Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Mein Teil

[Défi Littéraire]Les Péchés Capitaux

Recommended Posts

https://www.youtube.com/watch?v=b-GXsAhiDIM&feature=player_embedded


 
Je te vois.

La chevelure en cascade, sauvagement éparpillée sur ton coussin, tu dors à poings fermés sur le dos, protégée par tes sept couvertures.

Dans ton sommeil, cet ectoplasme parvient à renouer contact avec toi.

Cette fois cette sensation de contact se fait beaucoup plus intense : un vent souffle sur ta forêt, les animaux qui courent en toi n'écoutent que leur instinct de survie en fuyant ou se terrant...La flore elle semble s'agiter dans un dernier soubresaut, la sève monte, s'affole se disperse !


Cette chaleur autour de tes tempes s'accompagnent aussi de quelque chose de bien plus tangible, c'est nouveau, surprenant  : de furtives sensations qui te frôlent et qui s'immiscent dans ton lit, sur ton corps, et prennent le contrôle sur l'Entremonde.

Cette fois tu peux sentir des mains, mais tu ne parviens pas à sortir de cet état second : es tu encore dans ta chambre ? es tu toujours seule ?

Tes efforts pour entrouvrir tes yeux se soldent par des hallucinations : un homme tout en noir qui pose les mains sur toi d'un côté, le corps d'un serpent qui passe sous tes couvertures de l'autre, au loin des cornes, des crocs, des griffes.

Tu devrais paniquer, te réveiller mais tu es prisonnière entre ces deux mondes et le contact est paradoxalement si doux, si enivrant...

Ces mains exécutent une sorte de massage des maxillaires et viennent caresser ta bouche, elles t'empoignent un peu plus et tu sens ce souffle chaud sur toi, ça paraît si réel...

Cette humidité proche de tes lèvres, ce frisson dans ce qui se transforme en une sorte de baiser ardent !

Tu essaies d'entrouvrir un œil : l'homme en noir a plusieurs teintes écarlates et se fond dans le décor, il n'y a plus que du noir et du rouge.

Dans un souffle tu te laisses replonger dans les limbes, tu entends des bruits de craquement : l'écorce de ta forêt qui commence à brûler !

L'homme en noir, ou la créature qui se dresse sur toi te bloque les poignets et te voici en croix dans ton lit, nue, toutes tes couvertures ont été éjectées d'une ruade.

Tes bras et tes jambes s'étirent lentement vers les quatre coins de ton lit, ses mains à lui convergent lentement vers ta poitrine en griffant sur sa route.

Tu n'arrives pas à redresser la tête et voir ce qui te laboure avec tant de précision, celui qui te tient à sa merci.

D'une œillade courageuse tu réussiras à voir des liens serrés autour de tes poignets, tu as un bref sourire en pensant aux traces qu'elles pourraient te laisser.

Tes poignets se tordent, tes doigts se raidissent, ton souffle est tumultueux : la créature des enfers te mord, plusieurs fois, avec avidité et à sa façon de jouer avec ton corps, il arrive à te transmettre sa Faim.

Deux doigts explorent les abords de ta bouche, c'est donc un homme qui te fais tortiller ton corps ? Tu essaies de serrer les cuisses, juste pour pouvoir te procurer des sensations seules...tu es basculée sur le côté, un bras est étiré, l'autre est à moitié ! Tu sens cette ombre qui se colle derrière toi, tu sens sa façon de te pétrir les fesses, son autre main gardant contrôle sur ta mâchoire.

Il te caresse rudement, te griffe et cale son genou sur ton sexe, cherchant à te rehausser : ta moiteur doit sûrement titiller la peau du membre qui se colle contre toi.

C'est flou, chaotique : des mouvements lascifs accompagnés de bruits de succion, tu te retrouves les mains croisées dans le bas du dos, la tête relevée par cette main de plus en plus rude avec toi : te voici prête à te faire mettre par cette entité.

Tu entrouvres à nouveau un œil : "Ils" sont là, t'observent, se délectent du spectacle, te caressent du bout de leurs griffes.

Tu veux "Tout", ils le savent et aspirent à te combler :

Ta Forêt est devenue un brasier dans lequel tu te plais à te consumer sans retenue.

"Ils n'ont pas de visage mais leurs mains savent alterner la fermeté et la douceur nécessaire,

Tortilles toi comme tu peux, laisses toi tourmenter

Prends le Pouvoir sur tes envies et sublime les

Le temps d'un rêve te voilà la Putain des Enfers"
 
Le tumulte autour de toi prend une autre tournure : des cris, des lacérations, des craquements.
 
Tu ne sens plus ces mains sur toi, mais tu les sens s'étriper pour toi : les créatures combattent dans un carnage qui résonne comme une musique de fond sur tes envies toujours présentes, la Haine autour de toi te provoque cette insolente satisfaction de l'avoir générée.
 
La dernière plainte bestiale, puis ces cordes finalement sectionnées : le vainqueur de la mêlée t'harnache sur son épaule et semble changer de tanière.
 
Tes mains effleurent le bas de son dos, ta bouche se colle sur son omoplate : l'épiderme est chaud, les épaules sont larges.
 
N'es tu qu'un trophée que le chasseur va épingler sur son mur ?
 
Ou es tu l'Elue des Forces Obscures ?
 
Il te repose dans un nouveau lit, te murmure des mots dans une langue inconnue : tu n'as pas besoin de le voir pour le reconnaître.
 
Il te griffe doucement les joues et t'embrasse fougueusement.
 
Un baiser passionnel qui va attirer la rage de ses congénères.
 
"Tu es à moi "
 
Et en ces quelques mots tu sais que tu as pris le pouvoir.
 
Quelle délectation de pouvoir reprendre contrôle, sortir peu à peu de cette mystification  et glisser un doigt sur la nuque, pour peu à peu y enfoncer tes nouvelles griffes.
 
Tu ne te mords plus les lèvres par désir , mais bien par cette intense satisfaction d'avoir senti cette créature se damner pour toi.
 
La présence disparaît peu à peu, fond sur toi comme une cire chaude.
 
Tu pourras par la suite te lever et t'observer dans la glace, détailler ce regard éveillé que tu te surprends à aimer.
 
Tu n'arrives plus à détacher ton regard de toi même, cet œil neuf sur tes courbes, ce sentiment d'avoir le Pouvoir...
 
"Je suis en Toi".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est ... Piou. Avec la musique en fond pour l'ambiance, c'est vraiment un bijou. Très très très beau texte Mein teil. Sans doute un des meilleurs que j'ai lu sur FI, peut-être le meilleur. Chapeau !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci vous deux, ça me touche d'autant plus qu'à la base c'était un texte pour une personne en particulier que la Raison m'a finalement fait transformer en un écrit un peu plus "sombre" adapté au Défi, la forme démoniaque ne change pas le fond !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce texte me fait penser à un ancien finaute depuis trop longtemps absent. C'est noir comme ses écrits, c'est envoûtant et prenant comme ses textes, je suis totalement fan.

PS : la comparaison avec ce finaute est un très beau compliment.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci , s'il reste certains de ses textes j'aimerai beaucoup avoir son nom en privé ou public !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.