Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

Invité

Une élève pas si sage

Recommended Posts

Invité

Bonjour tout le monde. Suite à un petit défi d'une finaute et une certaine inspiration retrouvée, j'ai écrit un texte mettant en scène un fantasme une élève et moi même : étant enseignant, j'en cotois énormément de tous âges et certaines ne m'ont pas laissé indifférent. Je précise d'emblée que cette élève est majeure dans le fantasme et que tout ceci n'est que le fruit de mon imagination perverse, pas la retranscription d'actes passés ou à venir. Les choses étant dites, bonne lecture et j'espère que vous aimerez. Je vais découper en parties pour faciliter la lecture.

 

PARTIE 1 : Des débuts prometteurs :

L'année scolaire venait de commencer, nous nous étions réunis avec les collègues et les représentants des élèves pour mettre au point les programmes et les projets communs. Quelques nouvelles têtes chez tout le monde, rien de très folichon ou de mignon à se croquer sous la dent. Des jeunes, des vieux, des mariés, des fiancés, des célibataires, des puceaux, des fils et filles de ... il y a réellement de tout en bien comme en mal. Mais, alors que je croyais m'ennuyer ferme dans cette réunion, elle est apparue. Grande, belle comme une apparition de la Madonne, des cheveux noirs mi longs, des yeux perçants et débordants de vigueur, une croupe que je devine fine et souple sous ses vêtements qui ne laissent suggérer que la transparence de sa culotte et de son soutif blancs qu'elle porte, une poitrine qui doit faire dans les 90 B tout à fait à mon goût ni trop large ni trop planche à pain, une voix enchanteresse qui débite des paroles sensées et perspicaces ... Je suis comme hypnotisé et subjugué par elle, comme peu de personnes ont pu le faire auparavant. C'est une élève calme, posée, énergique toutefois, qui sait se montrer ferme avec ses convictions mais qui semble tout de même avoir une douceur et un toucher tactile très prononcé. Ses détours de regard vers ma personne en disent aussi long que je semble avoir un effet sur elle ou bien se joue t'elle de moi ? Je suis plus qu'intrigué et tenté mais je laisse le temps s'écouler calmement sans autre forme que de laisser mes yeux la parcourir, l'imaginer sans tout ce tissu qu'elle porte et avoir une érection digne des plus beaux mâles de l'industrie du porno, je me sens vit à l'étroit dans ce pantalon serré.

La réunion se passe, il est 17 h, tout le monde est naze et veut rentrer. Je salue les collègues et m'en retourne vers ma voiture quand je vous cette jeune femme venir vers moi pour me parler

- Monsieur ?

- Oui, lui répondis je, quelque peu troublé, ce qu'elle ne manque pas de remarquer et de sourire entre ses dents. Elle semble avoir compris rapidement, son intelligence est indéniable.

- J'ai vu que vous alliez être notre professeur principal et moi la déléguée de classe. Nous aurons donc à l'avenir plus d'échanges et de participation entre nous et sachez que j'en suis très honorée et très contente, vous semblez être un bon prof, très plaisant et mignon. Ma mère m'attend, je vous dis donc à bientôt.

Je souhaite répondre mais cette petite effrontée ne me laisse pas le temps de répondre, tourne les talons et file vers le portail. Bien que je sois un peu perplexe et décontenancé, je savoure sa démarche élégante et la voit s'éloigner au loin. Elle remarque que je ne l'ai pas quitté des yeux sans nul doute car elle se retourne, m'adresse un clin d'oeil que j'arrive à distinguer et laisse trainer sa main dans son entrejambe qu'elle porte à sa bouche tout de suite après, puis fonce vers la voiture qui la raccompagne. Inutile de dire que ce petit manège a non seulement éveillé ma curiosité mais empêché de conduire pendant un moment du fait d'une trique absolument monumentale. J'ai même vérifié que personne n'avait assisté à ce spectacle grandiose et je me suis libéré de cette tension accumulée en me masturbant sur le parking. Des gestes lents, simples, directs, décalottant très profondément le gland que je caresse en imaginant sa langue me lécher, en voyant sa petite chatte mouiller et devenir humide de plaisir, en la posant contre moi, son intimité grande ouverte, rose comme un bonbon, son fruit d'amour dégoulinant de cyprine et ses cris étant poussés au maximum, son désir allant au delà de ce qu'elle a jamais connu et le mien également ...

Il ne me faut pas longtemps pour éjaculer une quantité de sperme incroyable qui va presque jusque sur le pare brise tellement il était violent, court mais intense. Je suis essoufflé rien qu'à l'idée d'imaginer cette scène et même si ce sont des pensées interdites, je m'en fiche totalement et je passe outre en prenant mon pied de cette manière. L'année commence sur les chapeaux de roue et promet de bien belles choses si elle continue à ce rythme. Je serais content de la revoir mais aussi un peu inquiet de voir comment cela va se dérouler. La suite arrivera bientôt, laissons les choses venir en leur temps.

Partager ce message


Lien à poster

" une quantité de sperme incroyable qui va presque jusque sur le pare brise "

Allo Carglass ? euh ... :D 

superbe 1ère partie Morphy  ;)

Partager ce message


Lien à poster
Invité

Merci Valérie heureusement que tu es là pour me dire que tu as aimé du coup pour toi voilà la suite

PARTIE 2 : UN COURS SÉRIEUX ?

Nous voici donc dans le premier cours que j'administre à mes nouveaux élèves. Certains semblent passionnés, d'autres passionnants, d'autres semblent perdus ou apeurés, une minorité se fiche déjà complètement de ce que je vais pouvoir raconter etc. Mais elle est là. Une tenue différente, plus sage mais toujours moulant surtout son magnifique cul, mais les mêmes yeux, les mêmes envies, le même regard perçant ... et elle en joue à merveille en se fixant au premier rang devant mon bureau et ma personne. Rien de tel pour mettre à l'épreuve mes nerfs et ma concentration qui restent toutefois complets lors de ces premières minutes. Présentation faite de ma personne, du programme, de mes demandes particulières, des examens, des attendus et de comment fonctionne la classe, je demande à chacun de mettre sur feuille les noms prénoms adresse des parents et âge avec ce qui est attendu comme objectifs de vie ou d'études. Les choses très banales se succèdent sans grand amusement puis vient le tour de cette jeune femme sublime qui m'a encore sublimé ma dernière nuit. Je viens pour ramasser sa feuille et elle ferme les yeux à ce moment là, je peux distinguer clairement sur ses paupières fermées un "I want U" répété. Outre la référence à Indiana Jones que j'apprécie (ce qui prouve une fois de plus sa culture générale), l'attention et l'effort ne passent pas inaperçus mais je ne laisse rien paraître pour le moment. Je décide de lire les feuilles plus tard à tête reposée afin de bien savourer chaque mot de celle ci, elle semble un peu déçue mais n'a aucune objection à cela. Ne t'en fais pas, ma petite, ton tour viendra en temps et en heure, pense je tellement fort que j'ai eu peur que mes mots traversent mes pensées.

Je profite de cette petite mise en scène pour proposer un jeu de rôle afin d'introduire chacun aux autres. Etant en nombre impair, je décide de faire équipe avec quelqu'un et demande un volontaire pour participer. A ma grande surprise, personne ne se lance hormis bien sur la fameuse déléguée qui se jette sur l'occasion pour montrer ses talents. Agréablement surpris bien qu'un peu étonné, je lui dis de se mettre en place sur une chaise en face de moi. Pour se faire, les règles à respecter sont simples : nous simulons un entretien d'embauche et elle doit répondre à des questions personnelles afin de gagner des points. Elle s'exécute de bon cœur et a le bon goût de rajouter quelques messages cachés tendancieux dans ses phrases que ses camarades ne relèvent pas mais que je saisis en toute conscience. Cela va du "rien de dur Monsieur, contrairement à vous" (heureusement que je suis assis car je bande comme un âne effectivement) à "je n'aime pas l'exercice physique des pompes mais il y en a d'autres qui sont bien plus utiles et agréables comme celles à vélo" (mais bien sûr). Cela ne me laisse pas de marbre et l'invite à rejoindre sa place une fois ceci terminé. Je lui dis de rester après le cours pour remplir le cahier de textes avec moi. L'heure passe et la cloche sonne, elle m'attend de pied ferme.

- Signe ici pendant que je remplis les papiers pour la classe

- Je prends un style dans m trousse et je vous donne ça, Monsieur

Quelle ne fut pas ma surprise de voir que ce styla va d'abord passer dans sa culotte, qu'elle se caresse très vite et légèrement devant moi avant de poursuivre sa course vers le fameux papier puis qu'elle me le donne en disant clairement de le garder pour de prochains jeux où c'est elle qui mènera la danse. avant de tourner les talons, de me montrer une dernière fois son cul penché divin et de dire un "au revoir mon mignon" avant de filer vers la suite de sa journée. Je dois m'asseoir très rapidement pour éviter qu'on me voit encore plus bander qu'il n'est possible quitte à quasi déchirer mon pantalon qui ne cache rien de la bosse dedans. Je me presse alors de lire le mot qu'elle m'avait rempli avant pour y découvrir ces mots :

" Nous n'en somme qu'au début toi et moi, cela va monter en puissance et tu ne vas pas t'en remettre. Prépare toi." Valérie. Effectivement l'année se profile sous des jours terriblement chauds. Moi qui n'aime normalement pas, je crois que je vais faire une exception pour une fois ...

 

Partager ce message


Lien à poster
Invité

J'aime beaucoup les 2 premières parties de ton histoire ! 

Et j'avoue il me tarde de connaître la suite ..... enfin j'espère bien ! :);) 

Partager ce message


Lien à poster
Invité

Je poste la suite pour ces messieurs dames et le mp recu qui donne envie de continuer bonne lecture à vous

PARTIE 3 : UN NOUVEAU JEU :

 

Un mois s'est écoulé depuis notre premier petit jeu entre elle et moi. Un mois où elle m'a cherché, envouté, posé des questions, taquiné mais rien de vraiment concret ou trop osé. Elle n'est pas timorée mais ne s'est pas encore lancée et attend le bon moment, telle une chatte prête à sauter sur sa proie et la dévorer quand bon lui semblera. Loin de me déplaire, cette sensation du chasseur/chassé est même plaisante lorsque le rôle que l'on croit jouer n'est pas forcément celle que l'on croit. Mais j'y reviendrai dans un prochain chapitre de cette aventure.

Pour l'heure, en fin de semaine où je leur dis à tous au revoir et de travailler pour le contrôle prochain à venir, un mot est déposé sur mon bureau par la fameuse déléguée mais je n'ai pas le temps de l'interpeller qu'elle a déjà filé avec ses camarades dans la cour. Je le déplie et lis les mots suivants : "Demain, 15 h, rayon vêtements aux Galeries Lafayette, prends ton portable et un sac. Ne sois surtout pas en retard sinon gare à toi" Inutile de vous dire que l'émoi suscité suite à cette découverte n'en a été que plus intense et plus imaginatif, je m'imagine déjà une bien belle séance d'essayage personnelle. J'en ai même du mal à dormir le soir venu, rêvant de ce corps parfait que je vais enfin pouvoir voir de mes propres yeux sans tout ce tissu qui l'enserre et la contraint.

Arrive le moment fatidique, je n'arrête pas de regarder ma montre une fois arrivé aux portes de la galerie. 15 h arrive et j'entre pile au dit moment au lieu indiqué. Il y a quelques personnes qui vagabondent, qui flânent, qui regardent les prix mais je ne vois pas la personne qui m'obsède. Bip, un texto que j'avais mis en vibreur au cas où. "Tu es là, parfait, va dans la cabine à droite et prends ce qu'il y a dedans". Quelque peu intrigué mais sachant d'où vient le soi disant numéro (nous les avions échangé pour en cas de besoin qui finalement n'aura que peu servi à un usage soft), je vais d'un pas ferme vers cette cabine. J'y vois alors un sac plastique que j'ouvre avec un autre mot dedans "Au café Starbucks dans 5 minutes, si tu traines, tout s'arrête". Je ne cherche même pas à comprendre et je sors rapidement du dit endroit le papier à la main. Je cours sur place pour être dans les temps et juste à l'entrée du dit Starbucks, nouveau texto + MMS "1ère étape réussie, je te montre ma culotte, si tu réussis tout, tu verras l'ensemble. Encore 2 à faire" et en pièce jointe, une bien belle culotte blanche enfoncée entre les petites lèvres de cette superbe coquine. Mon excitation monte en même temps que mon envie de lui montrer qu'elle a affaire à un joueur qui sait quoi faire, mais je lui laisse la main. 3 minutes plus tard " Devant la mairie dans 15 minutes et tu y vas à pied, interdit de prendre un transport en commun".

Je me mets alors à courir comme un dératé, la mairie se trouvant à 15 minutes en course soutenue. Je n'ai jamais été un grand sportif dans ma vie mais, l'envie donne des ailes parait il et je me suis lancé sans nul doute dans la plus belle course de ma vie. Peu importe les passants, les feux rouge ou les passages piétons, je fonce pour arriver 10 secondes avant le temps limite. Je suis totalement HS mais toute douleur s'envole suite à ce que je reçois "2ème étape réussie, tu voulais le haut le voilà" et une photo de ses seins tout bonnement incroyables, fermes, tétons pointus, tendus, excités semble t'il, titillés avec marqués au feutre "Bientôt à toi". J'ai envie de hurler mon plaisir mais je retiens ce cri de joie au vu des regards circonspects des personnes me dévisageant. Je n'ai pas le temps de reprendre mon souffle que voici la suite et fin du défi "Tu entres dans la boutique d'essayage à ta droite, tu prends le modèle que je t'indique et tu l'achètes, tu rentres chez toi et tu le mettras pour nous faire cours lundi. Ta récompense sera quand je verra ca lundi soir." Déçu de ne pas le voir maintenant, je m'exécute toutefois en achetant un boxer noir assez fin mais très confortable et allant parfaitement avec ma morphologie et mon anatomie, à croire qu'elle avait les bonnes mesures, je dois avouer qu'elle m'a parfaitement cerné et sait très bien en déduire ce qui correspond à quoi. Je rentre épuisé mais assez excité de ce petit jeu de piste, je suis bien tenté de reprendre la main et de m'exhiber plus que nécessaire mais je laisse finir cette manche en attendant la prochaine.

Le lundi arrive bien plus vite que prévu, sans doute l'attente de la dite photo m'a fait percevoir le temps bien différemment que d'habitude. J'ai bien évidemment mis le fameux boxer qui devient mon sous vêtement préféré pour le coup loin des autres beaucoup plus classiques que j'ai pu avoir. Elle est bien là présente toujours devant et en jupe, belle comme un cœur. Porte t'elle quelque chose ? Le regard qu'elle me porte me déshabille complètement et je lis à travers elle que la réponse est négative. Mon émoi se déclenche immédiatement, elle s'en amuse et s'installe à côté des autres. Le cours reste classique dans son ensemble mais chaque regard échangé, chaque clin d'œil , chaque tourner de tête vers elle et son jeu de jambes croisées décroisées ne nous trompe ni l'un ni l'autre. Elle ne me dit rien mais j'ai le temps de lui montrer que je porte son fameux boxer en le laissant nonchalamment trainer un peu vu mon pantalon un peu lâche (ce qui en fait rire certains mais peu importe, ce n'est qu'un petit défaut au vu de la récompense proposée). La cloche sonne et lorsqu'elle s'en va, elle me glisse à l'oreille "Contrat rempli, à ce soir". Mon impatience sera enfin comblée lorsqu'une fois rentré chez moi à 20 h, je découvre sa dernière photo jambes écartées avec un gode et le texte qui suit en légende "J'ai appelé ce gode Simon, je veux que tu le remplaces pendant les vacances. Nous allons passer à la vitesse supérieure toi et moi". Elle porte encore sa jupe sans culotte et les détails permettent de voir qu'elle est trempée de plaisir. J'ai du me masturber plusieurs fois devant cette photo et ces mots pour calmer mes ardeurs et mes envies mais elles furent encore et toujours là suite à cette vision particulièrement chaude. Pas de doute là dessus, les vacances à venir risquent d'être bien plus torrides que je ne l'aurais imaginé ...

Partager ce message


Lien à poster

quelle histoire! J’adore, c’est très bien écris et j’ai hate de lire la suite!

Partager ce message


Lien à poster
Invité

Quelques petits soucis de net et de pc font que je ne peux poster la suite que maintenant désolé à vous et bonne lecture

PARTIE 4 : LES RÈGLES CHANGENT

 

Les vacances viennent d’arriver, 2 semaines après notre dernier jeu à ma coquine et moi. Sage en classe, sérieux en cours, nous ne sommes pas allés plus loin et n’avons pas eu d’échange autres que bonjour et au revoir, d’où une certaine frustration commune qui ne fait qu’augmenter et attiser le désir et la délivrance qui arrivera en son temps. Je lui réserve une surprise dont elle n’est pas prête de se remettre. Le dernier weekend end se profile à l’horizon, mes dernières recommandations sont simplement de continuer à travailler et de prendre exemple sur la déléguée me rendant toujours travail à temps et de qualité. Quelques sifflets et remontrances plus tard, la fin des cours arrive et tous partent rapidement. Pas de texto d’elle ni de message différé, je rentre donc bredouille et mal à l’aise, l’appétit n’est pas là, je veux juste me déconnecter, dormir, oublier ... Et à minuit, une forme de délivrance que je n’attendais plus  «  Désolée, je ne pouvais pas rester aujourd’hui et pas dispo pendant 3 jours mais semaine prochaine, on se voit pour ce que tu sais. Je t’embrasse et interdit de te satisfaire sans moi, je veux le faire moi-même ».

 

Décidément, elle a beau être jeune, elle sait y faire, c’est à se demander d’où vient une telle assurance et coquinerie mais soit, je ferais selon ses désirs. Je me retiens donc pendant la période donnée en attendant de la voir en face à face pour passer de l’autre côté de la barrière. Le temps s’écoule avec une lenteur désespérante, les minutes me paraissent des heures voire des semaines, je la veux, j’ai envie d’elle, de la sentir près de moi, de la toucher, de la caresser, de l’embrasser, de la prendre ... allez, mon grand, juste un mauvais moment à passer et tu la revois, serre les dents et patiente, c’est une de tes qualités non ? Un jour se passe, puis deux, puis le troisième et toujours rien mais que fait-elle ? J’en crève, ne pas savoir ce qu’elle fait et où elle est m’est insupportable. Et finalement, enfin, la voici « Demain, 16 h, je serai à la plage, avec mes parents, rejoins moi dans la cabine, tu verras tout »

 

Avec ses parents, je me demande si elle est sérieuse ou si elle veut me tester en me faisant peur voir si je serais assez fou pour me risquer à cela ? Mais après tout qu’ai-je à perdre à être avec celle qui obsède mes pensées, mes désirs, mes rêves ? Je relève le défi tant pis pour les conséquences. Je me prépare en prenant maillot, serviette, short, le fameux boxer qu’elle m’a fait acheter et un ciré en cas de coup de vent. La nuit me parait interminable, je tourne sur moi-même de multiples façons sans savoir quoi penser et envisager, je ne trouve pas le sommeil, elle me fait tourner la tête, je ne pense plus qu’à elle. Finalement, le matin arrive puis midi, je décide de me nourrir pour être parfaitement au point et en forme pour elle et rien que pour elle. Je pars à pied là-bas, autant y aller incognito avec les lunettes et prendre un peu le soleil avant de passer aux choses sérieuses. Le portable n’est pas loin pour éviter de louper tout message venant d’elle. J’y vais d’un pas ferme et décidé et arrive sur place dans les temps, la mer est d’un bleu semblable à ses yeux, assez calme, relativement fraiche à cette période de l’année mais pas du tout désagréable en attendant ma sirène, personne sur la plage bizarrement, pas une âme qui vive, je peux donc me reposer et attendre ce qu’il en est. Après plus de 30 minutes, toujours pas de nouvelles, je commence à m’inquiéter, je ne sais pas ce qu’il en est. Après une heure, je suis sur le point de partir écœuré et passablement énervé mais à ce moment-là « Je te demande pardon, changement de programme imprévu, je ne sais pas comment faire ... » et là le déclic arrive, je décide de reprendre les choses en main « Simple, soit tu viens demain même heure et seule au même endroit et tu as intérêt à être là soit c’est terminé et crois bien que je saurai largement me passer de toi ». La réponse ne s’est pas fait attendre « Très bien, à demain, Monsieur ».

 

La soirée se déroule sans accroc, le lendemain matin aussi et je suis fin prêt pour voir si elle remplit sa part du contrat. Et en effet, enfin, elle est là, dans sa robe légère volant au gré du vent, ses yeux magnifiques toujours aussi pétillants ses cheveux soyeux noirs profonds dans lesquels on se perdrait sans la moindre hésitation. Elle me fait signe et je la rejoins sans tarder. Elle tente de parler mais je l’interromps de suite « Tu m’as fait attendre alors c’est moi qui va dire ce que tu vas faire et ce qui va se passer aujourd’hui en guise de punition, j’ai joué le jeu jusqu’à présent mais à toi de suivre mes règles maintenant et c’est non négociable compris ? » Elle semble surprise, se mort légèrement la lèvre et constate qu’elle resserre ses jambes pour éviter sans doute de montrer que son excitation monte suite à cette déclaration. Je lui désigne une cabane de changement et lui indique d’aller là-bas se changer.

 

-          Je n’ai pas pris de maillot

-          Et alors ? Tu suis mes ordres ou alors pas la peine d’aller plus loin

-          On va me voir

-          Il n’y a personne et je te veux pour moi, tu as un défi à relever de t’exposer sur cette plage sans maillot sous mon regard seul. Tu le relèves, on continue, tu refuses, je m’en vais. Que décides tu ?

Partager ce message


Lien à poster

mais heu ... t'es méchant môssieur le professeur :D:cray:;)

Partager ce message


Lien à poster

Il es malin  Morphelin    a suivre   4, 5,  6ème  partie  etc. :good:

ça va lui faire 4,5,6 ...  "J'aime" :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Invité

Meuh non codem voyons ^^ C'est pour tenir un peu en haleine

Bientôt la suite je change juste d'appartement et déménage dans les prochains jours

Partager ce message


Lien à poster
Invité

PARTIE 5  RETOUR A L’ENVOYEUR :

 

Espérant secrètement que la dite déléguée cède sous mes directives mais n’étant sûr de rien, le temps m’a semblé suspendu pendant un temps. Et j’ai alors vu un sourire s’esquisser sur son visage, elle baisse d’un seul coup sa jupe et sa culotte puis en levant son t-shirt qui montre une poitrine généreuse sans soutien-gorge. Elle est alors nue, sous mes yeux, elle se mord la lèvre pour ne pas dire plus que nécessaire, elle se force un peu et je me régale de ce spectacle extraordinaire. Sa fente ne montre aucune toison, bien épilée et qui ne cherche qu’à s’ouvrir au plaisir. Personne ne peut nous voir et elle est uniquement à moi, rien qu’à moi, je suis en extase et en transe. Seule sa voix parvient à mes oreilles et ma conscience « Que veux-tu que je fasse ? » Je lui réponds dans un français approximatif tellement cette vision me trouble qu’elle aille se baigner pour revenir ensuite et qu’elle s’occupera de moi par la suite. Elle s’exécute en fonçant dans l’eau la tête la première, heureusement que la marée est haute et donc proche de là où nous sommes. Je savoure chaque instant la voir nager dans les flots, prendre certaines vagues et esquisser certains gestes me désignant pour notre prochaine partie à 2. L’eau semble fraîche, je vois ses seins tendre vers le ciel, elle en joue en les mordant dans l’eau puis en montrant que l’humidité n’est pas due qu’à l’eau de mer, elle apprécie ce bain forcé, exposant son corps de déesse alors qu’elle peut s’exhiber et qu’on peut la mater. Après quelques minutes de ce petit manège, je l’intime de revenir vers moi, elle tremble un peu et je la recouvre avec ma veste.

 

-          Tu as accompli ce que je voulais, je vais te récompenser. Entre là-dedans.

 

Je lui désigne les cabines de changement assez étroites mais tout de même conçues pour faire tenir 2 personnes au maximum. Elle semble avoir compris où je veux en venir et ne dit rien de plus. Je ferme la porte derrière nous et l’embrasse sans autre forme de procès, ma langue parcourt sa bouche, son odeur est enivrante, ses mains se font baladeuses, les miennes parcourent ses orifices, enserrent ses seins, ses fesses, sa jolie petite chatte que je goute, son liquide est un nectar qui me semble si gouteux, tellement merveilleux et plaisant. Elle soupire, gémit, se touche et cherche à faire sortir ma bite de mon pantalon particulièrement serré mais je veux faire durer un peu et lui ordonne de se retourner, se plaquer contre le mur en mettant son cul bien en évidence. Je vois qu’elle désire bien plus que cela mais se met en position, en écartant bien ses jambes. Après avoir senti et regardé ce superbe spectacle, je lèche sa jolie chatte en suçant son bouton d’amour et en enfonçant 2 doigts dedans sans aucune résistance de sa part. Je les tourne et écarte mes doigts pour bien lui faire sentir que je veux qu’elle prenne son pied, je les fais aller et venir de manière régulière, rapide, intense, elle gémit encore de plus en plus fort, crie même, je place ma langue sur son trou de derrière tout en la doigtant, je sens qu’elle va bientôt craquer et je la pousse au maximum sans m’arrêter, sans pause pour qu’elle puisse respirer. Elle veut se retenir mais plus elle se retient et plus je pousse à ce qu’elle craque et je poursuis mon œuvre jusqu’à ce qu’elle se tende d’un coup en criant un orgasme puissant, violent, fort, profond. Sa fente déverse un torrent de cyprine sur mes mains et ma langue encore dedans, je savoure chaque goutte de ce parfum si savoureux. Je continue bien entendu mon office pendant qu’elle cherche à s’en remettre mais c’est sans compter sur ma poursuite dans la recherche du plaisir infini et de sexe sans tabou. Elle reprend peu à peu son souffle et le contrôle pour me susurrer ceci « Bien joué mais à mon tour maintenant ».

 

Je vois très bien ce qu’elle souhaite et je lui accorde ce plaisir pour notre première. Elle défait ma ceinture et sort ma bite de mon boxer qui se relâche très facilement vu ma dureté, au vu de ses yeux, elle semble dire « Tout à fait comme je l’avais imaginé et espéré » et la gobe dans sa bouche sans hésitation. Quelle sensation de sentir sa langue sur mon gland et qu’elle me pompe si goulument. Elle me malaxe les boules et me branle en même temps telle une professionnelle comme je l’ai rarement été dans ma vie. Sa langue experte ne laisse rien passer et me pompe comme si sa vie en dépendait, elle ne relâche la pression à aucun moment, elle me serre entre ses lèvres et gémit de plaisir à me tenir et me retenir. Sa faculté à m’absorber est tout bonnement prodigieuse, bien au-delà de tout ce que j’avais imaginé jusqu’à présent. Je ne peux qu’acquiescer et me laisser faire car elle a la main mise sur la situation, je suis à sa merci, selon son bon vouloir et sa volonté. Ma bite est un amas de sang gorgé qui s’érige telle une tour de plus en plus grosse prête à exploser dans sa bouche, je suis prêt à tout laisser aller mais elle le sent, repart sur mes boules pour mieux contrôler mon éjaculation finale. Sans répit et sans autre manière, elle continue à me branler, à décalotter mon gland devenu rouge sous ses assauts répétés, à tirer sur mon sexe, à essayer de me faire arracher des cris de plaisir qui ne tardent pas à venir, à me dominer comme je l’ai dominé juste avant, à me dire tu n’es pas le seul maître de ce jeu. Au bout de plusieurs minutes de savoir qui a le dessus, et au vu de sa chatte trempée qui en demande davantage, elle me reprend goulument en bouche, complètement, en gorge profonde, tout mon sexe est en elle, tout mon plaisir est partagé avec elle, tout mon jus va se déverser sans la moindre limite. Il n’en faut pas plus à cela pour me faire exploser après 4 jours d’abstinence respectés, après des semaines de frustration sans que l’on se soit touchés, après tout ce temps perdu en séduction qui maintenant trouve une fin mais aussi le début d’autre chose. Mes jets de sperme se font en quantité, plusieurs énormes qui foncent droit dans sa gorge, elle avale tout sans en laisser la moindre goutte, sans me lâcher et sans desserrer son emprise, je suis tout à elle. J’ai en ai compté 4 énormes comme chaque jour passé à l’attendre qu’elle a pris et avalé sans la moindre hésitation ni réticence. Le plaisir est si présent qu’il en est presque douloureux mais quelle douleur agréable. Je dois m’asseoir pour éviter de tomber de trop haut et pour garder une certaine prestance après ce déferlement de sexe et d’envies partagés. Elle se pose sur moi dans mes bras, sa peau est douce et agréable et me murmure « C’était si bon, ça fait un partout maintenant » et moi-même de lui répondre « La partie vient de seulement commencer réellement, ne t’attends pas à ce que je te laisse la main si souvent ». Elle me regarde dans une lueur à la fois amusée et me défiant pour savoir qui craquera et qui mènera la danse jusqu’à son terme pour déclarer au final « Pari tenu ».

 

Elle se rhabille suite à cela, s’en va vers les dunes et m’adresse un dernier baiser lointain avant de disparaitre pour une prochaine séance qui s’annonce des plus torrides. Je suis à la fois impatient, excité, inquiet de certaines conséquences possibles mais qu’importe, la vie est trop courte alors vivons la sans autre forme de procès. Quelle sera la suite ? Je l’ignore encore mais le futur prévoit de bien belles choses à venir.

Partager ce message


Lien à poster

on l'attend cette suite

;)

 

Partager ce message


Lien à poster

 je voudrais avoir ta plume ... :good:

Je n'hésiterais pas autant pour poster des récits !

Partager ce message


Lien à poster

j'espère sincèrement qu'il y aura une suite. Tu ne peux pas la laisser s'en sortir comme ça ! :D

continue d'écrire, c'est vraiment extra

Partager ce message


Lien à poster
Invité

Salut tout le monde après une longue période voici la suite et la fin de cette avenutre je vous laisse en profiter dites moi ce que vous en pensez et merci pour vos commentaires.

 

PARTIE 6 : SUITE ET FIN ?

Le reste de la semaine s’était déroulé normalement, sans attente particulière ni événement notable ou impressionnant. Calme plat, envies présentes mais non satisfaites, jeu de séduction mais rien de concret entre elle et moi depuis notre épisode de la plage. Peut-être attend-elle mon message pendant que j’attends le sien à chaque seconde qui passe de manière monotone. Dois-je prendre les devants et casser la routine ou bien sera-t-elle vexée vu qu’elle n’aura pas main mise sur la situation ? Entre toutes ces interrogations et ces considérations, je reçois enfin l’appel tant attendu, enfin un texto tout du moins bref mais parfaitement clair « Besoin de te parler, très urgent, rdv où ? ». Je lui donne donc un lieu autre que chez moi pour se voir en terrain neutre, la brutalité du message me laisse perplexe et je soupçonne un fait grave arrivé. Je ne perds pas un instant et me précipite à l’endroit indiqué, une terrasse de bar que je connais bien et avec le patron qui est un ami proche et qui sait parfaitement me réserver une salle privée en cas de besoin et je pense que le moment est venu d’utiliser ce fait.

 

Elle est ponctuelle et arrive avec une robe légère bleu turquoise, des lunettes de soleil ainsi qu’une veste noire. D’emblée, je la remarque bien moins joyeuse que d’accoutumée, elle semble même avoir pleuré avant d’arriver ici. Je m’inquiète de son état et lui demande ce qui se passe. « Je vais t’expliquer mais pas ici, en privé ». La salle semble du coup parfaitement adaptée car isolée des autres clients et très silencieuse. Nous nous installons en prenant chacun un mojito (notre cocktail préféré à tous les 2) et elle daigne enfin me dire ce qui la contrarie et la met dans un état pareil. La réponse ne se fait pas attendre longtemps hélas. Ses parents déménagent au Canada, son père va devoir gérer une grosse entreprise dont le siège social est à Montréal et sa mère travaillera au consulat en tant que diplomate et, du coup, elle doit partir à la fin des vacances refaire sa scolarité là-bas. Elle a appris l’information juste après son retour à notre petite partie de la dernière fois et n’a pas osé me le dire tout de suite. Je reçois un immense choc qui m’oblige à m’asseoir immédiatement. Je veux lui dire plein de trucs mais les mots ne sortent pas, des larmes coulent sur son visage, je veux la réconforter mais mes gestes trahissent mon émoi, je cherche à trouver une solution, à proposer une alternative mais rien ne me vient. Il n’y a que le noir et l’absurde de cette situation qui me reviennent tel un boomerang lancé à pleine vitesse.

 

Suite à cette révélation, je tente tout de même une approche en lui proposant de rester en contact, de continuer à se parler malgré tout et de voir pour l’avenir autant elle que moi, nous savons ce qu’il en est : l’éloignement sera trop important, les styles de vie trop différents, les attentes trop dures à supporter et, ayant moi-même testé une relation à distance, je sais d’avance que ça ne marchera pas. Ses yeux trahissent le fait qu’elle le sait également et son si beau regard est embué de larmes qui me sont insupportables à endurer. Je pose alors la question fatidique dans ce genre de moments particulièrement difficiles « Dans ce cas, que fait-on ? Je ne veux pas avoir de regrets ni me dire que tout ce qu’on a vécu sera effacé avec le temps, je veux vivre un truc que ni toi ni moi nous n’oublierons jamais malgré les années, les vies menées et les expériences vécues ». Aussi vive qu’un éclair, elle me saisit par la taille, m’enlace et me susurre tendrement que, quitte à ce que ce soit la première et dernière fois, autant la rendre merveilleuse.

 

Et à partir de ce moment-là tout change : le pincement de lèvres, le « hummmm », le coup de langue pour humidifier et sa main qui s’empresse de me caresser les boules achèvent de me faire comprendre qu’elle souhaite tout simplement se laisser aller une dernière fois avec moi. Je suis tenté de la faire directement avaler mon membre inférieur mais elle décide d’y prendre autrement en frottant les parois de ses fesses contre mon sexe tendu. Comme je m’y attendais, cette coquine ne porte rien sous sa robe et en joue de façon très agréable. Elle manipule en même temps mon bâton d’amour en commençant à le branler tout doucement au travers du jean qui devient tout à coup très serré. Elle m’impressionne car, même de dos et cambrée, ses gestes sont tout à fait ciblés, rien n’est fait au hasard, l’excitation est palpable, l’atmosphère se relâche, il n’y a plus du tout de pression ou de gêne qui tienne. Ses gémissements résonnent à mes oreilles comme de la musique de premier choix et ses caresses me font tant d’effet que cela dépasse toutes les échelles de valeurs possibles et imaginables. Bien entendu, je lui rends la pareille en caressant ses seins, en tirant sur ses tétons et en jouant avec sa belle petite chatte rasée. Une simple caresse en bas me fait tout de suite sentir qu’elle veut aller plus loin car de la cyprine s’écoule en faible quantité sur mes doigts. Je m’empresse de les lécher, c’est exquis et extra. Elle se jette également dessus en me relâchant pour me sucer les doigts et avoir les restes de ma salive : je la caresse de nouveau à son intimité puiser à la source, gober son jus et l’échanger lors d’un long baiser langoureux et sauvage. L’excitation est tellement présente que je pourrai éjaculer sans même la pénétrer mais c’est exclu d’office car je veux que cela dure le plus longtemps possible.

 

Elle le sent bien et s’empresse de se baisser au niveau de mon entrejambe. Elle manipule lentement et délicatement ce membre dont elle semble très envieuse et sort enfin sa langue pour lécher mon gland. Quelle sensation paradisiaque surtout sur cette zone si sensible. Elle manipule mon frein en même temps, ce qui décuple mon plaisir et mon ressenti profond. Je la pousse à gober encore mieux mon sexe en la pressant contre moi et en lui faisant avaler en entier mais je ne pousse pas pour éviter tout débordement. Je pense qu’elle y est sensible et s’applique vraiment à faire en sorte que tout rentre dans sa bouche. De légers spasmes et ses mains qui descendent vers son intimité pour se caresser me font bien comprendre qu’elle apprécie elle aussi ce moment de communion. Il m’est difficile de résister à la pression et à l’envie, je joue avec la jouissance sur une corde raide mais je domine encore pour le moment, bien que cela soit de plus en plus difficile. Elle fait ressortir ce membre tout enduit de salive et s’empresse de le nettoyer avec sa langue tout le long qui est encore plus tendu et dressé dans le ciel qu’auparavant. Elle me le prend et me branle rapidement pour toujours faire monter la sauce sans pour autant me faire totalement lâcher les chevaux et la libération orgasmique. Quelques va et vient après, elle s’arrête, se redresse, m’embrasse, écarte les jambes et commence à se doigter juste devant moi en m’invitant du regard à regarder mais aussi à agir.

 

Je ne laisse pas passer l’invitation et je me précipite vers elle, non pour la pénétrer encore mais pour la faire encore plus mouiller. Ainsi, mes doigts s’aventurent en elle et ils rentrent très facilement, j’en mets deux sans aucune difficulté. Ceci étant, je m’abaisse à mon tour pour jouer avec ma langue sur son petit bouton. Son clito, son odeur, son excitation me rendent complètement dingue d’elle et me forcent à jouer longtemps avec cette partie de son anatomie en la caressant et en la léchant le plus possible. J’humidifie totalement sa partie intime et la lèche en même temps que je la doigte, ses gémissements deviennent plus intenses encore et sont proches de cris de jouissance. Aucun obstacle n’est présent pour qu’elle se retienne, nous sommes seuls au monde. Je prolonge mon action tout en l’intensifiant, ce qui augmente son plaisir et le mien en même temps mais son regard en dit long sur ce qu’elle veut réellement et je dois dire que je suis impatient de venir en elle.

 

Ses mains parcourent encore et encore son corps et le mien à la recherche du moindre centimètre de peau qui n’est pas stimulé, j’adore son côté tactile et recherchant dans les moindres détails à ce que tout soit parfait pour elle comme pour moi. Je le lui rends en la couvrant de baisers sur tout son corps, peu importe les endroits. Je ne pense qu’à elle, le monde nous entourant pourrait disparaître dans le néant et le vide absolu, je serai heureux de terminer sur cette sensation de partage et de sentiments en compagnie d’elle. Une caresse et un serrage de bâton me ramène bien sur terre et à la réalité : elle est avec moi et me désire, si seulement elle savait à quel point j’ai envie d’elle. Mais aucun mot ne sera jamais assez fort pour exprimer tout ce que je ressens pour elle à ce moment-là : toutefois, ses yeux trahissent ses pensées et elle peut lire dans les miennes à travers mon souffle et mes caresses. Je l’embrasse encore et encore, je ne m’en lasserai jamais je pense.

 

Elle ouvre un peu plus les cuisses et m’invite clairement à entrer dans son intimité. Je vérifie qu’elle est assez humidifiée et une simple caresse à l’endroit me rassure tout net : ma main est mouillée de cyprine sans que j’ai à forcer. Un dernier coup de langue pour apprécier son jus qui est divin et me voilà en elle. Quelle sensation exaltante, un mélange de chaud, de serré, de plaisir, d’intensité et de décharge électrique. Son cri alors que j’entre en elle ne me rebute pas et m’excite au contraire. Ses seins pointent encore plus haut et dur maintenant que nous sommes connectés par le bas. Je démarre en bougeant mon bassin par quelques va et vient réguliers mais lents pour bien profiter du plaisir et de notre partage. Je ne veux pas forcer et je vois qu’elle apprécie cette attention, elle s’agrippe à mon cou et ma ramène vers elle pour m’embrasser dans le cou. Elle me mord légèrement l’épaule, elle me surprend un peu mais ça ne m’arrête pas au contraire.

 

Je passe à la vitesse supérieure en allant un peu plus profondément en elle et en y rentrant l’ensemble de mon sexe dans le sien. Mon cœur s’emballe, il pulse à vitesse grand V tandis que ses mains me griffent le dos comme pour me témoigner ce qu’elle ressent et me le transmettre. J’ai presque du mal à rester dedans tellement elle et moi sommes trempés mais pas question de lâcher prise. Nous gardons cette position un long moment mais la notion de temps n’a plus cours avec elle, je ne cherche pas à calculer et laisse mes émotions guider mes mains et mes gestes. Elle soupire de plus en plus fort au fur et à mesure que le désir monte en elle et en moi. Je la désire, je la veux, je veux qu’elle prenne son pied tout comme je prends le mien d’une manière absolument inégalée jusqu’à présent. Elle est ma déesse de l’amour à moi sans hésitation.

 

Elle se redresse subitement, estimant qu’il faut varier les plaisirs et que la dominance doit changer de temps à autre. Elle se retrouve en amazone à cheval sur mon sexe toujours aussi tendu qui la parcourt de part en part. Elle bouge son bassin elle aussi de manière très sexy et en rythme calé sur le mien, je tente de l’aider en la prenant par les hanches et en accompagnant ses mouvements par mes mains. Chaque coup de rein donne une montée de plaisir que j’essaie de maîtriser mais qu’il m’est difficile de contenir tellement elle est importante. Elle se lâche de plus en plus sur moi, fait bouger ses cheveux noirs magnifiques, je peux presque les avoir dans ma bouche et les caresser mais d’autres parties de son corps m’intéressent davantage, notamment ses fesses que je m’occupe de doigter et de caresser en même temps qu’elle sur moi. Elle y semble sensible et en redemande même en prenant mes doigts et en les humidifiant dans sa bouche avant de m’indiquer le chemin (que j’aurai trouvé sans peine je pense mais j’apprécie l’attention).

 

Nos mains aident à la montée du plaisir et nous nous touchons absolument partout mais je veux plus. Je la reprends en l’embrassant au passage puis je sors d’elle. Je la retourne contre le mur en mettant bien son petit derrière magnifique et son petit trou en évidence. Elle a bien compris ce que je veux et m’aide en écartant ses fesses avec ses mains : quelle vision splendide. Je savoure ce spectacle jouissif au possible en m’estimant chanceux et heureux de pouvoir vivre une telle expérience. Je ne laisse pas passer et m’engouffre dans son cul de manière un peu brute certes mais savoureuse. Elle ne dit rien mais je sais qu’elle pense « baise-moi encore », j’en suis persuadé intérieurement. Seuls sortent de sa bouche ses gémissements et ses soupirs de plaisir tout comme de la mienne avec mon souffle qui est à son paroxysme que je fais dans son cou et maintenant sur son dos cambré au possible. Mon bassin s’active davantage et je commence à bien la pilonner par derrière de manière à libérer tout mon jus à force d’excitation.

 

Il ne sort pas encore mais mes veines gonflent encore et encore et j’en profite pour lui caresser la chatte et le clito en même temps que je suis en elle. Je sens ses jambes devenir raides mais son cul m’attire tellement que je ne peux m’arrêter. Je continue à la défoncer par son trou et elle semble apprécier. Je ne suis qu’une boule de plaisir que je veux lui faire partager et lui montrer comment elle m’excite. Je reprends de plus belle mon œuvre et mes coups de butoir contre ses parois chaudes et accueillantes. Je sens mon gland prêt à cracher et elle est sur le point de tout lâcher elle aussi, laisser place à un orgasme libérateur après ce moment merveilleux et unique. Je suis sur le point de jouir et elle se cambre une fois de plus et laisse échapper un long et puissant râle de plaisir amenant à une petite giclée de cyprine par terre.

 

Elle tient à me finir, il ne manque rien pour jouir. Elle me branle comme jamais en mettant ses seins en avant. Je ne tarde pas à éjaculer plusieurs longs filets de sperme accompagné d’un cri de ma part et de la libération tant attendue. Elle dirige mon sexe vers ses seins et tout s’échappe sur eux. Beaucoup de quantité que je n’ai pas envie d’arrêter et mon corps non plus, sa poitrine en est presque recouverte. Lorsque j’ai enfin fini de tout lâcher, elle me reprend en main et me nettoie des restes en avalant bien ce qui est à la fois sur elle et sur mon sexe qui reste tendu malgré la jouissance. J’aime la voir avaler ainsi, un fantasme se réalise de nouveau sous mes yeux, quel bonheur d’avoir vécu ça avec elle. J’ai tant à lui dire mais les mots ne sortent pas. Je ne peux que l’embrasser alors que mon sperme est encore dans sa bouche et que nous le partagions, j’ai envie de gouter avec elle. Ma langue et la sienne se mélangent avec mon goût en même temps, sensation très étrange mais o combien jouissive.

 

Nous sommes épuisés, totalement HS mais heureux d’avoir vécu une première et dernière fois si intense. Je serais prêt à la suivre là-bas, à vivre de manière interdite mais la raison l’emporte et, quitte à en garder un souvenir si merveilleux, autant qu’il soit spécial, unique à cette journée et personnel. Elle se rhabille et commence à repartir vers l’entrée, je la suis d’un peu plus loin mais elle me donne un dernier baiser en guise d’adieu et de me glisser à l’oreille comme à son habitude « Tu es mon premier vrai amant et tu le resteras à jamais, nous nous retrouverons un jour, je te le promets ». J’aimerais lui répondre mais je connais ses habitudes et son envie d’avoir le dernier mot alors je me contente de lui prendre la main, de l’embrasser avec un genou à terre et de lui dire à bientôt comme un signe que ce n’est qu’un temps à attendre, même s’il peut être long. L’avenir me dire peut être un jour si je reverrai cette charmante élève, mais ce qui est sûr, c’est qu’elle me manquera et me marquera à jamais dans mon cœur, mes envies et ma façon d’aborder la vie et les sentiments. A un certain niveau, on peut le dire, je l’aime et, finalement, c’est le mieux qui puisse être vécu que de se sentir aimé, désirable. Je ne l’oublierai jamais et c’est grâce à elle alors en un mot comme en 100, ma Valérie chérie :

Merci. Je t’aime.

Partager ce message


Lien à poster

très agréable a lire merci  morphelin

Partager ce message


Lien à poster

Hé bien j'ai pris le temps de relire tous les épisodes et ton récit est parfait Morphelin, la montée en puissance est si excitante merci pour ces mots.

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.