Aller au contenu

Messages recommandés

Bon, avant de commencer, un petit préambule (voir une mise en garde)

Ce texte trouve son inspiration dans différentes histoires lues ici, une très récente publiée sur un blog et dont l'auteur osera la mettre j'espère dans ce topic, et une autre où une amie FInaute nous faisait part d'un fantasme (en cherchant bien on doit le retrouver).

Alors juste une chose, si vous commencez à lire allez au bout sinon vous n'aurez pas une bonne vision de l'histoire, bref.

Bon, c'est peut-être aussi le dernier que je poste ici, la nouvelle histoire que j'ai en tête est assez longue (oui, encore) et je compte l’écrire en entier avant de la publier quelque part, ici si le fofo existe encore ou ailleurs, peut-être ... 

allez, je vous laisse découvrir

Le parking

 

     Sans même s'en apercevoir elle battait la mesure de cet air suranné dont seul les ascenseurs sont capable de vous diffuser et pour sûr elle allait garder encore un moment en tête les notes de cette fille d'Ipanéma.

     Aurélie se regarda dans le grand miroir, constatant qu'une petite retouche de maquillage sera nécessaire juste là, ho trois fois rien, mais elle voulait que tout soit parfait pour Lui aussi, mais surtout elle se regardait avec la fierté d'avoir réussi, pensait-elle car dans ce milieu il faut toutes proportions garder, cette satané présentation, point d'orgue de cet audit qu'elle avait mené face à ces dirigeants reconnu un poil misogynes dans le milieu dans lequel ils évoluaient.

 

     Elle se félicitaient du choix du tailleur qu 'elle avait fait ce matin, un vêtement particulièrement adapté à cet exercice, une jupe droite arrivant au-dessus du genou, affirmant sa féminité sexy sans trop en montrer et cette veste permettant de cacher avec pudeur son coté plus coquin.

 

     Elle souriait à son reflet, riant de ces pauvres types aux yeux de loup face à cette jeune « exécutive-woman » qui leurs proposait avec assurance les lignes à suivre afin de faire perdurer leur entreprise, cette jeune femme à l'allure austère, au chignon strict et dont les vêtements classiques masquaient une lingerie délicate enfilée dans l'optique de cette soirée qu'Il lui avait préparée .

     Elle rigolait en repensant aux regards qu'ils avaient posé sur elle, la toisant de haut, eux les quinquas fier devant cette gamine d'à peine trente ans ! si ces pauvres types savaient ! Elle s'imaginait bien ce qu'ils se disaient à présent, ce qu'ils devaient dire d'elle mais avec la certitude que ces type qui se prenaient pour des loups n'étaient en fait que des agneaux dont elle avait été la bergère ces derniers temps, usant de son charme et de son tact pour les emmener là où elle voulait ! Quelques années de psychologie, un poil  d'expérience dans son domaine et le tout était joué .

 

     L'ouverture des battants de la porte de l'ascenseur la tira de sa réflexion, fini Aurélie la professionnelle, maintenant une seule personne comptait : Lui, à son dernier SMS lui promettant une délicieuse soirée, encore une de ses douces surprises ? Un massage comme il en avait le secret ? Une soirée romantique ou plus libertine ? Rien que d'y penser elle sentait les papillons envahir son bas-ventre, et oui, il fallait l'admettre, une certaine humidité se présentait …

 

     Imaginant son visage, son sourire, la chaleur de ses bras, elle s'engagea dans les allées sinistres de ce parking souterrain, faisant claquer ses talons sur le sol en béton elle glissa sa main dans son sac, à la recherche des clés de sa voiture qui comme à leur habitude étaient partie prendre le thé avec soit le tube de rouge à lèvre ou les lingettes.

 

     Où était-elle garée déjà ? Au coin de cette allée pourtant ! Bon, voilà les clés, il suffit d'appuyer sur le plip et … voilà, le clignotement orange derrière le gros 4X4, voilà pourquoi elle ne voyait pas sa petite Mini...

        Ouch !

                Elle s'approchait quand ….

                                        Aie !

     Une douleur, fulgurante, intense dans son dos, son poignet droit la brûle, son bras !

        Elle se sent projetée

                            Bam !

     Sa voiture vient buter contre son corps, à moins que cela ne soit le contraire ! Son bras !

                                   Boum

     Sa tête heurte avec violence la tôle, le goût du sang envahie sa bouche, son cœur bat fort, vite, explosant ! Au moins elle est vivante, son esprit se ferme, se verrouille, instinct de survie réagit, sa bouche s'ouvre, son souffle va arriver, un cri ... étouffé.

 

      Douleur plus intense dans son bras, remontant à son épaule, irradiant la clavicule, le dos. Une chose sale, puante sur sa bouche fait empêche au cri naissant de voir le jour, l'empêche d'inspirer, de respirer.

 

          « -tais-toi, pas un mot ! »

 

     Une voix quelle ne reconnaît pas, un accent indéterminé, un souffle chaud, fétide, putride coule le long de son cou et parvient à son nez libéré à présent de cette main rêche. Une main sans délicatesse, sans douceur qui maintenant lui broie la poitrine, écrasant son sein droit avant de passer avec violence sous la veste dont les boutons cèdent sans pouvoir résister.

 

     Cette main rugueuse qui maintenant lui malaxe le sein droit, elle sent chaque aspérité sur sa peau, elle se sent plus lourde contre la porte de sa voiture, il l'écrase.

 

     Elle cherche à se dégager, à crier mais immédiatement son poignet est enserré, fermement entravé son bras se tord provoquant l'insoutenable douleur de son épaule.

 

     Se soumettre ? Hors de question alors que cette saloperie pleine de doigts se glisse dans son entrecuisse maintenue entrouvert avec force. Elle la sent avec effrois remonter le long de sa cuisse, remontant sans ménagement sa jupe, agrippant avec fermeté l’hypothétique rempart de dentelle affriolante qui d'un geste sec et sans concession fini en lambeau sur le sol gris.

 

     Aurélie tente …. AaaaaaaaAAahhh

                               ...Les doigts .... sales ...

                                                                  ...En elle !

 

     Elle veut bouger, mais elle est bloquée entre sa voiture et … ça ? Et son braaaaaaas !! 

                               ...Les doigts fouillent son intimé avec force, imposant leur ignoble présence, puis se retirent … avant que …

             Oooohhhhhhhhhhhh

 

     Alors qu'il est en elle, la main libérée revient se poser sur sa bouche, son odeur âcre emplis ses narine.

 

     Il est en elle, bougeant, la balançant contre la porte de sa voiture, elle ne peut que …

 

        Il s'arrête ! Un bruit !

 

       Des pas ? Elle n'a qu'à crier et tout… la lame glacée d'un couteau vient lui brûler le cou, la gorge.

 

           « - Le moindre son, j'te découpe salope ! »

 

     Se soumettre ? Hors de question ! Aurélie tente un mouvement, le voilà expulsé, il n'est plus en elle et la lame glisse, pique, brûle. La force exercée sur son poignet décuple, son bras va se détacher de son épaule, la douleur .. ; Non … Les pas s'éloignent, ignorant le drame qui se joue à quelques mètres, juste là derrière ce gros 4X4...

 

      Il revient, se rapproche, recolle son ventre à son dos, elle sent une joue râper sa nuque et dans une infâme haleine quelques mots ….

 

          « - Tu croyais quoi sale pute ? Qu'il viendrait à toi, mais il s'en fout royal en fait de ton cul ! »

 

     Le ventre se colle à elle, le membre qui l'a quitter il y à quelques seconde qui revient se coller à ses fesses, se glisser entre … Haaaaannnnn

 

 

     Toute sa rage, sa violence, elle se sent bourrinée, possédée sans pouvoir agir, il glisse au plus profond d'elle, au plus intime, au plus sombre, au plus étroit des orifices avec un rythme effréné, saccadé lui laissant aucun répit, incapable de la moindre réaction, la moindre pensée jusqu'à ce que …

 

     Le calme, silence.

                   Vide...

                     Aurélie reprend ses esprits.

     Elle est vivante, si on veut, faire le point entre les sanglots, les larmes qui coulent sur ses joues entraînant dans son écoulement le maquillage, un filet de sang à la commissure des lèvres la douleur, son bras, son corps. Elle reste là, appuyé contre sa voiture, inerte, les vêtements complètement débraillés, son sac gisant au sol à coté des restes de sa petite culotte en lambeau. Machinalement elle s’accroupit, rassemble ses affaires éparpillés, son tube de rouge à lèvre, son téléphone en tentant de rassembler ses souvenirs.

    Combien ?

       Oui au final, combien de fois ?

     Comme un réflexe pavlovien, elle compose un texto en restant dans ses comptes, combien d'orgasmes avait-elle eu au final ?

 

"Merci

 Bien plus intense que ce que je pensais

 Tu as été parfait

 Je t'aime"

 

-Fin-

Modifié par dédale
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:yahoo:Bordel Dédale, tu nous as pondu un texte qui a de quoi réveiller ce forum endormi !!!

Après un passage lorgnant vers le fantastique ( ouais, ouais, c'est comme dans ce film nippon, que j'attends de toper. Y'avait une sirène, mais la différence c'est que ton texte était bien plus optimiste que ce film ), te voilà maintenant flirtant avec la limite du " politiquement correct ". Aurélie a un putain de caractère. Aurélie sait ce qu'elle veut. Mais Aurélie ne se retrouve pas dans un s-c accroché à un arbre dans une clairière ( ah oui, merde, ça c'est l'autre film nippon...:bad:). Ca aurait été marrant de voir la réaction du type si elle avait pratiqué les arts martiaux à la Chuck Norris...Ah ouais, désolé, je m'égare encore.

Sur le style, maintenant. Rien à redire compagnon de jdr. Rien à redire. Un texte qui claque. Un texte qui me donne envie de ré-écouter deux combos néerlandais en le relisant. J'ai l'impression qu'à chaque nouveau récit, tu tapes de plus en plus haut.

Bref, hâte de lire ton nouveau ( et long ) texte.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

entre la scène de viol et le jeu, j'attends la suite pour essayer de comprendre!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

entre la scène de viol et le jeu, j'attends la suite pour essayer de comprendre!

Je crois que les deux sont liés Citrovert. Un texte plus long aurait été sympa, mais faut parfois se contenter de récits courts.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est marrant, en relisant ton texte je découvre des tournures de phrases que j'avais loupé la première fois. Comme un album qui mérite plusieurs écoutes avant de pouvoir l'apprécier pleinement.

Un coté cynique dans ton style que j'apprécie bien, et ce coté malsain, en moins dérangeant quand même,  qui me fait penser à ce putain de film chilien ( Une vraie boucherie ce film !!! ).

Tu reviens quand parmi nous, Dédale ???!!!

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

merci Snaga

je retrouve cette histoire alors que je mets mon blog à jour

oui il s'agit d'un texte court, à l'époque le forum s'endormait et j'avais envie de faire un truc, comme un au revoir 

je ne sais plus qui m'avais envoyé un MP à propos de ce texte (désolé, la MàJ du forum à supprimé nos MP, donc je l'ai perdu) auxquel je n'ai pas répondu (manque de temps, d'envie) qui me donnait une critique assez constructive sur ce texte. Pour un début de réponse (je ne me souviens plus de tout ce qu'il me disais, mais en substance il s'agissait de ça) je réalise bien que ce texte est très court, voir un peu bâclé par moment, il aurait mérité un peu plus de détail sur l’après, sur la relation des protagonistes, mais voilà, c'était comme un au-revoir et j'avais pas plus l'envie de m'investir plus loin (pas bien, fainéant) et surtout c'était comme un appel à cette ancienne FInaute qui me manquait tant (et c'est toujours le cas, si tu passes ici je t'embrasse ma belle, toi et ton petit bout 444) 

Bon, fini la mélancolie, place à l'avenir 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bâclé, tu trouves ?

Perso, je pense que ce texte est très bien comme il est. Plus long, plus explicatif, il aurait perdu de sa force de frappe. Là, c'est un véritable coup de poing dans la gueule du lecteur/ de la lectrice. C'est  " raw ", " harsh ", " crude ", et l'histoire et claire. Parfois, c'est pas utile de trop tout expliquer dans les moindres détails.

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.