Aller au contenu

Messages recommandés

Je suis nouvelle et j'aime bien écrire des histoires cependant je n'ai encore jamais écrit d'histoire intime. Je vous demande un peu d'indulgence et les critiques constructives sont les bienvenues. Cependant, j'aime prendre mon temps car bien connaître le personnage, c'est mieux imaginer et mieux le comprendre.

Donc voilà :).


1er Chapitre.

- Hummm ! Tu es mignonne et en plus tu danses bien.
- Merci.
- On danse ?

Je lui souris en lui faisant non de la tête. Ce soir, je n'avais qu'une envie de danser seule et pouvoir me défouler. J'avais beaucoup accumulé cette semaine entre le travail, et les compétitions qui approchait plus d'autres soucis, cela n'était pas simple à gérer.

Je m'appelle Jahyane, et j'ai 25 ans. Originaire de Martinique, la danse fait partie intégrante de ma personne. 1m70 c'est ma taille, je ne suis pas mince mais pas grosse non plus. J'ai le corps d'une noire avec des formes et une poitrine pas trop développées mais assez pour ne pas être plate. Je suis une fille assez naturelle, mes cheveux sont primordiale pour moi... enfin bon je suis moi.

J'étais sortie avec des amies dans une boîte lgbt, car oui je suis bisexuelle et les boîtes hétéros, je les évites, car les hommes d'origine noire sont beaucoup trop instant à mon goût. C'était l'anniversaire de mon amie, Eliane et je ne pouvais pas raté sa. Tiens quand on parle du loup la voilà.

- Mon bébé tu es venue.
- Bien sûr, tu pensais que j'allais pas venir à ton anniversaire ?
- Si mais tu n'étais pas là tout à l'heure au restaurant.
- Oui, je suis désolé, j'avais ma répète de dernière minute. D'ailleurs, tu devrais revenir.
- J'y pense ne t'inquiète pas - dis t'elle en me prenant par la taille tout en me faisant un bisous sur la joue.

- Vous avez fini les amoureuses là - Lança Chris en s'approchant de nous, je l'avais à peine entendu venir.
- Tu es 0jaloux ? - retorqua Eliane.
- Moi jamais - me pris à son tour par la taille et me sera tellement fort que cela me faisait de l'effet...

Mais non j'abuse, c'est ton frère quand même, enfin presque c'est un ami de longue date ma moitié version homme. Et ressentir ce genre d'émotion devrait être proscrit.

On continue la soirée en buvant et en dansant jusqu'à la fin. En rentrant, je me sentais bien et fatigué, je n'avais pas trop bu, mais j'avais énormément dansé comme à mon habitude.
La Dancehall, le zouk, le kompa et kizomba bref les musiques afro-carribean car il y en avait d'autres, c'est toute ma vie. D'ailleurs, le Dancehall faisait partie intégrante avec les compétitions nationales que je faisais. On m'avait poussé plusieurs fois à me lancer dans l'internationale, mais avec mon travail et mes objectifs cela ne collait pas.

Je mis la clef dans la porte et j'entrais chez moi, bien sûr, il n'y a personne pour m'accueillir, je vivais seule dans un f3 à Ivry, la banlieue de Paris. Je me mis à enlever tous mes vêtements et allais sous la douche, car impensable pour moi de me coucher sans me lever.

Je me mis à repenser à Eliane, elle avait été très avenante envers moi ce soir plus que d'habitude parfois je me demandais si elle voulait vraiment une relation amicale avec moi. Elle avait dansé pour moi de manière très très sensuelle et sa tout le monde l'avait remarquée. J'avais aimé sa d'ailleurs. C'était une très jolie fille, mince beaucoup moins de forme que moi mais elle le portait très bien, aussi grande que moi. Et sa particularité, c'était sa peau, c'était une rousse noire et cela est très rare, cela faisait sa beauté avec ses taches de rousseur sur ses pommettes. C'était une ivoirienne et chez eux les rousse son considérées comme les albinos, malheureusement, une erreur de la nature. Alors que cela était leurs seules différences, en tout cas je l'aimais comme ça.

Je sortis de cette douche, et me vêtie de mon t-shirt et partis me coucher.

--

Je me réveillai en sursaut à cause de la sonnerie de mon téléphone. Eliane, pourquoi elle m'appelle à 11h, elle devrait savoir que je dors toujours.

- Allo - chuchotais-je.
- Lyne, je pensais que tu n'allais pas répondre, je suis en bas de chez toi, j'ai sonné mais je me douterais que tu n'allais pas entendre l'interphone.
- Euh qu'est-ce que tu fais en bas ? - surprise de sa venue.
- Ouvre-moi stp, je te raconterais.

Je raccrochais et me levai l'ouvrir. Je répartis dans mon lit, j'étais trop fatigué pour rester debout.

  • Like 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

T'as bien raison de prendre ton temps pour installer l'histoire, et présenter les personnages. Ca permet de s'attacher à eux ou de les détester.

Saute des lignes pour les dialogues, juste pour que ce soit un chouia plus facile à lire. C'est pas que ce soit trop gênant,  mais c'est plus sympa quand c'est aéré.

Bref, pour un premier texte, t'as pas à rougir, tu t'en sors haut la main. Tarde pas trop pour la suite///

Faut pas trop boire, quand même, sinon après tu sais plus comment t'es rentré:shok:

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Chapitre 2.

- Excuse moi débarquer maintenant mais j'avais pas le choix.

- Je vois sa tu est encore en tenue de soirée.

- Oui et toi en mode bledard avec ton foulard haha. Dis-t ‘elle en se moquant de moi.

- Ah tu sais très bien que c'est pour mes cheveux. Bon raconte moi.

- Y a personne chez moi et mon père a pris mes clefs, je ne l'avais pas vue.

- Humm... ils savent que tu est sortie... Tu sais comment son tes parents. Et tu arrive ici que maintenant ?

- Oui, bas excuse moi d'habiter en campagne... enfin bon, je peux resté ici ?

- Mdr, tu est déjà la Elia. Bon fais comme chez toi tu connais la maison.

- Oui, je vais prendre une douche, et je te pique un pyjama aussi.

Je me suis rendormi aussitôt qu'elle soit sortie de la chambre.

--

Je me leva tranquillement j'avais bien dormis et je marchais vers la cuisine.

- Elia qu'est ce que tu fais ?


- Bah un petit déjeuner, je chouchoute mon bébé. 


- Mon bébé ?


- Orh fais ta la chieuse - Dis t'elle en s'approchant de moi qu'elle se retrouve a deux centimètres à peine de moi. - T'aime quand je prends soin de toi.


Elle se mit à caressé mon visage et descendis tout doucement entre ma poitrine au niveau de mon décolleter. Sa me faisait de l'effet que je réagis pas.


- Tu dis rien ?


- Arrête sa, nous sommes qu'amie. - en prenant sa main doucement.


- Tu sais très bien qu'on devrait être plus que sa... 


- La vie en a fait autrement.


- Ah non ! C'est toi. Tu as décidé d'être avec une autre femme.


- Elia veut tu que je te remémore tout les détails ?


- Fiouu, j'avais envie de toi et toi tu gâche tout... bref bonne appétit. - lâcha t'elle en soufflant. 

Elle alla dans la chambre, et me laissa la. Avoir une amie qui n'est pas vraiment votre amie, c'est galère. Je considère Elia comme mon amie mais elle en veux plus, le pire c'est qu'elle me fait de l'effet, j'ai parfois rêvé d'elle et je ne l'assume pas. Je l'ai connu grâce à un ami qu'on a en commun, il nous avait échanger les numéros et on se parlait beaucoup à l'époque. Le jour ou l'on devait se rencontré elle avait eu un problème de transport, je l'avais attendu plus d'une heure... Je n'avais jamais fais sa pour une fille mais j'en avais eu marre d'attendre alors je suis partie. Quelque jours après j'ai connu mon ex par le biais d'un même ami en commun et on avais durée plus d'un an ensemble, sa c'était très mal terminer. D'ailleurs, a cause de mon ex je ne parlais plus à Eliane à l'époque car j'avais du faire un choix. Enfin bon maintenant je n'ai pas l'envie de gâcher notre amitié alors je préfère rester amie malgré notre attraction physique. Et puis je préfère rester célibataire et sans attache maintenant. 

Je me mis a regarder l'heure et je réalisais qu'il était déjà 14 heures, j'avais rendez vous avec mon acolyte à 15h3, je me dépêchais pour aller me préparer. 

- Elia, je peux te laisser ici comme d'habitude.


- Oui de toute façon j'ai prévenue mes parents que j'étais ici. Je peux rester ?


- Eliane c'est chez toi ici.


- Y avais pas l'air tout à l'heure...


- Ah les femmes, tu es prête a me faire un caca nerveux - dis-je en rigolant.

J'avais fini de me préparer, je sortais de la maison et pris les transports. J'avais le permis mais la voiture à Paris me servait à pas grand chose j'étais assez bien desservis.

--

Je sorti du métro et vis Sophie qui m'attendais.

- Bah heureusement que tu m'as prévenue de ton retard - dis t'elle ironiquement.


- Orh t'abuse je n'ai que 5min de retard. 


- Je t'embête, bon monte on y vas.


- Aah c'est pas ici ? Tu m'emmène ou ?


- La ou tu aime aller Mademoiselle.


- Ça ne me dit toujours pas ou ?


- On va chez moi pour le moment et ce soir surprise. Tu as ramené ta tenue ?


- Quel tenue ? La robe noir ?


- Bah oui et tu met pas sous vêtement cette fois heein !

Je la laissa parlé, il est impensable pour moi de mettre cette robe sans sous vêtement, elle avait un grand dos nu et si je ne met pas dessous on le verrais directement. Je n'avais pas un si beau corps pour me permettre sa.

- Bon, tu es sérieuse tu conduit y a pas de musique ?


- Ahahah ! Toi avec la musique heein.


- Quoi ? Sophie tu est pareil voir pire que moi - dis en riant et surprise de ses propos.


- Je n'ai pas mis de musique moi.

Je ne pris même pas la peine de répondre et mis la musique. 

--

La nuit était tombé, je venais tout juste de finir de me préparer. Robe noir moulante, talon au pied, maquillage simple et efficace les yeux prononcer et les lèvres vêtu un mauve prononcé. Avec mes Twist Out bien dessiner, j'étais prête. 

- Sophie, ta fini ? - dis je en allant dans la salle de bain.


- Presque femme !


- Sérieusement ? Alors vous la vous vous plaignez quand nous prenons du temps à toujours vous vantez que vous allez plus vite mais moi je t'attends toujours Monsieur ! - lâchais je avec une pointe et sarcasme et le souris en coin. 

Sophie c'était retournez vers moi et me regardait de haute en bas, je sentais parcourir son regard plein de désire sur moi. 

- Hmm ! Ta de la chance d'être mon amie parce qui résiste à ce genre de créature ! - Dis t'elle en s'approchant.


- Crée.... Crée quoi ? T'es sérieuse..? - j'en croyais pas mes oreilles.


- Oui créature. C'est un compliment. Et puis pour ta gouverne c'est pas parce que je suis un bonhomme que je ne prends pas soin de moi.


- Mdrr parce que tu crois que sa la - en me montrant - sa prends pas tu temps ? Genre depuis hier j'ai fais mes nattes pour faire mes boucles, je me suis épilée maquiller et tout ! tchip ! T'es insolente.


- Jahyane la seule différence c'est que je me maquille pas mais je coiffe, je m'épile aussi je te rappelle que j'ai des fesses et des seins ! N'empêche c'est exactement pour sa que je suis pas féminine. 


- Tchiip ! Tes cheveux deux centimètres la ?

On éclata de rire, on aimait trop se chamailler elle et moi, j'adore.

- Bon femme ! Allons.


- Arrête de m'appeler comme ça je te l'ai déjà dis.


- Hmm ! T'adore sa ! Et je le sais . - me dit elle en faisant un clin d'œil. 

Elle était tellement sur d'elle et taquin que je ne lui répondis pas. On partait de la maison. Je me senti nu malgré mes vêtements aucun sous vêtement et un petit manteau vert kaki long sur moi pour essayer d'être plus discrète mais j'avais l'impression que j'attirais quand même l'attention sur moi.
On arrivait sur le lien t'en attendu et c'était un quartier pavillonnaire calme et tranquille. Et je ne reconnaissais pas ou on était.

- Ou on est ?


- Je t'ai dis c'est une surprise. Tu me connais je t'emmène pas n'importe ou. 


- Mouais, j'espère juste pas croiser des gens de mon taff. 


- On est loin tu as pas vue. 


- Le monde est petit ma chère. 

Elle me regarda intensément et fini par m'embrasser, elle pris mon visage de manière a ce que je ne puisse me dégagé. Je lui rendis son baiser, c'était si doux et intense que je senti le désire monter en moi. Elle ne me lâcha pas et passa son autre main dans mes cheveux et les agrippa d'un coup que ma tête pivota en arrière, tout en continuant de m'embrasser. Je ne me débattis pas, au contraire j'aimais être dominé et elle le savais. Je ne réfléchissais même pas à ce qui était entrain de se passer. 
Elle fini par lâcher mes cheveux et descendis sa main en passant par mon cou puis arriva sur ma poitrine, alors que son autre main continuait a me tenir fermement mon visage. Elle ne voulait que je parte mais je n'en avais pas l'envie.
Elle pressa mon sein dans sa main ce qui me fis lâcher un petit gémissement et je la sentie sourire a travers son baiser.
Et elle se retira avec douceur tout en me regarda avec son sourire en coin.

- Bon allons, je pense qu'on nous attends.

  • Like 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bien que certaines personnes serons peut-être déçus par ce long préambule, personnellement je trouve ton récit très original. j'aime cette façon de raconter les événements presque comme le scenario d'un film qui se déroulerait sous nos yeux...je suis vraiment curieux de lire la suite...:)

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Antoine220 a dit :

Bien que certaines personnes serons peut-être déçus par ce long préambule, personnellement je trouve ton récit très original. j'aime cette façon de raconter les événements presque comme le scenario d'un film qui se déroulerait sous nos yeux...je suis vraiment curieux de lire la suite...:)

Merci beaucoup. J'espère attiré du monde après au fur et à mesure.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Total support aussi pour ces " petits " textes comme ça, qui prennent le temps d'installer une ambiance, de présenter les personnages et tout et tout, alors je t'encourage à continuer.

Y'a quelques fautes par-ci, par là, mais rien de dramatique. Et pis le texte est bien aéré, donc ça compense.

Et du coup, vous étiez ou ? Vite la suite//

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bah alors... Elle est où la suite ?! 

Très sympa comme début de récit 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

-        Chapitre 3.

-                    -   On dit allons sale antillaise ! – Dit-elle en riant.

                    -  Tchip * An pa ka pwen la pene reponn vou* - Je ne prends pas la peine de te répondre, me lâcha-t-elle en créole.

Nous descendîmes de la voiture et allâmes vers la maison quand je me mis à réfléchir aux conséquences de ce baiser. Je n'avais jamais ressenti l'alchimie entre nous jusqu'à présent et pourtant, elle était bien là. Elle embrassait merveilleusement bien, je me demandais si tout ça n'allait pas être problématique pour notre amitié.

-               -  Hello ! Entrez, on vous attendait. - Nous dit-il en ouvrant la porte.

Il était grand et musclé, un jeune homme d'environ 27 ans, je pense. Je rentrais dans la maison quand je vis deux femmes, avec une forte ressemblance et trois jeunes hommes. L'un d'eux me regardait avec insistance en parcourant mon corps du regard. Je me sentis nue et évita son regard.

-                - Assied-toi, Jahyane. - Me dit-il. Il connaissait mon prénom, j'étais surprise.

-                -  Jahyane, je te présente Cathy et Katia, sœurs jumelles, comme tu peux le voir. - Dit Sophie.

-               -  Enchantée. - Dis-je en souriant.

-              - Là, c'est Elliot, Stephen et Stanley.

Nous passâmes la soirée à délirer et rigoler entre amies, tout se passa bien.

Stanley, un beau black me fit signe et s'en alla vers la cuisine, puis je partis à sa rencontre.

-              -  Hey, que fais-tu ici ? - Me lança-t-il appuyé contre la fenêtre.

-            -  Et bien, je profite avec vous. - Répondis-je d'une manière sceptique.

-           -  Tu me plais bien, j'aime ta manière de répondre et de me regarder. - Dit-il.

-          - Tu peux admirer, mais tu ne l'as touche pas – Dit-elle d'une voix rauque.

Sophie, je ne l'avais même pas entendue derrière moi, elle sembla proche de moi, je n'osais pas me retourner, car j'avais l'impression d'avoir senti une pointe de jalousie dans sa voix.

-          Vous êtes ensemble ? Tu ne nous as pas dits que tu resterais seule ? – Répondis Stanley.

-          Si c'est le cas, mais ce soir Lyne est à moi.

Je sentie sa main sur mon sein d'un coup, mon corps se courbait, j'étais surprise de la tournure de la situation, je n'arrivais même pas à réagir, je sentis l'envie de m'abandonner à elle devant ce jeune homme. Après une légère hésitation de sa part, elle continua de presser mon sein et je la sentis se serez contre moi. Sentir la chaleur de son corps était intense que je ne bougeais pas, j'avais une envie de retourner et l'embrasser, mais je n'osais pas. Elle jouait avec mon sein, quand l'autre parcourait mon corps. La robe était toujours sur moi, mais j'avais l'impression d'avoir d'être nu devant eux. Elle colla sa bouche contre mon cou et embrassa celui-ci, je me courbais à la sensation de sa bouche qui était si douce. Elle passa sa main gauche sous ma robe pour atteindre encore mieux mon sein et continua à jouer de mon téton qui lui était durcit et ne demanda qu'à être frétillé. Elle passa sa main droite entre mes cuisses et leva la robe délicatement jusqu'à arriver au-dessus de ma taille. J'entendis la respiration de Stanley et de Sophie s'accélérer et je restais entièrement à Sophie. Elle finissait par mettre sa main dans mon entre.

-                   -     Tu es toute mouillée. – Dit-elle avec étonnement. – Depuis quand as-tu envie de moi ? 

-                 -    Depuis toujours - Dis-je entre deux respirations. – Fait moi l'amour.

-               -  Humm… Pas maintenant.

D'un coup, elle s'éloignait de quelques centimètres de mon corps me laissant ainsi, toute mouillée et excité. Je n’avais pas vu venir cette situation que je me retournais d'un coup dépité par sa réaction, les fesses à l'air.

      -   T'es sérieuse là ? - Dis-je avec une pointe de colère qui monta en moi.

-                 -  Quoi ? Tu pensais vraiment que j'allais te faire l'amour ici devant Stanley ? – Me répondit-elle calmement.

 

Je la regardais avec une pointe d'étonnement et le reste de colère, je ne savais pas où elle voulait en venir. Stanley était déçu de ne pas avoir à regarder plus et partis dans le salon. Je continuais à regarder Sophie, j'attendais la suite, ce n'est pas à moi de faire le premier pas. Elle m'embrassa tendrement et sensuellement me sera contre elle et fini par me serez très fort contre elle que je sentis une douleur dans le dos. Je décidais de me dégager, mais elle ne me lâchait pas et m'embrassa avec plus d'intensité, je lui rendais son baiser malgré la douleur dans le dos. Elle finit par se dégager.

 

Modifié par Xliilyvo
  • Like 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  •        Je suis étonné que tu puisses me rendre mes baisers, mais encore plus du faite que tu as voulu écourté ce moment.
  •        Sophie, tu me faisais mal. – Dis-je calmement.
  •        Oui et ça, c'est pour ton insolence de tout à l'heure.
  •        Mdrr maintenant toi tu me punis ? Ce n'est pas parce que jusqu'à maintenant, je me laisse faire que je suis ton acquise. – Lui dis-je très fermement.
  •        Pourtant, c'est ce que tu laisses pensé. – Elle me regardait un sourire en coin.
  •       Je ne suis pas ton jouet Sophie. Tu me laisse à moitié excité comme ça devant un homme que je ne connais même pas et tu penses m'avoir comme ça ? – J’étais offusqué qu’elle puisse penser que j’étais son acquise.

Elle baissa ma robe, et prit mon bras et m'emmena dans le salon. Elle me fit signe de me rhabiller. J'entendis des gémissements, et je devinai que les garçons devaient donner du plaisir aux jumelles. Cette soirée avait pris une tournure que je n'aurai pas imaginée.

Il était deux heures du matin quand on arrivait chez Sophie. À peine passer la porte Sophie me bloqua sur le mur et m'embrassa à nouveau, puis s'écarta de moi.

  •      Tu penses vraiment que je ne te désirais pas après tout ses moments ou j'ai pu te voir prendre du plaisir devant moi ? – Me dit-elle en chuchotant.

Elle faisait référence à tous ses moments où l'on avait été en club libertin, je pensais vraiment qu'on ne dépasserait jamais cette limite-là. J'étais bien naïve. Je pris la relève et décidai de la déshabillée. Et la laissa en caleçon devant moi. Je me retournais et partie dans le salon en enlevant ma robe. Je marchais le plus sensuellement possible pour qu'elle puisse bien admirer mes atouts. J'adore que l’on m'observer d'où mes activités au club mais de là qu'elle m’observe à ce point, cela m’excitait mais me rendait aussi perplexe. Je réfléchissais trop et ça, c'est l'un de mes problèmes. Elle me rattrapa et m’allongea brusquement sur le canapé, se mit sur moi et m'embrassa. Elle ne s'attardait pas sur mes lèvres, je la sentis très excitée et je l'étais aussi. Elle descendit dans mon cou et l'embrassa. D’un coup, sa jambe poussa mes jambes pour les ouvrir et elle me murmura :

  •      Tu es toute mouillée, je le s'en, et j'aime ton odeur.

Je ne répondis pas, je voulais juste qu'elle me domine. Elle caressa mes lèvres, je commençais à gémir, elle se dégageait tout en restant au-dessus de moi pour m’observer. Son regard était si intense que je ne pus la lâcher du regard. Elle se mit à toucher mon clitoris, le plaisir montait en moi, je sentis ma cyprine couler le long de mes fesses. Je ne me retiens pas pour gémir, c'était trop bon. Mon corps se cambra au même rythme que ses caresses. Et d'un coup, son autre doigt se frétillait un chemin entre mes lèvres et entra. Je regardais Sophie avec un air de supplice, c'était tellement bon que je ne voulais pas qu'elle s'arrête.

Elle se pencha et lécha mon téton qui lui avait bien durcit. Je sentis que je devenais sensible, chaque parcelle de mon corps réagissait à Sophie. Je fermais mes yeux pour pouvoir apprécier encore plus ce moment. Elle fit des vas et vient dans mon vagin, et continua à jouer avec mon clitoris. Elle finit par s'arrêter et descendit en bas dans mon entre. Je sentie sa langue jouer avec moi, je me cambrais de toutes mes forces, j'en pouvais plus, j'étais trempé, mais je  sentis que l'orgasme ne vivrait pas maintenant.

Ce sentiment est si inexplicable, être dans la « torture », dans le plaisir, sans en avoir l'envie que ça ne se finisse jamais comme dire « stop »… fiouu…

Elle continua à me torturer, j'essayais de ne plus bouger autant, car plus on se concentre sur le plaisir plus il monte vite. Elle remit ses doigts dans mon vagin et fit des vas et vient en même temps que son art de jouer avec la langue, son autre main m’agrippais à ma taille tellement fort que je jouis. Elle se retrouva avec toute ma cyprine sur son visage et sourit tout en me regardant. Elle remonta tout en me faisant des bisous sur tout le corps quand subitement, je la retournai sur le dos. J'étais encore toute tremblante après ma jouissance, mais je n'avais nullement envie de la laisser tout géré, hors de question. Je me mis à l'embrasser partout sur son corps, et jouer avec l'un de ses tétons, elle l'avait percé et cela rendais beaucoup plus sensible. Elle avait des tatouages sur le corps que je n'avais jamais pris le temps de regarder. Je me mis à descendre au fur et mesure et elle se mit à me retenir la tête.

  •       Non, ne me touche pas. – M’ordonna-t-elle.

Son refus me choqua, je décidais de me redresser, impossible pour moi qu'on me fasse l'amour et moi, je reste là. Le partage était juste crucial pour moi, j'en avais besoin. Elle resta coucher, mais me regardait avec plein d'interrogation. Je me rhabillai et parti dans le salon, il était tard donc je décidais de dormir dans le salon.

--

Le lendemain matin, Sophie était partie travaillée. Je me suis retrouvé seule à moi-même et réalisai ce qui s'était passé. J'avais couché avec une « amie », on sait tous comment se termine ce genre de relation.

Je rentrais chez moi, ne prévenant pas Sophie, je ne savais pas si elle m'en voulait donc je préférais rester dans le silence.

  • Like 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très excitant ! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

aww quel début! vivement la suite!

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.