Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

louise g

sans doute un peu trop bu ce soir!!!

Recommended Posts

LA CENSURE

(Je n’en ai cure)

Comment est ce possible que de simples mots, d’infimes pensées

Soient capables de m’inspirer autant

Qu’il fasse beau, chaud ou froid

Trois petites paroles et j’ai le corps en émoi

Et pourtant tu écris peu tu parles peu dans mon quotidien

Tu es muse souveraine, faisant des courses souterraines

Sous ma peau, tu cours à perdre haleine

Tu es enfant adulte et adolescent

Peu importe tu es vivant

Criant, réel et irréel tout à la fois

Mais n’est- ce pas là le rôle évident

D’un inspirateur averti

Prince intemporel de la caresse universelle

Alors je te laisse toute la place, de gambader

Folâtrer à loisir dans la prairie de mes folies

Tu es tour à tour, jeune étalon fougueux

Et l’instant suivant vieux sage plein de sérénité

Le sexe impérial et la main rassurante

Tu peux tout être, tu as tous les droits

Tous les pouvoirs

Durant mes après midi, mes jours et mes nuits

D’écriture compulsive

L’abus, l’excès je le cultive

Je le peaufine, à le rendre parfait

A en faire mon seul souhait

Je vogue dans d’obsédantes fascinations

Je me coule dans mes obsessions lancinantes

Suis-je à ce point folle de trouver de la beauté

Où d’autre ne voit que laideur

Tu es créateur, instigateur, interlocuteur

De mes délires insensés, de mes rimes cachées

Impossible aux yeux des autres tous mes possibles

Je suis effectivement pour certains ‘la grande salope ‘

Je lis si souvent l’incompréhension, la confusion

Mais vous ne m’inspirez qu’une seule chose, la rébellion

La révolte absolue, je ne courberai l’échine que sous le poids des caresses

Jamais au grand jamais sous vos regards censeurs

Je ne ploierais pas sous vos injures

Je me moque de vos condamnations

La beauté de la volupté est un cri, une si douce ivresse

Qui ne peut être tu, qui ne sait se taire

Alors même s’il faut vous déplaire

Je resterai certes dans le silence des mots

Mais jamais rien n’y personne ne m’empêchera

De faire chanter ma peau sous la chaleur solaire

De mains expertes,

Ecouter la mélodie d’un recoin d’intime

Chamboulé,

Goûter et goûter encore la saveur raffinée

D’une queue veloutée

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.