Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

vagabond69

Une relation particulière.

Recommended Posts

Céline était une amante délicieuse, joueuse et souvent surprenante. Rencontrée une après midi à une terrasse de café en été, nous avions engagé la conversation tout naturellement, en attendant nos verre qui ne viendraient  jamais et avions finalement passé une après midi à nous balader entre Rhône et Saône, une soirée à rire dans un petit restaurant japonais et une première nuit  brûlante à découvrir que nos corps comme nos esprits s'entendaient à merveille.

Libre dans son corps, Céline assumait ses désirs, ses fantasmes, les exprimant à voix hautes comme ils lui venaient, les réalisant souvent dans l'instant, passant ensuite au suivant au gré des partenaires. Ce caractère pétillant et sans tabou nous valu de joyeux ébats improvisés dans des endroits insolites, cabine d'essayage, portes cochères, forêts, pas toujours à l'abri des regards il faut l'avouer.

Sauna, club libertins, soirées privées nous fréquentions les même lieux, parfois ensemble et presque en couple, d'autres fois accompagnés autrement et jouant le rôle de parfaits inconnus.

Céline n'avait qu'un seul tout petit défaut, elle aimait mener le jeux et j'avoue que parfois mon coté dominateur s'en trouvait un peu frustré . Je décidais donc de faire évoluer nos jeux, de découvrir une facette encore ignorée par elle de ma personnalité et de voire si nos jeux pourraient prendre une direction différente.

Aussi, c'est par un sms un peu mystérieux et directif que je l'invitait à me rejoindre à mon appartement, insistant sur le fait qu'à cette occasion elle devrait venir nue sous son manteau et en taxi et que la soirée se passerait selon et seulement selon mes règles. Je ne doutais pas que sa curiosité la pousserait à accepter l'invitation mais restait malgré tout un peu dubitatif sur la suite der la soirée.

Comme prévu Céline arriva en retard et j'avoue que je l'avais espéré et quand à l'interphone j'entendis le son de sa voix, la mienne fut froide l'invitant à monter .J'avais pour la soirée enfilé un pantalon noir, une chemise cintré et lorsque j’ouvris la porte , je la fit rentrer et la guidais vers le salon , prenant sa main et poussant la porte sans l'inviter à se dénuder.

Elle parut surprise mais me suivit sans un mot. Le jeu était lancé.

Au milieu du salon juste une chaise, j'avais pris soin de débarrasser la pièce, ne laissant qu'une table basse, un fauteuil et la fameuse chaise. Toujours vêtue de son manteau je l'invitais à s'assoir, Le temps des explications étais arrivé.

Je lui expliquais donc que contrairement à son habitude elle allait devoir prendre un rôle qu'elle pouvait ou non accepter, celle de l'amante soumise à mes exigences, que le jeux était sérieux, et qu'à partir du moment ou elle l'acceptait elle devrait  s'y soumettre, que la douleur pouvait en faire partie mais qu'un simple "Stop" pouvait y mettre fin et enfin que si je lui promettais de rester soft et que l'expérience lui plaisait, nous pourrions par la suite instaurer ce genre de relation entre elle et moi de manière plus officielle et régulière.

Céline n'apparut pas surprise et c'est par un simple "essayons alors" qu'elle accepta mes règles d'un soir.

Je la pris donc enfin par le bras, l'invitant à se lever et l'enjoignant finalement à me donner son manteau. Comme convenu elle était nue dessous et la laissant ainsi debout , lui ordonnant de ne pas bouger et l’admirais  ainsi de longues secondes, détaillant ses longues jambes fuselées, la courbes de ses hanches, tournant autour d'elle, sans un mot, dessinant le creux de ses reins d'un main ferme, relevant son menton, effleurant ses cheveux.

De nouveau devant elle je lui ordonnait de prendre place sur la chaise. Elle frissonnait légèrement et la pointe de ses seins se dressait, tendant déjà ses seins lourds. Elle croisa ses jambes, presque timide. Ce fut sont premier faux pas et d'une voix ferme je lui ordonnais de les décroiser.

"Céline tu m'es offerte et en l'étant tu ne peux rien essayer de me cacher sinon tu seras punie" N'ayant pas préciser la chose pour cette fois ci je serai patient et tolérant mais n'essaie plus de te cacher ni de me refuser quoi que ce soit." 

Les jambes ainsi ouvertes, son sexe lisse dévoilé, elle posait ses mains sur ses cuisses, et attendait. Elle se révélait une élève attentive et douée.

Me dirigeant vers la table basse, j'ouvris un coffre qui y trônait et en sortis un ruban de soie, puis je revins vers elle. prenant ses poignets, je les croisai derrière son dos et utilisant le ruban je les liais ainsi, emprisonnant ses bras et exhibant ainsi davantage ses seins offerts à mon regard.

"Pour la suite tu ne verras rien"     

Revenant au coffre j'en repris un autre ruban, un peu plus large et ainsi je lui masquais les yeux, devinant son trouble à son souffle léger devenu court.M'agenouillant devant elle en lui liant les chevilles à la chaise je devinais son sexe devenu humide, en respirant son parfum féminin sans toute fois surtout y toucher ni l'effleurer.

Elle était là offerte et nue, immobilisée devant moi, aveugle à la suite, et je la devinais curieuse et un peu angoissée quant à la suite du programme.

L’initiation pouvait commencer .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je passais alors derrière elle, effleurant ses épaules, son cou et la saisissant par les cheveux, je la fis se cambrer sur la chaise, lui ordonnant de garder cette position sans bouger malgré son inconfort. La bouche entrouverte, le souffle court et sans un mot je la vis ainsi se soumettre une nouvelle fois sans rechigner, calant ses fesses nue sur la chaise, cambrant ses reins, laissant couler en arrière le flot de sa longue chevelure brune et projetant ainsi ses seins lourds vers l'avant.  

Toujours debout derrière elle, je glissais mes mains sur son corps, cueillant la courbe de se seins, emprisonnant leur pointe brune  entre mes doigts. D'abord doucement je les fit rouler, les tirant délicatement, caressant les aréoles sombres de ma victime d'un soir. Céline haletait doucement de plaisir. Mais le plaisir n'était pas mon but premier. Lentement ma caresse se fit plus dure, tirant les tétons plus durement, les pinçant douloureusement. La douleur d'abord discrète se faisait, je le devinais plus sourde, plus brûlante et c'est à la crispation des cuisses ouvertes de Céline que j'en devinais l'intensité.

Un gémissement s'échappa de ses lèvres et son corps se déroba dans un réflexe involontaire. 

"Tu ne dois pas bouger, ne prononcer aucune plainte, telle est ma règle. Si tu y contreviens, tu devras en assumer les conséquences, soit avec l'arrêt du jeux et tu prendras tes affaires et rentreras chez toi soit en choisissant d'être punie pour ta désobéissance .C'est mon dernier avertissement Céline."

D'un signe de la tête elle acquiesça et reprenant la position, elle me signifia ainsi sa volonté d'aller plus en avant. Rectifiant la position de  sa tête en arrière, je défis les liens entravant ses poignets, non pas pour la délivrer mais pour les placer plus haut, liant ainsi ses coudes entre eux et l'emprisonnant ainsi plus fermement encore.

Je fis ensuite le tour de la chaise et me retrouvant face à elle je me penchais à son oreille, lui murmurant doucement "rappelle toi , un simple stop te délivrera ".

Ouvrant de nouveau le coffre posé sur la table basse, j'en sortis un collier un peu particulier. Une chaine légère avec en son milieu de curieux poids plus lourds. Point de fixation pour l'accrocher autour du cou mais à chaque extrémité une pince dentée munie d'une vis.

M'approchant de nouveau de Céline je capturais l'une des pointes brune de ses seins et l'emprisonnais dans l'une des pinces. J'en fis de même pour la seconde. Ainsi ses deux seins reliés par la chaines, les tétons enserrés  je pus apprécier le maintien ferme de sa poitrine à peines tombante sous le poids du bijou. Doucement, progressivement je fis tourner l'une des vis, serrant d'abord, puis pinçant de plus en plus fort, la pointe dressée de son sein. La deuxième subit le même sort. Le visage de Céline s'était crispé et je la vis se mordre les lèvres, réprimant ainsi un gémissement qu'elle savait non autorisé .

La récompensant pour sa bravoure et son obéissance je déposais un baiser léger sur ses lèvres closes, y cueillant doucement sa langue, chuchotant un encouragement et une douce approbation ..

La douleur devait se faire sourde avec le temps, lancinante, et sous la soie masquant ses yeux je la devinais au bord des larmes et même si elle semblait accepter celle ci je décidais de dévisser un peu l'instrument, soulageant ainsi un peu ses tétons au supplice. La souffrance n'a pas d'objet si ce n'est que de donner une forme différente de plaisir et je ne suis pas et ne serais jamais un tortionnaire à qui la douleur  d'autrui donne du plaisir.C'est avant tout vers le siens que la soirée était tournée .

Aveugle, tournée vers le son de ma voix et le travail de mes mains sur elle, Céline semblait suspendue dans une attente d'un futur qu'elle ne connaissait pas encore mais dont elle avide .

Me glissant à ses genoux, le libérais ses chevilles, la guidant je la relevais, faisant glisser ses bras attachés sur le dossier de la chaise.puis repoussant celle ci je l'aidais à s'agenouiller, les fesses posées sur ses talons , offrant ainsi à mon regard la courbe sensuelle de son dos et la vue délicieuse de son cul posé sur ses escarpins à talon. Ses seins fermes toujours ornés de la chaines semblaient pointer vers moi et sa tête droite sur son cou  long et fin attendait la suite .

Elle n'allait pas tarder à venir.

 

 

 

 

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cette expérience n'ayant pas l'air de trouver son public je pense mettre fin à ce texte (400 vues pour 1 commentaire :) ).

Le style de ma plume ou le caractère peu conventionnel de cette relation avec Céline n'ayant pas trouvé son public sur le Forum, inutile d'encombrer celui ci ;) .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est bien dommage! Cette histoire me plait bien, et je suis très curieux d'en connaître la suite! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est vrai que ça mérite plus de commentaires. Si tu changes d'idée je lirai volontiers la suite. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.