Aller au contenu
Invité

Masturbation : mon histoire

Messages recommandés

Invité

Oui ce titre est un peu prétentieux mais qu'importe parce que de toute façon je vais parler de moi alors autant vous y faire.

La masturbation est au centre de ma sexualité, comme nombre d'entre vous j'en suis sûr, et est même la raison de mes venues sur ce forum (dans la majeure partie du temps). Je reviendrai là-dessus plus tard. Et puis je suis un homme et oui, mon engin m'obsède et c'est rare qu'il ne se passe une journée sans que je me trouve un moment pour me faire plaisir. Et en y repensant ces derniers temps, je trouve dans mon histoire du plaisir solitaire, une espèce de témoignage d'une époque et d'une sexualité : la mienne. Alors c'est donc un témoignage très intime que je m’apprête à vous faire.

J'ai trois parties, en voici la première.

J'ai douze ans. Je discute un matin en cours de ce que mes petits camarades appelle "se branler"... "Moi je me suis branler ce matin... pfiou ça fais du bien..." Je n'ai pas encore eu mon cours de SVT sur l'éjaculation et je ne me suis jamais touché encore. Comme ça a l'air plutôt sympa, je rentre le midi chez moi, je suis seul, j’entreprends de "me branler".

Question technique, je n'y suis pas. Je sais que j'ai un prépuce et qu'aux dires de mes camarades... il sera question de le faire coulisser d'une façon ou d'une autre sur le reste de mon pénis... mais rien ne se passe vraiment. Je ne suis même pas sûr que j'ai eu une érection. Je repars déçu pour mon après-midi de cours... Mais tenace... je prend un bain le soir et je profite d'une belle érection pour m'empoigner comme un homme un vrai... Et là ce n'est pas la même chose. L'eau chaude, la nudité, le temps, la décontraction... J'ai sentit quelque chose de fulgurant me traverser... bien sûr cette sensation nouvelle concernait mon sexe.... mais pas que... j'ai sentis mon ventre... un peu mes jambes et surtout ma tête, ma conscience osciller.... Puis ça a giclé de ma queue... c'est la première fois que mon sperme se retrouvait hors de mon corps... Dans l'eau, ça faisait comme un nuage de lait... Lorsque ça rencontre ma peau, ça colle... ce n'est pas très agréable... mais par contre cette sensation m'a subjugué... Waaoh... ça fait du bien en effet...

Mes souvenirs peuvent être flou concernant cette période. Disons que mon rendez-vous dans ma baignoire était pris tant que possible. Mon imagination se développait, mon corps se développait. J'admirais déjà assez jeune l'ampleur de mes érections et la simple vu de ma verge endurcie pouvait suscité suffisamment d'excitation pour prétexter une branlette. J'étais ado quoi.

C'est cela que cette première partie concerne : mon adolescence. J'ai jamais été vraiment précoce (et ce qui concerne le sexe, je ne le savais pas encore mais c'était plutôt une bonne chose). Et cette intimité naissante, je l'ai gardé longtemps pour moi, m'excluant des débats de mes amis, ou camarades concernant la chose. Je ne me suis jamais fié à cela de toute façon car je doutais de la véracité de leur dire. Moi même j'ai menti à ma cousine sur ma virginité (que j'ai perdu à 19 ans... presque 20) pour rectifier le tir par honte.

Donc mon bain, mon imagination... et comme j'avais un grand frère et qu'on était dans les années 90, je tapais dans les vhs mal cachées pour regarder mes premiers porno... Puis je faisais ma propre collection par la suite.  Ce qui me lise ici savent j'aime toujours le porno. Je suis grand consommateur. Néanmoins, il me manque le temps où il n'y avait à disposition qu'un film par mois et qui était souvent non dénuée d'une intrigue intéressante...

Bon aparté. Les intrigues "intéressante" dans les films porno c'est, selon moi, une intrigue qui va nous mener à attendre ce que nous sommes venu chercher. Par exemple, il y a des tas de film où l'héroïne principale n'a sa scène de cul qu'à la fin. Et ce qui nous fait tenir jusqu'au bout c'est l'intrigue. J'appréciais aussi les mises en situation qui compte pour moi autant que l'acte en terme de plaisir et d'excitation.

Je ne sais plus si j'ai vu mon premier film avant ma première masturbation. Je crois que c'est le cas car je me souviens que la première éjaculation que j'ai vu m'a interloqué, c'est sans doute que je ne m'était encore pas vu éjaculer. Cette première fois m'a tout au plus attisé ma curiosité mais sans éveiller l'excitation que cela à longtemps éveillé chez l'ado que j'étais.

Je me branlais donc la nuit devant les films hard, et le journal du hard qui précédait (entre les vhs et cette référence, ceux de mon âge, vous pouvez faire une petit coucou :) ), et je me branlait dans mon bain en imaginant le faire avec des copines de classes.. parfois même des membres de ma famille mais chuuuut... (bon pas ma mère , faut pas exagérer). Je me faisais mes scénarios.

Puis à 16 ans, j'ai rencontré ma première copine. Comme ce n'ai pas le sujet, je vais juste préciser en quelques mots : vous avez lu plus haut que mon premier rapport était à 19 ans. C'était avec elle et oui, avant cela, nous ne faisions pas l'amour. Elle n'était pas prête et moi probablement pas non plus. Mais nous avons pris le temps de découvrir nos corps. Je l'ai beaucoup caresser avant qu'elle n'ose me toucher, et une fois qu'elle a osé, je n'osais pas jouir entre ses doigts. Je continuais donc les séances de masturbations solitaires, souvent inspirées dés lors, de frustrations vécues avec elle.

J'ai pu lui avouer assez vite mes activités solitaires. Mais pas elle. Elle ne se masturbait jamais. Elle attendait que je le fasse... ce qui m'allait. Elle était très curieuse sur mes pratiques. Et il arrive un moment où le "je pense à toi chéri" ne marche plus, il est bien temps de lui ouvrir son coeur. Je lui avouait donc sur ma consommation de porno. Et je lui ai fait découvrir le genre.

Nous avons donc passé quelques moments ensemble à regarder sans rien faire. Puis elle a voulu que je me branle devant elle... puis elle m'a vu éjaculer... ça l'a excité de façon irréversible... Puis elle s'est mise en tête de me faire une fellation... et j'ai éjaculé dans sa bouche... puis une autre fois sur son visage... Mais je m'égare... car pour moi, ce n'est pas de la masturbation... mais c'est des rapports sexuels partagés.

Puis le premier rapport est venu et nous avons délaisser nos jeux... et les miens surtout... enfin pendant un  temps...

A suivre...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Super récit Ivan... c’est très très bien ecrit

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une belle immersion dans ton intimité, bravo pour ce récit

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Wahouuu J'ai adoré te lire... une vrai biographie ... Encore je suis curieuse de la suite :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Mes débuts en matière de sexe ont été intenses et cette partie de notre histoire, si j'en crois les dires de mes connaissances, nous est semblable à tous : les premiers temps, on n'a envie que de ça. On baise, on expérimente et on jouit. Non que ce soit forcément génial, beaucoup de maladresse ou autre mais c'est nouveau et surtout c'est gratifiant. Enfin je pouvais la pénétrer. J'ai tant attendu ce moment, ça s'est passé au début de l'été donc la saison a été consacrée à ça. C'est un bon souvenir... mais absolument pas le sujet.

Pourquoi alors, arrivé l'automne, j'ai repris cette activité solitaire qu'est la masturbation ? Les premiers temps, je me posais beaucoup de questions. Je culpabilisais énormément. Je recommençais à me branler, à regarder des films de cul, à me plonger dans mes fantasmes, sans rien dire à ma compagne. Et au bout de quelques mois, je lui en ai finalement parlé. Et quel retour en arrière, devoir lui avouer encore une fois mes penchants pour le plaisir solo. Et cette fois, peu de compréhension ni de curiosité. Elle l'a pris comme "je ne te suffis pas". C'était sans doute vrai car l'avenir allait montrer qu'en effet, j'avais besoin de plus mais j'allais aussi découvrir que la masturbation n'était une pratique d'insatisfaction.

Encore une fois pas le sujet, mais quelques années plus tard, j'allais devenir infidèle, d'abord avec une personne qui m'a offert des perspectives sur la masturbation, puis avec d'autres femmes. Évidemment cela mettra fin à ma relation (au bout d'un certain temps) puis finira par une condition nécessaire à envisager une vie de couple : je trouver un partenaire qui acceptait cette liberté, ou devenir libertin, même si je ne suis pas fan du terme. Encore une fois je m'égare.

Ce que je voulais dire, c'est qu'en me rapprochant d'autres femmes, et donc en comblant cette insuffisance, cette insatisfaction flagrante d'avec mon amie de l'époque, j'ai aussi découvert que... bah... que je me branlais toujours autant. Et le voilà le vrai sujet de ce paragraphe : la masturbation c'est une activité sexuelle à part entière.

J'ai compris que la masturbation était un acte qui n'avait pas de lien avec on insatisfaction. J'aime me branler, j'aime me caresser, regarder mon sexe dur, être excité par mes idées, mon imagination, celle des autres, des images pornographiques ou érotiques, et ces moments que je passe seul, ces moments m'appartiennent. Et une erreur que j'ai sans doute commise c'est de me confier à ma copine, et de confier mon trouble. Elle n'avait pas la réponse mais de fait je lui ai fait du mal inutilement.

Bon c'est un peu facile, à l'époque, je ne savais pas. Je pensais comme elle que je le faisais par ennui... Mais ça n'a jamais été le cas. Et je l'ai compris en traversant une période de vie sexuelle très intense, sans aucun manque de ce côté là. Et même mes multiples partenaires ne me détournaient pas de cette activité.

J'ai aussi appris à le faire avec mes partenaires. Ce que je n'avais jamais vraiment fait avec ma copine, c'est de me masturber côte à côte avec une amie (Pauline) en regardant un film de cul, en discutant de ce qu'on regarde, pourquoi tu l'aime cet acteur, pourquoi j'aime cette actrice. A quel point elle me fait bander, à quel point j'ai envie de la baiser, et elle d'en faire de même. Pauline, (qui fait l'objet d'un autre sujet) est elle même très accroc à la masturbation, comprend ceci très justement : hormis l'interaction indispensable dans le sexe, la masturbation nous donne l'occasion de jouir à notre rythme sans avoir à chercher à comprendre l'autre, puisque l'autre à qui on cherche à donner du plaisir c'est nous-même.

Bon là j'en parle le temps d'un très court paragraphe mais ça m'a pris des années à vraiment assumer la masturbation comme une pratique sexuelle à part entière. Toutes les pratiques à deux (que j'ai eu l'occasion de pratiquer) je les assume depuis toujours, mais la masturbation comme une sorte de tabou, ça a pris beaucoup  de temps. J'avais plus de facilité à assumer mes infidélités (parfois des histoires sordide) qu'une branlette devant une video de Katsuni (que j'ai longtemps prétendu ne pas connaître alors qu'elle commençait à avoir une notoriété qui dépassait son activité d'actrice X). C'est tout de même paradoxale...

Et puis le porno est devenu très accessible, trop... et je me suis vu perdre de vu l'interdit, le plaisir d'attendre le moment propice, la scène du film où l'actrice principale allait passer à l'action... je ne me branlais plus sans avoir sous les yeux un corps parfait qui se fait défoncer le cul... plus de moment en fermant les yeux, dans mon bain, sous ma douche. J'ai donc commencé à lire et écrire...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En effet la masturbation est une activité à soi, se faire plaisir soi même et comme tu le dis ce n'est pas par dépit ou insatisfaction, juste se faire plaisir soi même sans jugement ni honte...dans nos moeurs cela reste toujours mal vue alors qu'il n'y a pas de raison que cela le soit du moins c'est ce que je pense. Merci pour ton histoire.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.