Aller au contenu
Phoenix

Phénix et Dragon - L'antre du Dragon Blanc

Messages recommandés

Phénix et Dragon – L'antre du Dragon Blanc

 

Je suis partie en voyage pour prendre un bol d'air frais, sans toutes les choses à faire et à penser du quotidien. Je suis partie car un désir incandescent ne me quitte pas, rien ne l'apaise vraiment. Il me consume à petit feu et ça devient insupportable. J'ai besoin de changer d'air !

 

Je visite les châteaux médiévaux, j'adore la sérénité des très vieilles pierres.

Aujourd'hui j'ai trouvé un château en très bon état, bordé par la mer et par une grande forêt. Le paysage est magnifique. L'entrée est gardée par 2 dragons de pierre, ils sont majestueux, à peine érodés par le temps. Mes mains en caresse le pied d'estalle, une sensation de chaleur m'effleure la paume, je souris. Je continue ma visite, passant de couloirs en salles, il semble habité car il est meublé, chaleureux, impressionnant par sa démesure. La hauteur sous plafond est important comme pour prévoir l'espace pour accueillir des êtres gigantesques.

Il y a beaucoup de représentation de dragons : des tableaux, des sculptures, des fresques peintes à même les murs… après tout ce château s'appelle « L'antre du Dragon Blanc ».

Je ne peux empêcher mes mains de caresser les pierres, j'ai toujours aimé toucher, effleurer la pierre. J'y trouve un réconfort, comme si j'y puisais un peu de leur force. Ces pierres-ci semble réagir à ma présence, étrange, réconfortant aussi.

 

Je déambule à l'extérieur, dans les ruelles étroites, caressées par le soleil joueur et par les ombres fraîches. Il y a beaucoup plus de visiteurs maintenant, le milieu de la journée approchant. Je me trouve quelque chose à manger et essaie de trouver un coin calme avec une vue dégagée sur la mer.

Je trouve un petit jardin avec un banc à l'ombre d'un chêne, je m'y assois avec bonheur pour me reposer un peu et remplis mes yeux de la vue. Quelques chats se prélassent à l'ombre, intrigués et appâtés par ma nourriture, ils viennent me voir et réclament mon attention. Je distribue des caresses sur leur doux pelage, ainsi que quelques part de mon déjeuner. Ils viennent se blottir contre moi, retournant à leur sieste. Je soupire d'aise car mes chats me manquent un peu dans ce voyage et comme à la maison, je m'assoupis.

 

Et je rêve de dragons volant au-dessus de la forêt, je sens une présence qui s'éveille au creux de ce château. Les pierres pulsent doucement, comme vivantes. Une vague d'énergie explore son territoire. Les dragons qui tournoient au-dessus de ma tête en un spectacle magnifique d'agilité et de beauté, se mettent à rugir… d'étonnement puis de joie. L'énergie frémissante qui s'éveille, semble s'ébrouer après un très long sommeil, intriguée par quelque chose qui éveille les pierres.

Je rêve d'un dragon blanc, endormi depuis des siècles sous le château. Gardant sa forteresse en silence, personne n'osant la lui voler. Un dragon blanc d'une saisissante beauté, puissant, charismatique, tout puissant...sans effort. Je rêve que c'est son énergie qui se déploie dans le château et alentour, une énergie chaude, pleine de vie, séductrice, joueuse à la recherche de l'être qui la réveillée. Elle me trouve, curieuse, s'enroule autour de moi tel un brasier qui réveille le mien. Les deux sources se tournent autour pour faire connaissance, un Dragon autour d'un Phénix, tout deux brulant d'un désir incandescent. Je me réveille brusquement hors d'haleine, mes cuisses ruisselantes. Eh merde, voila que ça me reprend ! Ne serai-je jamais apaisée ? Est-ce que je pourrai un jour laisser mon désir me consumer entièrement, jusque'à la dernière flammèche ? Est-ce qu'un être sera suffisamment puissant pour apaiser mon brasier ?

image.png.c33d879f2e7ab6646be42c3d8472a52e.png

 

Je ramasse mes affaire car j'ai dormir plus longtemps que je n'en avais l'intention et les portes du château vont bientôt fermer pour la nuit. Je dis au revoir à mes compagnons de sieste mais ils me suivent jusqu'à la grille surplombée par les statues des deux dragons. Ils s'y arrête en me regardant partir, avec une connaissance insondable dans leur yeux bleus et verts.

J'admire une fois de plus la vue du château sur fond de forêt, il me semble différent, plus… vivant que ce matin.

 

Je rentre à l’hôtel où je loge pour deux nuits. Je dine seule au restaurant, regardant les vagues lécher la plage et les rochers. Un petit vent frais me caresse la peau, délicieux.

Je retourne dans ma chambre pour prendre une douche avant de me coucher. L'eau brulante qui coule sur ma peau sensible réveille le brasier entre mes cuisses, il est temps de l'apaiser un peu. Ma main droite, la plus agile, caresse mon clitoris de haut en bas. Devenant rapidement plus insistante sous l'eau qui coule sur mes lèvres glissantes. Je lève la tête vers le jet d'eau, courbant la croupe, écartant les cuisses pour me faciliter l'accès. Je me caresse le clitoris de la paume pendant que mes doigts s'insèrent en moi. Le brasier grandit et projette ses flammes autour de moi. Ma peau me picote, mes seins se dressent d'envie, mon autre main triture mon téton, ce qui envoie des décharges à mon clitoris. Aaaahhhh que c'est bon ! Je gémis, essayant de ne pas le faire trop fort. Quand soudain, je sens une autre énergie me caresser, triomphante de m'avoir trouvée, comme si elle me cherchait, moi précisément. Elle se fait d'abord caressante, comme les mains d'un amant qui parcourent mon corps, faisant connaissance. Puis elle devient plus précise en observant mes réactions. Je suis d'abord déboussolée mais mon plaisir prend rapidement le dessus et je recommence mes caresses, mes mains comme secondées par des mains psychiques qui savent y faire. Mon plaisir devient vite incontrôlable, mes jambes tremblent, je ne sais pas combien de temps elles pourront encore me supporter mais mon corps est tendu à l'extrême. Pour accélérer ma délivrance, j'imagine un homme qui presse son corps contre le mien pendant que je me caresse, j'imagine sa longue queue caressante entre mes fesses, sa main sur ma nuque, son souffle chaud… tout cela combiné à nos caresses, je sens la piqure de l'orgasme qui arrive quand soudain le barrage lache ayant accumulé trop de plaisir pour tenir encore. Je crois entendre l'énergie murmurer « Oui, jouis pour Moi ! » quand l'orgasme l'emporte, quand je sens mes muscles tressauter, quand mon corps jouit enfin en une explosion de couleur, je crois voler en plein ciel, libre !

Cette présence caressante et brulante me quitte, mon corps épuisé par tant de tensions, s'écroule dans la douche. Mon brasier apaisé mais pas tout-à-fait rassasié (comme d'habitude) je ferme le robinet et m'enroule dans une serviette moelleuse. Je me traine hors de la salle de bain pour m'écrouler dans mon lit, je sombre alors dans un sommeil réparateur, rempli de dragons en plein vol.

 

Le lendemain je me réveille tard, la journée est déjà bien avancée. Après un en-cas léger, je décide d'aller à la plage. Portant une longue robe légère et un bas de bikini, je me trouve aux pieds des falaises du château du fameux Dragon. C'est magnifique ! Je me promène d'abord pour faire connaissance avec l'endroit. C'est une plage de sable et de galets avec de temps en temps quelques gros rochers comme tombés des falaises pour venir se rafraichir dans la mer.

Comme il n'y a pas trop de monde, je décide de me baigner. Je regarde de droit à gauche, pas certaine que le mono-kini soit bien vu. Et puis zut ! J'ai chaud et j'adore sentir le courant marin sur ma peau. Je fais passer ma robe par dessus ma tête et je la leste avec des galets pour qu'elle ne s'envole pas. Ce ne serait pas très malin de devoir rentrer quasiment nue jusqu'à l’hôtel.

Certains regards se tournent vers moi, surpris de ma hardiesse peut-être ? Je rentre dans l'eau en essayant de ne pas y faire attention. L'eau est rafraichissante, je laisse d'abord mes jambes s'habituer pendant que mes seins sont caressés par le soleil et la brise chaude, mes cheveux lâchés dans mon dos viennent caresser mon visage. Je m'enfonce plus loin avant de me lancer et de me laisser submerger par les vagues. Mmmmhhhh quel délice ! Je nage un epu pour m'éloigner de la plage et je décide de faire l' étoile de mer flottante, vous savez bien, faire la planche les jambes et les bras écartés, avec les seins qui pointent hors de l'eau, à la limite entre la mer et le ciel. J'adore sentir les rayons du soleil qui réchauffe ma peau refroidie par l'eau. Je ferme les yeux et savoure le sentiment de paix que je ressens, presque seule au monde. Je me laisse dériver plusieurs fois avant de nager jusqu'à la plage où je m'assieds face à l'étendue d'eau les fesses dans l'eau, pas encore prête à sortir. Des petites crevettes et quelques crabes viennent voir ce qui envahi leur territoire mais ils décident de voir si ça se mange, je décide de sortir de l'eau. Je retrouve ma robe pour m'en faire un coussin et je m'étends sur les petits galets chaud. Des regards appréciateurs s'attardent mais aucun assez hardi pour venir me déranger, ouf. Je me sèche au soleil en somnolant et en repensant à la journée d'hier. J'ai l'imagination fertile apparement, me dis-je, un sourire dans la tête. Des dragons, des énergies avec des mains caressantes… c'est tout moi de vouloir quelque chose qui n'existe pas, seulement dans mes fantasmes.

Je somnole donc les yeux mi-clos à cause du soleil radieux quand je sens une ombre passer au-dessus de moi, un moment de fraicheur. J'ouvre un peu plus les yeux pour voir un dragon blanc se poser sur un gros rocher. Pas possible ! Je rêve encore ou quoi ? J'essaie de faire le point avec mes yeux qui se posent sur un homme qui est bien sur le rocher, pas un dragon blanc. L’éblouissement du soleil me joue des tours. Il a la tête tournée dans ma direction mais il est loin. Un homme grand, musclé, en torse nu-pantalon-pieds nus. J'essaie de l'ignorer en me retournant sur le ventre, creusant un peu le sable cette fois pour ne pas m'écraser les seins (hé oui, problème de femmes). Je croise mes bras sous ma tête en la tournant dans la direction opposée. Quand je sens une caresse dans ma tête. Merde il semblerait que je n'ai pas rêvé hier. Une caresse triomphante : « Je t'ai trouvée, encore ».

Je me retourne vers le rocher mais il n'y a plus personne.

Assoiffée je décide de retourner à l'hôtel pour me désaltérer et me rincer du sel de la mer. Et surtout, je suis un peu chamboulée par cette voix dans ma tête.

image.jpeg.baadbb214701bedd3317fe26bf39ddaf.jpeg

 

 

Je suis occupée à me sécher les cheveux quand un groom de l'hôtel me dépose un colis. Etonnée, j'ouvre d'abord l'enveloppe qui y est jointe :

 

Vous êtes invitée à la soirée donnée au

Château de l'antre du Dragon Blanc

Ce soir à 20h.

 

Tenue de soirée exigée

 

C'est bien ma vaine, qui emporte une tenue de soirée en vacance ?

JE retourne la carte pour admirer le beau papier, une note manuscrite y est présente :

 

Ne vous inquiétez pas pour la tenue de soirée, ouvrez le colis ! Cela devrait vous aller.

 

Le Dragon

 

Une écriture élégante. Curieuse j'ouvre ensuite le colis, une soie rouge sombre s'offre à mon regard. Non !?! Voilà que l'on m'offre une robe !

Je déplie la robe pour l'admirer, car c'est une merveille de légèreté et de fraicheur. Je l'essaie pour en vérifier la taille. C'est une très longue robe rouge avec une bretelle qui passe derrière le cou, le dos nu jusqu'aux reins. Magnifique !

Rien que pour porter cette robe, je décide d'aller à la soirée même si je n'y connaitrai personne, à part les chats du château.

 

C'est donc en portant cette robe sanguinaire, une paire de sandales plates car mes chevilles n'aimeront pas les vieux pavés du château et les cheveux relevés en un chignon lâche que je me dirige vers l'antre du Dragon Blanc.

image.jpeg.31eb0c5172bb24d7c8f590743a9ce376.jpeg

 

 

L'éclat des torches et des braseros m'accueille près de la grille. Je présente mon invitation et parcoure l'allée de l'entrée, accueillie par les deux dragons aux yeux rouges à cause de la lumière du feu. L'ombre et la lumière se disputent les lieux. D'autres personnes suivent le chemin qui mène à une esplanade devant les grands portes du château. C'est vraiment très beau avec le soleil couchant sui va bientôt s'enfoncer dans la mer, me dis-je. Une pensée extérieure me parvient « j'adorerais m'enfoncer en toi comme le soleil ».

Surprise je me retourne de tout côté pour en identifier la source mais je ne trouve personne. Troublée je vais prendre un verre distribué par un serveur. Je savoure la saveur du champagne, suivant en mémoire le chemin des petites bulles qui me chatouillent.

 

« J'adorerais couler dans ta gorge comme ce champagne que je t'offre »

 

Encore cette voie ! Je deviens folle ou quoi ? Un rire virile me parvient et une caresse psychique sur ma gorge.

 

En me allant vers les gens, je me rends compte que tout le monde me regarde.

Qu'est-ce que j'ai encore fait ? Un sein qui dépasse ? Il faut dire que cette robe est légère et que mes seins ce sont dressés quand j'ai entendu sa voix.

Effectivement je pointe mais ça ne devrait pas trop se voir avec le jeu de lumière des braseros.

Alors pourquoi ils me dévisagent ? Je les observe à mon tour et je me rends compte qu'ils sont tous en noir ou en blanc. Je me rends compte avec atterrement que je suis la seule à porter du rouge et que je suis visible comme un feu dans la nuit.

 

« Oui comme le brasier qui hante ton bas-ventre »

 

Mais comment… ?

 

« Je sais ce que tu es, tu a ramené la vie en ce château. Tu m'as ramené à la vie en caressant mes pierres, en y déversant ton énergie. »

 

Il paraîtrait que le propriétaire serait revenu après une longue absence, comme le maître en son logis d'antan et qu'il a décidé de le faire savoir. Dommage, on ne pourra plus visiter le château dorénavant.

Je discute de choses et d'autres quand les chats me retrouvent et quémande mon attention et mes caresses. Je suis entourée de ronronnements.

 

« J'adorerais que tu ronronnes comme ça, à cause de moi »

 

Et cette énergie brulante est de nouveau autour de mon corps, caressantes et brulantes. J'halète doucement car elle a réveillé mon brasier et que j'ai du mal à me relever.

 

« Il va falloir arrêter ce supplice s'il-vous-plaît »

« C'est en train de me vider de mes forces et de ma volonté »

 

« Mais je n'ai pas envie d'arrêter, je viens de te trouver et j'ai encore tellement de choses à te faire découvrir »

 

Etourdie, je me redresse et je vois des hommes en armures légères prendre position avec des torches. Leurs armures argentées sont gravées de reflets dorés. Curieuse, je m'approche pour env oir les détails, ce sont des dragons ! Ils portent également un casque et une épée. Cela ne dénote absolument pas avec le décor, on se croirait en dehors du temps.

Ensuite, les grandes portes s'ouvrent pour laisser place à d'autres hommes, de hautes statures, puissants avec une aura de danger qui plane au-dessus d'eux. On dirait des hommes de haute naissance qui pavanent. Le silence se fait au fur et à mesure mais je capte quelques messes basses. Ils seraient la garde rapprochées du propriétaire ! Il aime faire dans la démesure me dis-je avec un petit sourire sur les lèvres qui s'efface rapidement quand un homme seul fait son entrée. Ainsi vu de loin, il ressemble à l'homme du rocher sur la plage de cet après-midi. Serais-ce lui qui m'observait et que j'ai pris pour un dragon un court instant ?

 

« Oui tu m'as déjà vu mais tu m'as plus souvent sentit encore ».

 

Un sourire fier et narquois sur le visage, il s'avance sur l'esplanade pour remercier les convives d'être venu, surtout avec un si court délais. Il paraîtrait qu'il vienne de se réveiller d'une longue période de temps sans intérêt. Je ne quitte pas ses yeux, ses iris sont blanc argenté avec des touches irisées qui tourbillonnent. Quel regard ! Quelle présence ! Quelle puissance ! Se dégagent de cet être sans âge.

 

Oulà ! Ce nombre de coïncidences avec mon rêve me chamboule. Je m'éloigne un peu des autres pour aller m'accouder aux créneaux en bord de falaise et je laisse le vent jouer avec mes cheveux.

Je reprends ma respiration et offrant mon visage à la brise qui souffle de la mer.

Je fais le vide en moi, j'étouffe ma conscience pour profiter de cet instant. Ma robe s’agite doucement autour de mes jambes, la brise caresse mon dos nu et vient jouer avec mes cheveux.

Mes mains appuyées contre la pierre me réconforte comme si ce lieu voulait que je reste.

 

Dans ma bulle, je n'ai pas entendu que les gens quittent peu à peu l'esplanade pour entrer dans le château et dans la grande salle qui accueille le repas offert par notre hôte.

Je m'en rends compte seulement quand je sens cette énergie en passe de devenir familière qui m'effleure les bras comme une couverture. Elle passe ensuite sur mes épaules, descend vers mes hanches en effleurant le côté de mes seins libres dans cette robe fluide, se faisant caresses brulantes, elle vient caresser mes cuisses, les fait s'entre-ouvrir pour se poser, incendiaires, sur ma chatte, impatiente déjà.

Je gémis d'aise en rejetant la tête en arrière, c'est plus fort que moi.

 

« J'aime te voir offerte pour moi et si languissante déjà. Ton corps obéissant à ton désir d'être touchée comme aucun autre ne pourrait le faire »

 

Je soupire, je suis tellement bien ici. Ses caresses psychiques se précisent, il écarte mes lèvres pour faire venir souffler la brise sur mon clitoris brulant.

Je le sens se rapprocher physiquement. Il n'est plus très loin, il me touche presque.

 

« Veux-tu que je te touche ? Mon petit phénix languissant »

 

« Phénix ? Moi ? » Je suis déjà à moitié déconnectée, surfant sur les vagues de mon plaisir, j'ai arrêté de me poser des questions sans queue ni tête pour profiter de l'instant.

 

« Oui, un phénix source de renaissance, tu te consumes pour mieux renaître et tu as partagé ton énergie avec ces pierres qui sont miennes. Tu m'as réveillé de ma torpeur, tu es venue réveiller mon propre brasier… et je vais te dévorer. Je vais joindre nos besoins pour te faire te consumer jusqu'à ta renaissance »

 

image.thumb.jpeg.77951de4e94c8070d7ef1f0dec033991.jpeg

 

Il fait le dernier pas et je peux sentir son corps puissant contre mon dos. Je suis sur le point de m'effondrer de soulagement, qu'il me touche enfin.

Mon corps tendu comme un arc, une main physique m'attrape un seins, pendant que l'autre me caresse la nuque.

 

« Ton dos est vierge de marque. Je vais compléter tes tatouages et y apposer ma marque personnelle »

 

« Hein quoi ? Me marquer ? Pas question » J'essaie de me débattre mais je n'en ai pas tellement envie.

 

« Chut mon flamboyant phénix, laisse-moi te faire jouir … encore », un sourire de fierté dans la voix.

 

Sa main triture mon téton impatient pendant que de l'autre il défait le nœud dans mon cou. Le doux tissue glisse sur ma peau et dévoile ma poitrine à la lune qui nous observe. Ses deux mains sur mes seins, je m'appuie contre lui. Je peux sentir ses épaules solides et sa dureté contre mes fesses. Son souffle dans ma nuque, son énergie brulante qui torture ma chair, ses doigts psychiques en moi qui me rende glissante.

Je suis presque au point de non retour.

 

« J'ai une envie irrésistible de te mordre la nuque » me murmure-t-il à l'oreille

 

« Oh oui ! » soufflais-je langoureusement, je reconnais à peine ma voix, à moins que je ne l'ai que pensé.

image.jpeg.7d8c8de186c5111f31690a5ba3961146.jpeg

 

A cet instant, il appuie sa queue entre mes fesses, enfonce ses doigts en moi et plonge ses dents dans ma nuque offerte… et je décolle, mon énergie explose autour de nous, mon orgasme se répend comme un trainée de lave dans toutes les terminaisons nerveuses de mon corps. Je suis submergée par mon plaisir, je brule, je me consume, son brasier alimentant le mien. Des flammes dansent dans mes yeux, mes cheveux volent autour de nous.

Je sens mon dragon se déboutonner et relever ma robe derrière moi.

 

« OUI ! Je vais te consumer, te faire bruler encore plus fort »

 

Je peux enfin sentir sa queue chaude entre mes cuisses, il va et vient pour se couvrir de ma jouissance avant de me pénétrer par derrière, son bassin venant buter contre mes fesses. Je suis allongée sur les créneaux, mon ventre et mes tétons griffer par la pierre, sa queue entre mes lèvres glissantes et serrées, ses mains sur ma hanche et dans mes cheveux qui tire et impriment son rythme.

Je n'en ai rien a cirer si on nous voit, si on nous entend. Car nous gémissons et râlons à l'unisson. Nos énergies tourbillonnant autour de nous, nos brasiers s’alimentant l'un de l'autre, ça ne finira jamais ! Nos corps s'accordent merveilleusement.

Soudain il me retourne, sortant d'un coup de moi. Je me sens vide, abandonnée mais il m'a bien vite reprise, les genoux autour de ses hanches, les fesses posées dans ses mains, le dos dans le vide. J'ai l'impression de voler, de le chevaucher dans les airs. Ses coups sont puissants, profonds, jouissifs. Je le regarde, le vissage déformé par le plaisir et la rage de me posséder. Car oui son corps et son énergie me possèdent entièrement. C'est tellement bon de m'abandonner là. De rejetter mon dos et ma tête en arrière, pour me coller encore plus à lui.

Nos corps brulent, illuminant la cour, j'ai l'impression de sentir la chaleur brulante des flammes comme si nous étions au coeur d'un feu de joie. Mon dos et mes épaules me brulent, se consument. J'ai l'impression que je vais me liquéfier.

 

« Tu ne t’échapperas pas. Je ne te lâcherai pas et je te possèderais désormais dès que le désir m'en prend. Je suis capable de faire bruler ton plaisir jusqu'à la dernière flammèche, de te faire renaître à chaque étreinte, de t'apporter l’apaisement que tu recherchais en vain. Je vais te consumer encore et encore… à jamais »

 

« Tu es mienne ! »

 

Et avec un dernier coup de rein, nous jouissons à la face du monde, éclaboussant les pierres de nos liqueurs mélangées. La nature, le château et la mer absorbe notre puissance. Une explosion de pouvoir, nous marquons notre territoire de notre orgasme étincelant. Le Dragon Blanc est revenu en son antre.

 

Il se retire de moi brusquement pour venir me prendre sur ses épaules en fourant sa tête entre mes cuisses encore glissante.

 

« Mmmmhhhh sentir ta peau délicate sur mes lèvres meurtries de ta fougue »

 

« Je vais te faire découvrir qui je suis »

 

Et il saute par dessus les créneaux d'un coup puissant. Je hurle de frayeur avant de me rendre compte qu'il s'est transformé en un majestueux et dangereux dragon blanc.

Il déploie ses ailes pour nous propulser vers le ciel nocturne. Je serre mes cuisses autour de sa nuque, heureusement à cet endroit ses écailles ne sont pas trop rugueuses et s'en est étrangement agréable pour mon clitoris et mes lèvres.

Ma réflexion le fait sourire dans nos esprit connectés.

 

« Content que cela te soit agréable, ce n'est qu'un répit avant que je n’investisse encore et encore la forteresse de ton corps, que je découvre toutes les pierres qui te composent, tous les désirs qui te brulent, que je n'assouvisse toutes mes envies lubriques avec toi. Tu es mienne maintenant et la marque sur ton dos l'attestera au reste du monde »

 

Je me retourne alarmée pour regarder mon dos, un nouveau tatouage y est gravé, un Dragon Blanc, seigneur des seigneurs, émettant une pâle lueur tourbillonnante me recouvre le dos d'une épaule à l'autre, côtoyant le phénix brulant de mon bras gauche.

En fait je ne me sens pas rabaissée d'avoir été marquée par son pouvoir, je me sens fier de pouvoir chevaucher MON dragon.

 

Les gens qui composent sa cour, sont sortit pour voir d'où venait l'explosion de pouvoir que notre jouissance a libéré.

Et ils peuvent maintenant voir dans le ciel sous la lune… leur seigneur et maître, le Dragon Blanc chevauché par un Phénix Solaire… qui a, enfin, trouvé la source de son apaisement.

image.jpeg.aec04d0d7141edbdc513c804a8d44f46.jpeg

  • Like 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quel récit, j'ai été emporté par ta narration, merci pour ce beau moment

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci de m'avoir lu et encore plus merci d'avoir laissé un commentaire ;)

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Superbe ! merci pour cette évasion ! Et je sens, avec ravissement, que ce n'est qu'un début ... :content:

 

Pour ma part je voyage avec ces être fantastiques et leurs désirs brûlants

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ton univers fantastique est original et ta plume insuffle la vie à ton histoire qui nous transporte, merci !

Et forcément j'aime cette touche d’esthétisme.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors là que dire à part , que ton récit est vraiment très agréable à lire, j'aime beaucoup, ça change ton univers et accompagné d'images en plus

Merci pour ce moment :)

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:good:Très bon travail,  très appliqué et agréable a lire :clap:

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.