire que je n’ai pas été déçu au vu de la quantité de mouille qui trempa mes phalanges.

Je crois bien que c’était le geste de trop pour ce premier rendez-vous en tête-à-tête. Telle une chatte en chaleur, elle se jeta sur moi en déchirant mes vêtements à son tour. C’était vraiment incroyable ! J’ai rarement vu une fille avec une telle fugue sexuelle ! Elle me caressait et m’embrassait tout le corps comme si elle avait envie de me dévorer tout cru. Elle se frottait contre moi avec insistance en gémissant de plus en plus fort. Malgré sa fugue, ses gestes étaient très maladroits et impulsifs ce qui montrait son inexpérience dans la matière. J’ai donc décidé de prendre les choses en main.

Je l’ai plaqué au sol. Allongés sur nos vêtements qui couvraient le carrelage glacé de la pièce, j’ai fais en sorte de calmer ses ardeurs pour mieux pouvoir communier ensemble. C’est alors qu’un truc dingue s’est produit.

Au départ je m’étais focalisé sur le fait qu’elle incarnait étrangement la fille qui m'avait initié, mais à ce moment précis,en pleine action, je me suis rendu compte qu’elle lui ressemblait presque trait pour trait. Le présent et le passé semblèrent se mélanger dans mon esprit brûlant de désir et, sûrement sous l’influence d’un état d’excitation particulièrement intense, je me suis senti partir dans une espèce de rêve érotique.

Le plus étrange c’est que je ne contrôlais pas du tout ce qui était en train de se passer. Les deux femmes ne fessaient plus qu'une...

Quand j’ai glissé mon sexe dans le sien, c’est son visage que j’ai cru voir transi de plaisir. Pendant mes « vas et vient » vigoureux, ce sont ses jambes que je caressais avec délectation, ce sont ses seins que suçais avec fébrilité et c’est sa bouche que j’embrasais avec envie. J’étais fou de bonheur, au point de l’honorer plusieurs fois pendant cette nuit interminable…J’essayais de me rappeler nos positions préférées en m’appliquant pour lui donner un maximum de plaisir, comme si j’avais peur de la décevoir.

Et au milieu de cette étrange rêve orgasmique, le souvenir de ma première disciple s'effaça devant Julie, comme pour m'indiquer que mon vœux le plus chère venait de s’exaucer...que j'avais bien trouvé celle que j'attendais depuis si longtemps...

Ses gémissements remplissaient la pièce en me comblant de bonheur…nos corps, trempés de sueur, s’enroulaient sans arrêt pour poursuivre l’exaltation de nos sens sans jamais en avoir assez…Jusqu’au moment où nos muscles, complètement épuisés, finissent par lâcher…

Je crois que je n’ai jamais joui aussi fort que cette nuit-là. Comblé, je me suis endormi dans ses bras.

Au petit matin, le rêve s’était dissipé. Julie avait repris sa place et moi j’étais de retours dans la réalité. Je ne sais pas si j’arriverais à lui avouer un jour ce qui s’est passé cette nuit, mais je vois déjà, au fond de ses yeux, ce feu dévorant qui me supplie de faire d'elle ma soumisse...

Julie01.thumb.jpg.4a233446f5a69a58c5ce1e0b25f188e7.jpg

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très belle entrée en matière 😁

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tres bon début ;)

Maintenant la suite ! 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Beau début, vivement la suite de cette aventure

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

Épisode 02

Après ce premier coup d'essai, j'ai voulu tester Julie pour être sûr que je ne me faisait pas d'idées dans la matière et que son être tout entier aspirait maintenant à devenir le seul objet de ma volonté...

Je pouvais le lire dans ces yeux...mais il était temps qu'elle me le prouve en plus.

J'ai, donc, tenté une petite expérience. J'ai demandé à Camille de mettre seulement un pull léger en cachemire et une jupe fluide et assez large. Cela m'a permis de venir la peloter tout au long de la journée dès qu'on se trouvait tout seuls à côté de la photocopieuse, dans le local où on prend le café ou même dans le couloir. Je glissais mes mains baladeuses sous ses vêtements pour lui caresser les seins et les fesses par dessus ses sous-vêtements. Le risque ( assez minime ) d'être vus augmentait l'excitation de l’expérience. Je suis resté très sage me contentant de la caresser amoureusement, mais suffisamment pour lui faire durcir les tétons et tremper sa petite culotte.  

Vous l'aurez bien compris,le but de ce petit jeu ( vraiment très soft ), était de m'assurer qu'elle obéi à mes instructions sans broncher.

Sa docilité confirmait bien mon intuition mais pour passer à l'étape supérieur fallait arrêter les sous-entendus et jouer franc jeu avec elle...

Sans plus de ménagement,  j’ai décidé d’avoir une conversation avec elle à propos de ce sujet autours d'un verre de vin blanc.

Elle m’avoua, alors très naturellement qu’elle avait déjà eu ce genre de fantasmes mais qu’elle ne les avait jamais partagés avec aucun de ses partenaires de peur de passer pour une dingue ou une perverse. Son aveu me réjouissait au plus haut point mais je n'ai rien laissé paraître.

Je voyais bien à son regard pétillant et pleine de malice, que le sujet l’émoustillait énormément, alors je lui ai demandé:

-"Et jusqu’où tu serais prête à aller ?"

Ce qui n'était à la base une question rhétorique pour découvrir sa véritable envie de passer à l'acte, se transforma dans une déclaration ouverte de son désir de devenir ma "soumisse" :

"-Je te fais complétement confiance et je ne me fixe aucune limite pour l’instant." En disant cela, elle me regardait droit dans les yeux. Son assurance me troubla presque autant qu'elle me fessait frisonner d'excitation...

Puisque sa décision était prise, il était temps de parler des dispositions nécessaire pour amener à bien cette aventure dans laquelle nous étions prêts à nous jeter corps et âmes...

Je pris un air solennelle, pour qu'elle comprenne qu'il ne s'agissait plus d'un simple jeu mais d'une décision importante qu'il était sur le point de nous transforme à jamais... Pour commencer, je lui ai expliqué que, si on partait sur cette voie, j’entendais qu’on allait vivre cette aventure ensemble et que je lui demanderais toujours son avis. Néanmoins, l’effet de surprise étant aussi très important, je serais, donc, amené à l’embarquer souvent dans des actions à l’improviste, mais qu’elle pourrait dire « non » à n’importe quel moment si ce que je lui proposais ne lui convenait pas.

Elle m'écoutait religieusement comme si elle buvait mes paroles...ses yeux pétillaient de plus en plus... et une tension sexuelle presque électrique faisait dresser les bouts de ses seins sous sa robe...

Son regard était remplie de curiosité... elle se pinçais les lèvres pour s'empêcher de mes poser les innombrables questions qui traversaient son esprit en ébullition...elle savait que je ne lui dévoilerait rien, de toutes façon.

Après deux verres de vin blanc, elle trépignait d'impatience. Il était devenu une évidence pour tous les deux, que l'heure de son initiation en tant que "soumisse" venait d'arriver.

J’ai rentré alors dans mon rôle de Maître pour la première fois. Je lui ai expliqué qu’à partir de maintenant elle devrait m’obéir en faisant tout ce que je lui demanderais sans poser de questions. Elle n’aurait plus le droit de s’adresser à moi sauf si c’était moi qui lui parlait en premier. Et qu’elle ne devait plus me regarder dans les yeux mais, bien au contraire, prendre soin de baisser la tête en ma présence.

Rentrant un peu plus dans mon personnage, je lui ai enfin donné ses premières instructions à suivre à la lettre :

-«  Tu vas rentrer chez nous toute seule. Puis tu iras dans la chambre où tu te déshabilleras complètement. Ensuite, tu laisseras  la porte entre ouverte, tu éteindras la lumière et tu t’allongeras sur le ventre sur le lit".-j’ai marqué une courte pause en remplissant à nouveau mon verre, puis j’ai rajouté- « C’est tout, tu peux y aller ».


Obéissante, Julie se leva et sortie du café. De mon côté, j’ai pris le temps de siroter mon verre avant de me lever pour aller chercher une pelote de ficelle dans la quincaillerie en bas de chez moi. Comme je n’avais rien prévu, j’improvisais en prenant ce que j’avais sous la main. J'ai pris aussi au passage son petit foulard coloré en coton.

Dans la chambre, Camille attendait étendue nue sur le lit comme je lui avais demandé. J’ai commencé par la bâillonner avec son foulard. Elle sursauta légèrement quand j’ai serré le nœud d’un coup sec. Puis j’ai attaché son poignée droit avec la ficelle en chambre qui était très fine.  Ensuite, j’ai passé la pelote sous le lit pour rejoindre son autre poignée. Je lui ai attaché également les chevilles au pied du lit. Je pris soin de serrer au minimum pour qu’elle se sente entravée mais pas coincée.

J’ai pris le temps de regarder son joli corps baigné par la lumière du salon…j’ai caressé ses merveilleuses fesses bien rondes du bout des doigts avant de m’insinuer à l’entrée de son sexe…Elle sursauta à nouveau.

En passant mes doigts sur ses lèvres gonflées, j’ai pu constater à quel point son petit minou était trempé d’excitation ! La voir ainsi, attaché et offerte à ma merci me fit bander comme un âne !

Je me suis déshabillé à mon tour, en m’asseyant sur ses fesses. J’ai pressé ma grosse queue en érection contre ses reins pour lui montrer à quel point j’étais excité. J’ai commencé par lui masser le dos…lui embrasser le cou et les épaules…Puis, j’ai glissé mes mains sous son corps pour atteindre ses seins…pour les malaxer entre mes doigts avec envie…Julie, les yeux fermés, elle gémissait de plaisir.

Comme une fauve affamée, je croquais son corps avec frénésie en frottant mon sexe avec insistance contre ses fesses ! Mon envie de la posséder était à son paroxysme.  En écartant encore un peu ses jambes je me suis positionné sur elle en faisant la planche. Sans utiliser les mains, j’ai cherché avec la pointe de ma verge l’entrée de sa fente brûlante…

Impatiente, Julie écartait ses jambes au maximum en relevant son basin pour m’aider. Mon  gland trouva enfin le bon chemin en écartant ses lèvres savoureuses à fur et à mesure que je plongeais en elle. Elle était si trempée, que j’ai glissé dans son vagin comme dans du beurre !

Dès mes premiers coups de reins, j’ai senti son corps se crisper de plaisir.  Ses muscles étaient aussi tendus que les miens dans cette position si active. Ses membres entravés se battaient avec les cordes pour essayer de garder l’équilibre. Moi je la pilonnais de plus en plus fort !

Ses gémissements à moitié étouffés par le foulard devenaient de plus en plus intenses. Elle tournait la tête en frottant son front contre le matelas, prise de spasmes de jouissance !

Son corps tout entier ondulait sous ma folle cavalcade ! Mon visage était en nage et de grosses gouttes de sueur venaient tremper son dos. À chaque coup, le plaisir de la pénétration devenait de plus en plus intense ! Bientôt, j’ai senti que j’étais au bord de l’orgasme…et, à la dernière minute, je me suis retiré pour éjaculer brouillement sur son dos et ses fesses !

Je l’ai arrosé généreusement de mon sperme en dirigeant mes giclés sur des cibles bien précises…mon ardeur était tel qu’elle se retrouva avec de la foutre plein les cheveux !

Une fois bien vidé, j’ai bien étalé les coulés de sperme sur ses fesses avec  le bout de mon gland, avant de m’effondrer à ses côtés…

Julie tourna son visage vers moi pour que je lui retire le foulard de la bouche. Celui-ci était trempé de salive. Elle bougea sa mâchoire pour retrouver la sensation de ses muscles et, en me regardant droit dans les yeux, elle me dit : -«  Embrasse-moi, grand fou ! ».

Cela n'était pas très orthodoxe puisqu'elle ne respectait pas une des consignes essentielles en m'adressant la parole, mais j'étais aussi conscient que son dressage demanderait du temps. Pour l'instant, je ne voulais pas trop la brusquer...j'étais déjà ravi qu'elle eu pris son pied autant que moi...

Julie02.thumb.jpg.ebfec6877a649db48fa91cf55da5d884.jpg



 


 

Modifié par Antoine220
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Niko92 m'a signalé deux coquilles qui se sont glissé dans mon récit. En effet, j'ai longuement hésité sur le prénom de l'héroïne et comme j''écris d'abord mes récits sur Word, visiblement  j'ai  oublié d'en changer deux... C'est bien de JULIE qu'il s'agit.

Je m'excuse de perturber votre lecture de la sorte, je vais faire plus attention la prochaine fois...:oups:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

Épisode 02

Après un petit séjour chez ses parents pour fêter Noël, elle est venue me rejoindre pour qu’on passe le réveillon  ensemble. Pour l’occasion, je offert à Julie une robe de soirée noire et particulièrement moulante. Nous étions invités à une grosse soirée organisée par ma boîte dans un « night club », avec plus d’une centaine de convives. Elle connaissait déjà une bonne partie, des collègues qu’elle avait croisé pendant son stage.

En sortant de sa douche, elle  trouva la robe étendue sur le lit et les chaussures à talon qui allaient avec. C’est a ce moment-là, que je lui ai précisé qu’elle ne porterais rien d’autre que ce qui se trouvait sur le lit.

Sa première expression fut la surprise, mais très vite ses yeux se sont mis à pétiller. En laissant tomber sa serviette, elle me lança d’un air coquin : «  Comme vous voudrez, Maître ».

Nue devant moi, elle me narguait avec son corps sublime et son joli sexe parfaitement épilé. Elle enfila la robe et se tourna vers moi en mettant ses cheveux de côté pour que je puisse remonte la fermeture éclaire. Elle sentait bon le gel douche et sa nuque fine et dégagé m’attirait irrésistiblement…Malgré l’envie que j’avais de lui sauter dessous, j'ai feint l'indifférent.

5ad4a0b69b49f_JulieRN01.thumb.jpg.36cabba1964fbdbd2da1db9f2db2ad1c.jpg5ad4a0b8c1e28_JulieRN02.thumb.jpg.aecf3788dcf5095a04a6e5fe93017c2f.jpg5ad4a0babacec_JulieRN03.thumb.jpg.28f30b1350e241f1e3fc86b571f701f4.jpg

Elle enfila ses chaussures et nous sommes partis. La nuit était fraîche, ce qui mettait en évidence à quel point elle n’avait presque rien sur elle. Nous nous sommes garés dans une petite rue silencieuse pas loin du « night-club », puis nous marchâmes jusqu’à l’entrée en échangeant de petits sourires complices. À fur et à mesure qu’on s’approchait du bâtiment je voyais de plus en plus d’excitation dans son regard…

Une fois dedans, je pris un malin plaisir à la présenter à la plupart de mes collègues qui ne pouvaient pas s’empêcher de la dévorer des yeux et , qu’immanquablement, me glissaient à l’oreille que « j’étais verni de sortir avec une telle beauté ».

Au bout d’une heure, la fête battait son plein. Il y avait un monde fou, la musique était si forte qu’ont était obligés de crier pour s’entendre, et il faisait si chaud qu’on n’arrêtait pas de vider les coupes de champagne pour se désaltérer. Dans la cohue, les hommes qui bavaient autour de Camille profitaient pour se frotter à elle dans des mouvements, faussement, accidentels.

Moi je jubilais en voyant  Julie assaillie par tous ses mecs transpirant la lubricité  autour d’elle. Au bout d’un moment, elle m’indiqua du regard qu’elle commençait à en avoir assez et je suis venu l’extraire de son groupe d’admirateurs pour l’amener sur la piste de danse…

C’était aussi l’occasion de faire un premier point  sur cette première épreuve improvisée. Je lui ai demandé si tout se passait bien pour elle. Julie m’avoua qu’elle était excitée comme une puce et que mon petit jeu pervers marchait à merveille. Je lui ai dit que je voulais vérifier et j’ai glissé ma main sous sa jupe pour venir effleurer ses lèvres avec mes doigts…et, en effet, elle était trempée !

Avec un grand sourire de satisfaction, j’ai porté mes doigts brillants de sa cyprine à sa bouche. Toujours aussi joueuse, elle s’empressa de les sucer en me regardant droit dans les yeux. Ses coups de langue si lascifs me firent bander comme un cerf. Pour lui montrer à quel point elle venait de m’exciter, je l’ai prise par la ceinture et je l’ai collé contre moi pour une danse de plus sensuelles…Mes mains lui massaient copieusement les fesses à la vue de tout le monde, pendant que je frottais la grosse bosse de mon pantalon contre son sexe…On avait bu plus que de raison, on crevait de chaud en dégoulinait de transpiration et on était si excités qu’on aurait pu faire l’amour au milieu de la piste de danse…

Sans dire un mot, j’ai attrapé Julie par la main et je l’ai traînée dehors. L’air frais nous faisait un bien fou, on avait enfin l’impression de respirer à nouveau. En nous regardant l’un à l’autre complètement rouges et défroqués, nous sommes éclatés de rire. Nous nous sommes regardés à nouveau en silence puis nous nous embrasâmes passionnément…

Cette fois-ci, rien pouvait plus nous arrêter…nous avions trop envie de faire l’amour ! Arrivés à la voiture, nous sommes passé derrière. Je n’ai même pas eu le temps de fermer la portière que Julie avait déjà déboutonnée mon pantalon. Elle se jeta sur ma queue en feu pour la sucer comme une folle ! Malgré le fait qu’elle me faisait une pipe délicieuse, j’ai dû l’interrompre pour éviter de jouir trop vite…Je l’ai fait monter sur moi pour qu’elle vienne s’empaler sur ma verge. Pendant qu’elle bougeait de haut en bas, je me battais pour lui dégrafer sa robe, puis pour lui enlever complètement, pour se trouver totalement nue dans la voiture.

Il faut dire qu’il était plus de quatre heures du matin, que la rue n’était pas vraiment passante et qu’il avait pas trop de risque que quelqu’un puisse nous voir, mais, malgré tout, la situation était très excitante…

Nue et ainsi offerte à moi, je me régalais à lui lécher les seins et  à lui prodiguer d’un millier de caresses sensuelles…Je pense que la situation était encore plus excitante pour elle que pour moi. Elle semblait presque en transe, elle ondulait comme une folle, transie de plaisir…

Malgré l’inconfort dû au manque de place dans la voiture, nos ébats devenaient de plus en plus passionnés…on se roulait l’un sur l’autre dans une course désespéré à l’orgasme libérateur…J’ai fini par la coincer contre une portière pour la pomper à mort jusqu’à jouir dans un râle commun et très brouillant qui déchira la nuit…


En revenant à notre état normal, nous avons constaté qu’on avait un peu mal aux articulations à force de faire des acrobaties, et surtout, qu'on était glacés. J’ai mis le chauffage dans la voiture et nous nous sommes pressés de rentrer.

À vrai dire, nous n’avions pas très envie de dormir alors nous avons pris une bonne douche chaude pour nous réchauffer…et faire grimper la libido pour la deuxième fois !

Dans l'intimité de notre appartement j'ai repris mon rôle de Maître. Une fois rhabillé, j'ai demandé à Julie de sortir de la douche. Dans un silence presque religieux, je me suis occupé d'elle. D'abord je l'ai séché puis j'ai enduis son corps d'un mélange  d'huile d'argan et de rose du Maroc. La senteur sensuelle de la rose enveloppa délicatement sa peau la rendant douce et éclatante... Je pouvais sentir on corps frissonner sous mes doigts...

Ensuite j'ai attaché ses cheveux en lui faisant une queue de cheval assez haute à fin de libérer son cou pour pouvoir l'orné d'un large collier en cuir noir surmonté de petit clous argentés. Pour finir, j'ai dessiné ses lèvres d'un carmin intense à l'aide de son pinceau à maquillage.

En la tournant face à la glace je lui dis:

-"Voici ta tenue de soumise. A partir de cette instant tu m'appartiennes tout entière. Sommes nous d'accord ?"

Julie baissa le regard et répondu :

-"Oui, Maître".

J'ai tiré sur sa laisse pour l'obliger à me suivre dans le salon. Je me suis assis confortablement dans le fauteuil et je lui est demandé de me servir un verre. Pendant ce temps, je garde sa laisse bien serré dans ma main.

Une fois sa tâche accomplie, je lui ordonne de s'agenouiller à mes pieds. Elle attends sans bouger pendant que je sirote mon verre de whisky. Je me délecte de cette instant de domination qui semble l'exciter autant qu'à moi si j'en crois à ses tétons plus durs que jamais...

Au bout de quelques minutes je lui tends une boîte en bois richement décoré.

-"Ouvrez-la".

A l'intérieur se trouvent trois plugs Rosebud. Pendant qu'elle tiens la boîte entre ses mains, je les survole avec mon doigt, hésitant entre les trois couleurs...puis je m'arrête sur le violet.

rBVaG1ZtDqqAMfRKAADR7shVC24474.thumb.jpg.7da0e952158db6d4c02f17803510c8c1.jpg

 -« Lève-toi et allonge-toi sur mes jambes ».

 Je te place sur moi comme si j’allais te donner une nouvelle fessée.

Je lui caresse très légèrement les fesses. Elle sais ce qui l’attend. Je sens Julie trembler d’excitation et cela m’amuse beaucoup…

 Je trempe mon index dans mon whisky et je viens faire de ronds sur son petit trou très serré. Je répète l’opération plusieurs fois  pour bien l’humidifier avant de plonger mon doigt à l’intérieur…Elle gémit une première fois. Je bouge mon doigt délicatement pour ne pas la brusquer en essayant de lui procurer un maximum de plaisir…Son clou de girofle commence à se détendre et je l’entends ronronner de plaisir...

 -« Je pense que tu es prête à recevoir mon cadeau »

Je pointe le bout à l’entrée de son anus. Il se contracte. Elle doit sûrement l’appréhender un peu.  Je pousse le plug doucement. Elle cambre le bassin comme pour m’aider à introduire le sex toy...alors je profite pour enfonce les sept centimètres de métal dans son anneau de saturne. Elle râle de plaisir une nouvelle fois.

03.thumb.jpg.8e99764aee8151a9056f607ea29e2b88.jpg

-« J’ai l’impression que mon cadeau te plaît »- je profite pour effleurer son sexe avec mes doigts. Je constate qu'elle est trempée ce qui me réjouit au plus haut point.

 -« Alors, est-ce la première fois que quelqu’un remplit ton petit trou où la sodomie est-il un de tes pêchés mignons ? Tu dois tout me dire…et ne t’avises pas de me mentir. Je vais tout de suite me rendre compte et je serais obligé de te punir ! »

A suivre...

Modifié par Antoine220
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Antoine 

pour ce nouvel épisode!!! 

Vivement la suite 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je viens de tout lire d'une traite. J'aime beaucoup.  Une belle soumise à dresser. Vivement la suite 🤗

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Épisode 04

Julie est toujours allongée sur mes jambes. Elle est ravissante avec le beau diamant violet qui orne à présent sa délicieuse rondelle. Le court d'un instant, j'imagine ma queue la remplir à la place du gode et cela me fais saliver d'envie...

Je lui caresse les fesses comme on caresse mon fauteuils quand je laisse vagabonder mes pensées devant la télé. L'air de rien, mon doigt descendent jusqu'à l’entrée de sa chatte et je frotte ses lèvres humides machinalement.

-"Tu sais que les chiennes obéissantes dissent toujours la vérité. Alors tu dois répondre sincèrement à mes questions."

Je continue à masser l'entrée de son abricot gorgé de désir. Elle gémis discrètement...

Malgré mon insistance, je vois bien qu'elle hésite à me répondre. Elle est toujours resté discrète sur ces précédentes liaisons alors c'était une bonne occasion de briser part de pudeur qui restait en elle.

-"Je vais t'apprendre à être obéissante !"- je crie en claquant une première fois sa fesse droite. Julie retiens un petit cri entre ses dents.

 Elle s'obstine à rester silencieuses sachant pertinemment que je n'hésiterai pas à lui donner une fessé. Son corps tremble d'impatience et, sans doute, d'une certaine appréhension malgré tout...Elle teste probablement aussi ma résolution, mais elle n'imagine pas à quel point son envie de punition me fait bander !

Alors, j'enchaîne  une pluie de claques sur ses merveilleuses fesses qui rebondissent à chaque nouveau coup ! Rapidement, mes mains sont aussi rouges que te fesses... je me surprends à prends autant de plaisir à lui donner la fessé qu'elle semble avoir en la recevant...ses petits cris se transforment en gémissements....J'ai une vu plongeante sur sa chatte trempée de cyprine, plus juteuse que jamais...

-"Parle maintenant, je veux tout savoir !"- je lui ordonné en tirant sur sa laisse.

-"Je l'ai fais qu'une seule fois !"- Julie se décide à parler enfin-"C'est mon copain qui voulait essayer..."

Mes doigts s'insinuent plus clairement autours de sa vulve gonflée d'excitation. Elle gémis à nouveau...

-"Est-ce que cela t'as plu ?"-j'enchaîne sans lui laisser de répit.

-"Pas trop au débout...je trouvais ça sale...mais après...la sensation était si intense..."

Sa cyprine commence à me tremper la main. J'introduis mon index pour lui masser l'intérieur du vagin.

-"Continue !"- j'insiste.

-"J'avais honte...mais c'était si bon...je n'ai jamais réussi à le lui avouer..."

Elle a du mal à répondre. Son souffle devient de plus en plus entrecoupé sous l'action de mes doigts libidineux...

-"Et à chaque fois qu'on faisait l'amour...j'espérais tellement qu'il recommence...

Je continue à la masturber de plus belles. J'ai mis trois doigts à l'intérieur et je masse sa vulve avec mon pousse en même temps ! Son corps tout entier frissonne sous le plaisir qui lui procurent mes doigts...

-"Tu voulais qu'il t"encule ! Qu'il te défonce le cul comme si tu étais une trainée !"- je m'exclame pour renforcer l'excitation qui lui provoquent ses aveux .

-"Oui ! Oui ! Je veux qu'on m'encule à nouveau !"-crie Julie poussée par l'exaltation de sa jouissance..."-Je veux que tu m'encules !"

Je continue à la torturer de la sorte...elle trembles de plaisir et ceci me fait bander comme un cerf ! Elle n'ai plus très loin de l'orgasme...je sens que c'est le moment de lui poser la question crucial...

-"Ça veux dire que tu es prête à devenir ma soumisse, mon esclave...ma chienne ?"

-"Oui, Maître, je suis à vous !"

Des petites larmes de joie coulent le long de son visage...je suis conscient de l'intensité du moment...et de tous les efforts qu'elle fais pour me satisfaire...ceci mérite bien une récompense...

-"Tu peux jouir, maintenant..."

 

 

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.